Publié le 28 Février 2011

 

J'ai déjà tenté plusieurs variantes de shampoings solides en essayant de limiter les quantités de tensio actifs (TA) pour ne pas trop décaper les cheveux. Voir ici la formule précédente que j'ai publiée. C'est en lisant les articles de Colchique sur son blog fort intéressant que mes cogitations ont vraiment progressé . Voir iciici ou ici sur le blog de Colchique.

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/bleu/pluie.gifQu'ai-je tiré de mes lectures?


-D'abord qu'il fallait associer des TA compatibles, ce que souligne aussi AZ dans ses pages consacrées aux  cheveux, mais que j'avais zappé.  


Le SCS (sodium coco sulfate) est un TA anionique au bon pouvoir moussant mais détergent. AZ conseille par exemple de le coupler pour l'apaiser avec son TA "douceur de coco", (composé d'eau, de  coco glucoside et de glyceryl oleate), aux effets relipidants. Douceur de coco est par alleurs non ionique, donc compatible avec  le SCS.


En revanche, le BTMS est cationique, son mariage avec le SCS  ne peut aboutir; exit donc le BTMS de ma formule, même s'il  a de précieuses  propriétés : il est à la fois émulsifiant et conditionneur (il lisse le cheveu et le discipline) . Il a fallu que je lui trouve des substituts.

Pour l'aspect "conditionneur", j'ai pensé au cetyl palmitate classé aussi comme tel et que l'on trouve d'ailleurs dans des formules capillaires. 

Pour le BTMS version emulsifiante, j'ai choisi l'un des plus doux remplaçants :  le cetearyl wheat straw glycosides (and) cetearyl alcohol, (la cire n°2 de AZ).

 

-j'ai aussi pris en compte l'ajout de glycérine qui rend la pâte du shampoing plus malléable, selon les tests de Colchique.

 

 

Le CSC monte à 40% désormais. Pour le TA douceur de coco  j'ai respecté les indications d'AZ: 5% maximum et j'ai ajusté au mieux le reste, tenant compte de mes expériences précédentes avec les ingrédients sélectionnés.

 

P1210142.jpg

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/bleu/pluie.gifShampoing solide pour cheveux clairs en g et en %

   

Phase A 


40g SCS

5 douceur coco

2 cetyl palmitate

3 cire n°2

9 karité

1,5 sapote

3 ricin

5 glycérine

 


  Phase B:  poudres


10g aritha

3 curcuma

9 flocons d’avoine

5 fleurs de matricaire 

 

Phase C


2 proteines de soie

0,5 géogard

5 gtes Epp

2g HE en gtes:

5gtes nard

5 gtes cèdre atlantique 

10 gtes pin lariccio

5 gtes thym géraniol

10 gtes lavande aspic

20 gtes ylang

5 gtes romarin (Verbenone, faute de réussir à mettre la main sur le romarin camphré)

 

pH 5, 5 environ


*Faire fondre la phase A. 

 

*Mixer matricaire et flocons d'avoine, tamiser au dessus de la phase A fondue laissée sur bain marie éteint. 

 

*Bien touiller

 

*Ajouter  les HE et les protéines de soie hors du feu

 

*Verser la pate grumeleuse dans des moules en silicone (si possible un peu rigides pour bien pouvoir tasser)

 

*Placer au congelateur jusqu'à durcissement complet

 

*Démouler.

 

Avec cette formule, ces petits shampoings solides sèchent vite. Ils sentent l'ylang avec une pointe de nard.

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/bleu/pluie.gifIls produisent une mousse agréable et donnent beaucoup de volume. Je réalise deux shampoings successifs en laissant pauser le  deuxième, pour laisser aux plantes le temps d'agir sur la couleur.


C'est encore  mieux si on applique ensuite la gelée de vinaigre.

