Brume de sommeil, elixirs floraux et une surprise

Publié le 6 Juin 2017

 

Pourquoi des mois de silence sur le blog? Pour une bonne cause, la rédaction d'un nouveau livre qui devrait sortir en septembre. Ça, c'est pour la surprise.

 

La brume de sommeil dont je vais parler dans cet article a été testée pour le bouquin. Je donne ici une formule à peine modifiée que je viens de refaire et que j'apprécie beaucoup. Le thème central de ce nouveau travail (avec pas mal d'essais ces dernier mois… ) tourne en effet autour des parfums maison et des ambiances parfumées… en version moins sophistiquée que les recettes données au fil des années sur ce blog mais avec de nombreux supports que j'ai cherché à diversifier et à apprivoiser.

Quant aux élixirs floraux, que j'ajoute quasi systématiquement dans mes recettes, j'expliquerai dans un prochain article comment en fabriquer…En effet, lors d'un récent voyage au Laos où je suis allée voir une amie, nous en avons confectionné un. 

Brume de sommeil à la fleur d'oranger

 

25 gtes HE petit grain bigarade

10 gtes HE petit grain mandarine

20 gtes HE lavande

5 gtes HE vetiver

8g solubol (dispersant des HE)

10g teinture de roses maison

1g elixir Sommeil (Elixirs&co)

1g élixir de fleurs de champaca du Laos

0,7 cosgard (conservateur)

78,6 g eau de fleurs d’oranger (je l'achète dans une boutique de produits tunisiens à Belleville)

 

Dans le livre, -pour limiter les coûts- je n'ai choisi que trois huiles essentielles, comme dans les 9/10 des recettes présentées, et un seul élixir.  

 

Procédé

Il est simplissime. 

Compter les gouttes d'HE dans un bécher stérilisé. Ajouter le solubol, bien touiller.

Puis ajouter le reste des ingrédients en suivant l'ordre de la liste ci-dessus, c'est à dire en commençant par ceux qui renferment de l'alcool pour parfaire la dispersion. Bien touiller avec une baguette après chaque ajout.

 Conditionner en vaporisateur.

Le choix des ingrédients 

J'ai cherché à réaliser un mélange parfumé à vocation apaisante, à la fois équilibré et qui tienne.

Petit gain bigarade et lavande: dans son livre à couverture rose (je l'appelle par affection le livre rose… ) "Aromathérapie", Monica Werner rapproche ces  HE tant leurs effets sont voisins, en raison de la présence chez les deux, en quantité élevée,  d'esters (acétate de linalyle) et de linalol aux vertus relaxantes, rééquilibrantes et antidépressives. 

Petit grain mandarine: là, c'est la présence d'anthranilate de méthyle, un autre ester, qui rend cette HE si apaisante. 

Vetiver: j'adore son parfum racine. C'est dans le livre rose de Monica Werner que j'ai découvert avec ravissement que son HE favorisait, elle aussi, le sommeil et apportait de l'apaisement, notamment en raison de la présence de cétones sesquiterpéniques. 

Teinture de roses : en interne, la teinture de rose apaise et calme. En externe, c'est surtout pour son léger parfum que je l'utilise. 

Eau de fleurs d'oranger: son parfum solaire est une incitation à la détente 

Elixirs : pour la touche énergétique. J'en ai combiné deux dans cette recette. L'un, déjà prêt, l'autre fabriqué au Laos. j'en reparlerai dans un prochain article. 

Utilisation

Je conditionne cette brume en vaporisateur et pschitte directement sur l'oreiller. Puis je passe délicatement ma main sur le tissu et  plonge mon nez dedans avec délices.

 

Rédigé par venezia

Publié dans #aux petits soins

Repost 0
Commenter cet article

michele 09/06/2017 15:49

J'attends avec impatience ton livre!
Le précédent sur les élixirs sera ma lecture d'été parce qu'il me demande quand même un effort ^-^

Tu me ravis à utiliser des petit grains dont la palette d'activité est aussi grande que celle des lavandes. Je trouve que ce sont des panacées, des couteaux suisses que l'on ne devrait jamais délaisser.

