Le ciste, un ami à chérir… et à découvrir

Publié le 22 Juillet 2012

 

Le ciste est une plante médicinale, mais elle n'est pas citée en tant que telle dans les livres de phytothérapie, ce qui est surprenant. On parle bien plus de son huile essentielle, de l'hydrolat, ou de la résine qui en est extraite, le labdanum. 

.

 

Ainsi, Jean Michel Morel (in: traité pratique de phytothérapie, probablement le livre  français le plus pointu sur le sujet) ne cite que l'HE (pour ses propriétés hémostatiques).

 

Le petit larousse des plantes qui guérissent n'en parle pas, pas plus que le Vidal de Phythothérapie, ou les deux tomes de phyto (les plantes qui nous soignent et Plantes médicinales)  de Jacques Fleurentin. 

 

J'en ai uniquement trouvé mention dans le dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France de Paul-Victor Fournier, véritable bible de la phyto datant de 1947 et rééditée récemment (en 2010) dans la collection Omnibus. Fournier (1877-1964) était un chanoine, fou de plantes, merveilleux herborisateur et son gros livre (plus de 1000 pages dans la réédition) qui en répertorie 1500 est d'une précision de… bénédictin. 

 

Il n'évoque le ciste  que pour l'extraction du labdanum, précisant les deux variétés de cette gomme-résine.L'une est extraite du ciste de crète et l'autre d'Espagne.La première (voir le lien ci-dessous) est ramassée directement en peignant les chèvres qui se frottent aux buissons résineux;  la seconde s'obtient en faisant bouillir les rameaux dans de l'eau. Cette gomme était utilisée, explique t'il, comme "médicament nervin, stimulant, astringent, hémostatique et révulsif". Il entrait dans la composition du "baume hystérique", (formule, qui fut inscrite au codex de Paris ici) de "l'emplâtre contre la rupture (pas les sentimentales, mais les hernies infantiles… formule ici)" ajoute t'il soulignant qu'on ne l'utilise plus en raison de la difficulté à l'obtenir pur.


 

 ici sur la production de labdanum en Crête. (Ne pas rater les photos des chèvres imbibées de résine… ) 

 


Néanmoins voici quelques liens trouvés sur internet à propos de l'usage de la plante (et non de la résine) en phytothérapie. Dans tous les cas, en externe pour la peau, ce sont les feuilles qui sont citées, et non les fleurs. En interne, la plupart du temps: les feuilles (pour les liens que je donne). J'ai trouvé quelques recommandations pour les fleurs en interne, en vertu de leurs propriétés anti oxydantes, mais l'indication reste rare. 

 

ici: 

(variété helianthemum canadense) en anglais

Entre autres: pour soigner diarrhées, scarlatine, pbs de peau, irritations de la gorge ou de la bouche, soin des yeux. Emétique (=vomitif)  à forte dose.

 

ici

(4 variétés évoquées: ciste de Montpellier, ciste à feuilles de sauge, ciste à feuilles de romarin, ciste velu, nom vernaculaire (=local): mellia) site de phyto tunisien. 

"Usage externe : Traitement des blessures, morsures et brûlures.

Usage interne : dépurative."


ici

(variétés: ciste de Crète et de Montpellier) en anglais.

Panégyrique du ciste  en infusion pour sa puissance antioxydante liée à sa richesse en polyphénols,  et son action de chelation des métaux lourds (c'est un site de vente… ). L'éloge s'appuie sur diverses études scientifiques allemandes.  

Prudence en interne, le ciste ayant par tradition la réputation d'être vomitif à haute dose.

Son action sur la peau en externe est également longuement évoquée.

 

Si on la classe dans la phytothérapie, l'hydrolathérapie  s'y intéresse, aussi bien le livre de Lydia Bosson que celui de Suzanne Catty y font référence. Sont citées, avec extraction à partir des feuilles : les propriétés astringentes (pH très bas), cicatrisantes, virales, anti microbiennes, anti ride et de regénération cutanée. Des utilisations en interne en gynécologie sont aussi évoquées. 

Plus le texte d'Aroma zone: ici)

 

En elixir floral, une cistacée (Helianthemum Nummularium ou rock rose, nom du ciste en anglais) est le remède de ceux qui pensent se trouver dans une situation sans issue et s'en desespèrent avec panique ou angoisse extrème. Rock rose entre d'ailleurs dans la composition du Rescue, le remède d'urgence du Dr Bach. 

 

Dans les répertoires homéopathiques, seul le cistus canadensis est cité.

 

PS on dit le ciste (au masculin) quand il s'agit de la plante.  La ciste designe une corbeille.

 


 

P1000694.jpgTous les cistes ne Fourni ne dégagent pas la même odeur. J''ai remarqué que ceux qui avaient des feuilles foncées (comme sur cette photo) et qui étaient très poisseux, donc gorgés de résine, restaient bien parfumés au séchage. 

