Publié le 31 Août 2011

 

 

Cette année, j'ai été fascinée par l'omniprésence de la note orangée à Venise: elle se décline de l'ocre au mandarine.

 

 

 

 

P1220761.jpg

 

Tout a commencé avec un verre de spritz, cocktail vénitien à base d'Apérol.

 

L'Italie, et notamment la Vénétie, apprécient beaucoup les notes amères en cuisine et dans les boissons: artichaut, chicorée amére, Cynar, Campari… et Apérol donc (on en trouve à Paris), -créé à Padoue en 1919 selon wikipedia- aux parfums d'orange amère, avec  gentiane, rhubarbe, etc.

 

Le spritz mélange Apérol, vin blanc sec pétillant (prosecco), eau gazeuse,  rondelle d'orange et même une grosse olive verte qui parachève la douce amertume du breuvage couleur mandarine. Un spritz au Campari est encore plus amer, et je dirais presque  meilleur… mais ce n'est plus Venise.


 

P1220776.jpg

 

Pavement de l'église Santi Maria e Donato (Murano)

 

Les sols de marbre polychromes déclinent toutes les nuances naturelles dont un ocre orangé très vibrant.

Des associations de couleurs que je trouve très inspirantes pour la savonnerie.

 


 

P1220808 

Fenêtre d'un palais ocre sur le grand canal avec les reflets du palais jaune de la rive opposée.

 

Encore des tons à rêver pour les savons…


 

P1220841.jpg

Spectaculaire coquillage aux tons saumonés (Musée naval, Venise, collection Roberta di Camerino)

 

Le musée naval recèle au dernier étage une magnifique colection de coquillages, donnée par la créatrice de mode vénitienne Roberta di Camerino, aussi imaginative que Schiaparelli en matière d'accessoires et qui en a inspiré plus d'un!  (Elle est morte l'an dernier à 90 ans, voir ici un article du New York Times)

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Venise

Repost 0

Publié le 23 Août 2011

 

 

 

                       jusqu'au 29 août…

 

Soyez sages,

 

                    mais pas trop…

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/poissons/divers/pieuvre03.gif

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/poissons/divers/pieuvre03.gif

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 23 Août 2011

 

Pour terminer cette première série, j'ai monté la quantité de lait d'ânesse utilisé pour dissoudre la soude quasiment au maximum.

 

En effet, the Sage donnait comme plafond -avec 500g d'huile- 188g d'eau pour dissoudre la soude, j'ai choisi 183g en glaçons de lait, ce qui fait exactement 36,6% de lait d'ânesse par rapport au poids des huiles. 

 

Comme je voulais du rouge (et oui, encore!), j'ai choisi des huiles claires et préparé mon mélange favori: poudre de rhubarbe et mica bordeaux.

 

 

Parfum

 

J'ai repris presque à l'identique un mélange de Rainbow meadow le  "serenity blend" qui associe deux parts d'ylang à deux parts de sauge sclarée et une de bergamote; j'ai remplacé l'ylang par du cananga, légèrement plus rustique mais qui tient bien dans les savons et dérapé un peu en versant la sauge! Pourtant, pour l'instant, c'est le cananga qui s'impose en douceur.

 

dans 3g ricin:

7 sauge sclarée

6 cananga

3 bergamote

  

 

 

Huiles


cupuaçu 50g 10%

coco 125g 25%

arachide raffinée 108g 21,6%

gras de bœuf 100g 20%

son de riz 117g  23,4%

 plus:

1g CO2 romarin

2g EPP

un peu d'argile blanche

 

183 de glaçons de lait d’ânesse  

soude pour un surgraissage à 6-7

 

Mélange à 38°


Pour la couleur rouge


Une grosse cuillerée à café de poudre de rhubarbe+autant de mica bordeaux dilués dans un peu de ricin et touillés à la cuillère magique. J'ai redilué le tout dans un peu de pâte à la trace assez fine, attendu un peu et reversé une partie de ce rouge dans le grand saladier. 


