Sur les traces de rosa alba

Publié le 5 Septembre 2006

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rouge/roses002.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Après les roses rouges, les blanches… L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/blanc/blanc_18.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.



Croyant en avoir fini avec les roses, je trainais devant une tasse de thé… en feuilletant le catalogue de Spiezia enfin retrouvé. Et là, que vois-je en face de leur fameuse huile jojoba-rose-vanille dont le parfum me ravit? Une petite photo de rose… blanche. Modeste rose, légèrement double, avec étamines jaunes très apparentes, du pur style églantine (rosa canina).

Et dans ce même catalogue, indication de ia formule magique, mais différente de celle de leur site : il ne s'agirait pas de pétales de rose mais de «rosebuds»… boutons de rose… Que croire? Les seuls boutons de rose employés en cosmétique que j'ai trouvés sont des centifolia, … roses et non blancs.

Deux doutes d'un coup… J'ai envoyé un mail à Spiezia… sans réponse jusqu'à ce jour … et j'ai repris mon enquète, cette fois-ci sur la trace des roses blanches.


                                       
                                                 Rosa x alba Semi-plena ou suaveolens, qui serait la rose blanche bulgare utilisée pour produire HE et hydrolat (illustration tirée de ce site)

Il existe en effet une très ancienne espèce de roses: rosa alba, (comme il existe rosa damascena ou gallica) que j'avais un peu vite écartée dans mon enquête précédente, car on la présente la plupart du temps comme non médicinale. Elle serait un croisement naturel entre l'églantine (rosa canina) et la rose de Damas. (voir ce joli site dédié aux roses).


                                                 Rose cuisse de nymphe émue, du catalogue André Eve


Parmi les rosa alba, on trouve par exemple les fameuses roses
«cuisse de nymphe» et «cuisse de nymphe émue» évoquées par Colette, dont les noms me ravissent, et que le rosiériste André Eve présente sur son catalogue. Ou la rose d'York, rendue célèbre lors de la guerre civile anglaise des deux roses au XV° siècle (la rose blanche était l'emblème de la maison d'York tandis que l'autre camp, celui des Lancastre brandissait une rose rouge). Selon ce site la rose d'York possède des «fleurs très parfumées, presque doubles, d'un rose carné qui pâlit jusqu'au crème rosé». Car rosa alba va du blanc pur au rose pâle.

Où chercher la rosa alba?
Deux pistes s'ouvraient à moi.

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/blanc/blanc_18.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La piste bulgare. La rose blanche est utilisée pour son parfum en Bulgarie. Selon les sources, elle serait:
-soit une rose blanche, une vraie rosa alba.
 Voir cette adresse, où Jan Salko, une américaine tombée amoureuse des roses bulgares avance être la (seule?) productrice d'huile essenteille de rosa alba bio.
Ou ailleurs, sur le site dont provient la photo de la semi-plena: il est dit que ce rosier,« moins odorant mais plus rustique que Rosa x damascena serait encore cultivé en Bulgarie et utilisé pour la fabrication de l'eau et de l'essence de roses». 
-soit une variété, blanche, de Damascena.
Pas d'usage médicinal revendiqué. Mais il existe un hydrolat de rosa alba.

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/blanc/blanc_18.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La piste indienne, plus prometteuse.
Rose, c'est gulab en Indi et dans d'autres langues du sous-continent. Rose blanche se dit sevati gulab. Et là, bingo, j'ai enfin trouvé des emplois médicinaux à la rose blanche, ce qui contredit les sources européennes.

«Dans mon enfance, ma grand mère me donnait une cuillère de gulukand avec une tasse de lait chaud trois fois par semaine. Elle mélangeait des pétales de rose frais et propres avec une solution de sucre et les laissait au soleil. Quelques jours plus tard, en pressant, frottant entre ses mains, elle les transformait en pate épaisse. Elle appelait ça gulukand (conserve de roses). Elle remplaçait parfois le sucre par du miel.
Le Gulukand fait avec des chaiti gulab (roses de mars-avril) et des sevati (roses blanches sauvages cueillies sur les collines) ont une valeur médicinale supérieure à celles des autres roses. Elles fortifient l'estomac et le cerveau» écrivait un lecteur du Tribune of India de Chandigath en septembre 2001.

Sur un forum de cuisine (en anglais) j'ai trouvé cet post délicieux : «A Lucknow, ma grand mère évoque son chef faisant du gulukand avec des roses  Shweta (littéralement blanc brillant) blanches très parfumées. La confiture aurait une belle couleur crème».

En Europe on a aussi, pendant très longtemps, fabriqué de la "pate de roses". Destinée aux tuberculeux, elle était préparée avec des roses… rouges.

