Fluide hydratant à l'ylang ylang

Publié le 17 Septembre 2007


Depuis des mois, pour cause de peau révoltée contre tout, je suis vouée, pour le visage, à une crème prescrite par une dermatologue, Effadiane. De formule plutôt minimaliste, elle m'a permis de récupérer. Deux hics: elle est très grasse à l'application (ma peau boit tout néanmoins) et surtout elle n'est pas bio, elle renferme donc quelques ingrédients que je préfèrerais éviter (même si sa formule n'est pas catastrophique … )
L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-004.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai fait divers essais pour la remplacer, mais ils n'ont pas été concluants… et j'ai dû retourner, tête basse et peau en colère, à mon tube prescrit.
Puis j'ai découvert avec envie et délectation sur Potions et Chaudron la formule d'un fluide hydratant à l'argan (pour peaux normales) de Michèle la surdouée. J'ai alors réalisé qu'après des mois de purgatoire cosmétique, j'avais vraiment très très envie d'un peu de légèreté sur le visage. Je me suis donc inspirée de cette recette en la remaniant pour l'adapter … Je  teste mon fluide hydratant à l'ylang depuis une semaine, et, miracle, ma peau a l'air de vraiment apprécier. Je donne donc la formule que je dédie à toutes les Princesses au petit pois…

Fluide hydratant à l'ylang

phase huileuse

7g huile de jojoba
5g squalane
3g émulsifiant végétal
3g huile d'argan
2g beurre de karité
3g alcool cétylique

phase aqueuse

48g eau de source
20g hydrolat d'ylang ylang
3,5g glycérine végétale
Gomme xanthane (j’ai saupoudré la surface de la phasee aqueuse avec  l'équivalent d'un quart de cuillérée à café, et j'ai incorporé vivement au petit fouet)

3° phase

1g huile d'onagre
1g aloe concentré (Aromantic)
1g facteur NFF (hydratant)

en gouttes:

10 gouttes extrait de pépins de pamplemousse comme seul conservateur
5 gouttes extrait CO2 carotte
5gouttes extrait CO2 calendula
3gouttes HE rose otto diluée
3gouttes He encens
3gouttes HE ylang ylang
5g Teinture mère rosa damascena

 
Phase huileuse
J'ai mis peu d'argan que ma peau ne supporte qu'à petites doses, pas mal de jojoba que je tolère très bien, et du squalane car il y en a beaucoup dans la formule d'Effadiane.

Phase aqueuse
J'ai choisi l'hydrolat d'ylang ylang, (une merveille parfumée de Bio Mada) car c'est l'un des seuls hydrolats que je trouve non desséchant.

En troisième phase
Par prudence, j'ai choisi l'huile d'onagre que j'incorpore souvent à petites doses dans mes macérations (donc, je sais que je la tolère). J'ai choisi deux extraits CO2 très doux (et déjà testés): carotte pour l'effet régénérant et calendula pour l'effet calmant.
Trois huiles essentielles dont je m'inonde régulièrement: encens, un vrai doudou pour moi, ylang ylang, euphorisant et légèrement anti-inflammatoire et rose otto, en dilution, régénérante.
Une nouveauté: j'ai ajouté un peu de teinture mère de rose (rosa damascena) donc un produit alcoolisé, mais incorporé à dose mini. Pourquoi? Pour complèter, si je puis dire, dans cette composition le spectre de la rose. 
Je ne mets pas de benzoate de sodium dans mes formules pour limiter les risques d'allergie.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-004.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Le fluide … est très fluide, et son parfum, très discret, est délicieux. Il pénètre très vite, il faut juste le masser légèrement pour supprimer un effet film, lié probablement à la présence de la gomme xanthane.



             Photo de fleurs d'ylang ylang (cananga odorata, famille des anonacées) extraite d'un merveilleux site de vente de plantes tropicales basé en Floride, fort bien informé.

 
L'hydrolat d'ylang ylang

Je n'ai trouvé que très peu d'informations à son sujet. Ni Suzanne Catty (Hydrosols, the next aromatherapy, Healing Arts press) ni Lydia Bosson (l'hydrolathérapie, ed. Amyris) n'en parlent.

Sur le site de Suzanne Catty, cet hydrolat est évoqué plus pour ses propriétés cosmétiques (comme brume adoucissante pour les cheveux) que pour son action thérapeutique. Sur le site de Bio-Mada, la fiche technique n'est pas encore affichée, il est dit seulement que c'est une eau "de détente et de méditation". Sur un autre site, Tevanatera, qui propose des produits de Bio-mada, on peut lire que cet hydrolat
a des actions calmantes, respiratoires et cardiaques, qu'il est hypotenseur et que c'est un cicatrisant».
Sur le site de toptropicals.com, d'où vient la photo ci-dessus, on trouve quelques informations précieuses sur l'ylang, (même sur sa culture, pour les audacieux) que je n'ai pas trop vues ailleurs (sans références, néanmoins… ). J'y ai ainsi appris qu'aux Philippines, les fleurs d'ylang étaient directement écrasées sur la peau pour calmer piqures d'insecte et morsures de serpent.

