Publié le 29 Octobre 2010

 

 

J'ai décidé d'arréter de limiter -provisoirement- les excenticités. Mon objectif:  réussir des marbrés, à défaut de zigouigouis…Comme je désirais couler la pâte à savon en moules séparés, j'ai choisi d'utiliser la technique découverte sur le blog de Luciefer notamment,  le one pot, ou plutôt le "one saladier".

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifHuiles

 

Pour faire plaisir aux écureuils (et pourquoi pas après tout?) j'ai panaché des huiles extraites des fruits secs oléagineux, pistache, sésame et macadamia.


J'ai aussi préparé un lait à la noisette avec du lait de jument frais. 16g noisettes broyées d’abord, puis mixées avec 100g lait de jument, le tout filtré et rajouté aux huiles. 


J'ai choisi des beurres en quantité modérée pour éviter une trace trop rapide.

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifParfums

 

Comme je souhaitais des odeurs un peu "sous-bois vert végétal" (ce qui ne peut déplaire à un écureuil… ) , j'ai dilué les He dans un macérat olive romarin, au parfum très marqué et je l'ai aussi utilisé dans les huiles. Pour les HE: fenouil et sapin blanc donnent une note feuillue presque sucrée (comme lorsqu'on suçote des aiguilles de pin fraiches) très agréable, j'ai mis du gurjum et du patchouli pour ancrer la composition et un peu d'absolue de rose pour la fleurir. Le mélange s'est adouci  lors du séchage.

   

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifAjout

 

Outre le mica et les HE, je me suis contentée  de mettre dans la pâte après la trace une demi-cuillérée à soupe d'amidon de riz pour la douceur. Comme je verse directement la poudre dans les huiles, il faut touiller soigneusement (à la main, c'est mieux je trouve) pour supprimer les grumeaux.

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifCouleur

 

J'avais préparé deux coupelles,  une aurait suffi.


Dans l'une du mica blueberry pop (TKB) mélangé avec un peu d'argile verte.


Dans l'autre, le mica uniquement.

 

Au final, on ne distingue pas la différence entre les deux tons. J'ai dilué les micas avec un peu de pâte prélevée avant la trace et j'ai bien touillé pour obtenir une couleur homogène.

 

J'ai versé les pâtes colorées aux micas dans la pâte après la trace, touillé légèrement, puis transvasé  le tout  dans un autre saladier  pour accentuer les marbrures pendant le transfert.

 

Seul hic: quand j'ai versé cette pâte marbrée dans les moules, les premiers ont eu plus de couleur que les suivants.

 

J'ai fait une autre série depuis, cette fois en versant la couleur dans la pâte en trois fois, et après chaque ajout, en versant la pâte marbrée en moules.

 

Au final, ils sont quand même assez jolis et leur parfum est vraiment présent mais délicat.

  P1200546.jpgles points marrons sont dûs au lait à la noisette

 

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifLe premier vrai marbré 

 

Huiles


74 beurre de cacao

26 beurre de cupuaçu

82 huile de pistache

118huile de macadamia

250 huile de coco

200 huile d'olive dont 22 macérat au romarin

50 huile de sésame

 

soude pour un surgraissage 6-7

liquide 295g:

200g eau déminéralisée + 95 lait de jument à la noisette rajouté aux huiles


 

Parfum


Dans 15g huile d'olive au romarin:


2g fenouil

1g patchouli

7g sapin blanc

5g gurjum

2g absolue de rose

 

Mélange à 38° environ INS 157 environ

   

Amidon de riz, argile verte, mica blueberry pop


 

P1200538.jpg

 

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifhttp://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gifhttp://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/ecureuils/ecureuil_12.gif

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 26 Octobre 2010

Il a fallu que je découvre le nouveau livre de Michèle consacré aux savons, une vraie réussite de clarté, de pédagogie et d'ingéniosité, pour que je tente -enfin!- l'une des techniques de savon les plus faciles qui soient: le melt and pour.

 

J'avais un bloc de pate qui dormait dans un coin.

