Publié le 27 Avril 2006

L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/fees/fee009.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
J'en reviens encore aux hydrolats car ce sont des capricieux qui vous forcent à gamberger.

Je me demande souvent pourquoi certains ont des odeurs franchement pas terribles, surtout quand ils sont purs, alors qu'à priori on pourrait imaginer le contraire. Un seul exemple? La lavande… l'hydrolat pur ne sent vraiment pas très bon. En revanche, il suffit juste d'un trait dans un verre d'eau pour retrouver au goût la simplicité virginale, presque minimaliste du parfum de la fleur. 

J'ai redécouvert cette variabilité des parfums et du goût des hydrolats un peu par hasard, en testant le mélange "Bois dormant" (lavande-tilleul-camomille) de Biotope des Montagnes, … qui dormait justement dans l'un de mes placards. Je me suis dit entre la lavande et la camomille, ça ne va pas être terrible. Mais avec juste deux petites cuillères dans un verre d'eau, surprise, c'est très bon au palais… et très efficace de surcroit.


Une fois de plus, je me suis replongée dans le livre de Suzanne Catty: "Hydrosols, the next aromatherapy ", (Healing Arts press) car je me suis souvenue qu'elle fait toujours la différence entre  hydrolat pur et dilué, au plan du nez comme du goût. J'insiste, car il est très surprenant, -quasi magique parfois- de découvrir cette différence. Elle est parfois si grande qu'on pourrait penser qu'il s'agit de deux produits différents. Vient cette idée qu'en raison de la concentration, le bouquet aromatique d'un hydrolat pur n'a pas de place pour s'exprimer

J'ai aussi réalisé une chose toute bête: en coupant un hydrolat avec un autre, on le dilue … Ainsi le géranium tout seul, faut aimer, coupé avec de la rose, ça devient exquis en brume parfumée à vaporiser. La dilution lui a permis de s'épanouir.

… J'ai été surprise que Lydia Bosson n'aborde pas du tout la question du parfum dans son livre "L'hydrolathérapie " (Amyris).
                                                                          L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/fees/fee039.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voici donc un classement un peu arbitraire des hydrolats selon leur facilité à nous séduire… 
Hydrolats faciles (ceux qui sentent bon, avec peu de variations entre purs ou dilués): eau de fleurs d'oranger, menthe poivrée, cassis, cannelle écorce, laurier, rose.
Hydrolats qui se bonifient en dilution et qui gagnent vraiment à être testés pour la surprise qu'ils provoquent: géranium, lavande, romarin, petit grain mandarine, camomille allemande, verveine, mélisse, sauge sclarée.
Un dur à la détente: l'achillée millefeuille,
 Hydrolats au parfum singulier, purs ou non: encens, hélichryse italienne, carotte.
                                                                                               Ne pas oublier, en faisant  ses petites expériences, que les hydrolats ont une durée de vie réduite… S'en débarrasser si leur odeur ou leur apparence a changé…

Edit 5 nov. 23007
 
J'ai supprimé l'indication de conserver les hydrolats au froid. Selon Christian Nugier du jardin des Nielles et des senteurs, ce n'est pas du tout nécessaire, pas plus qu'il ne faut utiliser un flacon à fermeture  hermétique. Selon lui, un hydrolat, comme un bon vin, doit pouvoir respirer.
L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/fees/fee009.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 25 Avril 2006

L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/fees/fee073.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Pour celles qui ont la flemme de se lancer dans la cuisine aux huiles essentielles, des suggestions tirées notamment du livre de Valerie Cupillard, «Cuisiner aux  huiles essentielles» (ed. la plage), que je généralise ici. Pour toutes ces préparations, utiliser des HE, bio si possible, en tout cas de très bonne qualité.

1. Huiles parfumées. Il suffit d'incorporer quelques gouttes d'HE  dans un support huileux, en respectant les proportions. Je suis souvent effarée quand je lis les doses suggérées dans certains ouvrages… je pense à celui de  Valerie-Ann  Worwood, par ailleurs excellent "The fragrant pharmacy" (Bantam Books) . Elle donne 1 goutte par centilitre, ce qui fait 100 gouttes par litre, quelle que soit l'HE utilisée… pour certaines vraiment entétantes, à moins d'utiliser ça au compte-goutte au sens strict du terme, je ne vois pas comment on peut faire sans avoir le palais saturé.  Valerie Cupillard donne des proportions très variées selon les HE… Pour le citron, dose maxi: 1 goutte par centilitre, donc… 100 gouttes au litre…J'avoue ne pas avoir testé … J'essaierai probablement, ne serait-ce que pour voir ce que ça donne dans une mayonnaise au citron.
J'ai préparé de l'huile d'olive au poivre noir de Madagascar avec 1 goutte d'HE  pour 30ml d'huile d'olive. Curieusement, l'HE perd beaucoup de son parfum très boisé quand elle est diluée. J'ai fait des essais sur des salades… je ne suis pas convaincue pour l'instant.

