Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des plantes au parfum, des voyages, des inspirations culinaires ou botaniques

Blanc grec (2)



Il n'y a pas que le blanc des églises…





Fleur de câprier (Siphnos)

L'île croûle de capriers sauvages, dont les fruits sont ramassés et longuement équeutés par les femmes. Ils sont préparés au sel ou au vinaigre, on les trouve aussi simplement séchés. L'une des spécialités est la salade (cuite) de câpres et d'oignons, au petit goût acidulé.
 

Fin d'après midi à Apollonia

Au premier plan, les merveilleux oliviers de Siphnos; leur huile, faite sur le fruit mûr, est délicieuse.

Gros plan sur le pigeonnier que l'on aperçoit parmi les arbres sur la photo précédente.

Comme Sérifos, l'île est parsemée de nombreux pigeonniers de pierre (tous ne sont pas chaulés). 

Essais de couleurs sur des volets à l'abandon: un tableau (Siphnos)




Rue de Chora (Sérifos), seuls les arbres ont échappé au blanc de chaux…



Chora, accrochée à son piton rocheux (Sérifos). Ce versant est le plus doux



Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
venezia


Voir le profil de venezia sur le portail Overblog

Commenter cet article
P
Ah la belle fleur de câprier ! Au moins j'en vois une grâce à toi ... car celui que j'ai tenté de planter dans mon jardinet ne s'est pas plu du tout et n'a pas survécu
Répondre
V

et dire qu'ils poussent à la sauvageonne partout sur les îles…


M
Si j'avais connu la soupe à l'oignon suivi d'un champagne ou vin blancsans problèmesmais soupe à l'oignon au lait, j'ai fui à brides rabattus, preuve de ma gourmandise et dommage pour l'oignon qui se trouvait dans cette galère psycho J'aime tout de même ton divan fumoir, même avec oignons et sous voûte celeste
Répondre
V

il faudrait donc déguiser les oignons ,  pour que tu les apprivoises, peut être…


I
Je fais plus qu' aimer ces photos ; je suis touchée par celle avec lesd  volets avandonnés qui ont été délavés par le temps, où les tanins du bois se sont nélangés aux restes de peinture. C'est beau et émouvant. Merci
Répondre
V

Ça nous est vraiment apparu comme un tableau.


M
Ah! je voulais dire  "chiffonnée" la tête qui tombe quoi, flapie au jusEt si je te disais que je n'aime pas non plus les oignons, mais j'aime les echalottesmais qui sait sous ces bleus blancs grecs...j'oublierais mes dégoûts infantileset dégusterais
Répondre
V

Toi la gourmande, tu n'aimes pas les oignons? je n'en reviens pas…


M
Je ne pensais pas non plus que les capres(je déteste) pouvaient être aussi élégantesqui a eu l'idée de les faire trempouiller à les cramoisir?C'est superbe et comme tu vas continuer à nous régaler de cette lumière, je sens que toutes celles dont je suis qui papillonent sur ton blog, vont y rester captivéesou alors s'envoler pour de bon vers ces beaux rivagesMerci Venezia
Répondre
V

Les cramoisir, mlk?? les câpres au vinaigre restent d'un vert tirant sur l'amande… si tu goutais les câpres grecques (les artisanales, bien sûr, bien moins acides que celles que l"on trouve ici) ,
tu te convertirais peut être…


M
Que c'est beau!Je n'avais pas imaginé qu'une fleur de caprier puisse être aussi délicate. Je pense que je tenterai la salade cuite d'oignons et de capres. Peux-tu m'en dire plus?Ah là là, je veux partir d'ici... juste quelques jours!
Répondre
P

Je crois que si tu veux faire une salade de câpres-oignons, Michèle, tu n'as plus qu'a boucler ta valise!  Elle est préparée avec des câpres fraiches, accommodées en une sorte de petit ragout
(j'ai une photo, je la mettrai prochainement pour que tu vois) 



L
Rhaaa ! je bave devant tes photos ! que ces paysages sont magnifiques : le blanc, les oliviers, les capriers... C'est magnifique ! Et tes photos si belles, Princesse reporter. Merci de nous régaler ainsi.Au fait comment est l'huile d'olive, plutôt douce ou plutôt "piquante" ? 
Répondre
V

c'est une huile d'olive douce au vrai goût d'olive (c'est à dire que ça ne sent ni l'artichaut ni le fenouil)