Cosmétique maison et hyperconsommation

Publié le 29 Avril 2008


Un article du 
sabot de la vierge, le blog de Nadyne la Canadienne (qui annonce hélàs sa fermeture… ) me fait beaucoup réfléchir depuis que je l'ai lu. Pour celles qui ne connaissent pas, Nadyne se raconte avec beaucoup de sensibilité, de flamme ou de spleen. Elle ne laisse pas indifférent. Par ailleurs, bricoleuse dans l'âme et grande amie des plantes, elle fait partie de celles dont le blog, créé en janvier 2006, a popularisé la cosméto-maison. Elle s'est associée à Mary, autre canadienne, dans la fabrication et la vente de savons et potions. Mary a initié un forum de discussion très convivial pour les touilleuses maison (plus de 500 participants aujourd'hui), qui a pris la suite des mythiques Banlieusardises.
L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules138.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Le 23 février 2008, Nadyne s'étonnait, après une absence de la blogosphère, de la course effrénée aux nouveaux ingrédients qui titille les fans de la confection  cosmétique artisanale

C'est une question que je me pose souvent aussi de mon côté.

L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules138.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Après des années où je me suis surtout -et d'abord- intéressée aux plantes  et où je bricolais quelques produits à consommation immédiate, je me suis engagée,  il y a trois-quatre ans, dans la fabrication maison. A la fois parce que j'ai une peau très intolérante, mais aussi dans un souci de simplification minimaliste. Paradoxe: pour simplifier, il faut tester… Qui n'a jamais  révé de trouver la formule magique et unique qui rendrait toutes les autres obsolètes? C'est donc une quète quasi alchimique … qui peut expliquer le désir d'essayer des ingrédients nouveaux. Quand  je cède à une nouveauté, c'est d'abord parce qu'elle me semble  polyvalente - à la lisière du thérapeutique… -  comme l'eau d'Or, qui apaise vraiment beaucoup la peau ou le Regulat, bourré d'enzymes. Lorsque je craque pour une huile végétale, c'est pour sa composition qui me parait originale. Comme en cuisine, je préfère à priori les ingrédients bruts, d'où mon attirance pour les huiles, que je peux également "préparer" en macérations huileuses.

,Aujourd'hui, qu'est-ce que j'achète encore?  Du shampoing (bio), du dentifrice (sans fluor), des produits solaires (bio), de l'eau d'Uriage en bombe et  de la crème Effadiane, mes deux garde fous (non bios). Le savon, j'en reçois souvent en cadeau de mes copines … (et je pense bientôt m'y mettre). Je me maquille peu: un rouge à lèvres (Santé n°13),  du blush en pigments (B&B, d'Everyday minerals) ou de la poudre de soleil d'Hauschka, du kajal (Biotique) pour les grands soirs.

Qu'est ce que je fabrique pour moi? Des baumes que j'utilise tous les soirs pour me masser les pieds ou les mains. une crème pour le corps, du cérat pour le visage et la poitrine, des cocktails apaisants pour les yeux, un démaquillant, un déo parfumé à usage intermittent comme celui des cocktails d'huiles visage, le soir. C'est à peu près tout ce que j'utilise. Parfois, pour offrir, j'imagine une crème sophistiquée pour le corps ou les mains dont je garde un échantillon, du baume pour les lèvres et mes fondants poudrés si pratiques en voyage -mais que je donne la plupart du temps… il m'en  reste rarement. Je fais aussi des essais de parfums.

Pour mes proches, je confectionne des huiles pour se masser le plexus, des crèmes anti inflammatoires à foison, des compositions pour apaiser des bobos de peau, des baumes pour les cheveux, et, à la commande, des potions anti-couperose, anti- bronchite, anti-corne, anti-stress , etc. Le tout, après avoir potassé le sujet, essayé de rencontrer des pro… et  en restant prudente, je le répète souvent ici, je ne suis pas médecin.

L'image “http://pagesperso-orange.fr/safran2c/Ikaos/boules138.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Avec la multiplication des sites de vente où l'on trouve toutes sortes de  poudres, de beurres, d'agents  texturants  … sans parler de fragrances…  on risque, effectivement, de céder à la surenchère et de se retrouver dans la même impasse consumériste qui est celle de la cosmétique conventionnelle, où l'on inventera bientôt une potion spéciale pour rajeunir chaque orteil… 

Comment faire le tri entre l'indispensable et le superflu, en préservant une part de plaisir?
Je suis bien incapable de répondre. Chacun (e) a son chemin à trouver; Pour moi, il serait de minimiser au maximum les produits utilisés, en préservant le confort et le plaisir. Si je mets parfois des formules sophistiquées sur mon blog, -car j'en fais-,  ce n'est  pas foncièrement ce que je recherche. Je reste persuadée que le corps a des capacités d'auto-guérison et de réparation que l'on risque d'amoindrir si on l'étouffe sous trop de sollicitude. Trouver le bon  équilibre -ni trop, ni trop peu… -  est un art difficile… 
 
J'ai assisté récemment à un symposium d'aromathérapie à Grasse et  j'ai été très frappée en écoutant des intervenants (infirmières, médecins) qui travaillent en hôpital avec des huiles essentielles. En raison de contraintes budgétaires strictes, leur choix reste minimaliste. Pourtant, les résultats sont là.