 

Après avoir admiré les si jolis savons bonbon et les (fausses mais très réussies) pierres précieuses en melt and pour qui figurent dans le livre, et après avoir réalisé que je devais préparer très vite des  savons pour une petite fille de deux ans, je me suis donc lancée… et je suis ravie du résultat, même si les savons ne sont pas vraiment roses, mon souhait du départ. 


J'ai en effet voulu jouer avec des colorants naturels en utilisant un peu d'un macérat préparé avec des tomates et carottes magnifiquement séchées (par Christine) et de l'urucum qui vient du Pérou. Il est en graines, bien plus facile à faire macérer que la poudre qui a tendance à glugluter. J'en ai compté 1%


J'ai également incorporé de l'huile à la grenade de Weleda pour doper la couleur  et je raffole de son parfum fruité;  il y a un peu d'he dedans, mais au total, ça reste vraiment archi mini dans le savon car je n'ai incorporé que 1%  cette huile.


J'ai choisi l'arôme naturel fraise des bois (après en avoir lu de bons compte-rendus sur Beauté test, très utile pour évaluer ce genre d'ingrédients). Le parfum final Weleda-fraise des bois, gourmand, reste néanmoins léger. 

 

 

 

 http://safran2c.pagesperso-orange.fr/Ikaos/boules064.gifSavon Hello Kitty à la fraise pour S.

 

288g melt and pour transparent bio (il vient d'ici)

3g huile d’olive macérée avec tomate, carotte et urucum

3g huile à la grenade Weleda

6,5 g arôme naturel fraise des bois (AZ)

2 gouttes colorant alimentaire rouge (Vahiné)

 

 

http://safran2c.pagesperso-orange.fr/Ikaos/boules064.gifFaire fondre la pâte de  savon au bain marie (mieux vaut la découper un peu pour faciliter la fonte)


Ajouter les huiles ( AZ préconise de ne pas ajouter plus de 5% d'huiles pour ne pas avoir des savons trop mous), le colorant puis l'arôme en touillant


Verser dans les moules en silicone


J'ai pschitté de l'alcool à  90° à la surface des savons, comme le recommande Michèle, pour éliminer les bulles et placé les moules au congelo avant démoulage.


 

P1200540.jpg

On dirait des bonbons gélifiés!

 

http://safran2c.pagesperso-orange.fr/Ikaos/boules064.gifBonus du cosme kit: des moules silicones aux formes très réussies… 

 

 

P1200541.jpg

un savon fait dans un moule du cosme kit

 

et (au moins) deux recettes que je brûle d'essayer: un savon tout palme (idéal pour savonner les collants, paraît-il!) et un savon de Marseille en méthode à chaud…

 


 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #enfants

Repost 0

Publié le 20 Octobre 2010

Je donne très rarement des recettes de deo car je n'en utilise quasiment plus depuis que j'ai adopté le système grattounette il y a déjà pas mal de temps. Il s'agit de se frotter les dessous de bras soit sous la douche soit avant avec n'importe quel végétal ou matériau gratteur, mais sans jamais recourir au savon (dont les acides gras font ami ami avec les bactéries  odorantes).

Depuis un an je le pratique à sec avant la douche en brossant les aisselles à la brosse douce (en crin de cheval). Ça marche vraiment très bien… à condition de ne pas oublier de se brosser. Ce qui peut arriver quand on est très en retard… ou quand on oublie d'emporter la brosse en voyage.

 

 Une constatation: cette manière de se "désodoriser" fonctionne à la perfection. Mais il faut changer tous les jours de tee shirt ou de chemise, qui s'imprègnent davantage des odeurs corporelles alors que la peau reste inodore (Ce n'est pas glamour comme détail, … mais c'est vrai ). 


Par ailleurs, une fois tous les dix jours environ, un peu de pierre d'alun, efficace mais pas très fun.

 

Le jour où j'ai reçu de la vraie barbe de jupiter (un grand merci Cristine, l'une de mes pourvoyeuses en plantes fraiches), réputée pour ses effets anti-odeurs (voir ici par exemple), j'ai pensé que je pouvais fignoler un macérat déodorant.

