Publié le 29 Juillet 2008



Je lui ai donné ce nom car la rose des vents rassemble les points cardinaux, or dans mon premier savon, je voulais symboliquement réunir mes sources d'inspiration nord, sud, est, ouest…
Le nom de ce savon vise aussi à apporter une touche de poésie au récit de ma première soirée savonnesque un tantinet grand-guignolesque.



L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules532.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Après voir assisté, fort admirative pour la précision des gestes, à un atelier savon chez Michèle il y a plus de deux mois, j'ai décidé qu'il était temps de me lancer. Devant les réalisations virtuoses des unes et des autres, j'ai choisi pour débuter une formule relativement simple, en tout cas au plan manuel, avec un nombre limité d'ingrédients à ajouter à la trace. 

La soude

Bon, rien à en dire, il en faut … J'en ai trouvé bêtement chez un Mr Bricolage à côté de chez moi, après avoir pas mal cherché ailleurs…

Le liquide pour la dissoudre


Clin d'œil à quelqu'un de cher à mon cœur, je voulais utiliser du vin. J'ai d'abord pensé au vin rouge, pour sa couleur liée à sa richesse en anthocyanes; après avoir lu des
liens trouvés par Michèle puis  découvert que la caractéristique desdits anthocyanes était de virer de ton en milieu basique, je me suis rabattue sur le vin blanc.

En faisant des recherches sur les pigments, j'ai découvert que le curcuma (par ailleurs excellent anti inflammatoire) restait dans les jaunes avec la soude (voir
ici par exemple). J'ai donc fait un premier essai de macération de curcuma dans du vin blanc réduit. La couleur me paraissant intéressante, j'ai gardé la procédure.

La veille de ma folle nuit savons, j'ai réduit de plus de moitié 250g de vin blanc jusqu'à 100g. Ce que j'avais sous la main était un Bergerac, cépages Sauvignon-Sémillon (non, pas un Chablis, Michèle, on finit les bouteilles dans ce cas). Je l'ai fait flamber, puis se concentrer avant de rajouter une demi cuillérée à café de poudre de curcuma bio. J'ai laissé frémir quelques minutes avant d'éteindre. J'ai filtré le liquide refroidi et l'ai transformé en glaçons, me méfiant des réactions de la soude sur du vin, après avoir lu des expériences menées
avec de la bière. J'ai complété (plus de la moitié) avec de l'eau déminéralisée. J'ai choisi une quantité très raisonnable de liquide, en appliquant sagement à la quantité de soude le coefficient multipicateur de 2,8.

Le choix des huiles

Avant de rencontrer Michèle, Hooly a été la première personne que j'ai connue faisant ses savons et dont j'ai pu apprécier les réalisations. J'ai donc décidé de reprendre
l'une de ses formules (venue de Codina)  simple et équilibrée, avec des matières grasses solides: coco-karité-olive. J'ai juste converti toutes les données en g et n'ai pas ajouté, comme elle l'indique, l'huile d'olive à la trace, mais prudemment au début. La recette renferme beaucoup de karité, ce qui m'arrangeait bien, je cherchais à rendre un hommage appuyé à Michèle… (voir l'un de ses savons ébouriffants réalisés avec du karité ici)

A la trace

J'ai décidé de rajouter encore un peu de curcuma (un quart de cuillérée à café) que j'ai dilué dans un peu de pâte à savon juste avant de l'introduire à la trace  Outre ses origines indiennes, le curcuma est dans mon esprit lié aux discusssions que j'ai pu avoir avec Bluetansy sur les épices les plus bénéfiques pour la santé. C'est également un coucou amical à Chabou la veinarde qui part bientôt  en Inde.

Le parfum

J'avais mis en route une macération de vanille dans du tournesol bio avec plein d'anti- oxydant avant mon départ en Grèce. Pourquoi le tournesol? Parce que s'il est bien protégé du rancissement, je trouve le résultat olfactivement intéressant. Pour limiter les manip et donner du fond au mélange, j'ai rajouté deux jours avant à ma macération des huiles essentielles à hauteur de 1% du total des ingrédients.

J'ai choisi, toutes bio: 
-HE ylang ylang: 6g. C'est une odeur capiteuse et puissante, qui tient bien et que j'ai l'habitude d'utiliser en mélanges dans mes préparations cosmétiques.
-HE
curcuma frais: 3g pour nourrir l'option curcuma (j'avais acheté cette HE pour son parfum, mais jusque là, je n'en avais rien fait… )
-HE poivre noir: 1g pour asseoir le mélange et obtenir une note chaude …
Ce qui donne un parfum un peu tropical, à dominante ylang… Même si ce sont d'autres Tropiques que ceux de Malégria, de Catherine,… ou de Mlk, j'ai notamment pensé à elles  en mettant au point ce cocktail.