Je conseille souvent aux personnes qui n'apprécient pas l'odeur de la lavande trop connotée produits de ménage pour eux de se pencher sur le petit grain bigaradier. C'est une HE assez difficile à apprivoiser je trouve.
Elle développe son parfum une fois diluée ou mariée à d'autres, j'adore et il existe de véritables crus à découvrir.

Tu utilises souvent du solubol je vois. Ne pourrais t-on pas juste y mettre un soupçon de lécithine, l'ingrédient phare?

Quant au livre de Monica et Ruth (pour toi c'est le livre rose), il est à multiples lectures. C'est peut-être le ivre d'aroma qui me sert le plus parce qu'il est rédigé.
Je veux dire que ce n'est pas qu'un simple catalogue ou un recueil d'impressions plus ou moins personnelles voire fumeuses; c'est un véritable livre où les auteurs se corsètent de chimie (seule vérité des HE) et donnent toujours ce qui nourrit la part énergétique de ces trésors végétaux. On les sent et ça nous fait quelque chose au cerveau que ces 2 auteurs relatent parfaitement bien en mots justes et ciselés.

Je pense que ce n'est qu'en connaissant la chimie des HE qu'on devient un aroma-utilisateur averti et surtout qu'on peut faire beaucoup avec très peu d'HE.

Ta composition doit sentir super bon; je vais me faire ce mélange dans un flacon avec mon vétiver de Mada que j'adore, et mon PG biga de Corse que j'adore et mon PG manda de Corse aussi que j'... je chavire!

venezia 09/06/2017 17:12

J'utilise vraiment beaucoup les petits grains (d'ailleurs, il faut que je reconstitue mon stock) car je les trouve efficaces -par exemple je trouve le petit grain combava très bon anti-inflammatoire- mais aussi intéressants pour la subtilité de leurs notes, à la fois sur le registre agrumes, mais aussi boisé ou vert. Comme tu le soulignes, il faut les apprivoiser car le plaisir olfactif n'est pas immédiat; donc les mélanges leur vont bien.
Je reviens moi aussi toujours au livre de Monica et de Ruth, plus un bouquin plus basique et simple mais qui me parle beaucoup, celui de l'australienne E. Joy Bowles car elle aussi met l'accent sur la composition chimique, avec une rubrique mode d'action pour chaque huile où elle part des molécules.
J'utilise le solubol car c'est facile à manipuler ( à peser et compter). Pour les grosses quantités à diluer, je passe à l'huile de ricin sulfatée.

Sykvie 09/06/2017 13:00

Merci pour cet article qui me plait beaucoup !
Simple a faire ,tu donnes envie ..
J ai une huile essentielle de champaca qui effectivement sent tres bon !
J ai souvent ramene des boutures de frangipanier de la Réunion, mais elkes n ont pas pris

venezia 09/06/2017 15:31

Sylvie,

Je suppose que te boutures n'ont pas dû avoir assez chaud, hélas…
Pour le livre, j'ai vraiment essayer de donner des formules faciles à réaliser, mais efficaces, enfin je l'espère. Comme j'ai une très bonne HE de vétiver, on la sent malgré le faible dosage dans la formule

valerie 08/06/2017 15:14

Quelle belle formule, et quelle belle nouvelle ce livre ! Je vais l'attendre avec impatience...

venezia 08/06/2017 16:44

Merci pour ta visite Valérie, je n'ai pas encore la date exacte de sortie du bouquin. Je préviendrai…  si j'arrive à la connaître!