 

Quand je m'étais intéressée aux ingrédients déodorants, j'avais notamment retenu l'efficacité du santal et du patchouli voir ici et ici


  On cite souvent les propriétés anti transpiration de la sauge, mais plutôt sous la forme d'huile essentielle. J'ai préféré l'hydrolat car je voulais un vrai parfum, doux-boisé. Or l'HE de sauge sclarée (l'officinale n'est délivrée que sur prescription médicale) a une odeur un peu âpre.

 

Macérat alcoolo-glycériné de barbe de jupiter aux hydrolats


5g  barbe de Jupiter,

30g glycérine bio (Bilby)

30% vodka à 60°

15g hydrolat de patchouli (Luminescents, très parfumé)

16g hydrolat de sauge sclarée

1% geogard


  P1200517.jpgLa barbe de Jupiter encore vigoureuse après sa macération

 

J'ai filtré au bout de 15 jours environ.

 

j'ai ensuite dilué dans un flacon stérilisé :

4gouttes d'HE de santal d'Ouvea

avec 1g de ricinion, qui a la propriété de bien fixer les parfums 

j'ai ajouté 34g du macérat glycériné de barbe de Jupiter

1/2 cuillérée à thé de poudre d'alun

5g de gel d'aloes qui a précipité, peut être à cause du ricinion

50g d'hydrolat de vetiver

4 gouttes d'EPP (il y avait déjà du géogard en bonne dose)


 

P1200519.jpgLe flacon n'est pas plein car c'est un test.J'ai voulu garder un peu de macérat de barbe de jupiter au cas où cet essai serait raté.

 

J'ai laissé reposer une nuit au froid et  filtré le lendemain. Les flocons de gel d'aloes sont restés dans la passoire très fine que j'utilise. J'ai refiltré une deuxième fois en ajoutant une gaze stérile au fond de la passoire pour avoir un liquide très limpide.

 

Je teste déjà depuis un moment (en oubliant volontairement de me brosser les aisselles, … pas tous les jours quand même!) je trouve que ça fonctionne vraiment bien… et  la senteur, boisée, me semble vraiment un parfum de peau. Mais  je poursuis parallèlement le système grattounette…

 


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/magiciens/magicien_13.gifBarbe de Jupiter

 

Ce nom peut en fait désigner des plantes très différentes. Ici, il s'agit d'un lichen appartienant au genre des usnées et qui pend aux arbres… comme une longue barbe. 

 

  usnée barbue voir ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #déodorants: grattounettes - poudres - pschitts - etc

Repost 0

Publié le 16 Octobre 2010

 

 

Pour une réunion qui finalement n'a pas eu lieu, avec, entre autres, une grande amatrice de champagne … j'ai préparé un savon au champagne.  C'est mon deuxième, le premier figurant parmi mes tous premiers essais il y a deux ans.


Avec quoi marier le champagne? J'ai pensé à la finesse des fleurs de sureau,  à l'allure aérienne, à la couleur crémeuse et au parfum léger. Un jour d'été, j'ai eu la grande chance d'en recevoir des fraîches dans ma boite aux lettres (un grand merci  Cristine). Je les avais mises en macération huileuse (olive) au bain marie dès leur arrivée. Le macérat a attendu au frigo. 

 

J'ai  aussi préparé, avec des fleurs séchées,  une infusion très concentrée pour diluer la soude; pour un peu de mystère, j'ai ajouté dans mon infusion ce que Malégria qui m'en avait offert appelle joliment "plante offrande de la jungle".

 

 

 

Parfum

 

  J'ai  un peu dérapé. Emportée dans mon élan expérimental, j'ai sorti des flacons d'HE ayant une bonne réputation de résistance olfactive… trop même car du champagne et du sureau… il n'en est rien resté.

 

Il y a donc du molle ( Schinus Molle, distillation des baies roses du faux poivrier), venant du Pérou, poivré donc, aux propriétés antifongiques, tonifiantes et anti bactériennes, choisi pour tenir compagnie à la plante de la jungle amazonienne.


De l'élémi (Canaria luzonicum) distillé à partir d'une résine, utilisé en savonnerie, et censé apporter des notes fraiches sur un fond boisé. On lui attribue des vertus cicatrisantes. 