    2. Sirops parfumés.
Choisir une base neutre, le sirop d'agave par exemple au pouvoir très sucrant. J'ai préparé un
sirop à la cannelle (HE cannelle écorce, la seule à utiliser en cuisine) en ajoutant 1 goutte à 100ml de sirop. J'en ai ajouté une petite cuillérée à café sur une salade de mangues fraiches, sur une salade de fraises. Exquis. J'ai essayé aussi dans un yaourt à la grecque, qui a moins restitué le parfum que les salades de fruits.   

3. Miels et  confitures parfumés.
On peut faire "le ton sur ton " avec les confitures (HE issue du fruit utilisé pour la confiture). Super et enfantin avec les agrumes. A ajouter impérativement après la cuisson  si on fait soi-même ses confitures. On peut aussi incorporer un peu d'HE pour renforcer le parfum trop faible d'une confiture tout faite. Ou se lancer avec prudence dans des accords décalés. Si on n'est pas sur de son choix, ne pas essayer sur tout le pot… Deux exemples possibles: cassis/ylang ylang. fraises/gingembre (attention avec l'HE de gingembre, assez costaud au goût).
V. Cupillard incorpore également des HE dans du miel, à choisir liquide. Bien touiller. Personnellement, comme j'aime bien la subtilité de goût du miel d'oranger, je n'ai pas tenté l'expérience.

6 Thés parfumés.
L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/nourriture/divers/diver016.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Enfantin. Il suffit de verser l'HE sur le thé en feuilles avant l'infusion dans l'eau bouillante. J'ai fait des essais sur une base de thé de ceylan bio, bon, rond et sans histoire. Quand on est en panne d'Earl Grey, vive l'HE de bergamote (4 gouttes pour 2 cuillérées à thé et deux tasses). Saveur plus acidulée et fraiche en bouche avec l'HE de pamplemousse zeste. Autre essai, pour une boisson très bonbon à la menthe: 2 gouttes d'HE menthe poivrée (mentha piperita) sur 2 cuillérées à thé de thé vert gunpower bio pour 2 tasses.
Si vous trouvez le goût trop fort dans vos essais thé-HE, un truc: ne pas boire la première tasse versée.


Enfin
deux idées que je n'ai pas encore eu le temps d'expérimenter:
4. Vinaigres parfumés
Valerie Ann Worwood donne les mêmes proportions que pour les huiles parfumées soit 1 goutte d'HE  par centilitre de vinaigre, quelque soit l'huile essentielle. Secouer le flacon avant chaque utilisation. A mon avis, mieux vaut tester au coup par coup, prudemment. En sachant  que si les agrumes autorisent un dosage approximatif, ce n'est pas le cas de toutes les autres HE . (Les HE de thym ou de sarriette sont par exemple très puissantes… ) . Mon prochain essai programmé: vinaige de vin vieux+ géranium bourbon.

5. Beurres parfumés
Bien laisser ramollir le beurre avant d'incorporer l'HE, et touiller soigneusement avant de le présenter en petit pot. Je compte essayer prochainement avec des HE d'agrumes, pour le petit déjeuner. L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/fees/fee073.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #petits plats

Repost 0

Publié le 24 Avril 2006

Après Akamuti et Spiezia, le troisième mousquetaire du gang british de la cosméto naturelle et inspirée   est  un site que j'ai découvert récemment. Je ne cesse d'y revenir tant il apporte des informations intéressantes -et non formatées-  sur les ingrédients, une analyse intelligente de la question complexe des conservateurs .… et présente une rubrique jardinage avec un catalogue de graines  qui me fait bien rêver.

http://cwbotanicals.com/
Crabbe and Wylde Botanicals a été créé par Howard Crabbe, horticulteur et Chrissie Wildwood,  qui milite sur son site pour la sauvegarde des espèces végétales sauvages sur exploitées.
Ils proposent à la fois des ingrédients, des graines pour jardiner, des produits tout faits avec des illustrations style 1900.

Ingrédients:
Un bon rayon d'huiles exotiques assez rares comme  fruits de la passion, marula, moringa
-des teintures préparées à partir de plantes sèches ou fraiches (teinture de jasmin, de camomille allemande, de rose de damas, d'achillée, préparées à partir de plantes fraiches… )
 -des teintures élaborées à partir de plantes utilisées dans la médecine ayurvédique (comme l'encens, dont j'ai découvert le nom sanscrit: kapitthapasni)
--du beurre de cacao bio (au même tarif qu'Akamuti) brut ou semi-raffiné et du karité
-un rayon henné avec des explications top sur la teinture, et des poudres de plantes comme la rhubarbe ou le curcuma pour tempérer sa flamboyance.

graines

je trépigne de ne pas savoir où planter les graines de leur catalogue "d'herbes magiques",…  celles des sorcières, datura, jusquiame, belladone.



produits

explications très intéressantes:
-à propos d'une texture gel réalisée à partir de  gomme cellulose
-sur l'extrait de chicorée comme hydratant

sur leur  choix de ne pas  utiliser de borax, toxique

-sur l'extrait de pepins de pamplemousse comme conservateur (et non anti-oxydant), mais aussi  du glucose oxidase, et du lactoperoxidase, rarement cités en cosmétique naturelle.  J'essaie d'en savoir plus sur le sujet.