L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules532.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La nuit savonnesque

Il n'y avait plus qu'à… j'ai attendu jusqu'à la fin du week end, tard dans la soirée…
Vers onze heures du soir, j'ai tout viré et tapissé le coin évier et le plan de travail de papier journal. Tout viré, enfin presque sauf des flacons propres et vides et un bol empli de mini tomates fraiches qui me paraissaient loin du terrain de jeu…

J'ai enfilé une chemise à manches longues, mon pantalon de survet' de yoga, des chaussettes, des gants… plus un petit masque de chirurgien et mon masque de plongée posé très serré par dessus mes lunettes…Il faisait une chaleur quasi tropicale sur Paris ce soir là… Les huiles et  beurres ont fondu tranquillement au bain marie, (moi aussi d'ailleurs, sans bain marie), je les ai transvasées dans un récipient à bec en plastique, préparé les moules en silicone sur un plateau tapissé de papier et de plastique.

J'ai mélangé les glaçons de vin à l'eau dans un verre doseur en pyrex.

Il n'y avait plus qu'à s'occuper de la soude. J'ai mis bien 5 mn à réussir à ouvrir le flacon, n'ayant pas vu qu'il y avait une simple languette à faire sauter, j'avais commencé à attaquer le bouchon au couteau pointu…puis j'ai pesé. J'ai dépassé de 3g la dose prévue… Avec du recul, je pense que le port d'un masque de plongée à onze heures du soir dans une cuisine surchauffée a tendance à ralentir les capacités cérébrales… J'ai d'abord cherché à reverser le surplus dans le flacon de soude… cling cling… un bruit cristallin minuscule m'a fait comprendre que malgré la présence d'un bec verseur sur le récipient destiné à la soude, quelques grains légers s'étaient échappé sur le plan de travail, hors du papier journal et peut être bien sur mon bol de tomates que j'ai donc dû sacrifier la mort dans l'âme, par sécurité… Je sais désormais que "rien sur un plan de travail" signifie "rien sur un plan de travail", fût-il très vaste…

En revanche, la présence inespérée d'un flacon vide et propre m'a permis d'y enfermer ces 3g embarrassants. Ils y sont toujours.

 Je suis retournée près de l'évier, empli théoriquement d'eau froide et de glaçons (le temps que je règle la question de la soude récalcitrante, tout avait fondu puis disparu… ) et j'ai versé la soude sur le liquide. Une magnifique teinte rouge flamboyante est apparue… 50° au thermomètre… l'autre bac encore plein d'eau froide vinaigrée m'a permis de faire descendre la température du liquide à 40°… température également affichée par les huiles.
Je me suis sentie l'âme d'une alchimiste et j'ai procédé au mélange de solution de soude et de matières grasses.Touillant trente secondes à la spatule, j'ai constaté que ça allait prendre très vite. J'ai plongé un (très vieux) mixer dans le récipient et hop, la trace a aussitôt apparu et j'ai obtenu quasiment tout de suite une matière beige et crémeuse plutôt appétissante. J'ai foncé pour diluer le curcuma dans un peu de pâte, l'ai incorporé, j'ai enchaîné avec la macération parfumée, donné un coup de mixer et versé aussitôt dans les moules en silicone, que j'ai bien enveloppés de plastique comme j'avais vu Michèle le faire.

Il me restait à ranger et à régler l'histoire des imperceptibles grains de soude. J'ai rincé à l'eau vinaigrée, essuyé avec du sopalin, re-rincé et ainsi de suite… vers deux heures du matin, j'ai réalisé que si j'avais pensé à ôter mon masque de chirurgien, j'avais gardé celui de plongée… En passant près d'un miroir, j'ai découvert que j'avais une belle balafre rouge sur la joue… J'ai pris peur, j'ai pensé à une marque de soude… puis malgré mon cerveau en apnée, j'ai jugé que c'était très improbable, vue l'armure que j'avais enfilée… En fait, le masque avait comprimé la peau du visage que j'ai donc tartinée longuement d'hydrolat d'hélichryse et de macérat de lavande… Le temps que je finisse mon ménage et que j'inscrive la recette sur l'ordinateur, Il était trois heures du matin… J'ai décidé de tenter de dormir non loin des savons… Vers cinq heures, toujours d'attaque, je n'ai pas résisté, et suis allée leur rendre une petite visite…

Je les ai démoulés hier soir; ils affichaient aujourd'hui (je les ai légèrement égalisés) une couleur "papier kraft " intéressante, et sentent bien l'ylang…

L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules532.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La formule du savon rose des vents

 *L'avant veille (au moins) mélanger à 20g de macérat vanille dans tournesol+AOX: 6g HE ylang, 3g HE curcuma frais, 1g HE poivre noir

*La veille: réduire 250g de vin blanc à 100g en incorporant à la fin une demi cuillérée  à café de poudre de curcuma. Filtrer, mettre en glaçons.