Du gurjum (Dipterocarpus turbinatus) obtenu également par distillation d'une résine, aux propriétés anti inflammatoires; il est présenté comme un bon  fixatif dans les savons (voir ici par exemple). C'est une note de fond, classée en parfumerie dans les "mousses".  


et de la girofle dont j'aime beaucoup la touche"œillet".

 

Le tout  a été mis à macérer dans de l'huile de moringa, qui retient bien les odeurs.

Pour apaiser ces HE au caractère plutôt masculin, j'ai pensé que l'ajout de cire de tubéreuse suffirait; je ne trouve pas. J'ai aussi mis dans les huiles une délicieuse et douce macération parfumée dans du beurre de palme, une création de Mlk la reine du palme sublimé.


Après avoir senti la carosserie d'une bagnole qui a beaucoup roulé, le parfum du savon s'est peu à peu affiné. La note reste curieusement sur la réglisse, mais peu froufroutante.

   


La veille: Dans 8g moringa

5g  He gurjum

2g HE molle

2g HE girofle (clous)

4g HE elemi

   

Liquide de dissolution 


114g eau déminéralisée infusée avec:

  fleurs de sureau et plante offrande de la jungle de Malégria , le tout mis en glaçons

 

130 g de champagne rosé, fouetté, pour le débuller, chauffé, flambé, puis gardé très froid. C'est une cuvée de réserve 2002  Pol Roger.


 Soude  pour un surgraissage à  6

INS 147

mélange vers 40°

 

P1200531.jpgLes couleurs de la photo sont fidèles

 

Les huiles 

 

J'ai vraiment voulu jouer la douceur d'où, entre autres,  la rose musquée, le macadamia et le beurre de cacao utlilisé comme support pour garder la cire de tubéreuse liquide au bain marie

   

30 huile de palme sublimée de Mlk

20 rose musquée

50 ricin

150 Karité du Mali

150 olive dont 101 macérat de  fleurs de sureau fraiches dans olive avec EPP

200g coco

50g macadamia


50g beurre de cacao mis à fondre à part avec 13g cire de tubéreuse non comptée dans les huiles


5 gelules toco 500

1 cuil à café argile rouge 

 

  Couleur

 

J'aurais aimé du rose et prune, à cause du champagne rosé… au final j'ai du beige et du bleu pétrole métallisé… quasiment un look de bagnole. C'est un savon que j'ai failli baptiser le camion!

 

*Pour le rose, j'avais touillé une cuillérée à café d'argile rouge dans les huiles avant ajout de la soude pour éviter tout mouchetage. Ce n'est certes pas moucheté… mais pas rose non plus.

 

*Pour le prune, j'avais mélangé à parts égales dans un petit saladier:


ultramarine violet (TKB) 

bluberry pop (TKB) 

mica radiant gold (TKB) dilués dans le reste de champagne pour avoir un liquide assez fluide et faire des zigouigouis à la Mlk. Mais avec le champagne, même flambé, la pâte a pris très vite et j'ai plutôt des bicolores.


Violet, du bleu et de l'or; j'avais au départ un magnifique bleu nacré. Je me disais bleu dans pâte rose= violet.

 J'ai eu d'abord un gris foncé métallisé qui évolue lentement vers le bleu pétrole.


P1200532.jpgSuivant l'éclairage, le côté sombre est plus ou moins bleuté et métallisé

 

 

 

J'ai longtemps été désolée par ces savons "camion" au look et au parfum austères. Au bout d'un mois, ils se sont bonifiés. Mais on est loin de l'image d'un savon que je voulais à l'apparence légère comme du champagne… mis à part les bulles, très douces, quand même…

 

La prochaine fois, je joue moins à l'apprentie sorcière.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2010

 

Des camarades cosmeteuses exploratrices et douées ont déjà suivi la piste du savon comme émulsifiant ou adjuvant émulsifiant. Ayant eu le privilège de faire la testeuse, j'ai trouvé que cet ingrédient semblait ajouter un peu de glissant bienvenu aux textures. Voir par exemple les essais de Loitarose, Irène et Mlk ici , ici-ou ici