La quête de la jeunesse éternelle et de l'immortalité est aussi ancienne que le genre humain… ce qu'ont bien compris les marchands du Temple… y compris bio…




Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0
Commenter cet article

Higitus 07/05/2008 20:47

Ton article me parle beaucoup, car c'est cette multitude d'ingrédients qui m'a freiné au départ de mes tribulations cosmétiques...J'essaye toujours de réfléchir à l'utilité des ingrédients que j'utilise et me rappelle souvent à l'ordre des propriétés fortes de ceux-ci... 5-6 ingrédients maxi par cosmétique, c'est nettement suffisant, s'ils sont bien ciblés ! Mais c'est vrai que la tentation de découvrir est grande ... Et en quelques mois, j'ai déjà une foule d'ingrédients différents...

venezia 13/05/2008 23:14


tu résumes parfaitement l'insoluble dilemne, pour choisir, il faut d'abord pouvoir tester…


meriam 07/05/2008 18:17

Réflexion et discussion très intéressantes. Quelque soit le choix qu'on fait, je crois que c'est important de se poser la question de la consommation qu'on fait ou veut faire des ingrédients. La question n'est pas toujours tranchée, pas toujours facile. Mais déjà, en être conscient, en parler, c'est y réfléchir et faire un choix, même temporaire, au moins assumé.

venezia 11/05/2008 10:09


hello, Meriam,  oui, on n'a pas fini de ses posr d'insolubles questions…


Nin-8 04/05/2008 20:42

C'est drôle, Vénézia…À force de déménager, je me suis rendue compte de ça: d'abord, j'aime tester, mais je gaspille. Maintenant que je connais les ingrédients que j'utilise, j'ai pris la décision d'arrêter la fantaisie. J'ai bien regardé mes stocks: plus de la moitié est superflue. J'utilise toujours la même chose. Point de vue garde-robe, c'est la même chose. Alors, voilà, je crois que je vais rejoindre la nouvelle tribue des “restrictives”. Après tout, je crois que je n'ai pas encore fait le tour des merveilles que sont le jojoba et l'aloe…

Mely 04/05/2008 09:09

wahoo! ça fait du bien de remettre les pendules à l'heure!!!c'est marrant mais cette semaine j'ai pensé à la même chose: moi qui bougonnais dans mon coin parce que je ne pouvais pas m'acheter de nouveaux ingrédients...je me suis dis que pour ne pas gaspiller et rentrer dans la spirale du produit miracle qui ait consommer toujours plus (avec la pollution que àa génère, même en bio) j'allais d'abord exploiter les miens à fond avant de recommander! na ! a bas l'oréal! lol !merci pour ce post !

venezia 04/05/2008 15:07


Gerer ses stocks, on devrait inscrire ça au programme idéal de la touilleuse maison…


Nadyne 02/05/2008 20:48

Bravo, bravo ! Et tu sais ce que j'aime le plus dans ton commentaire, c'est le "Je ne sais pas".  Je ne sais pas où l'hyperconsommation commence, où le nécessaire devient superflu... Je ne sais pas.  Heureusement qu'on se pose la questions !!! Et aussi... merci pour tes gentils commentaires à mon sujet ! Mais juste pour être certaine qu'il n'y ait pas de confusions, je ne suis plus associée avec Mary, et c'est moi qui ai ouvert le forum "Faits maison".  La fin de mon association avec Mary a enclenché mon départ du forum que Mary avait joint.Grosses bises ! Et je continue à te lire !Nadyne

venezia 04/05/2008 15:21


excuse moi Nadyne, mais comme je ne suis pas tojours sur internet, je n'avais pas suivi tous les épisodes de ton association avec Mary. Merci d'avoir rectifié.je rectifierai de mon côté dans mon
article.


mlk 02/05/2008 11:04

J'offre à ma famille,mes amies,mes copines et copainset du coup une belle chaîne de solidarité s'est formée De chaque voyage mon entourage me rapporte un cadeau pour satisfaire ma passion,d'une ballade et hop une pensée pour moi au travers d'un livre,un thé,  et eux me permettent de progresser en utilisant mes produits....C'est cool n'est il pas 

venezia 04/05/2008 15:23


Je fais comme toi MLK…


michele 01/05/2008 23:43

C'est vrai que tout ce qui a été dit est bouleversant de vérité et de sens.Mais toutes celles qui se sont exprimées sont dans cette interrogation et dans cette conscience là.Je reste néanmoins persuadée que l'hyperconsommation cosmétique pour ceux qui fabriquent à la maison a la limite de la conservation des produits finis.Quand une de nos fabrications moisit, on prend la mesure du minimalisme et tout se régule bien vite à mon avis.Le vrai minimalisme me semble être dans le produit qui nous convient.J'aime croire que c'est une activité qui rend généreux et que beaucoup fabriquent pour leur entourage.La dérive qui m'inquiète le plus, ce sont celles qui fabriquent pour vendre leur production en toute illégalité.Enfin, pour finir sur une note optimiste, je viens de fabriquer quelques petits pots de crème avec des ingrédients ... pas nouveaux mais des associations ... nouvelles.L'expérimentation, toujours et encore!Bises.

