Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Princesse au petit pois

Des plantes au parfum, des voyages, des inspirations culinaires ou botaniques

Souvenirs d’Iquitos, au Pérou, gravement touché par le coronavirus

Habitations flottantes au centre d’Iquitos, masque inspiré de l’ayahuasca, fresque au centre
Habitations flottantes au centre d’Iquitos, masque inspiré de l’ayahuasca, fresque au centre
Habitations flottantes au centre d’Iquitos, masque inspiré de l’ayahuasca, fresque au centre

Habitations flottantes au centre d’Iquitos, masque inspiré de l’ayahuasca, fresque au centre


J’ai séjourné à Iquitos lors de mon voyage au Pérou à l’automne dernier. J’ai appris avec beaucoup de tristesse que la ville, pourtant isolée - on n’y arrive qu’en bateau ou en avion- avait été foudroyée par la pandémie du coronavirus, d’autant que sévissait en même temps une épidémie de dengue.

Iquitos est une drôle de ville, quasiment déserte les weekends où tout est fermé ou presque. C’est aussi une ville qui attire beaucoup de touristes cherchant à faire des trips chamaniques avec l’ayahuasca, la liane hallucinogène  phare de la zone amazonienne. J’ai arpenté le centre et les alentours proches en tous sens, à pied et en tuk tuk motorisé, sous des pluies parfois diluviennes. 
 

En ville

dans l’ordre:
- pluie....

-promenade aménagée en surplomb de l’Amazone fleuve

-la maison de fer imaginée  par Gustave Eiffel. Elle est devenue un café, o j’allais déguster tous les matins...

-un délicieux jus d’açai, goût framboise-chocolat

Au marché de Belen

 


 

-piments écarlates

- poisson d’Amazonie (J’ai  le nom dans mon carnet de voyage resté à Paris) 

- tabac, notamment utilisé  dans les cérémonies

j’ai déambulé dans les petits musées locaux.
 

coiffe d’indien kayapo au musée des cultures indigènes
 

J’ai fait une modeste virée en bateai pour visiter
La réserve à papillons de Pilpintuwasi
 

-sur le rio Nanay pour rejoindre la réserve, 

-vente de caïmitos ( pouteria caïmito), des fruits locaux dégustés sur place (je n’en ai pas vu ailleurs)
 

J’ai aussi pu consulter sur place des livres (coup de chance, l'hôtel où je logeais disposait d’une magnifique bibliothèque) pour en connaître un peu plus sur la flore locale. (Mes notes sont à Paris)
je  publie donc seulement ces photos commentées en hommage et soutien à cette ville. Elle avait connu un temps faste au moment de l’exploitation du caoutchouc ( qui mit à mal beaucoup de travailleurs).

Au musée des vieux bateaux

Vieille carte de l’Amazone et de ses affluents

Affiche des années Trente pour la promotion des voyages touristiques sur l’Amazone
 

De cette époque prospère, Iquitos en a gardé une magnifique architecture souvent en déshérence aujourd’hui. Il y a aussi des zones à la dérive et je ne doute pas qu’elles ont été les plus durement touchées par la pandémie.  

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

venezia


Voir le profil de venezia sur le portail Overblog

Commenter cet article

Anne 15/06/2020 09:55

Tant pis, mon commentaire semble avoir disparu, mais sache que je t'ai lue. Avec tristesse!

venezia 15/06/2020 10:19

Le commentaire ne disparait pas, c’est over blog qui yoyote????

Anne 15/06/2020 09:55

Ma belle- fille, sa maman sont péruviennes (pour ma belle- fille à moitié) et je vais les envoyer sur ton blog. C'est triste; en Inde, aussi. Partout. En France, terriblement mal géré; cependant, nous sommes dans des pays privilégiés. Voyager permet de pouvoir comparer………...Je t'embrasse. Merci pour ce bel article, princesse qui n'a pas un petit pois dans la tête!

venezia 15/06/2020 10:19

Tu as raison Anne, voyager nous permet de comprendre combien nous sommes des privilégiés, il ne fait jamais l’oublier. Cela relève du karma d'être là où nous sommes mais ce n’est pas une raison pour oublier le reste di monde.

mlk 14/06/2020 16:11

Terrible ce virus qui je l'espère n'aura pas raison de ces civilisations où la mère terre est respectée, enfin j'aime à le croire.ce masque en tourbillons de verts est fabuleux
Hommage émouvant et toujours documenté et commenté de sorte que nous lecteurs en errance touchions et ressentions l'âme de cette ville en "déshérence".
Compassion est un mot de coeur triste

venezia 15/06/2020 10:22

Ma chère Mlk, tu sais toujours trouver les mots justes., merci.

Oui, ce masque peint par un artiste local ( j’avais demandé) m’avait frappé par sa puissance evocatrice.

Sylvie 14/06/2020 07:27

Quelle tristesse ! Mais malgré cela , tes photos donnent envie d aller visiter cette ville et faire les marchés.

Ce virus aura fait beaucoup de victimes et bien sur les pays plus pauvres sont plus touchés...c est terrible et affreux...
Bon dimanche ????

venezia 14/06/2020 09:07

Je suis triste pour le Pérou (où je suis souvent allée il y a longtemps..). Le covid y fait des ravages alors que pourtant le pays avait confiné très tôt