J'ai touillé avec une pique puis versé  dans les moules; dans trois d'entre eux, j'ai versé le reste de pâte rouge pure, puis touillé à nouveau.

 

P1220739.jpgJ'ai  versé le reste de pâte d'assez haut dans chacun de ces moules, d'où la tache rouge.

 

Deux ont exactement le résultat que je souhaitais.

 

 

P1220743.jpgLe marbrage léger s'accentue de jour en jour. Je voulais vraiment donner cette sensation "marbre", un peu nuageuse.

 

 

Les autres sont néanmoins joliment marbrés.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 21 Août 2011

 

Après avoir découvert lors de ma série précédente que la poudre de santal donnait de jolis reflets rouges, j'ai voulu poursuivre l'expérience pour avoir des savons bien colorés. J'en ai ajouté 3g soit 0,6% du total des huiles… et bien ça ne marche pas. En revanche, le parfum boisé de la poudre devient très présent, et vient renforcer la note cèdre, dominante dans le mélange des HE.  

 

Choix des huiles

 

500g huiles


Coco 25% 125g

Gras de bœuf 15% 75g

Arachide 30% 150g

Colza 20% 100g

Beurre de cacao 10% 50g


1g CO2 romarin (anti oxydant) 

3g poudre de santal indienne

 

P1220738.jpgLa poudre de santal est, entre autres,  utilisée en application externe pour les problèmes de peau


 

Cette combinaison d'huiles permet d'avoir tous les acides gras dans le savon, sauf le ricinoléique, néanmoins présent grâce à l'ajout d'huile de ricin à la trace (enfin, il y en a très très peu car mon flacon était quasi vide!) 

Selon Soap Calc:

acide palmitique 12

laurique 12

oléique 40

myristique 6

stéarique 9

linoléique 13

linolénique 2


Voir l'excellent article de Michèle sur l'acide palmitique ici

  

Dans ce savon, le liquide de dissolution est constitué uniquement de lait d'ânesse, mis en glaçons: 150g, soit 30% du poids des huiles. 

 

J'ai suivi la methode très prudente que m'a expliquée Michèle: j'ai versé la soude (calculée pour un surgraissage à 7-8) dans un bocal qui ferme, et versé trèès lentement la soude sur les glaçons, en refermant le bocal après chaque ajout. L'intérèt de garder la soude à l'abri de l'air: elle est très hygroscopique et sa puissance ainsi ne s'affaiblit pas. 

 

J'avais posé le bécher dans l'évier empli d'eau froide avec quelques glaçons… Résultat, au final… j'ai dû réchauffer le mélange qui était à 27° en emplissant l'évier d'eau tiède puis chaude. 

 

 

À la trace 1g EPP (anti oxydant) 

 

 

Parfum

Dans 2g huile de ricin (j'avais prévu plus…)

2g HE thym thujanol

6g HE cèdre atlas

2g HE sauge sclarée

5g HE orange 5 folds 


J'ai mélangé quand la soude diluée était à  38° 

et les huiles à 40°

 

P1220737.jpg

 

Les savons sont très lisses, beige-vert, avec un très très discret reflet rouge en train d'apparaître. Ils étaient très mous au démoulage, mais durcissent peu à peu tranquillement. Je les retourne très souvent pour bien aérer les faces.


 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 19 Août 2011

 

 

J'entame une série avec du lait d'ânesse, j'en ai reçu en (beau) cadeau.


Pour le premier essai, j'ai choisi de l'ajouter aux huiles après l'avoir compté comme liquide de dissolution de la soude, et donc de garder un minimum d'eau (selon The sage) pour dissoudre les perles de soude.


Choix des huiles

 

J'ai privilégié des gras qui colorent peu la pâte. J'ai quand même incorporé un peu de beurre de cacao car il donne une mousse particulièrement crémeuse. Comme je n'avais plus de vitamine E, j'ai ajouté de l'EPP.