Mais je ne m'étais pas encore lancée; il y a tant de choses à essayer! En feuilletant La préparation : mode d'emploi (Catherine Mautrait, Robert Raoult, ed. Porphyre) l'un de mes livres de chevet (j'exagère à peine)  je suis tombée sur une rubrique, même pas répertoriée à l'index, qui m'a vaiment tiré l'œil:

 

http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifTeinture de savon ("pour mémoire" indique le livre, ce qui signifie probablement formule desuète)


"savon médicinal: 10g

alcool à 60°: 50g


Mode opératoire: simple dissolution (râper le savon).

 

Utilisation: la teinture de savon peut s'utiliser comme émulsifiant(ex. les liniments) et pour faciliter le émoulage des ovules et suppositoiress dont l'excipient est le beurre de cacao".

 

Aussi succint qu'intrigant.


J'ai trouvé diverses formules de savon médicinal sur internet (mais pas dans mon livre). Dans une ancienne pharmacopée suisse  (ed. 1865-73, rééditée en 1979)  voir ici,

c'est une sorte de savon de Marseille (procédé à chaud, huile d'olive, alcool, chlorure et carbonate de sodium, eau, soude) 


Selon d'autres sources, par exemple Un manuel des pharmaciens et des droguistes (1821, JC Ebermaier, traduit en français par Kapeler et Caventou, voir ici pour sa brève évocation)

il est juste à base d'huile d'amandes douces et de lessive de soude; il fallait le laisser reposer longtemps pour faire baisser sa causticité. On l'appelait aussi savon amygdalin. 


Juste pour le rappel, c'est le français Eugène Chevreul qui élucida vraiment les mystères de la saponification en 1823. Avant, on savait faire, mais on bricolait…

 

J'ai aussi cherché des précisions sur la teinture de savon.


Elle entrait dans la composition d'un liniment antiseptique avant l'apparition du liniment oleo-calcaire.

J'en ai trouvé une autre formule  (XIX° siècle) avec les mêmes proportions que jai données mais avec de l'alcool à 25°(voir ici)

Le plus intéressant, pour les détails, est dans le Journal de chimie médicale de pharmacie et toxicologie (1826, voir ici)  avec de l'alcool à 33° une dissolution à chaud au bain marie avec la recommandation d'utiliser un savon blanc bien sec, sous entendu bien saponifié.


Pour mon test, j'ai choisi un savon très doux à l'aloes que j'avais fabriqué il y a déjà quelques temps (voir ici).  Pour la dissolution un mélange de teintures alcooliques maison à 60°.

 

P1200526.jpgJ'ai secoué le bocal avant la photo, d'où la mousse. On voit de légères particules sur les parois. Je pense qu'il faudrait filtrer. En fait, j'ai prélevé la teinture à la cuillère et j'ai eu un liquide homogène

 

soit:

 

10g savon à l'aloes râpé

50g d'un mélange de teinture d'hibiscus à l'hydrolat de rose à 60°et de teinture de rose centifolia et de résine d' encens (il s'agit en fait de deux macérations successives, d'abord teinture d'encens filtrée, puis pétales de rose macérées dans cette teinture) j'ai ajouté quelques gouttes supplémentaires d'alcool à 90°

 

 

J'ai  légèrement chauffé au bain marie pour améliorer la dissolution. Comme j'ai utilisé de la teinture d'hibiscus (pas forcemment le meilleur choix!) ma teinture de savon est… marron.


J'ai fait des essais pour tester son pouvoir émulsifiant avec juste de l'huile et un hydrolat. J''ai choisi une phase aqueuse importante, la lotion a pris puis s'est déphasée… mais rephasée en secouant. J'ai ajouté plus d'huile, ça a mieux tenu. En relisant une fois de plus la formule, j'ai réalisé alors que cette teinture était conseillée pour les liniments (émulsion eau dans huile) Donc à retenter éventuellement avec une phase grasse importante.


