Les recettes réussies d'une fille qui s'appelle Jack (a girl called jack)

Publié le 10 Octobre 2016

La double deuxième page de A girl called Jack. Curry de lentilles à la tomate (version avec des courgettes)
La double deuxième page de A girl called Jack. Curry de lentilles à la tomate (version avec des courgettes)

La double deuxième page de A girl called Jack. Curry de lentilles à la tomate (version avec des courgettes)

Le titre est long, mais je cherchais à être un peu explicite (ce qui n'est pas gagné!)

De retour d'Angleterre, j'ai navigué sur internet à la recherche d'info et je suis tombée sur un blog de cuisine qui m'a intriguée puis passionnée. Autant par la personnalité de son auteur que par ses recettes ingénieuses (et économiques).

Quand Jack Monroe débute son blog en février 2012, elle a 24 ans, un gamin de 3 ans et le porte monnaie complètement à plat suite à un licenciement, un an auparavant. Le contexte économique archi-libéral de l'Angleterre n'est pas un environnement amical quand on est dans la dèche.

Elle s'est donc retrouvée avec 10 £ (12 euros à peu près) par semaine pour se nourrir. Et elle a décidé de relever le défi.

Elle a hanté les rayons de Sainsbury (grande chaine de supermarchés, avec une section '"basic", équivalent british d'un Lidl ou d'un Dia) pour repérer les ingrédients (non transformés) sains et bon marché à privilégier. Ce qui l'a conduite à multiplier le recours aux légumineuses comme source de protéines végétales, à se convertir aux pains maison mais sans map, à utiliser épices et aromates pour doper le quotidien, et à tester des mélanges hardis de saveurs pour l'ensoleiller. C'est très malin, et pour ce que j'ai testé, délicieux.

Comme Jack a des origines chypriotes, sa cuisine possède des accents méditerranéens et comme elle vit en Angleterre qui compte une importante communauté indienne, curries, vindaloos et autres plats indiens sont souvent au menu.

En fin d'article, je donnerai quelques liens où l'on peut retrouver nombre de ses recettes (en anglais).

Suite de l'histoire: en juin 2012, elle écrit une chronique percutante qu'elle appelle "la pauvreté, ce n'est pas seulement ne pas avoir assez de nourriture". Texte qui fut retweeté, reblogué, publié et lu (y compris au Parlement où elle fut invitée) plus de 20 millions de fois. Elle y explique sa descente vers le moins et le rien: couper le chauffage, diluer les produits d'entretien jusqu'à l'infime pour les faire durer, couper l'eau chaude, tout vendre ou mettre au clou, jusqu'à ne garder que deux bols, deux fourchettes, deux couteaux; bref aller vers une simplicité (in)volontaire radicale.

Son blog qui a eu beaucoup, beaucoup de succès l'a peu à peu sauvée. D'abord parce qu'elle a pu tenir son pari, se nourrir et nourrir son fils convenablement avec ses 10£ hebdomadaires, une vraie prouesse. Ensuite parce qu'elle a publié deux livres de cuisine qui ont bien marché, qu'elle a eu des chroniques dans les journaux (Huffington Post, the Gardian) et que grâce à son aura, elle s'est engagée dans des campagnes liées à la solidarité, ce qui lui offre une tribune et une place.

Nouvelle aventure: elle est en train de changer de sexe…

Je me suis inspirée de sa façon de faire pour mettre au point une recette dont je me délecte en la refaisant au moins une fois par semaine (avec des variantes) depuis plus d'un mois.

Je parle de "sa façon de faire" car beaucoup de ce qu'elle propose commence par "hâcher un oignon et le faire revenir à feu doux" … ce qui me rappelle d'ailleurs furieusement la cuisine à l'indienne.

Donc voilà l'un de mes essais "à la manière de Jack" , une sorte de fouzitout amélioré préparé en une demi-heure tout compris et devenu favori. Je l'ai baptisé curry de lentilles à la tomate mais on pourrait aussi l'appeler tomates épicées aux lentilles, dhal à la tomate, etc.

J'indique tout ce que j'utilise, en précisant ce qui me semble indispensable et ce qu'on peut supprimer ou substituer.

Curry de lentillles à la tomate

Pour 2 personnes affamées

60g de lentilles roses (ou vertes ou noires, j'ai déjà testé avec des béluga).

Un oignon moyen (ou un demi très gros)

un soupçon de vin blanc sec ou à défaut d'eau

une cuillère à soupe d'huile (jutiise de l'olive, on fait avec ce qu'on a)

Une carotte moyenne pelée et coupée en rondelles fines

au choix: une aubergine pelée et coupée en petits morceaux, une courgette pelée et coupée en petits morceaux, des petits piments doux coupés en petits morceaux et épépinés … ou rien.