 

Pour 600g huiles


Coco 150g 25%

Cacao 30g 5%

blanc de bœuf 90g 15%

Arachide raffinée 330g 55%

+ 80g de lait d'ânesse (merci Moune)

1g EPP

une pointe d'argile blanche

Mixer pour obtenir une émulsion laiteuse

 

Parfum

 

J'avais lu dans le livre d'Alicia Grosso (Soapmaking, the magickal guide) que l'huile de ricin à la trace pouvait aider à fixer les parfums; j'en l'utilise donc souvent  pour diluer les HE. Par ailleurs, je préfère toujours ajouter un peu d'huile végétale dans les mélanges d'HE pour limiter la perte des HE restant au fond du récipient où je les prépare.


Dans 3g huile de ricin:

Thym à thymol 1g

Pin lariccio 5g

Citron 8g

Orange 5 folds 4g


Je cherchais une odeur pétillante; pour l'instant, c'est surtout  le citron qui pétille.

 


 Eau déminéralisée glacée:  150g (la limite basse donnée par The Sage)

soude pour un surgraissage à 7-8

température lors du mélange 38°C

 

Mon idée de départ: un marbrage crème et jaune, qui s'est terminé au final en savon plutôt jaune car je n'ai pas eu la patience d'attendre une trace épaisse. J'ai obtenu de jolis reflets rouges dûs à de la poudre de santal

 

J'ai dilué une pointe d'oxyde jaune dans un macérat huileux de thym (dans olive), bien touillé et ajouté le tout à la trace dans la moitié des huiles.

 

P1220728.jpgJ'ai mouillé le savon pour qu'on distingue mieux sa couleur; en réalité, il est d'un jaune ocre plus soutenu

 

Mais comme j'ai coulé les couches avec une pâte très fluide, au final, j'ai obtenu un jaune qui a un peu foncé par la suite car grosse phase de gel. Entre les couches, j'ai saupoudré de poudre de santal et touillé avec une fine baguette, ce qui a donné ces nuances rouges. Je vais tester cette poudre de façon plus franche.

 

J’ai rajouté la lessive de soude très lentement en touillant souvent. Ça n’a donc pas trop chauffé.


J'ai démoulé au bout de 36 heures, tranché et vite tamponné.

 

P1220725.jpgJ'ai utilisé un tampon indien en bois et prévu deux gros morceaux pour "celui qui aime les gros savons" 

 

J'ai testé ce savon qui forme déjà une mousse incroyablement douce.

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 11 Août 2011

 

Le pitch : un savon pour célébrer un mariage, je le souhaitais vert en harmonie avec le style de vie des promis, parfumé, et d'un chic un peu minimaliste.

 

J'avais concocté une formule à l'avocat, vraiment aux petits oignons mais j'ai voulu cuire la fournée pour qu'elle soit prète à temps… patatras, j'ai raté mon coup… Notamment a dit Michèle, Dr es Savons, parce que je n'ai pas résisté à ouvrir la porte du four pour surveiller. Le savon a quasiment déphasé,  puis transpiré avant de grumeler… Il renfermait aussi un peu de crème fraîche qui a dû le fragiliser.

 

Cette série est au piquet, patientant pour une résurrection esthétique.

 

J'ai donc recommencé, toujours dans les tons de vert, que je voulais suave mais en modifiant mes plans.

 

J'ai d'abord fabriqué des petits cœurs en coulant du melt and pour transparent (la fin de mon stock AZ) dans  des petits moules choco  en silicone.

 

J'ai teinté avec un mix de mica argent et mica or, et parfumé avec de l'extrait aromatique de  violette (AZ) qui sent le bonbon à la violette à condition d'y mettre la dose.

Pour marier la violette, j'ai cherché des parfums s'accordant avec cette note fleurie à l'ancienne.


Parfum


Dans 5g huile de ricin:

7g huile à la girofle

8g HE élémi

2g absolue de benjoin

8g HE  litsée cubèbe


c'est à dire résines, épice et accent un peu citronné. 