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/bleu/pluie.gifMerci Colchique…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #cheveux

Repost 0

Publié le 25 Février 2011

Quand on se rince les cheveux au vinaigre, il en faut en général pas mal même si on le dilue dans un bol d'eau tiède car il en coule un peu partout. Qu'imaginer pour en utiliser moins, et donc pouvoir partir en vadrouille avec un plus petit flacon ? Cétait ma devinette à résoudre…

 

Je me suis alors souvenue d'un article fort intéressant publié sur le blog -hélàs devenu inactif- de Lunemalo, qui fait désormais de fort jolis bijoux. Elle avait imaginé, en version ménagère si je puis dire, un jelly'naigre, gel de vinaigre à l'agar agar pour nettoyer la robinetterie.


Ayant quelques doutes sur la conservation d'un produit cosmétique à l'agar-agar (utilisé en labo pour élever des microbes… ), j'ai préféré m'en tenir à la xanthane.


C'est d'une simplicité de réalisation enfantine. Attention, la gelée assez liquide au début continue de prendre pendant quelques jours. Conditionner dans un flacon souple. 

 

Il suffit  d'en étaler une noisette sur cheveux mouillés avec un peigne, de laisser pauser un peu  pour tirer profit du vinaigre surtout s'il est très dopé comme ici, puis  de rincer.


http://safran2c.pagesperso-orange.fr/Ikaos/boules064.gifThat's all, folks!

 

P1210132.jpgAvant débullage…

 

Gelée de vinaigre en après-shampoing fortifiant à rincer (en g ou %)

 

3g de gel d'aloes (en fait, inutile, car ça flocule)

10g de vinaigre de rose, un cadeau odorant d'Irène

84,4 de vinaigre concentré aux plantes et au rhum (recette ci dessous)

2g xanthane (AZ)

0,6g  géogard

 

Tiédir au bain marie, fouetter au fouet à cappucino, "débuller" éventuellement un peu en touillant avec une spatule, verser en flacon désinfecté. 

 

Le geogard supporte un pH entre 2 et 7 et le mélange vinaigré faisait un peu plus de pH 4.

 


P1210139.jpgL'étiquette reste modeste quand il s'agit d'un usage personnel…

 

 Vinaigre concentré aux plantes et au rhum


(C'est un vinaigre que je prépare  et offre pour être  utilisé en friction. Il est destiné à  activer la pousse des cheveux)

 

Mettre dans l'ordre dans un flacon à goulot large:

 

 

HE

 

6gtes HE thym geraniol

8gtes HE romarin de Corse

à diluer dans

60gtes de solubol

 

plantes

 

12g d'un mélange de thym-romarin-fenouil-anis vert

8g laurier

5g romarin grec

 

 

10g  de teinture de palo santo dans du rhum (on utilise le bois de palo santo dans des produits pour cheveux)

340g de vinaigre d’alcool bio

60g rhum à 50° (j'utilise du rhum pour tonifier les cheveux depuis l'enfance… )

 

75g hydrolat de lavande

10gtes Epp

 

http://safran2c.pagesperso-orange.fr/Ikaos/boules064.gifPour la gelée de vinaigre, on peut se contenter de faire macérer des plantes aromatiques (sauge, romarin, laurier par exemple) quinze jours dans du vinaigre d'alcool ou de cidre bio. Filtrer avant emploi.

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #cheveux

Repost 0

Publié le 22 Février 2011

 

 

  C'est une crème que j'ai offerte à certaines qui ont froid aux mains, à d'autres qui habitent au froid… Je voulais un résultat doudou et apaisant. Je me suis donc inspirée d'une formule que je fais et refais… pour les bébés et les mamans.

 

Je l'ai aménagée en ajoutant des ingrédients aptes à améliorer le toucher cosmétique: IPP, cetyl palmitate.

 

J'ai joué à fond la carte genévrier : en teinture, en macérat huileux, en hydrolat et en HE.

 

Pourquoi? D'abord parce que certaines apprécient beaucoup son parfum. Traditionnellement, par ailleurs, la teinture est utilisée en frictions contre les névralgies; l'hydrolat stimule la circulation sanguine; l'He extraite des baies renferme pas mal de monoterpènes (anti douleur), elle est aussi hyperémiante. 