J'ai testé l'hydrolat d'ylang ylang un peu au hasard sur une névralgie particulièrement récalcitrante au coude. Je l'avais choisi pour amadouer l'hydrolat de camomille romaine, anti-inflammatoire mais peu séduisant au nez. Surprise absolue, en synergie, il a fait merveille.




Rédigé par venezia

Publié dans #cremes - serums - etc…pour le visage

Repost 0
Commenter cet article

Laurence 27/12/2007 10:04

Tout à fait d'accord avec les vertues de Ylang Ylang de Bio'mada. On le trouve chez http://www.aboneobio.com/eau-florale-dylang-ylang.html

venezia 01/01/2008 16:50

merci pour le lien avec ce site que je ne connaissais pas…

michele 27/09/2007 09:25

Je crois, Malegria, que dans les extraits CO2 seuls les fractions  liposolubles sont extraites (composants aromatiques, pigments, tanins etc.) mais que l'on peut purifier le substrat restant pour avoir les composés hydrosolubles.Je ne sais pas par contre à quoi ils servent...D'ailleurs certains extraits CO2 sont si épais et pâteux qu'on les dilue dans de l'huile pour pouvoir les vendre sous forme  fluide. Je ne crois pas que l'on pourrait y diluer des composés hydrosolubles.

venezia 27/09/2007 13:11

J'aurai spontanément dit comme Michèle et  c'est ce que je voulais te répondre, d'autant que dans son livre où elle commente les ingrédients, Donna Maria écrit (je traduis) : “la méthode d'extraction au CO2 produit des huiles réputées conserver la plupart des qualités de la plante entière, y compris le parfum, la couleur et la composition chimique”. Mais… j'ai découvert ça sur le site d'Aromantic,  ce qui me laisse réveuse: "Extracted with CO2 gas (Carbon Dioxide), this is the purest and gentlest way of making Botanical Extracts without the use of either heat or solvents. These Extracts are free of heavy metals, microbes, solvents and preservatives. They are very concentrated as these are full extractions, which include the Essential Oils as well as the fat-soluble and water-soluble substances from the plants. These Botanical CO2 Extracts are used in a concentration of 1-2% in Creams, Lotions, Ointments and Vegetable Oils, etc. They are easily dissolved into the product at temperatures under 40°C or can be simply added to your Vegetable Oils without heating. »Je dis que ça me laisse réveuse parce que c'est une substance huileuse et non bi phasée quand même… (c'est moi qui souligne dans les deux citations).

malegria 26/09/2007 00:11

Coucou Venezia, crois-tu qu'il s'agisse seulement des composants lipidiques? Lors d'une conférence sur les extraits CO2 à Lima, le maître de conférence nous avait expliqué que cette technique permettait l'extraction des composants liposolubles et hydrosolubles.

tatadubled 24/09/2007 11:52

Bonjour VeneziaJe découvre ton site et  je le trouve génial et très bien fait. La réflexion que tu mènes est enrichissante. Je me pose une question , tu parles souvent d'extraits CO2 de carootes, ou calendula... de quoi s'agit-il exactement, et où peut-on en trouver?Merci, tatdubled.

venezia 25/09/2007 09:02

Comme je suis un peu flemmarde, je te remets la réponse que j'avais déjà faiote dans un précédent commentaire à propos des extraits au CO2:"Les extraits CO2 sont une version archi moderne et très intéressante de l'extraction des substances actives (lipidiques seulement) des végétaux. -Dans une distillation, pour obtenir une HE, on fait chauffer les plantes avec de l'eau, puis, par condensation, on obtient HE et hydrolat. -Avec l'extraction par CO2 hypercritique (le nom exact) on doit d'abord geler les plantes hachées très fi n. Puis on les passe dans du gaz carbonique (CO2)  liquide, à basse température (30° environ) et sous haute pression,  ce qui "dissout" et entraine les lipides. Quand le CO2 redevient gazeux, il disparait complètement des extraits obtenus. Ce sont donc des produits  très purs, très proches par leurs effets et leur composition chimique des HE, et en ce sens très intéressants. Par ailleurs, pour des plantes comme le souci, la camomille, ou la vanille, qui renferment très très peu d'He, c'est une façon moins coûteuse d'obtenir leur quasi-équivalent." J'achète ces extraits sur le site anglais Aromantic. Dans son livre qui est une vraie petite bible pour les tambouilleuses maison:  "making aromatherapy creams and lotions' (storey books), l'américaine Donna Maria ne jure que par eux…