 

  savon-vert.jpgUn savon simple que j'ai voulu symbolique… Le melt and pour finit de prendre très lentement au contact du savon à froid

 

J'ai  composé avec prudence un savon classique.


Pour  600g de pâte

 

beurre de cacao 60g

coco indienne 170g

palme bio 100g

arachide raffinée 270g


Eau 208 (dont 60g environ glaçons)


soude pour un  surgraissage à 7

une pointe d’argile blanche, une pointe d’oxyde vert dans les huiles

j'ai mixé avant d’ajouter le  liquide de soude.

temp huiles 36

temp soude 39

 

 

A la trace, j'ai ajouté du mica radiant gold( on le voit peu) j'ai remixé et touillé à la spatule pour diminuer les bulles.


P1220721.jpgDans l'autre sens…

 

J'ai d'abord placé les petits cœurs (confectionnés la veille pour qu'ils soient bien secs) face plate au fond de chaque grand moule cœur (une plaque en silicone), tantôt dans le sens du grand cœur, tantôt à l'inverse, et j'ai versé doucement la pâte pas trop fluide. Comme les petits cœurs avaient malgré tout tendance à flotter, j'ai trouvé l'astuce: verser en deux fois. Une fois jusqu'à la hauteur des petits cœurs dans tous les moules, un deuxième passage pour compléter la pâte jusqu'en haut.


 

P1220720.jpgUn cousin vert de la série rose avec l'œil de sainte Lucie dont le stock s'épuise…


J'ai terminé la pâte dans des moules marguerite. 


Cette série très sobre, est fraîche, lisse, vert doux et sent bon. Je l''espère assortie à l'histoire…

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 7 Août 2011

 

Ce baume concrétise mes obsessions actuelles: tester des céralans maison, et trouver des idées pour renouveler le genre baumesque.

 

J'ai donc testé une autre formule de céralan maison publiée sur le blog de Christine, et dont la réalisation est très simple. Je l'ai baptisé le "petit céralan" car sa réalisation est minimaliste.

 

il suffit de mélanger intimement cire d'abeille et glycérine. C'est tout. Même si ces deux ingrédients sont très peu miscibles entre eux (je n'ai pas réussi à trouver d'informations très détaillées sur les quantités pour l'instant). 

 

J'ai respecté les proportions données par Christine, en faisant le test à échelle réduite, juste pour voir.


J'ai donc fait fondre au bain-marie 25g de cire d'abeille brute, j'ai maintenu dans un bain marie bouillant et ajouté 3g (donc un peu plus de 10%) de glycérine. Il n'y a pas eu de formation de "mottons", -la quantité de glycérine était bien moindre que lors de mon premier essai-. J'ai touillé pendant un quart d'heure (Christine recommandait une demi-heure) en maintenant l'ébullition du bain marie. Le mélange m'a paru satisfaisant quand je l'ai versé sur une feuille de papier sulfurisé. 

Un soupçon de glycérine s'est déposé "à part" sur le papier quand j'ai coulé le liquide. 

 

Comment tester s'il s'agit bien d'une cire transformée? Elle parait si semblable à la vraie.


 

P1220715-copie-1.jpgle petit céralan

 

J'ai donc refait un gel huileux en incorporant des phases aqueuses pour vérifier la stabilité (avec de la cire d'abeille, ça déphaserait vite): ça a marché. J'ai plus ou moins repris la formule précédente en changeant les parfums et en ajoutant un peu plus d'HG. Ce gel est par ailleurs un excellent hydratant.

 

J'ai bien sûr poursuivi avec un baume.


 

P1220717.jpgTeinture de labdanum: pour l'instant, la teinte est plus soutenue que le parfum

 

Depuis quelques jours, j'ai mis à macérer une teinture de labdanum qui vire peu à peu au noir profond; l'idée est venue de sa couleur. En me baladant sur le net, j'ai découvert les réalisations d'une Américaine de Los Angelès qui propose des" concrètes" parfumées d'un noir d'encre qui m'ont beaucoup intriguée; j'ai vu que la teinte venait de la présence de charbon activé et lu, sur des commentaires, que le noir ne déteignait pas sur la peau.