Et surtout j'apprécie beaucoup ce qu'en dit Willhem Pelikan (in "L'homme et les plantes médicinales", ed. Triades), une de mes bibles quand je cherche à comprendre de plus près une plante:


"Il (le genévrier) porte sa force vitale avec beaucoup de sérieux et de dignité dans des lieux inhospitaliers, hostiles à la vie, qui ne sauraient accueilir ses grands frères de la forêt; là il crée des buissons touffus et piquants. Mais en ce qui concerne les parfums épicés, il ne le cède en rien à ses congénéres plus puissants".

Je l'imagine donc très  bien en petit bouclier courageux et efficace contre les intempéries… 

 

DSCN8951.jpgla vallée de la Clarée couverte de fleurs en fin de printemps


En juin dernier, j'avais fait un très beau voyage dans la vallée de la Clarée, dans les Hautes Alpes, où j'avais récolté des jeunes branches de genevrier couvertes de baies au parfum prenant. Je les avais mises en teinture et en macérat huileux.

 

Pour compléter l'effet réchauffant, j'ai ajouté gingembre et poivre noir.`


Il y a aussi des ingrédients spécial peaux sensibles : allantoine, hydro-glycériné d'édelweiss (que Christine arrive à faire pousser dans son jardin du Nord! ) complété avec de l'achillée (excellent vulnéraire) ramassée dans la vallée de la Clarée, et un cocktail d'extrait CO2.


DSCN8928.jpgLe découpage très fin du feuillage de l'achillée mille feuilles (d'où son nom)

 

 

 

Crème d'hiver pour mains  fragilisées genévrier-gingembre 

 

La recette n'est pas en pourcentages car je suis partie de ma recette que j'aime beaucoup… et qui ne l'est pas. Michèle, ne me fustige pas SVP

 

Phase aqueuse 60g


Teinture de genévrier 3

Hydrolats :

genévrier 21

Laurier 18 (anti inflammatoire)

Verge d’or 5 (en externe: anti douleur, cicatrisant)


Allantoine 1

Quinton 9

Extrait glycériné maison achillée-edelweiss 3

 

Phase huileuse: 45,5


IPP 5

Huile noyau d’abricot 14

Macérat genévrier dans olive 15

Cire d’abeille 2

Cire n°2 5

Substitut lanoline 2

Cetyl palmitate 2,5

Aox

 

Phase 3: 3,2g env.


0,6 géogard 

 He: 25 gtes genévrier, 20gtes  gingembre, 10gtes lime, 8 gtes poivre noir

  Extraits CO2 (4 gtes  de chaque: calendula, argousier, grenade, rose musquée)

4gtes elixir calling all angels

 

P1200845.JPG

 

C'est une crème riche, très doudou et nourrissante, filmogène. Curieusement, je trouve qu'elle sent plus les agrumes et le gingembre que le genévrier…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Crèmes et laits mains et-ou pieds

Repost 0

Publié le 18 Février 2011

Pour varier les plaisirs, j'ai cherché de nouvelles façons de parfumer l'atmosphère. En me baladant sur le net, j'ai trouvé cette création de la très chic marque italienne Santa Maria Novella: des plaques de cire parfumée avec incrustations végétales. Je me suis dis: pourquoi pas me lancer…

 


Ça n'a pas été difficile à faire, juste un peu d'attention… mais le résultat, très odorant, en vaut la peine. 


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_03.gifLa cire

 

J'ai choisi de la cire d'abeille blanche en pastilles et non parfumée comme base. J'ai hésité à ajouter une cire plus dure, mais j'ai voulu rester minimalistecomme la V.O.; donc cire d'abeille blanche, c'est tout. Après coup, je me suis dit que j'aurais pu ajouter une cire florale parfumée (au risque néanmoins de colorer la plaquette); de toutes façons, l'idée est venue trop tard… 

 

La synergie odorante


Pour le % d'ajouts parfumés, j'ai mis la barre assez haut: 8% car je voulais que l'odeur puisse rayonner. En effet, cette plaquette peut aussi se glisser dans un tiroir pour le parfumer. 

j'ai choisi un accord  -œcuménique- : absolue de rose+ agrumes.