-Mais ils  incorporent parfois de l'huile d'amande douces, vite oxydée,  dans leurs formules…


L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/magiciens/sorci025.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


Formules dont j'aurais envie de m'inspirer


-Mélanges d'hydrolats
: en  after shave, lavande-hamamélis
comme anti-inflammatoire léger: rose-bleuet-aloes

-Cremes pour le corps à base de mélange d'huiles et de… farine de manioc pour un toucher satiné: monoi, beurre de mangue, cacao, coco, huile d'amandes douce (qu'on peut remplacer par du macadamia) farine  de manioc, extrait de romarin anti-oxydant.
-Du lait de chèvre en poudre mélangé à un peu d''hydrolat de rose comme démaquillant.
-Baume de soin: karité-huile d'olive+6% huile de neem (pas plus, à cause de  l'odeur de soupe à l'oignon de l'huile,  disent-ils)
-Deux recettes pour bébé très séduisantes:
baume : huile de ricin, macérat de souci, karité
baume de massage: huiles de tournesol, olive, macérat de souci, karité.

L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/fantastique/magiciens/sorci025.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 23 Avril 2006

.J'ai découvert "mon" deuxième site en anglais dans le livre de Joséphine Fairley «Guide de la beauté naturelle» (ed. Marabout), où il est cité en fin d'ouvrage.  
L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/nature/fleurs/fleur052.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
 
http://www.spiezia.co.uk

Le Dr Mariano Spiezia et sa femme Loredana ont quitté l'Italie pour la Cornouaille où ils se sont installés avec leurs enfants en 1998. Ils ont créé une ferme bio et une ligne de produits originale. La marque a le label de la Soil association (garant britannique du bio) et une image un peu mondaine, me semble-t-il. Ils sont souvent cités dans les magazines chics et pratiquent des tarifs plus élevés qu'Akamuti. Ce qui n'empèche que le style Spiezia me semble très intéressant car il part d'un parti pris et il s'y tient.

Pour éviter le recours aux conservateurs, il n'y a pas de phase aqueuse dans les formulations.
Tout part de macérations de plantes dans de l'huile d'olive extra vierge, "livrées à l'énergie du soleil et de la lune", traduire explosées aux caprices des cieux de Cornouaille. Les produits sont faits main, et bien sûr, non testés sur les animaux. Pour l'instant, je n'ai pas encore commandé chez eux pour tester, je compte bien le faire, car j'ai envie de découvrir leurs textures de plus près.

Là aussi, on trouve quelques formules aussi courtes qu'inspirées. En voici deux:

-Ainsi, l'hydratant jour se compose uniquement d'huiles de jojoba, de germe de blé, de pétales de roses et de vanille.
-Un baume pour les articulations  s'écrit simplement ainsi: huile d'olive, cire d'abeille, huile de germe de blé, romarin, souci, lavande, camomille, extrait de pépins de pamplemousse.

Spiezia met en avant ses ingrédients préférés: camomille allemande, souci, propolis, romarin, consoude (prudence avec la consoude, à ne jamais appliquer sur une plaie ouverte… ), huiles de jojoba, noyau d'abricot, olive, germe de blé, sésame.
L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/nature/fleurs/fleur052.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Spiezia vient de gagner cette année le prix du meilleur produit issu de l' l'économie bio décerné  en Grande-Bretagne  pour un savon au souci et à la citronnelle (marigold and lemongrass). 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 23 Avril 2006

Dans la suite des expérimentations sucrées aux HE, une nouvelle recette testée… et approuvée par quelques gourmandes…

Cookies citron-clémentine-matcha
Pour 12 cookies environ
6 gouttes HE citron bio
60g farine bio (type 65)
45g flocons d’avoine gros (et bio)
110g sucre roux
1 cuillérée à thé de poudre de matcha (thé vert)
1/2 cuil café bicarbonate de soude
70g beurre en morceaux
1œuf
1 pincée sel
1 petite clémentine confite coupée en petits cubes
 

Préparation
Préchauffer le four a 180° C. Mélanger la farine, les flocons d’avoine, le bicarbonate de soude, le sel et le matcha dans un bol, reserver. Mélanger à la cuillère le beurre, le sucre, l'HE dans un saladier. Ajouter l'œuf, utiliser le batteur pour mélanger jusqu'a obtenir un melange homogene.  Ajouter progressivement la farine puis incorporer la clémentine confite a la fin à l'aide d'une spatule.
Recouvrir une plaque de cuisson d'une feuille de papier sulfurisé et deposer des  petits tas de pate en laissant un espace d'au moins 2 cm entre deux tas.
Enfourner de 12 min à 20 min selon le four. (Pour moi, 12mn, à chacun de tester son four). Les cookies sont cuits quand les bords commencent à dorer. Ils sont encore bien mous. Les laisser refroidir quelques minutes sur la plaque, les séparer au couteau s'ils se sont "réunis" après la cuisson. Ce qui m'arrive à chaque fois… Décoller du papier après 10 minutes. Laisser complètement refroidir sur une grille et conserver dans une boite hermétique. Il est impératif de sortir les cookies "mou-mou" du four si on veut les déguster moëlleux ensuite.