 (un graffiti que je ne parviens pas à effacer… )

120g d'huile de coco indienne odorante (19,74%)
320g de beurre de karité brut sénégalais (52,63%)
168g d'huile d'olive bio (27,63%)

*Soude pour un surgraissage à 5-6%,
liquide= quantité de soude X2,8.
température lors du mélange: 40°C.

*A la trace : un quart de cuillérée à café de poudre de curcuma diluée dans un peu de pâte à savon
+mélange 20g de macérat de vanille + 10g d'huiles essentielles.

L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules532.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Liens:

*Après coup, j'ai découvert que Caudalie avait fait des savons au vin, (formule 
ici) … edta compris

* Curcuma:
ici (en français) et bienfaits en cosmétique (en anglais): ici

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 23 Juillet 2008

L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-043.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Thym

Il y a deux ans, après mes vacances en Grèce, j'avais déjà écrit un article sur le thym grec
ici, (et sur l'origan ) et je ne pensais pas en rédiger de nouveaux cette année. Mais comme nous avons passé pas mal de temps à en ramasser -et pour faire plaisir à  Mlk-, je me lance…

D'abord en images:

                              Les pentes de Fourni, territoire d'un thym au parfum puissant, presque âpre

                              Thym  tout vibrant de fleurs

                                 Des fleurs qui sèchent sur une enveloppe kraft (ce que j'avais comme papier sous la main… )

Ensuite en texte, avec cette description du thym qui me plaît beaucoup:

"Ce végétal, réduit à la taille d'une bruyère et évoquant un minuscule cyprès, croît sur un sol pierreux, au plein soleil de l'Espagne, de l'Italie méridionale, de la Dalmatie, de la Grèce. Il n'est pas exigeant du point de vue du terrain. Il n'a guère besoin d'eau, mais il veut d'autant plus de forces cosmiques: lumière et chaleur. Ses petits feuilles charnues, presque réduites à des aiguilles, montent avec la tige strictement vers le haut; l'inflorescence qui s'en dégage en été est une grappe rose, couleur de bruyère. Les abeilles aiment ces fleurs minuscules. La plante a une saveur épicée, brûlante; son odeur est forte, poivrée, réchauffante mais un peu sombre".

(Wilhelm Pelikan: L'homme et les plantes médicinales, tome I, ed. Triades).


Le plus loin possible de la poussière des routes (peu de routes à Fourni quand même… ) nous ne cueillons que les fleurs, une à une, plus mauves que roses, en nous demandant parfois à quel moment de leur épanouissement les choisir… Conclusion, toujours identique: quand les abeilles butinent les mêmes plants que nous, ça semble un bon signe… Pour éviter toute fermentation avec la chaleur, Il faut très vite étaler la cueillette (transportée dans des pochons kraft) et la retourner de temps en temps avant de ranger  au bout de trois à quatre jours. C'est un peu de Grèce qui revient avec nous dans nos bagages…


 
L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-043.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Origan


                                                 Origan en fleurs -déjà un peu passées-


Nous avons fait quelques infidélités au thym (assez âpre cette année), en ramassant pas mal d'origan au parfum sec poivré-fleuri particulièrement intéressant. Il faut le choisir quand  ses fleurs gardent encore un reflet bleuâtre… Jp explique parfaitement la méthode de séchage sur son merveilleux blog (article du 7/07/2008).


Le plus beau lieu de cueillette était situé près d'une carrière de marbre abandonnée, arrière plan grandiose d'une plage de rêve déserte, avec des bouts de colonne en vrac jetés depuis des siècles au bord du rivage… 


J'ai fait sécher l'origan en bouquets et je suis en train de couper ses fleurs pour le mettre en boite et éviter ainsi qu'il ne s'effrite en poussière végétale.

L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-043.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Que faire avec des fleurs de thym et d'origan?

… Peu les transformer tant elles sont belles (les fleurs de thym sont si précieuses que je ne vais peut être pas en faire de macération).

*L'origan va surtout être utilisé en cuisine (sur des courgettes sautées ou un caviar d'aubergine, il est parfait).

*Le thym aussi va finir dans les casseroles. Mais les infusions et les fumigations de fleurs de thym sont des petites merveilles d'efficacité pour enrayer un refroidissement et une tisane -légère, deux fleurs par tasse, pas plus- aide vraiment à digérer. Il m'arrive aussi, à l'automne, d'en faire ma boisson du petit déjeuner.