 

Les incrustations


J'ai retenu deux plantes très odorantes, mais très différentes. On ne les sent guère une fois incluses dans la cire

-une feuille de sauge blanche améridienne (salvia apiana, utilisée dans les cérémonies de purification, pour le pôle masculin)

-des pétales de rose rouge du Maroc (pour le pôle féminin)

 

Le moule


Là, j'ai un peu gambergé, arpenté les boutiques sans rien trouver de convaincant. J'ai fini par faire avec ce que j'avais sous la main: des moules à financier que je n'ai pas emplis jusqu'en haut.

Il fallait prévoir un trou pour pouvoir passer les rubans. J'ai utilisé des mini  … entonnoirs à parfum et des tous petits bouchons à vis; j'avais pensé à des boutons, mais il fallait une certaine épaisseur pour pouvoir les ôter une fois la cire coulée et durcie.

 

P1210123.jpgLa plaque toute nue, avec la feuille de sauge (roulée)  qu'on aperçoit entre deux pétales

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_03.gifLe making of

 

*Faire fondre la cire au bain-marie


*Attendre qu'elle refroidisse un peu mais sans prendre, ajouter le mélange d'He et touiller avec une spatule préalablement tiédie pour ne pas accélérer trop la prise

 

*Verser dans les moules délicatement, en faisant attention de ne pas déplacer bouchons ou entonnoirs


*Quand la cire s'opacifie légèrement, disposer sur chaque plaquette les végétaux préalablement choisis et préparés car il faut agir vite.Si la cire est trop molle, ça s'enfonce trop. Si elle a trop pris, ça ne tient pas. 


*Démouler dès que c'est possible; avec le silicone, c'est facile. Puis ôter délicatement mais fermement les entonnoirs et les bouchons quand la plaquette est encore souple, ce qui limite les risques de casse. Si la plaquette gondole, la remettre délicatement à plat.


*Finir de laisser durcir.

 

P1210125.jpgDeux rubans en organza de deux tons de violet et un ruban en satin rouge, choisis en tenant compte des couleurs des pétales

 

*J'ai ajouté un petit grelot et des rubans. Chaque plaquette pèse environ 20g.

 

*Pour plus de simplicité, je donne les proportions pour 100g

 

La recette


92g cire blanche AZ

8g HE soit:

 

15gtes absolue de rose

20gtes HE citron

60gtes He orange sanguine

60gtes HE pamplemousse

60gtes HE orange


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_03.gifSi l'on compte 30 gouttes par g, ça ne fait pas le compte, mais j'ai pesé (certains codigouttes donnent de grosses gouttes!) 

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 15 Février 2011

 

 

Troisième test chocolat blanc…

 

 

Depuis six mois, je re-fabrique régulièrement une crème au GMS (glycerol mono stéarate SE, émulsifiant végétal proche du VE. On en trouve chez Bilby et chez Fresholi , qui conseille de le coupler avec  de l'alcool cetylique) tant j'apprécie sa texture. Quand on l'applique, elle a presque un toucher liquide.  Puis très vite, avec la présence de karité, elle donne un effet très filmogène.


Je l'utilise le soir au coucher en intégrant des HE apaisantes pour inciter au repos  et des actifs anti taches pour les mains. J'en passe donc à la fois sur les mains et sur les pieds, ce qui limite le nombre de pots… 

 

Je suis  partie de cette formule pour poursuivre mes essais chocolatés. Comme je tenais à garder du karité en quantité, je me suis contentée d'incorporer 5% de chocolat blanc qui apporte néanmoins un surplus  d'onctuosité au final.


*Cette fois, pour l'effet anti-tache, j'ai choisi d'intégrer une macération huileuse au gaillet. J'en avais utilisé il y a déjà longtemps dans un baume pour les mains et les ongles que j'avais vraiment apprécié. J'ai racheté de l'huile au gaillet au même endroit, chez Christian Nugier. 


*Pour le parfum apaisant, j'ai joué la note encens-myrrhe  qui se marie très bien avec le cacao, et des agrumes sous la forme de petits grains anti stress. La myrrhe est très cicatrisante, l'encens apaise l'esprit

 

Après, avoir formulé, J'ai eu la surprise de découvrir une association gourmande,  à déguster, chocolat-encens -myrrhe ici!