Je voulais essayer la recette avec de l'HE de pamplemousse, mais je ne l'ai pas trouvée assez nette au nez. Couper les morceaux de fruits confits assez petits pour avoir un contraste dans chaque bouchée : note végétale du matcha dans la pâte et acidulé de la clémentine, sur fond légèrement citronné.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #notes sucrées

Repost 0

Publié le 21 Avril 2006

Bien sûr, il y a les livres… comme celui d'Hooly, tout frais, tout neuf, tout gourmand… à savourer et à mettre en pratique avant l'été.
Il y a aussi les forum de touilleuses acharnées et les blogs d'apprenties sorcières…  que je lis avec délectation.



   Mais aujourd'hui, j'ai envie de donner d'autres pistes où piocher - peut être pas la formule magique détaillée jusqu'au moindre détail- mais un style et un état d'esprit qui me plaisent beaucoup. Voilà pourquoi:
Samedi, je suis allée faire un petit tour à la boutique Résonances, près de la place de la Madeleine (à Paris). Je voulais acheter des filtres à thé en papier non blanchi au chlore, ils y sont vendus par 100, ce que je trouve très pratique. A cette occasion, j'ai découvert que la boutique avait changé de logo (devenu fleur bleue) et  se recentrait maintenant autour de la cosmétique"naturelle". Il y a même une marque Résonances. La sélection, plutôt fournie, me semble presque entièrement écolo-correcte… et à prix honnêtes. Tant mieux pour tout le monde… 
Je me suis alors demandée: et le plaisir de se mettre aux fourneaux cosmétiques? Que va-t-il devenir si on trouve le basique sans (trop) se ruiner? J'ai pensé ensuite qu'on pouvait à la fois craquer chez le patissier et mettre les mains dans la farine à la maison. Je me suis dit aussi qu'on pouvait en profiter pour cultiver la différence:
-en privilégiant la fraicheur extrème des produits, avec ce que j'appelle les "cosmétiques de l'instant"… aussi faits, aussitôt utilisés.  Donc vive les infusions, décoctions, et autres… j'y reviendrai un de ces quatre…
- avec des ingrédients difficiles à utiliser en (grande) distribution car trop artisanaux: macérations dans l'huile, ingrédients  de base produits en petites séries et avec un sens éthique poussé,… et c'est là où je veux en venir, à trois marques (anglaises) que je trouve inclassables et dont je visite régulièrement les sites tant j'aime leur état d'esprit. Je les ai découvertes au gré de mes balades sur le net, quand je suis partie à la recherche de beurre de cacao bio, introuvable jusqu'à plus ample informé en France… deux sites sur les trois que je vais détailler en commercialisent, Ces  sites sont rédigés en anglais, je vais donc les présenter et les commenter… en  français bien sûr.

http://www.akamuti.co.uk/
Fondée en 2003 par une jeune galloise, Lindsey Hedges, la marque défend le tout naturel  et  le tout éthique. En langue bemba, une ethnie zambienne,  Akamuti signifie "petit arbre" ou " petite médecine".
Historiquement, c'est le premier site que j'ai découvert. Il propose des produits tous faits d'une  formulation simplissime. J'ai  testé  leur "crême pour le visage à la rose et au thé vert" composée ainsi: huile de rose musquée, hydrolat de rose, huile de jojoba, cire d'abeille bio, huile de pepins de raisin, thé vert (sous quelle forme? ), HE de rose, lavande, ylang ylang.
La creme sentait très bon et faisait la peau douce, J'ai fini le pot il y a belle lurette. C'est l'une de leurs  rares formules qui ne contient pas d'huile d'amandes douces, que j'essaie d'éviter en général car elle s'oxyde très vite et devient alors très comédogène. (Selon les affirmations savantes de Copaiba, chimiste averti, qui propose sur son site une très savante petite grammaire des cosmétiques)


Les formulations sans huile d'amandes douces :
- une huile pour le corps "fleur des iles": avec des huiles de noyaux de pèche, de pépins de raisin, de fleurs de la passion, d'olive et des HE d'ylang ylang, patchouli, géranium.
Deux crêmes de base archi-minimalistes pour les princesses au petit pois qui ne supportent rien:
-une gelée à tout faire pour le corps (elle ne s'appelle pas comme ça): huiles de tournesol et d'olive, cire d'abeille, beurre de karité
-une crême huile d'olive-beurre de karité
-deux crêmes pour bébé
et deux idées de sprays :
-tonique pour se rafraichir les yeux: hydrolats de rose, de camomille (apparemment de la camomille allemande) de géranium
-spray rafraichissant pour les pieds: hydrolats de menthe poivrée, tea tree, verveine, HE lime, tea tree, lemongrass. Secouer avant l'usage.
Je donne ça à titre d'inspiration bien sûr, on peut acheter tout prèt sur leur site, les prix sont très abordables, et ils livrent très vite en France.
Ceci dit, les autres produits ont aussi des formulations très intéressantes et simples, et on peut sbstituer à l'amande douce, une autre huile comme celle de macadamia, présentée récemment par Pescalune sur son blog.