L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-043.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #En Grèce

Repost 0

Publié le 22 Juillet 2008

Ayant découvert par hasard que les liens avec les articles de mon blog se faisaient très facilement (une amélioration de la plate forme d'over-blog que je n'avais pas repérée… ), j'ai pu à la fois mettre l'index général à jour et publier cet article qui tant bien que mal met un peu d'ordre dans la rubrique green cosmétique (j'ai ajouté quelques articles, renfermant notamment des recettes, classés sous une autre rubrique).


L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Visage et yeux

Encore une histoire de roses… (pour les yeux)
Recettes favorites 4. Visage
Crème-cérat douceur pour peau récalcitrante
Cérat aux bourgeons de cassis
Un démaquillant en or: lotion bi-phasée au Régulat
Cérat calmant… et eau d'iceberg
Fluide hydratant à l'ylang ylang
Démaquillant aux huiles fines: une émulsion à froid aux sucro-esters
A la recherche de soins minimalistes 2. Trois petits masques… et puis éclat.
A la recherche de soins minimalistes. 1. huile nourrissante pour la peau
Baume à lèvres crèmeux, brillant… et sans karité
Vanille, coco, cacao : deuxième épisode…  (baume à lèvres vanille-coco-cacao)
Bombinette effervescente à la lavande pour le visage
Petits gâteaux démaquillants aux amandes
Duo peau sèche: cérat crème et gâteau aux amandes
L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Corps

Grigris (utiles) de voyage
Le double jeu de la princesse Rainette (duo pour la poitrine)
Après soleil : cérat crème très parfumé pour le corps… et café frappé
Récapitulons: recettes favorites (et variations inédites). 1 Le corps
Vinaigrette anti-moustique
Lait pour le corps très réparateur
Crème veloutée pour le corps à l'aloes (sans cire émulsifiante)
Lait d'agrumes pour le corps
Variantes sur les fondants poudrés: au vrai chocolat, à l'argile blanche, aux paillettes…
Fondants poudrés matin et soir: l'amidon touch…
Gelée pailletée pour le corps rose-encens-chocolat
Quand un hydrolat flamboie… (et conversion au cérat) -cérat pour le buste-
Vanille, coco, cacao: le plaisir de l'onctueux…  (baume fouetté)
lait pour le corps velours poivré
Variation sur l'olivem et le vetyver: lait shrekien pour le corps
Crème shrekienne pour le corps tubéreuse-vétyver
Crème pour le corps toutes roses
L'étrange et merveilleuse histoire d'un lait "magique" aux hydrolats
L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Baumes

Baume cacao addict
Eaux d'automne à Venise… et un baume pistache-cardamome
Trois baumes d'hiver
Baume à lèvres rosissime
Cérat d'automne aux cèpes et aux cetyl esters (avec teinture)
Baumes yin et yang: parfums et textures
Baume à la cire, à la lécithine… et à l'alcool cétéarylique
Récapitulatif spécial baumes
Baumes suaves sans cire... mais avec karité
Deux baumes pour Noël: un baume anti-crève et un baume précieux
Baumes de voyage anti jet-lag
Chantilly de karité: méthode minimaliste et à froid
Les secrets d'un baume très moelleux
Trituration au karité … sans chauffer
Baume onctueux pour les mains et les ongles au gaillet et à la nigelle
Baumes fouettés, un pur plaisir…
Mon premier swap cosméto… et (encore… ) une recette de baume pour les mains…
Les mystères de la cire d'abeille. 1. La consistance des baumes
baume flamme de lune contre les mains sèches

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Cheveux

Recettes favorites. 3 Cheveux
Petite panoplie à l'ylang et au santal pour cheveux secs

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Mains, jambes  et  pieds (voir également les recettes classées dans le paragraphe "baumes")

Recettes favorites, suite. 2 mains et pieds
Gel pour les jambes au mastic et à la menthe
Crème pour les mains à la rose, à l'orange et à l'aloes (à la manière de Michèle)
Des pieds, des mains… et du patchouli
Fraises à la menthe poivrée pour pieds fatigués (bombinettes, suite)
Crème adoucissante pour les pieds "lemon ice"
L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Déodorants

Déodorant mécanique: une nouvelle grattounette… au vetiver
Déodorant: potentialiser l'effet grattounette
Déodorant parfumé santal-… patchouli
Déodorants: le triomphe de l'effet mécanique…
Enfin un déo maison qui marche: poudre à la rose et à l'iris

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Hydrolats

Distillation du vétiver à Kannauj
 Ingrédients chéris. 2. hydrolats
Des hydrolats au parfum…
aventures hydrolesques: suite
PH des hydrolats, suite… peaux sèches, peaux grasses.
connaître le PH des hydrolats

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Huiles végétales

Ingrédients: petit hit de fournisseurs. 1 les huiles
Huiles végétales et ayurveda

