Savon épices-tubéreuse… avec masque (sans tuba)

Publié le 12 Juin 2010


Comme j'ai des cadeaux à offrir en juillet, je m'y suis prise en avance, et il y a un mois environ,  me suis lancée dans un savon que je voulais très parfumé.

  

Parfum


*Cire de tubéreuse (Fresholi)


Je la trouve particulièrement capiteuse et présente. Je l'ai ajoutée dans les huiles, mais sans la compter dans les calculs comme le fait Irène.


*Macération "péruvienne" dans de l'huile d'olive 


Bois de palo santo, feuilles de coca et d'une variété locale de poivre, plantes offertes par Malégria. Je prépare souvent à l'avance des macérations huileuses odorantes que j'incorpore dans les savons; la soude les consume pas mal, mais j'espère toujours que survive un peu de parfum

 

*Epices dans lait


J'ai également fait infuser dans du lait de jument tiédi (une partie du liquide de dissolution de  la soude, ajouté aux huiles) clous de girofle et grains de poivre. J'aime beaucoup l'asssociation épices-fleurs blanches, et les épices tiennent bien dans les savons.


Pour parfumer la pâte 


J'ai dilué dans 11g d'huile de périlla, très riche en omégas 3, ce qui ne fait jamais de mal à la peau:

6g HE girofle feuille

6g He ylang ylang (même famille olfactive que la tubéreuse) 

2g HE molle (une variété péruvienne de poivre)


 

DSCN8998.jpgVu du dessus, couleur marron glacé


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/maison/beaute/cosmetic_21.gifSavon épices-tubéreuse

 

74g huile amandes douces

151 g olive (dont 81g macérat palo santo, coca et feuilles poivre)

50g ricin

150g coco

225g gras de bœuf

vitamine E

+13g cire tubéreuse

100g lait de jument infusé avec 1O clous de girofle et 10 grains de poivre, filtré et ajouté aux huiles

 

 soude pour un surgraissage à 7-8,

120g eau de mer de Roscoff

 

11g huile de périlla

avec

6g He girofle feuille

6g He ylang

2g HE molle


 ½ cuil à café d'ocre rose diluée dans un peu d’eau pour la couleur

 


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/maison/beaute/cosmetic_21.gifJ’ai commencé à verser une bonne partie de la pâte dans un beau moule transparent tout neuf (un grand merci à Irène la généreuse).  Dans le reste, j'ai commencé à diluer la poudre d'ocre rose pensant faire des zigouigouis comme dirait Mlk.

 

A ce moment précis, j'ai réalisé que j’avais oublié les HE ! Au lieu de continuer sans, j’ai eu l'imprudence de les diluer dans la pate avec l'ocre, qui a pris tout de suite en bloc.

J’ai mixé : catastrophe, des éclaboussures ont giclé jusqu'au menton et sur le cou. Prise par l'action, je portais encore mon masque, tout de travers; il couvrait néanmoins juste la bouche, qui a heureusement été épargnée… Le mélange concentré de pâte à savon et d'He piquant pas mal, le choix était crucial: ou je me lavais, ou je terminais mon savon.


J'ai terminé le savon, ayant quand même pris 30 secondes pour me pschitter à l'eau minérale.

J'ai versé quasiment à la truelle la pate mélangée à l'ocre et aux HE, et j'ai égalisé le dessus du moule. Sans faire de zigouigouis et très vite.

 

Puis j’ai tout laissé en plan et couru me deshabiller pour me doucher menton et cou.

J’ai vérifié ensuite sur le masque : je n’avais pas révé, il portait de grandes traces d’éclaboussures.

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/objets/maison/beaute/cosmetic_21.gifConclusion:  toujours faire attention quand on savonne. Je ne conseille pas le tuba quand même…

DSCN8996.jpg

 

J'ai donc un savon qui reste présentable,  avec une bande très parfumée pleine d'huiles essentielles.