Ce que je trouve interessant chez eux:
-Le graphisme du site et du packaging
  -Leurs explications détaillées sur les filières ethiques de leurs ingrédients. Karité, beurre de cacao, huile de palme rouge viennent du Togo, et sont produits par des communautés de femmes, le miel arrive de Zambie.  
-Leurs formulations courtes, quasi-minimalistes. Avec la restriction sur l'huile d'amandes douces et le fait que je mettrais volontiers  -pour la cosmétique  en tout cas- plutôt des cires émulsifiantes  que de la cire d'abeille pour obtenir une texture plus légère.
Pour les huiles essentielles, ils ont choisi de travailler avec  camomille (allemande), citronnelle, eucalyptus (globulus, qui n'est pas mon préféré, car très fort), encens, géranium, lavande, lemongrass, mandarine, may chang, myrrhe, orange douce, menthe poivrée, patchouli, rose, tea tree, ylang ylang.
Deux reproches: il faut chercher pour trouver la variété exacte employée, planquée dans leur" liste des plantes" et ils oublient de préciser que les HE d'agrumes sont photosensiblisantes, alors qu'ils en utilisent souvent…
-Le fait qu'ils proposent sur leur site la plupart des ingrédients utilisés dans la fabrication de  leurs propres produits, … mais pas tout. J'ai testé leur beurre de cacao, très parfumé, certaines de leurs huiles, leur miel de forêt, magnifique que j'incorpore dans des baumes à levres ou des masques, leur beurre de karité, plus quelques autres ingrédients  en stand by .
-Ils n'utilisent aucun conservateur  … ce qui m'intrigue quand même. Ils s'en expliquent dans leur FAQ (liste des question les plus fréquentes) en disant qu'ils produisent en toutes petites quantités, au fur et à mesure, qu'ils testent la qualité bactériologique de tous leurs ingrédients et qu'ils utilisent des hydrolats plutôt que de l'eau, et en quantité restreinte.   La crême que j'avais achetée avait d'ailleurs plutôt la consistance d'un baume, donc peut être les produits ont-ils une phase aqueuse limitée, ce qui limite la prolifération microbienne…

Affaire à suivre avec deux autres sites anglais…


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 17 Avril 2006

Divers livres sur la cuisine aux huiles essentielles ont déjà été publiés…  mais jusque là, tous ceux que j'avais feuilletés m'avaient laissée, si je puis dire, sur ma faim, tant ça sentait l'expérimentation à la va -vite. Ô joie et gourmandises… je viens de tomber par hasard sur une petite merveille: Cuisiner avec les huiles essentielles et les eaux florales  d'Emmanuel et Valérie Cupillard. (La plage ed., 2006). Je vous le recommande vivement. Valérie cuisine bio depuis fort longtemps, elle met les mains dans la farine (bio) et sait de quoi elle parle. Elle a déjà publié une bonne douzaine de titres gourmands…


               L'image « http://soleilimg1.free.fr/gifs/nourriture/dessert/diver005.gif » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.                

Pourquoi ce livre est formidable? Ses recettes sont exquises, mais surtout, il explique les règles de base de l'emploi des HE en cuisine.
 
1° Pour bien se mélanger au reste des ingrédients, une HE doit s'incorporer à du gras (ça, les touilleuses en cosmétique le savent déjà ) ou à un support sucré (ce qu'on fait quand on dilue une HE dans un peu de miel pour l'ingérer).

2° Pour ne pas trop dénaturer le goût, le support doit être assez neutre. Donc plutôt du sucre de canne clair que de la mélasse, ou, sous forme liquide, V. Cupillard recommande par exemple le sirop d'agave.

3° En cuisant, une HE perd ses propriétés (quand on bricole en cosmétique, on évite les températures supérieures à 40°)… mais pas forcement tout son parfum, à condition de quasiment surdoser (notamment avec les agrumes, précise l'auteur). 

J'ai déjà fait quelques expérimentations que je trouve assez concluantes pour en livrer ici les premiers résultats. Je mets entre parenthèse l'origine des HE que j'ai employées. Il est impératif d'utiliser des HE de bonne qualité, c'est à dire pures, si possible bio et de respecter les dosages. Il s'agit de produits très concentrés.


                                         L'image « http://soleilimg1.free.fr/gifs/nourriture/dessert/nouveau021.gif » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.
Deux idées simples. On peut imaginer plein de variantes.

-avec du thé en feuilles: j'ai versé  3 gouttes d'HE de bergamote bio (Drôme Provençale) sur 3 cuillérées à thé de Ceylan. j'ai touillé, glissé le tout dans un papier filtre puis versé l'eau fremissante dessus. J'ai obtenu  un quasi-earl grey: parfum discret, mais présent  en bouche plus qu'au nez.