Eventuellement, deux cuillerées à soupe de lardons ou une demi tranche de jambon cru coupé en carrés… ou rien

du sel

une cuillère à soupe de sirop (j'utilise du sirop de kittul indien, -sucre de palme- très parfumé et à l'indice glycérique pas trop élevé). On peut remplacer par du sirop de canne, d'agave ou même par du sucre en poudre ou en morceaux.

300g environ de passata (purée de tomates italienne). On remplace par du coulis de tomates, des tomates fraiches pelées et épépinées. La préparation de tomates doit être un peu épaisse, et de composition la plus simple possible.

du piment: j'utilise une sauce au piment coréenne (bulgogi) mais on peut employer de l'harissa, du piment d'espelette, du cayenne… ou rien pour les palais sensibles.

épices: deux feuilles de laurier et une cuillère à soupe de graines de coriandre. Il me semble que ces deux épices donnent vraiment le goût au plat, ainsi que l'ail que je préfère ajouter en poudre (une cuillerée à café suffit) pour un mélange plus homogène. Sinon, ajouter une gousse d'ail coupée en tranches fines en même temps que les carottes. A défaut de ce que je cite, on fait avec ce qu'on a dans ses placards. (cumin, curry, etc)

Je parfume en plus avec : un petit morceau de cannelle en bâton, deux cardamomes vertes ouvertes, une cuillerée à café de graines de fenouil et un tronçon de gingembre débité en lamelles.

Comment faire? En fait, il s'agit de préparer une sorte de ketchup maison très parfumé (d'où la présence de sucre) que l'on mélange à des lentilles cuites.

Donc:

Hacher l'oignon et le faire revenir à feu doux dans une poêle avec l'huile sans qu'il ne colore, et en le salant pour accélérer la cuisson.

Pendant ce temps couper la carotte et éventuellement l'autre légume.

Ajouter la carotte aux oignons, ainsi que le laurier et les graines de coriandre. Remonter un peu le feu, touiller. Dès que cela semble prêt à attacher, ajouter un peu de vin blanc ou à défaut d'eau (ça doit faire pschitt), c'est ce qu'on appelle déglacer. Recommencer une deuxième fois. Puis baisser le feu au maximum ajouter le deuxième légume, éventuellement les lardons, le reste des épices y compris le gingembre remuer et couvrir.

A ce moment, préparer les lentilles: les rincer jusqu'à ce que l'eau soit claire puis les couvrir largement d'eau froide et les mettre à cuire en couvrant.

Quand ça bout, découvrir, baisser au maximum et laisser cuire 15mn.

Au moment où les lentilles démarrent leur ébullition et vivent leur vie dans la casserole, verser la passata dans la poêle sur le mélange de légumes aux épices, bien remuer, ajouter le piment, le sucre ou le sirop, remuer à nouveau, et continuer la cuisson, feu minimum et à couvert. Goûter pour rectifier éventuellement le piment et la dose de sucre selon l'acidité des tomates.

Quand les lentilles sont cuites, les rincer brièvement et les égoutter avant de les ajouter dans la sauce tomate épicée. Bien remuer, laisser cuire 2 ou 3 mn encore et c'est prêt. Attendre 5mn avant de se jeter dessus pour une meilleure harmonisation des parfums.

Régalez vous.

A préparer en quantités suffisantes pour déguster le reste froid. Délicieux en apéro avec des chips tortillas indiennes.

Outre son goût exquis, c'est un plat complet, avec des épices qui aident à la digestion, de la tomate riche en lycopène, mieux assimilé si la tomate est cuite en présence d'un peu de gras, des lentilles qui apportent des protéines végétales. Si on veut le jouer 100% équilibre alimentaire, on sert avec du riz pour compléter la chaine des acides aminés.

Le blog de Jack (qui a changé de titre): https://cookingonabootstrap.com

Dix recettes publiées dans the Guardian: https://www.theguardian.com/lifeandstyle/2014/feb/16/jack-monroe-10-recipes

Onze recettes dans The Mirror:

http://www.mirror.co.uk/lifestyle/dieting/recipes/jack-monroes-11-recipes-prove-6813860​

Sa biographie sur wikipedia: https://en.wikipedia.org/wiki/Jack_Monroe

Le tire de ses deux livres: A girl called Jack et A year in 120 recipes

Edit:  piqûre de rappel, le film de Ken Loach Moi, Daniel Blake, qui n'a pas volé sa palme d'or 2016 à Cannes. Même si l'on pressent la fin au fil du film, la peinture d'une Grande Bretagne à la terrible administration hyper-libérale est sans merci, et les acteurs sont formidables. 