Avis aux heureuses jardinières en possession de rosa alba, le gulukand (ou gulkand) est désormais à leur portée, le vrai, sans cuisson. Car on trouve d'innombrables sites on l'on vend de ce confit, très employé en médecine ayurvedique, mais les pétales sont souvent cuits avec le sucre, ce qui change tout … Cette recette rappelle que l'Inde fut longtemps sous la domination des Moghols, qui ont dû venir avec leurs roses et leurs recettes suaves dans leurs baluchons.

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/blanc/blanc_18.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Autre source pour les gourmands: l'ouvrage «Les meilleurs currys indiens» de Camellia Panjabi (A. Michel), traduit de l'anglais et d'une grande précision dans la description des épices comme des recettes.
p.53: sous la rubrique les épices utilisées pour leurs arômes, on trouve de la … poudre de pétales de rose (gulab).
«Les pétales de rose s'utilisent en poudre pour parfumer marinades et plats de viande. Cette tradition se retrouve aujourd'hui dans les spécialités mogholes de Lucknow, en particulier dans les kormas subtilement colorés et aromatisés come le korma blanc. La rose indienne est une petite fleur à doubles rangées de pétales, beaucoup plus parfumée que les variétés occidentales. Pour une utilisation en cuisine, les meilleures sont les petites roses de la région d'Udaipur (où elles étaient utilisées pour distiller une liqueur, (le gulab) de Mysore et des environs de Kanauj dans le nord de l'Inde. Les pétales séchés au soleil sont ensuite réduits en poudre pour leur usage culinaire. Outre ses vertus rafraichissantes, la poudre est aussi astringente et anti-inflammatoire». La couleur n'est pas précisée.

Mais en donnant la recette du korma blanc, l'auteur précise en introduction: «ce korma aromatique et peu épicé est un mets de prince musulman, inspiré de la cuisine moghole. Lempereur moghol Chah Jahan, qui fit édifier le Taj Mahal, avait coutume de donner, les nuits de pleine lune, des banquets placés sous le signe de la blancheur dans le fort d'Agra. La terrasse du fort, recouverte de tapis blancs, était décorée de fleurs blanches et les invités, tous vêtus de blanc, dégustaient de mets entièrement blancs».

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/blanc/blanc_18.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je rêve alors aux pétales de roses … blanches éparpillés partout, avec de la poudre de… rosa alba glissée dans les kormas…


… Enfin, je n'oublierai pas de citer dans mon voyage sur la piste de rosa alba, la poudre vendue par Hesh, à la fois destinée aux cheveux et en masque sur le visage, car c'est elle qui avait attiré mon attenion.


Mais si maintenant, je peux préparer du gulkand parfumé car j'en ai la recette, je ne sais toujours pas le nom et la couleur des roses de l'huile de Spiezia…



Rédigé par venezia

Publié dans #botanique

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

fr 12/09/2006 19:19

ces noms de roses se retrouvent dans certaines descriptions de teinte de tissusau 17 18 siècle

lunemalo 07/09/2006 09:03

Et tu aurais pu alors écrire une monographie brillante, entre deux coups d'archet et le train de 9h12 pour un coin perdu du Dorset, sur la place de Rosa alba dans l'industrie du crime cosmétique !

Pescalune 06/09/2006 13:48

Quelle efficacité quand tu te transformes en Sherlock Holmes !! Merci Venezia pour ce voyage très instructif :o)

venezia 06/09/2006 21:19

Sherlock Holmes,   j'aurais  bien aimé … J'aurais alors peut être pu deviner le nom de la rose de Spiezia rien qu'en sentant le flacon… ou avec la couleur de l'étiquette…

venezia 06/09/2006 11:56

Merci pour vos si gentils commentaires… c'est vrai que cette enquête m'a aussi fait rêver.
Si vous avez des jardins, plantez des rosa alba… il parait qu'elles sont très costaudes, poussent dans la mi-ombre… et résistent au gel.
Blue: le livre sur les curries est un vrai… régal, même à sa seule lecture.

Blue 06/09/2006 11:40

Sans doute ton articlee qui m'a le plus fait rêver...sans doute parce qu'il mêle l'Inde et les roses, les deux étant chers à mon coeur...Il m'a aussi redonner l'envie d'acheter l'ouvrage de la miss Camellia au si joli prénom, je l'avais emprunté en bibliothèque l'an dernier et j'ai bien regretté de devoir le rendre...BizPS j'espère que cette fois mon commentaire va apparaître !

lunemalo 06/09/2006 00:21

Et là je ne peux rien pour toi... si ce n'est m'incliner devant une recherche si pointue et si parfumée ! Quel voyage, et quel plaisir de lectrice après deux heures de dur labeur ;o))