Ce qui m'a le plus intéressée dans ces essais, ce sont les tests sur la peau: une grande sensation de glisse et de douceur à l'application, mais avec un peu de grassouillet pas tout de suite résorbé. J'ai donc décidé d'en incorporer à une recette, mais juste comme co-émulsifiant.

 


 

Yavaipluka

 

Je suis partie d'une de mes formules préféres pour les laits corporels, construite peu à peu à partir d'une crème pour coudes abimés (voir ici, je l'avais élaborée à partir d'une formule pour les mains de Michèle), réalisée en version plus fluide.

La phase huileuse se prépare à chaud, sinon, l'émulsifiant étant du gelisucre, tout se fait à froid.

Il a fallu choisir le % de teinture de savon. Comme il s'agissait d'un co-émulsiifiant, je me suis contentée de 1%.

 

 

http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifLait pour le corps  à la teinture de savon 

 

Phase A


5% beurres

3% cetyl esters

3% acide stéarique

2% alcool cetylique

5% coco fractionnée

8% huiles ou macérats huileux

Aox (anti oxydant) 

 

Phase B 


5% urée

26% eau

xanthane

 

Phase C


18% hydrolats

3% gel d’aloes ou de silicium

5% huile ou macérat huileux

8% gelisucre

 

Phase D


1 sea silk

2 D panthenol

2 teinture alcoolique

1 teinture de savon

0,5 conservateur

2,5% hE, extraits CO2 et elixirs


acide lactique


Mode de préparation

 

Faire fondre la phase A au bain marie (on choisit des huiles stables si on chauffe)

 

Faire tiédir l'eau avec l'urée  pour mieux la dissoudre

Saupoudrer toute la surface du liquide avec de la xanthane (je ne pèse pas)

Attendre quelques minutes puis touiller.

 

Incorporer dans ce gel chaque ingrédient de la phase C en remuant à la cuillère magique après chaque ajout.

 

 

Verser ce mélange sur la phase huileuse et touiller assez longtemps.


Incorporer les ingrédients de la phase D les uns après les autres en remuant; j'ai donc ajouté la teinture de savon, comme mes autres teintures, à la fin. Comme à priori, elle est alcaline, penser d'autant plus à vérifier le pH et rectifier eventuellement avec un peu d'acide lactique pour avoir un pH de 5,5 environ. 


 

P1200522.jpgle lait est un légèrement  plus vert que sur la photo

 

http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifMa déclinaison pour 300g de lait  vétiver-santal-patchouli

 

 

7 beurre macadamia

8 beurre avocat

9 cetyl esters

9 acide stéarique

6 alcool cetylique

39 macérats:

dont 18 thé vert-consoude chlorophylle dans coco fract

21  camomilles souci dans olive

 

15 urée

11 eau d’or

67 eau de glacier

xanthane saupoudrée

 

24 hydrolat menthe poivrée

10 hydrolat ciste

10 hydrolat camomille matricaire

10 hydrolat vetiver

9 gel d’aloes

15 huiles:

5 jojoba+ 10 macérat Mlk 3 menthes dans colza et carthame (merci ma belle, il sent très bon)

24 gelisucre

 

3 seasilk

6 D Panthenol

4 teinture de ciste

2 teinture palo santo dans rhum

3 teinture de savon

50ges geogard

 

En gouttes:

24gtes He carotte 

24 HE camomille sud africaine diluée 

30 HE camomille  anglaise diluée

40 He lavande

24 HE thym géraniol

20 HE vetiver 

12 HE patchouli

20 HE santal d'Ouvea (Catherine, je suis fan de ce santal au nez fumé)

 

15 gtes CO2 grenade

15 CO2 chia

 

10 gtes elixir de carotte sauvage

10 elixir de consoude

10 elixir d'emeraude

 

un peu d’acide lactique pour pH 5-6

un soupçon de chlorophylle liquide pour la couleur

 

http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifQuelques précisions sur les choix (certains étaient déjà explicités dans la recette de la crème pour les coudes) 


Ayant été séduite par la teinture de ciste dans le sérum 400, j'en ai mis un peu ainsi que de son hydrolat (on dit le ciste antirides… )


CO2 de grenade et de chia sont très antioxydants et inflammatoires (on peut en choisir d'autres). Comme anti inflammatoires, il y a aussi de la teinture de palo santo (arbre de la meme famille que l'encens, merci Malégria , ma pourvoyeuse en écorce de palo santo) , le macérat thé vert-consoude-chlorophylle, les camomilles présentes en macérat et en hydrolat.