-avec de la confiture: 2 gouttes d'HE d'orange sanguine (Héliotropia) dans un pot de confiture d'oranges sanguines de 300g environ, bien touiller. Le parfum est  renforcé sans qu'on devine qu'il s'agit d'une HE. Super.

Deux recettes, fameuses.

Muffins aux canneberges et à l'ylang ylang

Variante, sur une recette de V. Cupillard. Selon elle, l'ylang va bien avec les fruits violets. (Elle a fait ses muffins aux myrtilles, j'ai employé des canneberges -plutôt rouges… - séchées et sucrées, du beurre à la place de la margarine).

4 gouttes HE ylang ylang (la mienne vient tout droit de Madagascar, achetée sur place)
120g beurre,
120g sucre de canne blond,
3 œufs,
180g farine de petit épeautre (on peut le faire avec du blé)
1c à café levure
50g canneberges séchées et sucrées

Allumer le four à 210° (therm. 7). Mélanger le sucre, le beurre ramolli coupé en petits morceaux et l'HE dans un saladier.  Ajouter les œufs un à un, en remuant au batteur électrique. Puis la farine, la levure. Les grumeaux ne sont pas importants pour les muffins, il suffit que la pâte soit bien amalgamée au batteur électrique. Ajouter en dernier les canneberges, touiller à la spatule. Remplir des cassettes en papier aux deux-tiers (les miennes étant assez fines, j'en mets deux pour éviter qu'elles ne se déforment trop). Enfourner 20mn environ.
Pour une palette dans les rouges, j'ai servi ces muffins avec une salade de fraises gariguettes, sucrée au sucre brun. Tout le monde a apprécié, sans deviner le parfum, bien sûr…  assez capiteux, avec des notes chaudes, mais pas ecœurantes. Le lendemain, la force s'est un peu atténuée.

Cake citron-citron

Là, je me suis partie d'une recette de Pascale Weeks, (son blog est un péril pour les palais sucrés) tirée de son mini-bouquin publié chez First éditions (2006) : Cookies, muffins & Co. (Je le glisse dans la poche pour le potasser dans le métro…  ). Je l'ai un peu modifiée (moins de sucre et plus de citron pour le glaçage, du lait de soja à la place du lait, du bicarbonate de soude en plus) et  je l'ai corsée avec une HE de citron bio au nez très franc.

12 gouttes d'HE de citron bio (distillerie Bleu Provence)
100g de beurre,
150g sucre de canne blond
175g farine blanche bio (T65)
1cuil café levure
2cuil café bicarbonate de soude
2 œufs
1 zeste rapé de citron de Menton bio (si vous en trouvez, c'est le citron le plus parfumé)
4 cuil à soupe de lait de soja (car j'avais ça sous la main… )
glaçage: le jus d'un citron et demi, 80g sucre glace (mais non bio)  pour la finesse du mélange. On peut  faire du sucre glace blond en passant le sucre au moulin à café électrique (il suffit de bien nettoyer le moulin en broyant de la mie de pain avant … ).


Allumer le four thermostat 6 (180°). Mélanger le beurre, le sucre et l'HE. Ajouter le zeste rapé, les œufs, battre au mixeur, incorporer le lait de soja, la farine -mélangée à la levure et au bicarbonate- en trois fois, battre après chaque ajout, et continuer jusqu'à ce que le mélange soit bien lisse (ça peut prendre 3 à 4mn). Verser la pâte dans un moule à cakes, beurré s'il n'est pas anti adhésif. Enfourner pour 35mn (à mon four). Arréter quand la lame d'un couteau plantée dans la partie la plus dodue du cake (au milieu) ressort sèche. Pendant la cuisson, préparer le glaçage en melangeant dans un bol sucre et jus de citron.
Qaund il est cuit, sortir le cake, le piquer à la fourchette, le tartiner  soigneusement du glaçage. Démouler un quart d'heure après.
Parfum citronné très long en bouche, on ne sait pas d'où il vient: du zeste, du jus, de l'HE? C'est une véritable déclinaison citron-citron, sur une consistance très moelleuse.
C'est exquis…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #notes sucrées

Repost 0

Publié le 14 Avril 2006

Après la théorie, une page pratique…

 
       

Pour être franche, je suis inviciblement attirée par les hydrolats… qui me le rendent mollement. Je m'explique. Je suis atteinte de collectionnite, heureusement occasionnelle. En stock: lavande, rose, géranium, menthe poivrée, sarriette, sauge sclarée, camomille romaine, fleur d'oranger, cassis, romarin, verveine, cannelle, genevrier, laurier, un mélange Bois dormant et un autre Clin d'œil (les deux de Biotopes des Montagnes), mélisse, épicea, carotte, et un fond d'encens. On est loin de la simplicité volontaire, d'autant que j'en attends d'autres en ce moment…
 Quand je les utilise pour des préparations pour le corps, ça va (crèmes pour les mains, les pieds, les jambes, ce ne sont pas les pièces détachées qui manquent…). Mais quand je les applique sur le visage, la princesse au petit pois se fâche, c'est au mieux la déception, au pire, la cata.
Pourtant, dans mon jeune âge (disons il y a plus de vingt cinq ans), j'ai habité deux ans Athènes. Je carburais alors à l'eau de fleur d'oranger (plus un savon doux, je ne sais plus lequel, c'était avant Mr Alep). Aujourd'hui, si je pschitte (quoi que ce soit), c'est dessèchement assuré, ou alors je dois tant noyer le poisson -si je puis dire- dans l'eau minérale, que je me demande si ça sert vraiment à quelque chose. Mais je m'obstine… et surtout, j'essaie de trouver à ma collection d'autres usages…