venezia 04/05/2008 15:24


Pour la dérive, je partage entièrement ton avis, Michèle… comme pour le plaisir de faire plaisir à son entourage

bises


patte 01/05/2008 12:47

Princesse, tu as bien fait d'amorcer ce débat..La discussion et les échanges sont forts intéressants. Et cela s'imprime en plus, dans une démarche d"ouverture" sur d'autres points de vue. On apprend en lisant les autres avis

Catherine 30/04/2008 23:12

Venezia, ta réflexion est pertinente, je me la suis faite également, bien avant que Nadyne en parle sur son blog et les avis de toutes sont trés intéressants.Depuis l'adolescence je suis intéressée par l'herboristerie mais je n'ai jamais eu l'occasion d'approfondir ce domaine. J'ai toujours été attirée  par les médecines non conventionnelles et j'ai une pharmacie qui se réduit à quelques boîtes d'antalgiquese et de pansements. Je pratique quelques activités pour entretenir mon physique et mon mental et, globalement, à 53 ans, je trouve ma santé trés satisfaisante et mon physique trés correct.Je ne suis pas une écolo dans l'âme mais j'ai pris conscience, depuis bien longtemps, de mon devoir de prendre soin de mon être, de tous les êtres, et de ma planète, même si je suis loin d'être parfaite, ce que ne ne recherche pas spécialement d'ailleurs.Aujourd'hui, alors que ma vie de maman me laisse du temps libre, je m'éclate à fabriquer mes petites crèmes de beauté, mon déodorant, mon dentifrice, mon savon... Cela est un passe-temps qui me procure beaucoup de joie et me permet de faire plaisir aux autres.  J'obtiens des  produits "plus" naturels  que ceux du commerce dont, de toute façon,  je n'ai jamais été une grande consommatrice, faute de moyens et faute d'envie,  et même si  je  sais que je ne stopperai jamais les marques laissées par le temps qui passe j'éprouve énormément de plaisir et de fierté à appliquer sur mon corps des produits que j'ai fabriqués avec beaucoup d'attention et d'amour, guidée en cela par celles qui partagent si géréreusement leurs connaissances dans ce domaine. Je ne pense donc pas être entrée dans le consumérisme, je n'ai pas l'impression de gaspiller en passant une commande chez AZ ou ailleurs ; j'y laisse certainement moins d'argent que si j'allais régulièrement à la parfumerie ou à la pharmacie pour lesquels je suis une trés mauvaise cliente.  Les  "marchands du temple" ne me dérangent pas, ils ont le droit de vivre eux aussi, si ils existent c'est pour répondre à un besoin, libre à chacun d'acheter avec discernement ou pas. A choisir, je préfère les marchands du temps que les marchands de guerre. Tout cela pour dire que non je ne suis pas gênée d'être cette consommatrice, non je ne me sens pas coupable de vivre avec mon temps parce que tout ce que je fais, j'essaie de le faire avec conscience, générosité et amour et je crois que beaucoup de cosméteuses ont le même esprit.Alors, comme le disent si bien Michèle et Lunemalo, si cette mode a au moins le mérite d'éveiller quelques consciences c'est trés positif. De tous temps, il a fallu passer par les extrômes avant de trouver l'équilibre, souhaitons que nous saurons le trouver, personnellement j'y crois.J'espère que vous continuerez cette démarche dans le même esprit, toi Venezia, Michèle et les autres, que vous continuerez à partager comme vous le faites car moi j'y trouve mon compte. Merci.

Xanadou 30/04/2008 14:43

Chère Venezia,C'est vraiment un plaisir de vous lire... Je tambouille moi même un peu, mais toujours en restant très basique. Je me retrouve beaucoup dans les interrogations qui sont les vôtres aujourd'hui. Je partage tout à fait votre opinion sur la régénération du corps humain, la nature est merveilleuse et se débrouille très bien toute seule.Parfois, l'envie de tout essayer me prend aussi mais je me dis que si c'est pour retrouver les mêmes sensations qu'avec des produits issus de jus de pétrole, ce n'est pas la peine. Du coup maintenant, je reste avec les basiques que je fabrique, le maquillage, je l'achète bio et puis voilà. Les placards de ma salle de bain de sont vidés et ceux de la cuisine remplis !!!C'est depuis que je lis votre blog que je me rend compte que je commence à dériver de l'aromathérapie à l'herboristerie... vos descriptions soignées et passionnantes des plantes y sont pour beaucoup.Je vous remercie d'être là, et de partager avec nous vos découvertes.Bien à vousXanadou