 

Le parfum est très doux;  difficile à isoler une note, peut être  le santal.

 

La texture: j'ai conditionné surtout en flacon pompe. C'est un lait un peu gélifié, sans gras,  ne laissant aucune trace blanche, mais particulièrement hydratant et apaisant. La différence avec la formule sans teinture de savon: une absorption plus rapide me semble-t-il et une plus grande "fraîcheur" sur la peau.


http://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifhttp://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifhttp://safran2b.pagesperso-orange.fr/SmiliesKaos/pompom-orange1.gifJe prévois d'autres essais.

   

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #laits - beurres - crèmes corporels

Repost 0

Publié le 6 Octobre 2010

 

 

Michèle a posté sur le blog Potions et Chaudron des recettes de roll on colorés  si jolies et si bien pensées que j'ai aussitôt profité d'un anniversaire pour en préparer  et en offrir à mon tour … Estimant que copier n'est pas jouer,  je présente ici ma déclinaison personnelle, en retenant les quatre même thèmes:  anti fatigue,  anti stress, coupe faim et anti crève. Chaque composition est conditionnée dans un roll on de 10ml affichant un coloris chaque fois différent, avec 10% d'un mélange d'huiles essentielles dilué dans un support huileux , teinté donc. 


Comme j'ai déjà offert le quatuor (bleu, rouge, jaune vert) glissé dans un joli étui  (en plastique épais transparent à impression dentelles,  au format exact des quatre roll on) je ne peux les montrer ici. Sauf le jaune, préparé à deux reprises pour des raisons que j'expliquerai plus loin.

 

 

 

   

Roll-on anti stress bleu

 

 Couleur

 

Très peu de mica "blueberry pop " (TKB)  bien écrasé au pilon et dilué dans de l'huile de coco fractionnée, très stable.  

   

 

Choix des HE

 

Dans deux compositions, j'ai retenu 20gtes d'He, pour 10ml d'huile comme Michèle. Dans la troisième une goutte de plus, et dans la quatrième, une de moins.

 

Lavande 6gtes

Petit grain bigarade 5gtes

Encens 5gtes

Pamplemousse 2gtes

Absolue de jasmin 2gtes (Aromantic)

 

J'utilise depuis longtemps  (voir ici) les trois premières HE (également présentes dans la formule de Michèle) comme cocktail anti stress. Je n'avais plus de petit grain clémentine que j'ai remplacé par du petit grain bigarade, moins fort.


J'ai ajouté du pamplemousse car je souhaitais une vraie note de tête. Par ailleurs,  Joy Bowles (in: Guide des huiles essentielles, Courrier du livre, l'un de mes premiers livres d'aromathérapie que je continue néanmoins à consulter fidèlement au fil des années) le cite comme euphorisant, et  j'ai toujours apprécié la pertinence de ses indications.


L'absolue de jasmin, un choix olfactif,  est présentée par Monica Werner dans Aromathérapie (Vigot)  comme harmonisante, anxyolitique et anti dépressive.

 

Anti fatigue rouge

 

Couleur

 

P1200516.jpgEn diluant ce macérat, on obtient un très joli rouge.

 

 

J'ai choisi le rouge pour le roll on anti fatigue, car cette couleur m'évoque l'énergie et la force du feu.  J'ai préparé à chaud un macérat d'urucum et de curcuma dans de l'huile de coco fractionnée, pusi j'en ai dilué, très peu et pourtant, ça tache un peu encore, dans du coco fractionné.


 

Choix des HE

 

21 gouttes, car je n'ai pas pu me résoudre à diminuer la dose de gingembre!

 

Gingembre 5 gtes

Menthe poivrée 3 gtes

Romarin à cinéole 5 gtes

Cèdre de l’atlas 4 gtes

Kunzea ambigua 4gtes

 

J'ai conservé trois des choix de Michèle, ce sont des HE que je trouve, d'expérience, très remontantes.