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Huiles essentielles

Huiles essentielles d'agrumes et phototoxicité
Huiles essentielles à diffuser: quatre mélanges selon son humeur
Santal de Mysore
Bilan 2007: parfumer ses préparations
huiles essentielles désodorisantes: santal et patchouli…


L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Parfums

Parfum pur vetyver

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Ingrédients divers

Mon ami l'amidon (de riz)… suite
Où trouver des ingrédients cosméto à Paris quand on a la flemme de commander sur le net?
En revenant de Nant… (2). Quelques producteurs de Simples
Extrait de pépins de pamplemousse et dahlias…
Ingrédients bio ou rares: quelques bonnes adresses british…
Cosmétiques maison: mon ami l'amidon


L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Savons

Rose des vents, mon premier savon curcuma, vin blanc, ylang
Deuxième essai: savon Olalla,champagne et roses…
Le Vizir des pois: savon menthe-lavande-myrrhe aux petits pois
Monsieur Réglisse, savon tulsi, réglisse, ylang… et açai
Le moucheté: savon aux argiles et au cananga
Mon p'tit coco: savon au jus de coco bio et à la lavande
La cassate d'Egine: savon à la pistache et au miel
Le C, savon carotte-muscade
Baby biwil: un savon jaune pâle
Savons de refonte: Curcuma-vanille et patchouli-angélique-lavande
Savons de Noël, PH des hydrolats et poudre de santal.
Le savon du 24, cacao-camomille… pour la brune et la blonde


L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Phyto et macérations huileuses, alcooliques, etc.

Teinture de jardin breton
Teintures alcooliques (suite)
Teintures et pommades chez Maria Treben
A propos des teintures alcooliques
Huiles, baumes et fritures de plantes chez Nicolas Culpeper
Les secrets du parfum des roses de Provins
Macérats huileux avec des plantes fraiches: les vertus de la vinaigrette
Roses bretonnes: miel rosat et huile de rose
Vanille, coco, cacao: le plaisir de l'onctueux…  (macération de vanille)
Patchouli, toujours lui… mais en feuilles
Variations sur la brume d'oreiller: rose et pandanus
Embarquement pour Madère… et l'huile de laurier
rosa gallica et rosa alba: travaux pratiques
Sur les traces de rosa alba
viva rosa gallica?

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Bébé

Plantes, tisanes et potions doudou pour bébé et maman

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Nos amis les hommes
Fluide apaisant visage pour garçons en hiver
L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Gamberge…

Cosmétique maison et hyperconsommation
Green cosmétique: bilan de fin d'année et enseignements… (2)
Green cosmétique: bilan de fin d'année et enseignements… (1)
Rita Stiens: la vérité sur les cosmétiques naturels, 2° round.
A propos de "la vérité sur les cosmétiques naturels " de Rita Stiens
où trouver son inspiration pour les recettes cosmétiques maison? (3)
où trouver son inspiration pour les recettes cosmétiques maison? (2)
où trouver son inspiration pour les recettes cosmétiques maison? (1)

L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://www.pyranautes.com/~safran/Igifs3/feu-artifice-rouge-1.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 20 Juillet 2008

Utilisant avec délices un cérat crème pour le visage (voir la recette donnée sur le  blog ici), qui a littéralement ressuscité ma peau, j'ai pensé partir de la même formule pour mettre au point une crème du soir pour le corps. Du soir, car il faut masser un peu pour faire pénétrer le produit… Le matin, un lait fluide ou un fondant de douche sont plus rapides d'emploi. 

Mon cahier de charge:

-hydratation et réparation:
après trois semaines -ou presque- de grand air et de soleil, la peau a envie de siroter des cocktails nourrissants.  
-parfum: la nuit, autant ensorceler son compagnon de sommeil…

Cérat crème après soleil pour le corps aux fleurs blanches

23g hydrolat d'ylang ylang (Bio Mada)
1g eau d’or
2g glycérine

5g squalane
9g monoï
3g huile de noix d’amazonie
3g cire d'abeille en feuilles (Bilby)
1 cuillérée  à café de substitut de lanoline

4gtes EPP

10gtes extrait CO2 carotte
15gtes absolue jasmin sambac (Aromantic, une merveille)
7gte He néroli
5gtes He patchouli
1gte He girofle



 
Hydratation douce: glycérine,  noix d'Amazonie, monoi, substitut de lanoline et hydrolat d'ylang ylang qui a, en plus, un réel effet anti inflammatoire.  Le monoi utilisé provient du site (hélàs disparu) Crabbe & Wylde. Il est surconcentré en extraits floraux. Conservé au froid depuis son achat, il n'a pas bougé.