 

Expériences personnelles

 

J'ai déjà parlé du ciste à plusieurs reprises sur ce blog, surtout à mes retours de Fourni. Voir ici ou ici

 

Je fabrique très très régulièrement un baume qui favorise la cicatrisation à la vitesse de l'éclair en utilisant la teinture (couplée à celle de labdanum) et non l'HE. L'He me semble cicatriser presque trop vite les bobos en externe.

Par ailleurs, j'incorpore régulièrement de la teinture de ciste dans les sérums anti décrépitude pour le visage ( par exemple  ici ).

 

J'ai fait de nouveaux tests cette année en Grèce. Les deux plus probants:


J'ai frotté une coupure au doigt qui saignait avec une feuille fraiche de ciste: arrét immédiat du saignement puis cicatrisation très rapide en refrottant la plaie à deux ou trois reprises encore.


J'ai appliqué une infusion (à très petites doses) de feuilles de ciste et de pétales de rose rouge: apaisement quasi immédiat de démangeaisons recurrentes. On recommence quand les démangeaisons reprennent.

 

La note ambrée

 

il existe de nombreuses variétés de ciste. Je mise  sur celles gorgées de soleil; ce sont les plus riches en labdanum, résine repérée -et étudiée- pour ses multiples vertus depuis l'Antiquité.

Le ciste ramassé à Fourni en renferme probablement beaucoup car les feuilles séchées exhalent un merveilleux parfum à la fois chaud, légèrement fumé et résineux. Pour avoir senti des cistes dans le sud ouest en France, la différence olfactive est très nette; aussi grande qu'entre un romarin un peu âcre poussant au nord de la Loire et un romarin solaire de Méditerranée. 

 

Historiquement, ce qu'on appelle la note "ambrée" en parfumerie est un mélange de labdanum et de vanille; l'ambre gris ayant en plus des inflexions marines. Voir ici des explications sur la note ambrée et ici encore d'autres, mais en anglais.

Rédigé par venezia

Publié dans #botanique

Repost 0
Commenter cet article

Nicolas 03/03/2015 14:33

Bonjour, je propose depuis peu sur ma boutique en ligne Chabiothe la plante Cistus Incanus qui est difficile à trouver en France. 8,90 € les 250 gr
Avis aux personnes intéressée.

Nicolas

phytothérapie 09/08/2012 16:25


Bonjour,


Merci pour cet article bien détaillé! j'en ai appris beaucoup sur cette plante

herrera 11/04/2016 18:34

étant de France je peut vous dire que je n est pas se problème cotè garrigue ils poussent a profusion pour mon grand bonheur

venezia 10/08/2012 23:25



Merci poru votre visite



Irène 26/07/2012 19:40


J'ai mis du temps à poster ce commentaire car je me suis délectée de tous les liens. Il est juste que je trouve extraordinaire la photo de la chèvre humble, parée de ce trésor ...


Dis donc, il y a des liens que tu es allée chercher bien loin. Passionnant.


Il est vrai que je me délecte du labdanum et que je ne fais pas assez honneur au Ciste. Mais tout n'est pas perdu car ... je viens d'en ramener de Corse. Puissant.


Merci Princesse de ce magnifique article et de tous ces liens tellement intéressants.

venezia 26/07/2012 23:52



Irène,


tu me diras si en séchant ton ciste corse  a le parfum du labdanum?



sylvie 25/07/2012 08:26


merci! si tu veux des hydrolats n hésites pas!


bonne journee.

venezia 26/07/2012 23:48



c'est très gentil à toi…



sylvie 24/07/2012 08:56


je vais suivre ton conseil et faire evaporer la teinture au bain marie ,j ai lu quelque part que tu mettais de l hydrolat dans tes teintures je vais voir ça.j ai un petit alambic en cuivre de
3litres qui travaille bien et fait de beaux et tres parfumés hydrolats.bises et bonne journee

venezia 24/07/2012 23:11



Quelle chance d'avoir un alambic.


 


Tu peux auss laisser évaporer ta teinture à l'air libre, avec la chaleur estivale, cela devrai aller vite.


 


Oui, je coupe souvent mes teintures en fabrication  avec un hydrolat; Soit celui de la plante, soit de la rose



mlk 24/07/2012 08:16


Ce buisson dégage une présence quasi "animale" et c'est vraiment une plante que j'aime aussi


Je t'ai lu, dès hier AM et ai attendu de me jeter dans les livres et effectivement pas de pistes phyto, hormis pour le parfum, mais on peut considérer que c'est aussi un soin


Ton baume cicatrisant est bluffant c'est vrai


Je suis ravie de voir cette boule de force aussi joliment mise en images et si fructueusement mise à l'honneur


Tes expériences "in vivo" suffisent , je pense à nous prouver ses qualités phyto


Le labdanum que tu m'as offert, macère en compagnie d'une camomille chauffée au soleil grec, que tu m'as aussi offerte


Maintenant, j'attend, le bonheur


Merci de cette précision, de tous ces liens, et de ces belles photos

venezia 24/07/2012 23:09



Mlk le ciste est une plante puissante à ajouter à notre panoplie déjà magique



emadra 23/07/2012 22:20


Passionnant.


