Dans la série "rebellion savonnesque": le savon karité aux poudres de nard et d'encens

Publié le 18 Juin 2010

 

 

La pâte à savon joue aux rebelles à la maison. Après l'épisode précédent, j'ai encore vécu une nouvelle épopée à cause d'un savon très riche en beurres.


Michèle a eu très la grande gentillesse de m'offrir un karité "à utiliser tout de suite" car un ami avait oublié de lui remettre le paquet d'un beau karité qui a patienté six mois.


Toutes affaires cessantes, ( à vrai dire, un prétexte en or! ) j'ai donc décidé de faire un savon la semaine dernière. J'avais en ma possession un beurre d'ucuuba dont la date de péremption était légèrement dépassée, j'ai décidé de l'inclure, tout comme une huile d'olive à la rose faite maison, encore odorante, mais déjà assez ancienne. Je tenais donc déjà presque toutes mes huiles. J'ai complété avec le merveilleux palme sublimé de Mlk pour le parfum. Pour la douceur, sans penser que j'avais déjà pas mal de beurres, j'ai ajouté du lait de jument. 


J'avais également prévu un mix d'huiles essentielles très parfumé mais je ne l'ai pas utilisé. Pourquoi? Ça va être vite facile à comprendre…


Cristine m'avait envoyé récemment par la poste une splendide et volumineuse pivoine d'un rouge étourdissant. J'ai décidé d'en faire une teinture très colorée en m'inspirant des conseils d'un nouveau et super livre qu'on vient de me donner: Peintures végétales avec les enfants d'Helena Arendt (éditions La plage). Il évoque les différents modes d'extraction des couleurs de plantes assez communes avec des idées d'utilisation très sympa.



DSCN9001.jpgla teinture de pivoine congelée

 

J'avais fait cette teinture il y a déjà quelques temps, tout simplement en faisant bouillir les pétales de pivoine dans un fond d'eau un quart d'heure environ (on arrète quand l'eau a pris le ton souhaité) avant de les passer au tamis en les pilonnant légèrement pour faire sortir leur rouge violent-violet. J'avais congelé le liquide pour le conserver. 


J'avais également prévu d'inclure de la poudre d'encens (encens en morceaux pilé et tamisé),

et préparé un mélange poudre de nard et sel noir d'Hawai pour tenter les fameux zigouigouis à la Mlk, que je n'ai toujours pas pu réaliser…


 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/objetsdivers/armes/obbombe00.gif Rebellion savonnesque, karité, poudres d'encens et de nard, sel noir d'Hawai


60g beurre d'ucuuba

460g karité "à utiliser de suite" de Michèle

160g huile de macadamia

340g huile de coco

90g huile d'olive à la rose maison

90g palme sublimé de Mlk

130g lait de jument  (compté dans le liquide pour la soude mais ajouté aux huiles)

vit E

 

66g infusion de pivoine à peine décongelée 

40g hydrolat de mastic 

64g  eau de mer de Roscoff

 

5g encens pilé (introduit à la trace si je puis dire!)

poudre de nard, sel noir d'Hawai (une cuillérée à café de chaque, dilués dans un peu d'eau déminéralisée)

 

DSCN9006.jpgdu rouge au vert…


 La réunion de l'infusion de pivoine, de l'hydrolat de  mastic, de l'eau de mer et de la soude a viré au vert vénéneux avant de se métamorphoser en rouge marron; la température a augmenté sévèrement.


N'ayant pas vu assez large pour mon saladier destiné aux gras, quand j'ai voulu y rassembler les beurres (que je fais fondre à part selon leur point de fusion pour ne rien surchauffer), j'ai réalisé qu'il était quasi plein et qu'y introduire le pied d'un mixer était un peu risqué.