 

J'ai ajouté du cèdre de l'Atlas, à la fois tonique et harmonisant (selon Monica Werner) car avec un coup de fatigue, on se sent souvent bancal. Il me semble que le cèdre nous aide à "rejouer au centre"… et la puissance majestueuse de ce conifère me fascine.  A propos de cette HE, Marc Ivô Böhning écrit dans Aromathéapie précise (ed. Guerissure, un livre très interessant, intrigant à l'occasion, fondé sur une pratique, qui s'écarte parfois des indications courantes. Un grand merci, Irène): "grandeur et force pour régner en soi et ne pas être une victime mais un roi"… tout un programme, quand on se sent si fatigué qu'on en perd ses moyens. 

 

C'est le Dr Penoel qui m'avait fait découvrir le kunzea ambigua, distillé à partir d'un arbuste de Tasmanie (je rêve d'y aller… ) de la famille des myrtacées et aux propriétés très polyvalentes. AZ qui en propose écrit à son propos qu'au plan psychique, il redonne force et courage. Son odeur  résineuse, légèrement balsamique, vient conforter celle du cèdre. 

Böhning dit du kunzea qu'il est "dynamisant  et aide à oublier ses anciens repères".


 

Anti crève vert

 

  Couleur


 

P1200514.jpgLe reste de macérat vert

 

J'ai obtenu une très belle couleur en faisant macérer à chaud des feuilles de consoude séchée, du thé vert et de la poudre de chlorophylle dans du coco fract, j'ai filtré et dilué à nouveau dans du coco fract.

 

Choix des HE

 

Iari 3 gtes

Lavande 4 gtes

Tea tree 3 gtes

Ravintsara 6 gtes

Vetiver 3 gtes 

Poivre noir 1 gte

 

J'ai eu recours à une synergie que j'utilise dans un baume anti crève  (clic ici) que je trouve très efficace et refais régulièrement  (moins du saro que je n'avais plus).

 

Coupe faim jaune

 

Couleur


J'ai choisi la couleur jaune, très solaire. Je trouve que la chaleur du soleil nourrit… et coupe la faim… 

 

 

J'avais préparé une première version en faisant macérer du curcuma frais (merci Cristine)  dans du coco fractionné mais après filtrage et introduction dans le roll on, j'ai aperçu une mini trace, en raison probablement de la fraicheur du rhizome qui a dü relâcher un peu d'eau. Je l'ai  gardée pour moi. 

 

  Pour la deuxième version que j'ai offerte, j'ai pensé qu'une huile bien jaune et peu odorante suffirait à faire l'affaire; j'ai donc choisi du moringa, réputé comme fixatif des parfums,  pour diluer le coco fract.

 

 P1200512.jpg

Jaune curcuma (première version)

 

Choix des HE


Là, il y a seulement 19 gouttes car au nez, l'équilibre me semblait atteint.  

 

camomille romaine 7 gtes 

girofle 1 gte

petit grain bigarade 5 gtes 

cardamome 7 gtes

 

Les deux premières HE font partie du choix de Michèle.

 

Je voulais un parfum gourmand. Je me suis alors rappelée la prestation de Marc Ivo Böhning à Grasse lors du symposium d'aromathérapie 2010. Il s'était quasiment arrosé d'HE de cardamome car il voulait démontrer l'innocuité de certaines HE … Puis il en avait parlé avec beaucoup de flamme, l'évoquant entre autres comme anti fatigue et antidote au besoin de sucre, ce que j'ai retenu ici en raison de ce que je connais de la destinataire de ce roll on.  

 

J'ai choisi - à nouveau-  le petit grain bigarade pour son effet anti stress, son action sur les crampes abdominales ( Monica Werner) et l'irritabilité. ( En raison de mon ressenti  personnel : je suis de mauvais poil quand j'ai faim et rien à me mettre sous la dent… ) . Par ailleurs, son parfum s'accorde très bien avec celui de la cardamome qui présente une très légère note agrumes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #aux petits soins

Repost 0