 

Je me suis donc lancée en composant un baume parfumé à 8% environ d'HE.

 

J'ai puisé 10g de la teinture de labdanum en cours de macération (le morceau de résine n'est pas encore entièrement dissous)

 

P1220716.jpgLa texture me plait vraiment beaucoup

 

Baume noir pour nuits étoilées

 

(en g ou en %)

 

11g beurre de courge (cadeau de Moune)

2g cetyl palmitate

1g poudre de charbon activé

11g "petit céralan"maison

10g teinture de labdanum maison


57g huiles:

15g macérat maison de yuzu dans olive

32g macérat thé vert-jasmin dans coco fractionnée and co (une création de Mlk)

10 macérat chèvrefeuille dans tournesol (imaginé par Irène)

 

8g HE

pamplemousse bio 2g

poivre 2g

néroli 2,5g

patchouli 1g

vanille 0,5g

 

6gtes EPP

3gtes elixir d'hématite (une pierre noire)

 

La réalisation est la même que pour les deux baumes précédents. J'ai ajouté la poudre de charbon activé dans les gras à fondre.

 

En refroidissant, ce baume a pris plus vite.

Je dirais que la prise est la plus lente avec le véritable céralan, un peu plus rapide avec  le premier céralan maison, et encore plus avec ce petit céralan.


Le charbon apporte un supplément d'onctuosité; j'ai d'abord hésité à en mettre puisqu'on l'utilise, entre autres, comme… désodorisant, un comble pour un support de  parfum!

 

Le parfum justement…


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/espace/etoiles/etoile_02.gifDonner l'idée d'une nuit d'été au ciel très noir et étoilé. 

 

*Du chaud et du sombre que j'associe au patchouli, au poivre, au labdanum et même à la vanille. 

¨*Le reste (macérats huileux et He) est un vrac d'agrumes, comme un éclairage doré et lointain dans l'obscurité. 

 




 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 1 Août 2011

 

Ayant quasiment épuisé mon stock de vrai céralan et voulant tester à nouveau un baume à 10% de teinture, je n'avais qu'une issue: en fabriquer.


 

Au printemps, les émulsifiants maison ont fleuri sur la blogosphère… mais j'ai eu trop peu de temps (et l'esprit occupé par des voyages… ) pour m'y intéresser de plus près. Le céralan, une cire d'abeille estérifiée acceptant des phases aqueuses plus importantes que la simple cire, en a inspiré plus d'une. J'ai choisi une recette un peu au feeling… et parce qu'elle me semblait rapide à faire. (Vue sur le blog de Coco, d'après les essais de Célimène).

 

Mon expérience:

 


J'ai fait fondre 30g cire d’abeille brute dans un bain marie bouillant. Pour que le fond du bocal ne repose pas directement sur la casserole, je le surélève grâce à une "marguerite", sorte d'éventail en acier sur pieds qui s'adapte à la taille des récipients, et très pratique.


P1220700.jpg

On voit les petits pieds de la marguerite qui permettent de la surélever


 

P1220712.jpgDépliée, à peine, dans une petite casserole; je m'en sers aussi quand je fais de la refonte de savons.

 

 

La température me semble ainsi mieux régulée. Je garde prête une bouilloire pour verser régulièrement de l'eau bouillante .  


J'ai ensuite ajouté 60g de glycérine vegétale, ça a fait des mottons comme dirait Loulou.


J'ai  ajouté aussitôt pas mal de vinaigre d’alcool

Re mottons

 

J'ai touillé tout le temps (avec une baguette en acier coréenne), en rajoutant régulièrement de l’eau bouillante dans le bain marie jusqu'à ce que le liquide devienne homogène. (Dix minutes, même pas). Je pense que le maintien d'une température élevée raccourcit l'opération.