 

*Pour la couleur, comme le ton ravissant de l'argile violette a tendance à s'évanouir au bout de quelques temps, j'ai choisi un HG d'hibiscus offert par Kat d'un rouge lie de vin magnifique, par ailleurs très anti oxydant. Au final, j'ai obtenu du rose, un peu plus soutenu que sur la photo.


 

P1210130.jpgMon pot déjà bien entamé…

   

Crème  chocolatée myrrhe-encens pour les mains et les pieds


(sur 200g, diviser par 2 pour avoir les %) 

 

Phase 1


10g GMS

2 alcool cetylique

3 cetyl palmitate

2 cire de chanvre

36,6 karité

10 chocolat blanc la petite fabrique


Phase 2

 

80g eau de glacier

10 HG hibiscus 

1 allantoine

 

Phase 3

 

10g hydrolat d'encens (j'ai compté 1% en plus par rapport aux 100% -soit 10g au lieu de 8- pour compenser l'évaporation de l'eau de glacier au chauffage) 

10 hydrolat de fleurs d’oranger (idem)

 8g gel d’aloes

4 D panthenol

10 macérat de gaillet (anti taches)

1 touche douceur

1 argile violette

1,4 geogard

 

en gtes:

15 petit grain citron

15 petit grain clementinier

15 CO2 cacao

15 CO2 calendula

60 HE myrrhe-encens

 

Making of

 

C'est celui indiqué sur le site de Fresholi.


Faire chauffer les phases 1et 2 au bain marie  bouillant.  Je  chauffe le bain marie avant d'y poser les récipients. La phase aqueuse doit rester plus chaude que la huileuse, recommande Fresholi; je la laisse  donc dans le bain marie

V
erser 1 sur 2 en filet en fouettant 5mn  sur bain marie chaud éteint

Puis 1mn le  récipient posé sur un torchon pour faire descendre un peu la température

Puis 5mn à nouveau sur bain marie froid, touiller de temps en temps à la spatule puis à la cuillère
magique.

 
Ajouter la phase 3 en suivant l'ordre donné dans la recette (hydrolats, gel d'aloes, puis D Panthenol, puis huile au gaillet, etc)

 

La crème a une texture très onctueuse qui se tasse un peu à l'usage, mais sans perdre de son moelleux  Au bout de quelques jours d'utilisation, la peau de la plante des pieds vous dira merci…

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Crèmes et laits mains et-ou pieds

Repost 0

Publié le 12 Février 2011

 

  Suite des tests chocolat blanc

 

 Lors de la conquête du royaume aztèque en Amérique centrale, les Espagnols découvrent -et testent- le chocolat. Ils font la grimace: il est alors consommé avec piment, épices,et sans sucre. Ce sont des religieuses qui auront l'idée de l'adoucir, ce qui provoquera alors  son adoption enthousiaste par les cours européennes. Le chocolat, désormais sucré, reste souvent parfumé, parfois à l'ambre gris, ingrédient de luxe à la réputation d 'aphrodisiaque. 

Le chocolat à l'ambre a été l'un des délices huppés de l'Ancien régime.

 

  http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/boissons/chocolat/chocolat_02.gifVoir ici un traité de 1665 sur le café, le chocolat et le thé avec une recette de chocolat à l'ambre, dont je copie ici un extrait:


"On peut employer de l'ambre gris  pris tout seul après l'avoir réduit en poudre avec du sucre fin mais au lieu de 8 grains, on en pourrait bien mettre 12, qui toute fois sans l'aide du musc produirait peu d'effet". 

 

Traduire, mieux vaut ajouter un fixatif pour obtenir un résultat valablement parfumé. Sans musc sous la main, j'ai pensé à des épices (notamment le poivre noir) qui aident bien à retenir les odeurs

 


Partant de cette idée de chocolat ambré, j'ai donc imaginé un baume . chocolaté, ambré et épicé (edit: à appliquer sur les poignets par exempleen guise de parfum. Je ne l'ai pas  pensé comme un baume à lèvres). J'ai retenu à peu près les proportions des baumes à l'IPP au résultat très onctueux, en substituant aux beurres le seul chocolat blanc.

