Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des plantes au parfum, des voyages, des inspirations culinaires ou botaniques

Toujours confinée à Roscoff... j’herborise (3) pâquerette et plantain

Pâquerettes et plantain
Pâquerettes et plantain

Pâquerettes et plantain

J’ai commencé à récolter des pâquerettes et du plantain dès le début du confinement car ils sortent très tôt au printemps. 
Les pâquerettes sont partout, et notamment au beau milieu des chemins, impossible de les y ramasser. Mais il y a aussi quelques prairies pimpantes propices a la cueillette. Depuis des années, je prépare des macérâts huileux de pâquerettes, excellents dans les baumes tonifiants pour la poitrine. 
Ici, j’en ai incorporé  dans un sérum huileux pour le visage et dans un baume régénérant pour la peau, les deux produits que j’ai préparés à partir de mes petites recoltes. La pâquerette possède également des propriétés anti inflammatoires, dépuratives, etc ( voir l'excellent article d’Althea Provence ici). Comme on peut en utiliser également en infusions, j’en fais sécher un peu plus que pour confectionner les macérâts. 
 

On aperçoit des pâquerettes, les minuscules fleurs de bourrache et feuilles de plantain dans la préparation du macérât pour le sérum 

Le plantain lui aussi se trouve partout, il suffit de baisser le nez pour découvrir ses feuilles caractéristiques, avec leurs nervures longitudinales. J’ai préféré récolter ses plus jeunes feuilles, à petites doses, selon mes besoins, pas la peine d’en faire provision car mieux vaut l’utiliser frais ou à peine séché  ( voir également l’article d’Althea Provence Ici).une feuille de plantain froissée , voire mâchouillée, calme très vite si on l’applique sur une piqûre  d’insecte. Le plantain est un bon régénérant cutané, et c’est pourquoi j’en ai aussi ajouté dans mon sérum et mon baume. 
 

Sérum huileux pour le visage


Macération effectuée au bain marie à chaud dans de l’huile de jojoba trouvée en pharmacie et un peu d’huile d’olive bio de ma cuisine., plus deux gélules de vitamine E ( pharmacie également). J’ai utilisé :

- des fleurs de pâquerettes

- des fleurs de bourrache ( c’est l’huile extraite des graines qui a été étudiée)

- des fleurs de pissenlit de mon jardin ( un clin d’oeil à mes essais quand j'étais gamine et que je faisais des infusions de fleurs de pissenlit contre les taches de rousseur!)

- du géranium Robert fleurs et feuilles séchées 

- des feuilles de plantain hachées et à peine séchées.  

-quelques gouttes d’huile essentielle de lavande fine bio. 

Je l’utilise depuis un mois, et j’en suis très contente.


Baume régénérant pour la peau

Le macérât figé (fait pas chaud à Roscoff)

Comme je ramasse, je m’abîme parfois les mains, notamment avec les épines des aubépines ou des ronces.

J’ai réuni dans un petit pot en verre, des feuilles fraiches de plantain haché, des feuilles de consoude séchées et hachées, des sommités fleuries séchées de géranium Robert, des fleurs de pâquerettes, que j’ai à peine humidifiées d’un soupçon d’alcool à 96 ( un fond miraculeusement retrouvé dans un placard). Le lendemain, j’ai recouvert d’huile d’olive et d’huile de coco bio( trouvée en supermarché), fait macérer à chaud au bain-marie. J’ai obtenu un liquide d’un magnifique vert profond. 
pour le baume, en l'absence de balance, j’ai fait au jugé. 
J’ai râpé un peu de cire d’abeille d’opercule (un vieux cadeau de Michèle que je conservais à Roscoff), ajouté un soupçon d’Olivem (mini-commande d’AZ), pour pouvoir incorporer un peu de teintures de prunellier et de géranium Robert, -olivem, cire et teintures: l'équivalent d’une petite cuillère à café pour chacun- pour environ 60 ml de macérât huileux, mesuré au verre doseur. 
J’ai ajouté à la fin 5 gouttes d’huile essentielle de lavande fine.
 

Le baume vert réalisé 

J’ai fait les fonds de tiroir pour trouver des contenants.
Le reusltat: un baume d’un beau vert, qui prend lentement, je suppose à cause de l’olivem qui ralentit la prise - et le peu de cire d'abeille- Je le teste avec profit sur mon pouce entamé. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
venezia


Voir le profil de venezia sur le portail Overblog

Commenter cet article
M
J'adore lire toutes ces herborisations. Les plantains sont devenus fous par ici, que ce soit le lancéolé ou le grand plantain, ils sont grands, beaux et très vigoureux. Je n'ai pas d'idées pour l'instant tu crois ça?

En juin, on ira cueillir du millepertuis.
Répondre
V
Essaie le plantain frais dans les savons? Je manque de matériel ici pour savonner, dommage
M
superbe ce champ de paquerettes.... le plus simple avec les simples ne t'empêche pas de faire du sophistiqué. Tout cela me fait et donne un plaisir fou.
Ma soeur a sur son balcon plein de pôtées de géranium à robert, j'ai implanté chez moi et je suis toute guillerette, c'est beaucoup et énorme tous ces compagnons de la nature.
Et ce vert et ces petites fleurettes, je te le dis cela booste mon envie et ma vie et mes veines.
Répondre
V
Coucou Marie Lyne.
oui, pâquerettes et plantain se trouvent partout, il faut juste veiller à vérifier leur environnement immédiat. Pour les préparations, c’est mieux le plantain frais. Je suis contente de mes essais car les produits fonctionnent bien. Bises
S
Comme quoi les préparations simples sont aissi efficaces...
Je lis que tu as fait une teinture de geranium robert , bonne idée ...

Je trouve le printemps magnifique cette année, peut etre est ce du a la pluie abondante ? Où le fait que je prenne plus de temps !

Hier petite balade en voiture pour voir la mer , on ne peut pas encore marcher sur la plage , en traversant la garrigue j ai vu.le ciste en fleur ....genial .

Merci pour ton partage !
Répondre
V
Sylvie,
Je n’ai pas pu sortir hier tant il y avait tempête. Je vais me rattraper.J’ai vu des cistes aussi ici, je tâte leurs feuilles pour dénicher les odorants :) Bonne balade
A
J'ai hélas écrit un commentaire qui n'a pas dû partir. Zut! Tant pis, imagine juste ma trace...
Répondre
V
Non, non, tes commentaires sont bien là, mais ils ne s’affichent que si je le fais moi même car j’ai eu énormément de messages polluants en russe, anglais voire chinois que je devais effacer. Donc pour l'instant, je dois modérer les commentaires
A
Coucou, voilà deux plantes qui ne manquent pas!
Ici, zone verte, on est déconfinés, mais on n'a jamais eu l'impression d'être confinés, car grande maison, grand jardin, petit hameau isolé, tempéraments actifs. Ceci dit, l'absence de liberté est frustrante. L'impression qu'o m'a rognée les ailes. Une grosse envie de fuite……………….Bises amicales!
Répondre
V
Bonjour Anne,
Confinée en Bretagne, je n’ai pas à me plaindre: mer proche, araignée de mer au menu et voisins charmants. Mais mes amis m’ont manqué, ma famille aussi, et j’ai vécu, au début surtout, dans une sorte de sidération. Je vais enfin pouvoir marcher un peu plus loin...mais ne rentre pas encore à Paris.