Réparation: squalane, extrait CO2 de carotte qui donne le ton bouton d'or à la crème. HE de patchouli

Parfum:
pour ne pas miser que sur les huiles essentielles, j'ai sélectionné  des ingrédients qui avaient en prime un vrai parfum : hydrolat d'ylang ylang, monoi, huile de noix d'Amazonie, et même cire d'abeille. Le club des fleurs blanches: monoï, ylang ylang absolue de jasmin, néroli joue à fond la note voluptueuse. Noix d'Amazonie et cire d'abeille donnent du rond, patchouli et girofle du fond…

Bref, à tartiner sans modération… en prenant le produit soit avec des doigts très propres, soit avec une spatule, car le conservateur est a minima.

Pour la fabrication, procéder comme pour un cérat. Employer pour bien mélanger les deux phases un fouet à capuccino, ou mieux encore un frappediser (voir plus bas les explications).  J'ai remarqué par hasard qu'en laissant refroidir très légèrement les deux phases avant de les mélanger, le cérat prenait bien mieux, avait vraiment la tenue d'une crème  et ne crachait plus du tout d'eau.

NB: vive le frappediser

                                 Quelques terrasses où il ferait bon siroter… (Hydra)


L'été, toute la Grèce sirote des cafés frappés, c'est un sport national. Il faut voir le matin, dans les bateaux, les voyageurs descendre leur frappé à la paille dès le réveil. Le café frappé se fait avec du Nescafé (quoique la plus récente tendance fashion soit le freddo, d'influence italienne, réalisé avec du vrai café).

                                                                     Ikaria

Nescafé, eau et glace sont fouettés vivement selon une méthode bien précise (voir plus bas) et servis tout mousseux. Plus il y a de mousse, plus l'opération aura été réussie. La Grece est donc le paradis des fouets à capuccino. Il y a déjà trois ou quatre ans, j'avais rapporté de Rhodes un fouet à capuccino électrique (plus puissant que les fouets à piles).

Comme il a beaucoup servi et que je crains sa disparition, j'en ai acheté un nouveau, électrique bien sûr, dans un supermarché et  je l'ai étrenné pour cette recette. Il s'appelle un … frappediser

Le plus: c'est une vraie petite torpille, vrombissante comme un bourdon géant, plus puissante que le précédent.

Le moins: son petit pied n'est pas démontable (le précédent oui, que je pouvais stériliser sans problème). Pour le nettoyer, je le fais donc tourner d'abord dans de l'eau bouillante, puis dans de l'alcool.

                                                 Fourni (plage de Kamarai)

Le making of d'un bon frappé

Pour un verre à limonade:
Une (plutôt deux même) cuillérée à café de café soluble
eau bien froide
trois ou quatre cubes de glace
Eventuellement sucre (certains mettent du lait, faut aimer… )

Il faut d'abord diluer le café soluble, éventuellement le sucre, dans très peu d'eau (l'équivalent de deux  cuillérées à soupe maximum) et fouetter pour obtenir une superbe mousse (mieux vaut avoir un verre haut et étroit).  Ensuite, on ajoute les cubes de glace (ce n'est buvable que très très froid), On remue bien avec une cuillère, et on complète avec de l'eau jusqu' en haut du verre. La mousse reste ainsi très stable. Voir les savantes explications (en anglais, du pourquoi du comment avec le  premier lien ci-dessous). On boit toujours à la paille.
Cette technique de la dissolution préalable du café soluble dans très peu d'eau est aussi valable pour préparer une boisson chaude. Bonus: ça mousse aussi, et le goût en est nettement meilleur. Je ne bois plus de café depuis très longtemps, sauf très exceptionnellement des frappés en Grèce (on en trouve avec du décaféiné, oui, je sais que le déca est  nuisible pour la santé mais le poison est une question de dosage).

Si le cérat crème est destiné au soir, le frappé, lui, n'est pas recommandé après 17h, à moins d'envisager de rester debout toute la nuit.

                                         Fourni (sur le port)

Liens

*L'origine du café frappé et le pourquoi du comment (en anglais)
ici

*Frappenation, un site emblématique du café frappé branché (avec la recette, en anglais)
ici

   *Photo extraiite d'un site assez rigolo qui résume tout ce qu'il faut savoir du frappé, avec videos, variantes … voir
ici

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Cérats

Repost 0

Publié le 18 Juillet 2008


L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_14.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. La reine des abeilles doit avoir un passeport grec tant le pays est le paradis du miel. Je me souviens avoir discuté un jour avec Roch Domerego, grand passionné de miel (il a écrit: L'apithérapie aux éditions Amyris) qui disait "le meilleur miel est de montagne, et le meilleur de la montagne, donc le meilleur du monde, celui du mont Olympe"… je pense qu'il n'avait pas goûté au miel de Fourni…

Cette année, j'ai séjourné dans trois îles:  Hydra, Ikaria et Fourni et, partout, le miel a été à l'ordre du jour.