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/objetsdivers/armes/obbombe00.gifJ'ai versé l'infusion à la soude à 42°, plus chaud que d'habitude. En général, je saponfie vers 37-38°, mais j'avais fini ma provision de glaçons pour faire baisser la température du liquide avec la soude et j'en avais assez d'attendre. J'ai commencé par touiller à la spatule, avant de me décider à utiliser le mixer, en laissant le pied au fond du récipient. J'ai à peine mixé. Rien. J'ai  touillé avec le pied et j'ai vu alors remonter à la surface une partie du mélange en train de prendre. Le temps que j'éternue si je puis dire, tout avait pris en masse grumeleuse. Suite à mon expérience précédente, j'ai décidé de me passer des huiles essentielles. 


J'ai versé une partie de la pâte dans les moules tronconiques en silicone que j'utilise souvent puis vidé le reste dans le moule transparent d'Irène en tassant tant bien que mal. C'est alors que la pâte s'est mise à se reliquéfier!  


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/objetsdivers/armes/obbombe00.gifJ'ai donc touillé comme une forcenée à la spatule puis à la cuillère magique dans le grand moule comme dans les plus petits. J'en ai profité pour ajouter dans le grand moule les poudres en continuant à tourner. Nouvelle émotion: j'ai vu apparaître des morceaux blancs dans la pâte. Désolation.



P1040071.jpg

Des savons couleur caramel au café (… et au lait)

 

 

  Je me suis plongée dans les livres de Susan Cavitch, puis suis allée me lamenter par mail auprès de la grande prétresse des savons qui m'a un peu rassuré. Je lui ai fait parvenir un savon pour qu'elle l'ausculte: "Docteur, c'est grave?"


Explication-supposition: les insaponifiables du karité… n'ont pas saponifié, d'où les morceaux blancs de karité… et non de soude, comme je le craignais. 


Aujourd'hui, les savons réalisés dans le moule sont devenus même chics


Les autres, (surtout deux que je n'avais pas retouillés à titre expérimental) restent plus roots.


Nouvelle leçon (je ne cesse de m'en prendre): quand on saponifie trop chaud beaucoup de beurres (surtout s'ils ont un peu trainé), attention à la prise ultra rapide, d'autant plus si on ajoute des laits… et peut être des infusions de plantes et des hydrolats qui font grimper le thermomètre.


Affaire à suivre car il y aura un troisième chapitre à cette rebellion savonnesque, avec une nouvelle expérience éprouvante pour les nerfs.


Je ne peux pas jurer que ces savons sentent le caramel au nard… mais il y a un peu de ça…

 

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/outillage/outil_24.gif 

Edit à propos de Peintures végétales avec les enfants d'Helena Arendt (éditions La plage)


Ce livre donne à la fois la technique pour extraire les couleurs de 18 végétaux et ce que des enfants (ou des grands!) peuvent ensuite en faire. Les exemples en photos sont particulièrement réussis (plus artiste que bricolo-artisanat).


Pour la techique d'extraction, c'est toujours plus ou moins la même, soit à chaud -comme je l'ai indiqué- pour les fleurs (géranium,  coquelicot, œillet d'Inde, hibiscus, etc la pivoine n'y est pas)  ou les feuilles (épinard, ortie, chou rouge) soit à froid (baies de sureau, betterave crue, etc) en pressant ou en coupant fin avant d'exprimer à travers un linge. Pour conserver les couleurs si leur emploi n'est pas immédiat, l'auteur conseille d'ajouter un peu d'alun… ou de congeler .


Sur ce qu'on peut en faire: des peintures (avec ou sans liant), mais aussi des craies, des fusains, des maquillages, des estampes (en détaillant comment faire)… Il y a aussi des explications pour travailler avec du sable ou des terres naturelles de couleur (dans ce cas, sans couleurs végétales). Ce livre est une belle source d'inspiration, les explications techniques, très claires, sont très simples. Personnellement, je le trouve vraiment très réussi. Mais ça serait dommage de  l'utiliser uniquement pour savoir comment extraire des couleurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lolitarose 11/07/2010 15:51



Il y a bien longtemps que je n'ai plus eu le temps de savonner et donc d'expérimenter les "galères" savonnesques. Au final, tout s'arrange et on hérite de beaux savons très doux et très roots,
donc hypra tendance ! 