 

P1220686.jpgLa couche jaune, encore non solidifiée, obtenue après le passage au frigo. A gauche, le bloc de cire brute, au fond, on aperçoit la baguette en acier. 

 

J'ai  laissé un peu refroidir, puis j'ai placé au frigo, puis au congelo.

 

Au bout d'un quart d'heure de grand froid, j'ai pu extraire la rondelle de cire formée sur le dessus.

 

je l'ai bien rincée et j'ai jeté le liquide restant.

 

 

P1220711.jpg

Le céralan maison déjà entamé, d'un jaune plus pâle que la cire brute.

 


La cire obtenue était plus claire que la cire d'abeille, mais si semblable à elle que j'ai eu des doutes.

J'ai donc fabriqué le baume, et, pour effectuer un deuxième test, confectionné un gel huileux en lui incorporant aussi des petites phases aqueuses à main levée, ce qui a parfaitement fonctionné.

 

Il y aura donc deux formules pour le prix d'une dans cet article…

 

Gel huileux hydratant au céralan maison


 

P1220688.jpgAprès l'incorporation de l'aloes

 

23g huiles  coco fractionnée+  jojoba and co avec jasmin, encens, sureau, etc, une création de Mlk

2g céralan maison

 

Faire fondre ensemble au bain marie dans un petit bécher.

 

Placer au congélateur pour refroidir un peu

 

Fouetter au petit fouet (la cuillère magique est trop grosse pour cette quantité)


Ajouter 3g de gel d’aloès

Fouetter


Ajouter 2g d'alcoolo-glycériné à la fleur d’oranger (Mlk)

Fouetter


Ajouter 4gtes HE de néroli

4 gtes EPP

 

Remuer puis conditionner.

 

P1220697.jpgOn aperçoit sur le bord la texture du gel

 

On obtient… un gel huileux, que j'applique le soir sur les jambes en petites quantités et en massant. Après leur bronzage estival déshydratant, elles en sont très contentes.


Autre technique très efficace: appliquer en grandes quantités, laisser pauser puis ôter le surplus avec un kleenex. Peau satinée assurée.

 

Baume cicatrisant express au céralan maison

 

 

J'ai repris exactement les proportions de mon baume précédent au vrai céralan. Mes observations: le résultat est très semblable à celui du premier baume. Peut être à peine plus ferme. Il m'a semblé qu'avec le céralan maison, le baume figeait plus vite lors de sa fabrication.

 

Pourquoi ce baume? Je voulais tester la puissance cicatrisante du ciste avec un mix de teinture de labdanum maison et de teinture de  ciste, également maison. Le labdanum est la résine extraite du ciste ladanifère. Il a également des propriétés cicatrisantes, même si on l'utilise surtout en parfumerie.

 

Ça marche du tonnerre…

 

J'ai complété avec des ingrédients apaisants (huile lavande-millepertuis, HE lavande), cicatrisants (huile au lys maison, HE géranium, elixir d'hématite), antiseptiques (huile au thym, He bois de rose)


 

P1220709.jpg

 

64g huiles:

29 huile d'olive au lys (maison)

25 huiles de carthame-olive et à la lavande-millepertuis (maison)

10 huile d'olive au thym (maison)


10g beurre d’avocat (Moune)

2g cetyl esters

2g substitut de lanoline


10g  ceralan maison


8g teinture labdanum+2g teinture de ciste (maison)


2g HE:

30gtes lavande altitude

15gtes rose geranium

15gtes bois de rose

2gtes elixir d'hématite

3gtes EPP

 

Faire fondre tous les corps gras au bain marie, puis ajouter peu à peu la teinture tout en fouettant . Laisser refroidir un peu, ajouter HE, EPP et elixir. 

 

P1220696.jpgUn petit pot entamé pour mieux montrer la texture ferme mais fondante.


Je l'ai testé de différentes façons: après épilation, sur des coupures et des égratignures: cicatrisation express assurée. 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0