 

P1210127.jpg

 

Baume sensuel chocolat ambré et épices   (sur 100g, ou en %)

   


9 chocolat blanc la petite fabrique

9 cire d’abeille

6 cire d’olive

3 gelules vit E

 

5 huile d’ambre ( un merveilleux cadeau d'Irène)

41 vanille coco fract

2 prune

20 macadamia ou rose musquée

5 IPP


HE en gtes:

Amande amère 2

Poivre noir 5

Cardamome 5

Ambre 5

Cacao CO2 20

Vanille CO2 (à 26% de vanilline ) 15

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nourriture/boissons/chocolat/chocolat_02.gifCurieusement, alors qu'il y a à peine d'huile de prune et d'HE d'amande amère dans la formule, l'amande s'impose en note de tête insistante. Puis arrive la vanille en note de cœur,. Demeure ensuite -et longuement- l'ambre sur la peau, dans un cocktail assez peu chocolaté finalement.

La touche cacao se contente de planer en toile de  fond.

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 8 Février 2011

 

Lors de péregrinations parisiennes,  je me suis arrétée dans une chocolaterie (pas celle de Charlie… ) aux créations particulièrement réussies. Le chocolat y a le goût du chocolat (y compris celui au lait, à peine lacté et très net, un inhabituel délice). Séduite, j'ai demandé si la boutique ne pouvait  pas me vendre du beurre de cacao.


-Pourquoi faire?

-En mettre dans des cosmétiques.

-Je n'ai pas le droit de vendre des ingrédients, mais pourquoi vous n'essaieriez pas avec du chocolat blanc, il y a surtout ça dedans?  m'a répondu le chocolatier.


Pourquoi pas en effet… 

 

J'ai donc fait l'acquisition d'une plaquette (sans INCI, je pense qu'il n'y a surtout du beurre de cacao, du sucre plus une pointe de vanill) et me suis lancée.


Le premier essai a été un gloss; j'aime beaucoup le parfum du chocolat dans les baumes à lèvres, j'incorpore souvent du beurre de cacao.

Comme je souhaitais une texture fluide. j'ai modifié les proportions habituelles.

J'ai compté:

 

6% de cires

6% de gras durs (ici uniquement du chocolat blanc)

86% d'huiles

1,5% de pigments

0,5% d'extraits CO2

 

Cires


Michèle m'a offert du synchrowax (aprouvé par Ecocert) à tester. Il s'agit d'esters cireux d'origine végétale qui, entre autres vertus, donnent du brillant et facilitent la mise en suspension (j'ai incorporé des micas). J'ai choisi la dose minimale recommandée: 4% et  complété avec de la cire de chanvre.

 

Huiles

 

J'ai joué le cocktail en tenant compte à la fois de la diversité des acides gras, du parfum et de la couleur des huiles.

Pour apprivoiser le karité qui a souvent tendance à boulocher à long terme dans les baumes, j'ai choisi son oléine. J'ai aussi introduit de l'huile de pépins de pomme au parfum d'amande amère et de couleur marron (riche en anti oxydants et phytostérols), de l'huile de buriti (anti oxydants également) pour son ton soutenu, du ricin pour le brillant, du jojoba  et du coco fractionné pour la bonne glisse, plus du bisabolol pour l'effet calmant.


 

Parfum

 

J'ai fait un choix classique (et alimentaire): vanille-chocolat, en extraits CO2, plus un peu de CO2 de grenade, pour ses effets apaisants et réparateurs plus que pour son parfum très discret.  

 

Couleur

 

Je souhaitais un gloss bien brillant, d'où l'huile de ricin et mon choix de pigments. Irène conseille de mélanger l'or et l'argent pour booster l'éclat. D'où le choix de la nacre (argent) d'AZ et de l'or de TKB. J'ai aussi ajouté un peu de micas mordorés pour renforcer l'effet moiré. 