                                         Le port d'Hydra avec ses splendides maisons carrées

Hydra, proche d'Athènes, est pour moi
l'une des plus belles îles. Elle a la réputation d'être snobish, mais en semaine, il n'y a pas grand monde, et une telle harmonie entre le paysage et l'homme, les magnifiques maisons de pierre et la lumière qu'on en oublie sa mauvaise (ou bonne selon les opinions) réputation. En papotant à droite à gauche, j'ai appris qu'il y avait eu un drame à Hydra: les champs où butinaient les abeilles ayant brûlé, la production de miel de thym cette année devrait  chuter de 80%… Sachant que j'allais ensuite à Fourni, un hydriote m'a fait promettre de lui envoyer le numéro de téléphone d'un bon fournisseur de miel, pour lui aussi, c'est le meilleur de Grèce…

                                          Forêt clairsemée de pins à Ikaria (d'autres pinèdes sont plus denses)


Avant Fourni, je suis passée par l'île d'Ikaria, dont toute la côte nord est magnifiquement boisée. Les abeilles y produisent  un miel de conifères un peu sombre et très parfumé. Pas de photo possible, le pot ayant été englouti très vite.

Pentes escarpées à Fourni (photo prise depuis un bateau au large) avec ces murets incroyables qui plongent vertigineusement presque jusqu'à la mer.

Fourni est la patrie d'un thym à la senteur puissante qui colore d'un bleu violet incandescent -quand il est en fleurs- les pentes pelées des montagnes. Comme il y a peu de routes et très peu de voitures (hélàs, beaucoup plus qu'il y a deux ans), peu d'habitants, pas d'industrie, les abeilles sont plutôt peinardes pour faire leur boulot.


Des ruches de bois peintes en bleu ou beige plus ou moins délavé sont éparpillées un peu partout. Selon son humeur, on peut penser en les voyant à des urnes funéraires ou à de grosses boites à bijoux.

                                         Le miel du boulanger


Cette année, on trouvait du miel chez le marchand de légumes et chez le boulanger. J'aime bien les deux, mon amoureux est accro à celui du marchand de légumes, d'une incroyable douceur. Celui du boulanger est peut être un peu plus sucré, mais très équilibré.

A part en mettre sur les tartines, j'ai bricolé sur place une recette que depuis,  je ne cesse de refaire tant elle donne un résultat gourmand avec peu d'ingrédients.

*Soupe d'abricots à l'orange et au miel

et sa variante:  Soupe de pèches blanches au citron et au miel



1. soit (pour deux gourmands)

-une belle livre d'abricots
-une grosse orange
-une cuillérée à soupe de miel
-un quart de verre d'eau

 2. ou

-quatre pêches blanches
-un beau citron
-une cuillérée à soupe de miel
-un quart de verre d'eau

*Couper et dénoyauter les abricots.
Pour les pèches, les ébouillanter une à une une minute dans l'eau bouillante pour les peler facilement puis les couper en gros morceaux.

*Peler à vif l'orange ou le citron. A vif, c'est à dire en enlevant la peau blanche. Il suffit de couper le fruits aux deux extrémités puis de le peler en tournant avec un couteau pointu. Couper ensuite la chair en gros morceaux.

                                          Dans la version pêches blanches-citron: avant cuisson…

*Mettre tous les fruits dans une casserole avec l'eau et démarrer à feu assez vif, quelques minutes sans couvrir puis en couvrant, ce qui permet de faire "cracher" leur jus aux fruits.

*Au bout de sept à huit minutes (les pèches sont devenues légèrement translucides. Les abricots, ramollos), ajouter le miel en tournant délicatement pour bien enrober les fruits, laisser encore cuire deux ou trois minutes.

*Goûter le jus, on doit bien sentir le miel, éventuellement en rajouter un peu. Si on a rectifié, poursuivre trente secondes la cuisson puis éteindre. Verser dans un plat en terre ou un saladier; il doit y avoir pas mal de jus (au parfum délicieux). Laisser refroidir avant de mettre au froid.

                                          … et après cuisson

Les trois notes: agrumes, pèches ou abricots et miel s'allient en se ménageant chacune une place, ce qui procure un plaisir gustatif aussi redoutable qu'exquis.