                                                        

          
     Ce qui marche vraiment-vraiment: 


-Le mélange dit  "petit paradis", tant je le trouve exquis. A parts égales hydrolats de rose-géranium bourbon-menthe poivrée. J'ajoute souvent quelques gouttes d'HE de géranium bourbon. Qu'est ce que j'en fait? J'en vaporise systématiquement mon baluchon avant tout départ. Pour le parfum… et par superstition -nul n'est parfait- car Lydia Bosson dans son "Aromathérapie énergétique" (ed. Amyris) recommande l'HE de géranium bourbon pour éloigner les casse-pieds…Une HE dopée par son hydrolat: ça devrait le faire… J'en vaporise la maison quand il y a eu pas mal de passage  (pour calmer les ondes, même si elles sont bonnes… ) et je m'en asperge l'été en guise de rafraichissant.
-La sarriette comme rince-bouche, grand merci Bluetansy de m'avoir passé le tuyau, ça éradique tout bobo. Edit 2010 :  J'utilise aussi l'helichryse en cas de saignement de gencives.
-Le romarin mélangé à du vinaigre de cidre (lui même corsé d'une macération de plantes diverses) pour me rincer les cheveux… faut juste que j'y pense. Le romarin convient aux cheveux bruns. pour les blondes, préférer la camomille.
-la fleur d'oranger, à petites doses, une cuillérée à café dans un jus d'oranges maltaises/framboises. Divin.

-ce qui me tombe sous la main, en vrac dans l'eau du bain, quand je trempote en régressant.
-un mélange à base de géranium (100ml), camomille romaine(50ml), camomille allemande (45ml) achillée (5ml), corsé de 1g HE géranium, 1g HE helichryse, 1g HE camomille allemande, pour la couperose/rosacée d'un copain -ça marche bien, c'est lui qui le dit-.
-si quand même, l'hélichryse sur le visage, mais impérativement après un pschitt d'eau minérale, après plein soleil grec sur la figure. Edit 2010:  l'hydrolat de pissenlit en démaquillant me convient très bien. La menthe poivrée en vaporisation est également très agréable, mais plus comme tonique.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 12 Avril 2006

L'image « http://soleilimg1.free.fr/gifs/lignes/nature/nature016.gif » ne peut être affichée, car elle contient des erreurs.

Dans la mesure où Suzanne Catty est l'une des rares à aborder ce thème, je m'en refère donc à son livre. J'ai remarqué par ailleurs que les quelques sites américains qui donnent le PH de leurs hydrosols le font en référence à S. Catty.
Les hydrosols au PH le plus bas sont-ils réservés aux peaux grasses à cause de leur astringence? A l'examen de la liste de S. Catty, c'est souvent le cas, mais il ne faut pas oublier les propriétés spécifiques de chacun (hors PH), ce qui explique qu'un hydrolat acide puisse néanmoins convenir à une peau délicate (bon, je sais qu'on peut avoir la peau grasse et délicate)…  à condition de le couper, j'ai envie d'ajouter.

Parmi les plus acides

Achillée Millefeuille
:  (3,6-3,9): anti-bactérien antiseptique, intéressant pour les pbs d'acné, pour stopper le saignement d'une coupure. 
Camomille romaine (3-3,3): très astringent, à ne pas utiliser sur les peaux sèches explique Catty. A combiner au néroli, bon pour les peaux acnéiques.
Ciste (2,9-3,1) très astringent aussi, cicatrisant, stoppe les hémorragies.
Néroli (3,8-4,5) : à la fois très astringent -pour peaux grasses- mais ajoute aussi Catty pour peaux délicates et sensibles, à condition de ne l'utiliser qu'à 20%, en association avec lavande, rose, et/ou géranium.
Carotte (3,8-4): acide, néanmoins, S. Catty  suggère son emploi pour les peaux abimées, même après un peeling, car il favorise, dit-elle, la croissance cellulaire.
Immortelle (3,5-3,8): cicatrisant, bon également pour les peaux sensibles, matures on congestionnées, en soins post-opératoires. Avec un PH si acide, à mon avis, mieux vaut couper l'hydrolat.
Genevrier (3,3-3,6): pour peaux grasses et acnéiques.