 

P1210120.jpg

 

Gloss moiré au chocolat blanc


(sur 100g ou en %)

 

Phase 1


 4g synchrowax 

2g cire de chanvre

6g chocolat blanc de la Petite Fabrique

 

Phase 2 


8g huile de buriti 

30 huile de ricin

20 oleine de karité

10 huile de pepins de pomme 

10 coco fractionnée

7 huile de jojoba

1 bisabolol

+ 1,5g micas (travel to mercury et radiant gold de TKB; nacre de AZ)

+0,5g d'extraits  CO2:  6gtes vanille, 5gtes chocolat, 5gtes grenade


 

Faire fondre  la phase 1 au bain marie

 

Par ailleurs mélanger les huiles et le bisabolol. Leur incorporer les pigments peu à peu en touillant fortement.

 

Verser ce mélange en plusieurs fois sur la phase 1 liquide  en tournant très vigoureusement; Ajouter les extraits CO2 à la fin.

 

Mettre en tubes.

 

P1210122.jpg

 

J'ai testé sur et sous le rouge à lèvres, c'est mieux dessous. Appliqué seul, ce gloss donne une brillance douce et moirée, sans vraiment teinter malgré sa couleur. Le parfum du chocolat blanc reste bien présent à l'application.

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 6 Février 2011

C'est l'intitulé d'un bocal qui m'a fait sursauter: "berlingots à l'aspérule". J'ai demandé au confiseur d'où il pouvait sortir ce parfum…  "J'ai un petit alambic et je distille l'aspérule  que je ramasse", m'a t'il répondu…  ce qui a suffi à me séduire…


 

P1210082.jpgForêt de sapins au Pont d'Espagne, au dessus de Cauterets

 

La confiserie "à la reine Margot" à Cauterets dans les Hautes Pyrénées est une institution. Quand j'étais gamine, elle existait déjà… même si ce n'était pas le même confiseur qui officiait.  Bonbon un peu désuet et peu diététiquement correct (sucre+glucose ), le berlingot serait selon les sources originaire de Carpentras ou de Nantes. II serait arrivé à Cauterets dans les bagages de Nantais qui y venaient en cure. Sa douceur sucrée faisant passer l'âpreté de l'eau thermale soufrée, il  devint la consolation des curistes et les médecins le recommandaient… (mais pas les dentistes!)

 

  P1210070.jpgLa pâte est travaillée avant d'être étirée


 L'homme qui distille l'aspérule (pour obtenir de l'hydrolat, m'a t'il précisé)  met aussi du serpolet dans son alambic de cuivre. Il prépare également la verveine citronnelle de son jardin en teinture, toujours pour parfumer ses berlingots. Il m'a fait sentir un flacon d'huile essentielle de citron d'Argentine (proche du citron vert, mais pas tout à fait). Un vrai passionné, qui s'en tient aux arômes naturels.

 


P1210074.jpg

Au premier plan à gauche, la berlingotiere, qui pemet la découpe des rubans

 


J'ai donc goûté des berlingots ("Ne les finissez pas, crachez-les " me disait-il en m'en tendant  de nouveaux à tester. Une trentaine de parfums, je n'ai pas tout essayé…  ) tout en contemplant la fabrication d'une série à la violette. C'est sa femme qui manie la berlingotière, petit appareil qui prédécoupe les cordons de pâte à sucre étirés savamment sur du marbre…  Elle laisse volontiers les plus petits tourner la manivelle…

 

P1210068.jpgRubans de berlingots à la violette

 

Et même sans la tourner, on est déjà retombé en enfance… 

 

 

P1210118.jpgUn berlingot à l'aspérule, très parfumé

 

L'aspérule odorante ou gaillet odorant est une plante médicinale et aromatique qui s'utilise séchée (feuilles et racines). Elle dégage alors un parfum vanillé car elle est riche en coumarine adoucissante (comme la fêve tonka). Mais on ne la récolte pas particulièrement à Cauterets, alors que dans l'Est de la France, elle entre même dans la confection d'un vin parfumé.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 1 Février 2011

 

 

 

 


 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/fetes/noel/sapins/sapin_05.gif

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/fetes/noel/sapins/sapin_05.gif                         … jusqu'au 6 février

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/fetes/noel/sapins/sapin_05.gif

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0