Reviens nous vite avec de nouvelles aventures ;)


Bises Princesse voyageuse



venezia 16/07/2010 23:16



Je sens que tu vas te rattraper d'ici peu… bonnes aventures savonnesques à toi aussi



Lyjazz 23/06/2010 01:02



Très intéressant en effet.


J'avais fait l'expérience inverse : mélanger trop froid, et touiller des heures, puis mettre de l'eau chaude au fond de mon évier pour finir au bain marie chaud.


Quant au livre, il m'intéresse très fort et je prévois de l'acheter pour faire des maquillages pour mes enfants (entre autres...).



venezia 25/06/2010 00:22



un savon au bain marie chaud, ça ne m'est pas encore arrivé!



Irene 21/06/2010 13:25



Tu vois, Princesse, l'utilité de parler de tout, même de nos problèmes ... et de lire les commentaires ! Car notre "docteur ès savon" (et autres d'ailleurs) sait nous offrir les explications
nécessaires !


 


 



venezia 22/06/2010 22:20



Oui irène, je pense qu'il est important de raconter les galères pour ne pas trop idéaliser ce qu'on fait…



michele 21/06/2010 08:49



J'aime ton expression "rebellion savonnesque"


En ces temps difficiles et si conventionnels, un peu de rebellion même savonnesque, ça fait du bien et nous remet les pendules et autres vigilances à l'heure!


 


Je préciserais que dans le vieux karité, la présence de latex augmente dans l'insaponifiable et il précipite au cours de la saponification.


Ce phénomène s'observe aussi avec le karité plus frais mais moins fréquemment.


 


Ce qui a fait rejeter le karité en savonnerie pendant des années au début du siècle (le précédent ) quand les huiles
exotiques ont été utilisées massivement dans les savonneries.


On disait alors que le beurre de karité ne donnait pas de jolis savons et tous les articles scientifiques autour du karité concluaient qu'il valait mieux se tourner vers ... l'huile de palme.


On sait ce qu'il en est aujourd'hui. De plus les karités étant vraiment réfractaires à toute tentative de culture intensive et lucrative, on les a laissés se reproduire naturellement à l'état
sauvage.


 


Les temps changent et c'est heureux car aujourd'hui un savon au karité est devenu un argument marketing de qualité.


 


Ton savon a légèremet foncé depuis son arirvée, il est toujours aussi doux et il devrait donner ce que j'apprécie beaucoup chez les savons: un côté rustique et ancien.


 


  J'ai mal compris si tu avais une infusion ou une teinture de pivoine.


 


 


 



venezia 21/06/2010 09:12



merci pour ces précisions, Michèle et merci d'être  avec tant de maîtrise mon "Docteur savon"…


 


j'ai employé le mot teinture en référence au livre, donc dans ce sens"produit capable de r teindre";  en réalité, il s'agit  bien d''une décoction comme je le précise dans le texte,
puisqur les pétales de pivoine ont bouilloté presque un quart d'heure avant d'être pressés.



Ka Fée 20/06/2010 17:41



En lisant tes péripéties j'espérais tant que le savon serait rose au final. Mais évidemment c'était sans compter la dure loi de madame la soude. Mais même si il est roots je le trouve très beau
et la formule me fait rêver.



venezia 21/06/2010 09:13



Ka fée, je savais que je n'aurais pas ce rose rouge violent car les rouges végétaux virent pour la plupart avec des changements de pH… mais j'espérais du bleu!



Irene 20/06/2010 14:31



Hé bien ! Ce sont de véritables romans à suspense en ce moment, tes aventures savonnesques.


Mais quand tu écris : "j'en avais assez d'attendre ..." je te vois, je t'imagine !