                                          Les melomakaronas du boulanger

Le boulanger préparait aussi des melomakaronas, d'habitude réservés à la période de Noël en Grèce; ce sont d'irrésistibles gâteaux incorporant du miel, et d'un grand moëlleux. Mais quand j'en ai lu les recettes sur internet, je me suis dit que j'allais attendre un peu avant de me lancer  tant elles me semblent des bombes caloriques… Manque  la Méditerranée aux portes de Paris pour pouvoir faire quelques brasses digestives…


Liens

-J'ai découvert sur internet le beau travail de Maro Kouri, une photographe grecque qui a  séjourné à Fourni et montre, parmi d'autres vues de l'île, une image de la récolte du miel:
ici

-Recettes de melomakaronas: ici (avec un lien pour une autre recette à l'huile d'olive)

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_14.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #En Grèce

Repost 0

Publié le 16 Juillet 2008


                                                   Laurier rose exubérant

Le village de Fourni n'est pas le plus beau des îles grecques, mais quand on quitte les cafés du port en tournant le dos à la mer, la balade conduit très vite à un enchevêtrement de rues à escaliers où le parfum d'amandes  -quasi patissier- des lauriers roses (énormes cette année) s'entrelace à la suavité exquise de l'odeur du jasmin.


                                                        Bougainvillée et laurier rose

Je devrais même dire des odeurs du jasmin. Après avoir reniflé des dizaines de plants au hasard de nos marches, nous avons remarqué que certains donnaient des notes bien plus délicates. Difficile de voler des fleurs dans les jardins, même s'ils sont nombreux et parfois à l'abandon, et même si elles dépassent des clôtures…

                                               "Mon" jasmin en fin d'après midi

 Mais j'ai eu de la chance. Un gigantesque jasmin rampant comme un gros serpent poussait sur un toit- terrasse abandonné à l'espace public. Je suis donc allée à plusieurs reprises remplir de fleurs un mini bocal pour des essais de macération.

Macération de jasmin à l'huile d'olive



J'ai changé les fleurs à deux reprises (je ne suis restée que huit jours à Fourni) et j'ai laissé macérer au soleil (sans chauffage au bain marie en raison de la fragilité) avant de filtrer. Le résultat…  hum, sent plutôt l'huile d'olive (celle que j'ai trouvé sur place était odorante) … mais j'en utiliserai quand même dans mes préparations pour le corps, en le corsant avec une absolue, pour ses propriétés médicinales déjà évoquées par l'herboriste Culpepper au XVII° siècle qui parle d''huile de jasmin pour "chauffer et adoucir les nerfs et les tendons". 


Teinture de jasmin



Le reste des fleurs récoltées (changées aussi à deux reprises)  macère encore dans du tsipouro, alcool grec rustique  fait à partir de marc de raisin. Théoriquement, il n'est pas parfumé à l'anis, hélàs, celui que j'ai trouvé l'était un peu… J'attends donc patiemment l'évolution de ma teinture de jasmin anisée…

J'ai découvert à mon retour, que j'aurais pu extraire aussi dans de la glycérine (mais je n'en n'avais pas emporté).

Qu'en faire? Quand j'aurai filtré, j'essaierai notamment de préparer du
sirop de bain au jasmin de Donna Maria.

                                        La rue principale du village, bordée de gros mûriers aux troncs chaulés

Liens

*Jasmin officinal (en anglais)  sur white lotus aromatics, site précieux pour ses informations olfactives (on y parle aussi d'enfleurage… ): 
ici

*Macération huileuse de jasmin (le site de Bluetansy sur les huiles infusées) : ici

*Teinture et baume au jasmin
ici (en anglais, juste pour les INCI)

Edit
*(Pour Patte, qui ne se souvient peut être plus du livre "le Parfum" de Süskind où cette technique était expliquée) un lien sur l'enfleurage à froid, c'est à dire le dépôt de fleurs  sur de la graisse pour capter leurs odeurs. Ce procédé, le plus à même de recueillir le  parfum des fleurs les plus fragiles -jasmin, rose-  a été employé, à Grasse notamment, puis quasiment abandonné en raison de son coût faramineux. Les matières grasses sont de merveilleux capteurs d'odeur. C'est la raison pour laquelle j'ai utilisé l'huile, et si j'avais eu le temps, en changeant les fleurs tous les deux ou trois jours, je pense qu'au bout d'un mois, je serais parvenue à mes fins. Voir donc
ici

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2008




Je voyageai un an avec le capitaine Odyssea.
J'étais heureux.
Aux beaux jours, je me trouvai une place à la proue près de la Sirène;
Je chantai ses lèvres rouges en regardant les poissons volants.


Georges Séféris (extrait de Cahier d'études in: Poèmes, ed. Mercure de France)


… Dans les tons de bleu…

                                        Sur le pont du Dimitroula, en route vers l'île de Fourni…


                                               (Fourni)
                                                                  

Dans les tons de vert…

                                                                    Arbre solitaire contemplant les îles et la mer (Fourni)


                                                  Crique au pied d'un monastère  (Fourni)


Dans les ocres et les jaunes

                          Retour de pèche à Fourni, le poisson oublié dans le filet n'est pas perdu pour tout le monde…




Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #En Grèce

Repost 0