Anne 08/06/2017 14:04

Tu me fais rêver avec tes brumes, tes élixirs........Ton existence nomade me plaît, ta générosité aussi. Ton livre, je l'attends avec impatience!
Toujours gypsy, je navigue entre Nîmes, Marseille, Collioure et Toulouse avec un ami artiste qui e traîne et m'entraîne d'expos en expos, je m'enrichis! Bises, Vénézia! j

venezia 08/06/2017 16:43

Ma chère Anne,

Profite bien de tes errances artistiques et ensoleilléesl. Bises

Nathalie Bazin 07/06/2017 11:37

Ma chere Venezia ! je garde précieusement la recette pour l'offrir a ma mere lors d'un prochain voyage...ca doit sentir divinement bon.
Pour etre tout a fait precise, l'elexir realise a Champasak, a ete fait avec le Dok Champa, ou fleur du frangipanier ou Plumeria, la fleur emblématique du Laos. Le Champaca (qui est aussi de la famille des magnolias) est une fleur jaune orangée, qui ne fleurit qu'une fois par an (maintenant) et l'odeur est très forte, voire entêtante.
Lolapit, pour les propriétés du Dok Champa, elles ne sont pas évidentes ; au Laos, cette fleur servirait d'abris aux esprits (plutôt malefiques). Mais dans les ceremonies animistes/bouddhistes ces fleurs sont offertes aux divinites. Je n'ai pas eu de reponses tres claires concernant les propriétés de cette fleur de la part des locaux. Mais une chose est sure, pour l'avoir teste cet elexir agit sur les reves !
A tres bientot

venezia 07/06/2017 14:55

Ma chère Nathalie,

Nous avons dû répondre à Lolapit à peu près au même moment!

De retour à Paris, j'avais cherché des info sur d'éventuels élixirs de champaca blanc mais pas trouvé grand chose d'autre que le lien que je donne vers les élixirs hawaiiens.

Lolapit 07/06/2017 09:31

Venezia, tes brumes m'enchantent. Raffinées et pleines de promesses et surtout, surtout, donnant toujours et encore envie de faire, au delà du copiage servile. Un livre!!! J'en connais quelques unes qui vont guetter sa sortie et s'y vautrer sans retenue.
Ayant cessé progressivement de dormir comme un bébé (cherchez pourquoi ;-)), celle-ci m'inspire particulièrement.
Une petite question : j'avais ramené de Thaïlande une huile essentielle de Champaca dont j'avais adoré l'odeur sur place et qui est un petit moins à sa place en région parisienne. ça fait ça, souvent, malheureusement. Connais-tu des vertus particulières à cette fleur pour l'avoir utilisée en élixir. Je connais ta passion pour les élixirs floraux. Je continue à douter, encore et encore mais te lirai avec le plus grand intérêt car ton instinct est très sûr, d'habitude.
Dernière chose : si en plus on a le feu vert pour le vétiver, je sens que je vais foncer. L'utilisation apaisante est peu connue, en effet. Moi ça m'enchante.
Merci!

venezia 07/06/2017 11:51

Ma chère Lolapit,

La fleur appelée champaca au Laos est celle du frangipanier (plumeria), j'ignore s'il s'agit exactement de la même que celle utilisée en HE ou en absolue. .
Je ne connais pas l'huile essentielle de champaca, un peu plus l'absolue, mais je suppose que leurs propriétés se rapprochent. Ça doit sentir excessivement bon.
je te mets en lien les infos de Néroliane qui en parlent bien: http://www.neroliane.com/blog/le-champaca-en-aromatherapie-energetique.
L' élixir d'une fleur na pas toujours les mêmes propriétés que l'HE correspondante.
L'elixir de champaca (rouge) fait partie des élixirs du bush australien sous le nom de red suva frangipani. En voici un lien. http://www.lesfleursdebach.com/fr/fleurs-du-bush-australien/219-red-suva-frangipani-chagrin-d-amour.html
Il est ié à la paix intérieure, notamment après une rupture. Je n'ai pas trouvé d'élixir de frangipanier blanc encore commercialisé, meme si un site hawaiien en parle et devrait en proposer un jour:
https://www.floracorona.com/blogs/news/102638593-frangipani-hawaiian-flower-essence
Quand nous avons fabriqué cet élixir, j'avais demandé à mon amie de choisir elle même la fleur qui l'inspirait, sans se documenter avant. Elle a choisi cette fleur selon son cœur. Elle et moi nous avons trouvé qu'elle agissait bien sur le sommeil sans avoir testé beaucoup d'autres utilisations!