Merci infiniment Venezia de partager toutes tes informations et recherches sur cette merveilleuse plante.


Je confirme que ton baume est d'une efficacité impressionante pour cicatriser avec un parfum délicieux.


Et je conserve précieusement ce billet pour venir le lire et le relire tellement il est précis et complet.


 


Merci beaucoup Michèle, la dilution de l'HE de ciste dans une huile stable est une excellente idée.


 


 


 

venezia 23/07/2012 23:30



Emadra, il n'est pa complet car il y a tant de variétés de cistes…



Colchique 23/07/2012 20:35


Venezia, j'adore les fleurs de cyste d'un rose cyclamen qui fleurissent la garrigue au tout début du printemps.


 


J'aime beaucoup les pétales chiffonnées de ces fleurs très fragiles comme les coquelicots.

venezia 23/07/2012 23:31



Tu as raison Colchique, elles ressemblent aussi à des ailes d'un papillon sortant de sa chrysalide.



sylvie 23/07/2012 15:05


merci pour cet article tres complet!j utilise et j apprecie le ciste,ici j ai la chance de trouver celui de Montpelieret le 'cotonneux',ils embaument la garrigue pre de Narbonne,et c est un
plaisir de traverser ce massif avant d aller se tremper dans la grande bleue....j ai fait ton baume cicatrisant(et d autres)mais sans labdanum que je ne me suis toujours pas procre.je fais un
hydrolat de ciste qui a une odeur tres presente ,on peut l utiliser en interne aussi à faibles doses comme depuratif et pour les esprits trop cartesiens 'ce n est mon cas'.j ai remarque aussi que
les cistes tres verts fonces et collants ont une odeur plus forte avec ce temps sec et chaud c est le bon moment pour en ramasser.il est vrai aussi que le ciste que je ramasse est moins
odoriferant donc moins actif que celui que tu ramasses en Grece ,mais bon je m en contenterais ,car ne dit on pas que lon trouve autour de chez soi toutes les plantes quil nous faut.merci encore
pour ce partage autour du ciste.

venezia 23/07/2012 23:33



Sylvie,


 


je pense qu'un ciste du sud de la france gorgé de soleil doit aussi faire l'affaire… et d'autant plus, comme tu le soulignes s'il pousse près de chez toi et respire le même air que toi…


Pour concentrer ta teinture, peut être peux tu la faire  évaporer?


 


Tu es bien chanceuse si tu fabriques toi même ton hydrolat de ciste!



michele 23/07/2012 09:12


Je n'ai trouvé les monographies que dans "l'encyclopédie des plantes aromatiques et médicinales" de Nico Vermeuler Ed. Succès du livre.


 


Il répertorie 2 cistes (C. laurifolius et C. ladanifer)


C. Laurifolius est celui à qui l'auteur prête les usages de parfumerie et la récolte de la résine sur le pelage des chèvres. Il pousse dans la péninsule ibérique.


C. ladanifer est celui qui a les usages médicinaux. Il indique que l'on peut appliquer les feuilles sur les plaies pour les désinfecter et arrêter le saignement.


 


Sur les photos, la ressemblance est frappante, le C. laurifolius aurait des feuilles un peu plus foncées et moins "veloutées", ce qui donne le nom de l'espèce je pense.


 


Les fleurs seraient difficiles à distinguer, ne serait-ce quelques points rouges dans le coeur des ladanifer.


 


J'ai acheté à Bruxelles il y a des années la résine formidable en teinture et de l'absolue chez Missmiss à l'odeur si divine que je ne l'utilise qu'avec parcimonie.


 


Je pense que l'HE ne doit jamais être utilisée pure comme on l'indique trop souvent dans les manuels, ce qui explique sa difficulté d'utilisation. J'ai un flacon dilué à 5% dans du coco frac
depuis longtemps pour avoir la main moins lourde.


Le parfum est bien meilleur d'ailleurs.


 


Merci pour cet ode à la ciste qui est bien mérité.


Magnifique plante qui donne de nombreux supports dont on devrait abuser.


L'HA est magnifique chez Vitalba ^_^


L'HE est absolument époustouflante chez Sevessence, douce, délicate.. j'ai craqué alors que j'en ai plein d'autres.


 


Bravo et merci!


 

venezia 23/07/2012 23:46



Merci pour ce livre que je ne connais pas, Michèle., super… alors que j'en ai déjà un beau rayon…


En revanche, d'après tout ce que j'ai pu lire, il me semble  que  le laurifolius (à feuilles de laurier) serait plutôt celui qui pousse dans le sud (comme d'autres cistes: à feuilles de
sauge, de romarin, plus le ciste de Crete, etc) mais ailleurs qu'en Espagne où règne aujourd'hui le ladanifer, recolté en Andalousie  pour le labdanum.


 


J'avais souligné  dans mes premiers textes sur le ciste qu'on évoquait en effet les propriétés hémostatique du ladanifère, mais que  j'avais constaté que le grec l'était aussi
incroyablement…


il y a toujours à découvrir!


 


 


 


Le