Moins acides
Bleuet: (4,7-5): merveilleux pour les peaux sèches et dévitalisées, dit-elle, pour raffermir la peau délicate du décolleté. A combiner au géranium  pour  amoindrir les effets d'une atmosphère ou d'un climat très sec (en avion par exemple). Pour les yeux aussi bien sûr.
Lavande (5,6-5,9): pour tous types de peau. Proche du PH de beaucoup de produits tout faits, on peut donc l'incorporer sans dommage à ces produits, remarque Catty. Elle le conseille aussi pour ôter le maquillage, bien que pour elle, les plus efficaces soient, par ordre décroissant: camomille romaine-3-3,3-, bleuet  4,7-5 et géranium, 4,9-5,2. (donc du plus au moins acide). La lavande est aussi un bon anti-inflammatoire.
Géranium rosat  (4,9-5,2):  pour tous types de peau, à combiner également aux autres hydrolats. On peut le méler à du miel pour les peaux sèches.
Menthe poivrée (6,1-6,3): recommandé en tonique du buste (pourtant  peu astringent)
… comme on fait en France, ajoute S. Catty…

 et à la demande de certaines:
Rose (4,1-4,4):  PH plus acide que celui d'une peau normale. Propriétés hydratantes, pour peaux normale à sèche, sensible, mature, dévitalisée, recommande S. Catty qui le classe comme "astringent très doux" -opinion que je ne partage pas je l'avoue, je le classerais plutôt comme astringent.

Je me suis intéressée aux hydrolats qu'on trouve -relativement- facilement. S. Catty en étudie d'autres aussi.

Quand je rapproche ces commentaires des indications cosmétiques données par Lydia Bosson dans «Hydrolathérapie» (ed. Amirys, 2005), je relève quelques divergences. Voici ses avis  sur les hydrolats pré-cités (je n'indique que ceux où son opinion diverge,  peu ou beaucoup-).

Camomille romaine: tonique pour peau sensible, sèche irritée.
Neroli: régénérateur tous types de peau.
Bleuet: couperose.
Lavande:
couperose, peau irritée et chaude. 
Menthe Poivrée: acné, (plus peaux fatiguées, coups de soleil).
Rose: astringent et tonifiant pour peaux sèches, apaise rougeurs et couperose.
(Elle n'étudie pas le géranium).

Conclusion: même en tenant compte de ces avis, mieux vaut tester aussi par soi même… Personnellement, pour le visage, je coupe toujours en vaporisant d'abord une eau minérale.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 11 Avril 2006


Vaporiser des hydrolats pour se rafraichir ou même se soigner, c'est bien. Connaitre leur PH, -c'est à dire savoir s'ils sont acides, neutres ou alcalins- c'est encore mieux. Pourquoi?  Parce que tous n'ont pas le même PH . En cas de peau hypersensible, un hydrolat peut donc faire plus de mal que de bien, s'il est choisi au pif.

Bref rappel:
PH neutre: 7.
Tout ce qui est en dessous est acide, au-dessus basique (ou alcalin, comme on veut)
Une peau dite normale possède un PH  de 5,2.
L'eau pure: PH 7
l'eau de mer: PH8
le citron: PH 2,4

C'est en lisant sur la notice d'une creme dermatologique que j'ai à appliquer «ne pas employer de savon acide» que ça a fait tilt. Comme j'utilise des hydrolats pour calmer les irritations, j'ai pensé qu'un hydrolat plus acide que le PH de la peau ne devait pas arranger la situation…
J'ai alors pensé au livre de Suzanne Catty : «Hydrosols, the next aromatherapy»  (Healing Arts press, 2001). Elle y liste les PH de tous les hydrolats qu'elle étudie. Les hydrolats aux PH les plus acides sont en général ceux qui se  conservent le mieux. Mais, pour le coup, ceux qui m'interessaient , c'étaient les autres, les moins acides.

Bingo, les deux gagnants sont:
-l'hydrolat de tilleul (Tilia europaea): 6,3-6,5
-la menthe poivrée (mentha Piperita): 6,1-6,3

Bien placés

santal, blanc (santalum album) 5,9-6
myrte verte (myrtus communis) 5,7-6
lavande(lavandula angustifolia) 5,6-5,9
sauge sclarée (salvia sclarea) 5,5-5,7
thym linalol (thymus vulgaris CT2) 5,5-5,7

Parmi les plus acides
 (donc les plus costauds pour la durée de vie, deux années environ s'ils sont conservés dans de bonnes conditions)
cannelle écorce (cinnamomum zeylanicum ec. ) 3,3
genièvre (juniperus communis) 3,3-3,6 (selon S. Catty, une exception: il est instable, le bougre)
helichryse italienne (helichrsum italicum) 3,5-3,8

Les plus proches du PH de la peau
thym géraniol (thymus vulgaris CT1) 5-5,2
géranium rosat (pelargonium Xasperum) 4,9-5,2
 laurier (laurus nobilis) 4,9-5,2
melisse (melissa officinalis) 4,8-5
bleuet (centaurea cyanus) 4,7-5
Donc  à privilégier si on n'a pas de problèmes particuliers.

Je parle bien des hydrolats et non des huiles essentielles.

Quant à moi, j'ai pioché menthe poivrée, (que j'ai coupée), et je confirme, ça calme bien



































Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0