Catherine 24/09/2007 10:20

C'est trés intéressant tout cela, et toujours si bien raconté...Je suis curieuse aussi d'en apprendre davantage sur l'utilisation des teintures mères. Merci mesdames.

venezia 25/09/2007 09:02

l'enquète sur les teintures mères ne fait que commencer, Catherine…

MLK 22/09/2007 10:24

Bonjour Venezia, en ajoutant des TM en plus grande quantité et dans un peu d'eau chaude pour évacuer l'alcool j'ai obtenu une texture mousseuse corporelle très agréable à l'application et c'est toujours un plaisir de te lire MLk

venezia 23/09/2007 07:31

Je vais faire des essais, merci MLK

malegria 21/09/2007 09:14

Ah Princesse Venezia ta recette m'interpelle et me fait rêver. J'ai très envie de découvrir le squalane et de m'essayer aux teintures en petite quantité. J'aime beaucoup la teinture de benjoin que je trouve parfaite en cicatrisant-désinfectant et j'ai idée que je pourrais user des teintures pour certaines de mes plantes méconnues et remplacer les infusions que je n'aime pas beaucoup.
Ce produit semble particulièrement bien pensé encore une fois. Il allie le raffinement à la douceur dont ont besoin les peaux exigentes. Tu n'as pas pris de photo?

venezia 23/09/2007 07:30

Je vais tenter d'explorer  davantage les teintures . Je n'ai pas pris de photos car j'ai mis ce fluide dans une bouteille en verre marron, pas très photogénique. j'aurais pu en photographier un peu hors de la bouteille, c'est vrai…

patte 19/09/2007 10:20

Heureuse coincidence...je voulais justement t'interroger quant à l'absence de crème visage dans tes recettes !
Donc, nous retrouvons la patte joliment poetique de notre Princesse pour cette nouvelle recette
Pour la TM...cette fois, je ne tente pas..mauvais souvenir d'intégration de la chose...
Ta peau ne "tire"pas avec un simple fluide toute une journée ?

venezia 20/09/2007 12:05

Bonjour Patte, En ce moment je mets du fluide matin et soir et ma peau ne tire pas du tout, je suis meme surprise par son pouvoir hydratant.Si ma mémoire est bonne, tu t'es fâchée avec une teinture mère en essayant de l'incorporer à du gras. Là, c'est tout à fait différent, la teinture mère est ajoutée dans le produit fini. Donc , elle est très  sage, aucun problème…

michele 19/09/2007 09:02

Est-ce que je peux parler très fort sur ton blog pour dire : J'ADORE!J'aime la préciosité de tes ingrédients bien choisis et si bien associés. Je planche en ce moment, entre autres, sur les teintures que je fuyais jusqu'ici à cause de l'alcool.Mais il est souvent utilisé à faible concentration, il complète le spectre anti-bactérien et s'il est introduit dans la phase aqueuse, on vaporise l'alcool...As-tu fabriqué ta teinture de roses toi même? En fait, je recherche un ouvrage ou un site avec les titres alcooliques et les quantités de plantes. Les indications que j'ai obtenues sont souvent sur des plantes médicinales et non cosmétiques ou alors trop générales pour s'appliquer à tout.Mon grand-père avait un arbre (et non un pied d'Ylang) devant sa maison. Il l'avait laissé grandir sans taille et tous les soirs,  le sol de la chambre de ma grand-mère était aspergé avec une infusion fraîche de fleurs. Avec la chaleur, l'eau s'évaporait tout doucement et la chambre était fraîche et parfumée.Qui a dit que l'ylang était aphodisiaque?J'ai toujours trouvé ce geste d'une élégance et d'un raffinement suprême. Et pendant les vacances, nous ses petites filles, avions le droit de dormir avec elle à tour de rôle, dans une odeur d'Ylang... Je suppose que c'était les soirs où mon grand-père était relégué dans ses appartements...Ah là là, que de souvenirs à partir de ta crème! Merci.

venezia 20/09/2007 12:10

merci pour ton évocation si magnifique des fleurs d'ylang, Michèle… Pour la teinture mère: je l'ai commandée à la pharmacie Delpech,  à Paris   qui prépare ce qu'on veut  en teinture. Elle n'est donc pas bio (et n'a pas le parfum de la rose). L'idée de mettre la teinture dans la phase aqueuse m'intéresse… mais tu parles de vaporisation de l'alcool. Ne crois-tu pas qu'il faut dans ce cas faire bouillir (ce que je veux éviter) ou au moins chauffer longtemps (ce que je veux aussi éviter)? Pour les teintures, alcoolatures and co, j'ai pas mal de documentations éparses, je fais des recherches et je te tiens au courant.