Lire l'interview éclairante du scénariste Paul Laverty ici  

Rédigé par venezia

Publié dans #petits plats

Repost 0
Commenter cet article

gingembre 14/10/2016 16:41

Cette femme est admirable pour sa vitalité et sa créativité.
Tu m'as mis l'eau à la bouche :) Une très belle recette, merci !

venezia 14/10/2016 20:02

Gingembre,
tu as très bien défini l'énergie de Jack: vitalité+créativité. Je trouve que ça donne e moral par les temps pas terribles qui courent

Loulou 11/10/2016 20:43

Merci Vénézia pour ton article que j'attendais avec impatience!
J'ai même acheté des lentilles roses en prévision...
J'adore ce genre de lat qui est une base avec laquelle on peut jouer selon l'humeur du moment et surtout en fonction de ce qu'il y a ds le frigo ^-^
Merci pour cette belle découverte.
Je viens de transmettre le lien de ton article à deux jeunes filles qui viennent de quitter le nid familial et qui cohabitent pour leurs étude. Elles ont de très modestes moyens pour la nourriture (le reste de l'argent allant pour le logement et les études). Je pense qu'elles apprécieront ce dahl et autres recettes!
Merci encore pour cette simplicité, bises.

venezia 14/10/2016 20:00

Loulou,
Je suis certaine que tu vas te régaler, je pratique de nombreuses variantes (c'est excellent avec des aubergines) en changeant les épices à l'occasion.

S4br1n4k 11/10/2016 15:02

Quel plaisir de te lire et te trouver si inspirée, ça donne envie de la connaître, cette Jack! Tu m'as rappelé un plat que je mangeais souvent dans les années de vie d'artiste, ça remplissait et il n'y avait que 5 ingrédients : lentilles rouges, tomates (en boîte ou fraîches selon la saison), oignons, huile d'olive, cumin. Je broyais le tout pour en faire un potage lisse en ajoutant du bouillon ou de l'eau. Simplissime, mais bon. Continue à nous faire voyager, j'adore tes articles!

venezia 14/10/2016 19:59

Sabrina,
j'aime beaucoup ton expression "vie d'artiste", essayons d'avoir une vie d'artiste, c'est un beau programme

michele 11/10/2016 09:40

Il y a des personnes qui ont une vitalité incroyable! Jusqu'au changement de sexe, je n'en reviens pas.
Ton article représente pour moi ce qui est si palpitant dans la vie : lire, cuisiner, transformer, réfléchir...

Une vraie douche pour mon cerveau ce matin.
Bisous!

venezia 14/10/2016 19:58

Michèle,
je partage totalement tes sujets de palpitation!

Ariaga 10/10/2016 17:03

Formidable cet article qui montre comment, dans ce monde de gaspillage on peut ne pas baisser les bras et faire avec peu. quand je pense à tout ce qui part à la poubelle ! Amicales bises.

venezia 14/10/2016 19:57

Ariaga, oui, je trouve que cette femme donne une sacrée leçon!

Anne 10/10/2016 16:52

Elle est superbe ta recette; en la lisant, effectivement, je pensais à un dahl, sauf le vin blanc... Je ferai ça sans doute, car en plus de mes proches, je viens de rencontrer un gars fou de cuisine indienne; merci, princesse au petit pois (il n'est pas dans ta tête, en tout cas!)

venezia 10/10/2016 17:02

Anne, le vin blanc est ma touche personnelle pour sophistiquer un peu. On peut mettre aussi à la place une légère rasade de bon vinaigre qui s'accorde bien avec la note légèrement sucrée de la sauce tomate;
PS le petit pois est sous le matelas, comme l'a si bien expliqué Andersen!

mlk 10/10/2016 13:28

Lire....quelle impertinence et créativité à survivre pour ce turbo de femme...elle vit

mlk 10/10/2016 13:26

Quelleil faut l'être quand les revenus baissent et cuisiner rend joyeux, enfin c'est un cadeau presque gratuit, une sortie, un plaisir impertinence et créativité pour ce turbo de femme. Je combine souvent lentilles carottes et curry et riz. Un peu de tahin pour lier la sauce aux oignons.
Admirable cette Jack et merci à toi de nous la faire connaître

venezia 10/10/2016 17:00

tu me donnes une idée avec du tahin, ma chère Mlk!