Bon, moi, j'ai une autre petite explication : ton beurre de karité n'était plus assez chaud par rapport au reste - ou n'avait jamais été assez fondu ou bien fondu -


J'avais testé avec une prudence de sioux ma teinture de pivoine (quand je désirais faire du rose) et j'avais sagement battu en retraite.


Espérons quand même que ta troisième expérience désagréable sera la dernière car tu biens de donner beaucoup à l'art de la savonnerie d'un seul coup !


Merci pour les références et explications relatives au livre.


 



venezia 21/06/2010 09:14



Irène,


 


le beurre de kartié était très bien fondu, je suis une maniaque, je fais fondre les beurres séparemment jusqu'à liquéfaction totale, donc je peux bien surveiller leur fonte…


 


J'ai été fascinée par le si beau rouge obtenu, meem si je savais qu'il ne tiendrait pas, je voulais tenter l'expérience



mlk 20/06/2010 11:35



Et cric et crac! comme dans les contes car tu racontes très drôlement ta, hum! tes mésaventures


Est ce à dire que les savonnières doivent jouir du "7ème jour" car c'est  aussi un processus de "créations" pour ne point engendrer les foudres


Ce rouge pivoine tout feux tout flamme a peut être allumé la mèche!


Pensais tu obtenir un rouge avec? et est ce que cela sent lors de la chauffe?


Je vais bientôt retrouver des petits à amuser, le livre est une bonne idée, ainsi je m'amuserais aussi


La couleur de ce savon est très chaud et lumineux, j'aime beaucoup, presque mon teint au beau soleil ih!ih!


Quel est l'ins de ton savon?


le beurre de karité de Michèle est beau, je trouve, je n'en ai jamais eu d'aussi blanc et crémeux , je prends donc graîne de tes mises en garde



venezia 21/06/2010 09:18



Mlk,


c'était une pivoine très rouge mais pas odorante; ça a senti un peu le "végétal" avec la soude, mais sans parfum. Comme je l'ai déjà répondu, je savais que je n'aurais pas du rouge j'espérais du
bleu ou du violet… j'ai eu du caramel! Pour l'ins, je te dirai, j'avais fait tous les calculs sur un papier mais je n'ai pas recopié les info de soap calc. Si ma mémoire est bonne dans les
150-155.


 


Si j'ai le temps, je projete un nouveau (petit) savon karité-de-Michèle avant mon départ.



malegria 20/06/2010 04:00



Une troisième péripétie est à venir ? Alors Princesse, c'est vraiment la loi des séries. Comme Nansou, je suis vivement intéressée par ton livre sur les peintures végétales, aurons-nous le
plaisir d'une petit article présentatif? Et je crois que j'aimerais bien tes savons "roots", je trouve toujours ce style de savon charmant.



venezia 20/06/2010 10:33



Malégria, les savon roots sont… très roots, légèrement plus clairs que ceux du grand moule.


 


pour le bouquin, comme je l'ai écrit en réponse à Nansou, je vais ajouter un paragraphe dans l'article.



Mystic 19/06/2010 17:56



Quelles aventures savonnesques !


Mais grâce à tes déboires, on avance nous ....merci pour tes tests involontaires :-)


En fin de compte, un beau savon aux ingrédients de qualités......perso, je l'aurai préféré rose fluo :-)


 



venezia 20/06/2010 10:31



je dois dire que le rose pivoine me plaisait aussi  beaucoup, mais je savais qu'il ne teindrait pas… j'espèrais un bleu à cause du pH… raté!



titeMarie 19/06/2010 14:22



Epidémie, vous avez dit épidémie? oui je crois moi aussi j'ai eu des problèmes récement.


Le résultat est beau et clair, bravo au final.



venezia 20/06/2010 10:30



c'est peut être la fin de l'année (scolaire) qui veut ça: les savonnières ont besoin de vacances…