Il a eu une phase de gel (sans avoir été couvert) ce qui fait un rond abstrait pas trop moche…

 


 

 

 

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0
Commenter cet article

Bretagne buissonnière 16/07/2010 10:59



Ils font envie ces savons. dommage qu'on n'ait pas lo'deur !!!



venezia 16/07/2010 23:19



je ne desespère pas: on arrive déjà à avoir la musique, peut être que les parfums suivront un jour



jp 22/06/2010 22:47



j'en avais, j'en plante des tonnes


mais les escargots les mangents
j'ai donc entrepris une extermination de ces animaux idiots


et laids


 



venezia 22/06/2010 22:51



A la tomate, avec une pointe de cannelle, ils deviennent quand même très apétissants!



jp 21/06/2010 10:34



le parfum de la tubéreuse me met dans un état de dépendance



venezia 22/06/2010 22:19



en as-tu dans tes jardins?



jp 20/06/2010 10:39



cire tubéreuse


c'est génial c'est quoi ?



venezia 21/06/2010 09:22



coucou, jp


 


 


les cires florales sont extraites des fleurs lors de l'élaboration de l'absolue. j'en avais parlé ici quand j'étais allée à Grasse.


 


fleurs traitées à l'héxane= concrète, c'est à dire cire+absolue. On sépare les deux en traitant la concrète à l'alcool.


 


l



Missmo 19/06/2010 15:08



Ah ça se pourrait. C'est trop bon. Bon il faut faire attention aux kilos, c'est du sucre quand même. Avec ton savon pas de risque en tout cas.



venezia 20/06/2010 10:31



Tu as raison, c'est du sucre pur… mais sublimé!



Missmo 15/06/2010 18:26



Très jolie couleur. Le dessus on dirait de la doucelette, une sucrerie des Antilles à base de lait, lait de coco, sucre et épices.



venezia 18/06/2010 22:09



Missmo, je suppose que c'est ce qu'on appelle aussi cocada en Amérique latine et dont je raffole!



mlk 15/06/2010 10:34



En faît, je ne sais pour quelles obscures raisons , je n'aime pas manier les cires de fleurs et hormis l'ylang, j'utilise très rarement jasmin,je trouve que ces fleurs effectivement chaudes ont
malgré tout un côté froid ou sombre alors juste un ressenti, donc comme je les aime tout de même, je trouve l'alliance
avec les épices plus proche de moi



venezia 15/06/2010 15:27



je trouve moi aussi qe les cire de fleurs sont à apprivoiser, elles sont déjà semi transformées, très parfumées presque trop…


en revanche, ta vision d'un  jasmin sombre est pour moi une grande surprise tant je trouve les buissons fleuris  aériens !



malegria 14/06/2010 22:17



Ah j'ai deux mains gauche!! Me voici à écrire pour la troisième fois un commentaire qui au début était long et inspiré mais j'accumule les fausses manip qui le font disparaître dans les émandres
du net perdu.


Je suis bien contente de trouver des plantes péruviennes dans ce savon aux épices. Il me semble que le molle, quoique parfois appellé faux poivre ou poivre rose, est une varité botanique bien
distincte. Mais je pinaille là. Lorsque je t'avais offert ce petit flacon d'he de poivre rose, j'étais certaine que tu ferais des merveilles odorantes avec cette HE. Je la trouve très difficile à
manier mais en même temps très prometteuse avec ses notes fruitées, chaude et sombre. Me voici bien heureuse de la retrouver dans une de tes compositions parfumées.


Voici donc le savon qui avait entrainé les malencontreuses éclaboussures que tu nous avaient relatées il y a qq semaines. Ton récit m'avait fortement impressionnée. Je savonne peu mais je crains
de ne pas assez bien suivre la succession de petits gestes de prudences préconisés par Michèle. J'ai notamment bien du mal à me couvrir de la tête aux pieds, avec lunettes et masque lorsque je
savonne par temps chaud. Je crois aussi que savonner est une activité si ludique qu'elle nous fait un peu oublier que Mme la Soude, malgré toutes ses fantaisies, n'en est pas moins très puissante
et dangereuse.


Un bien joli savon en tous cas Princesse, je trouve que la couleur que tu as obtenue illustre très bien son odeur (ou l'idée que je m'en fais).



venezia 14/06/2010 22:52



Malégria,


je suis ravie de ton passage ici!


Pour mon nez, tous les poivres se marient merveilleusement avec  les lfeurs blanches (notamment ylang et tubéreuse) et avec les roses.


Je reconnais que devoir s'habiller en plongeur professionnel  pour faire des savons, ce n'est pas la joie en pays chaud!



michele 14/06/2010 14:02



Alors moi je ne ris pas vraiment car je sais (ne me demandez pas comment ) que la sécurité est une affaire de petits
gestes dont aucun n'est anodin ou facultatif.


Il faut savoir renoncer.


 


C'est donc une leçon gratuite comme on le dit et heureusement que tu as pu te rattraper.


Même si le surgraissage permet une plus grande dilution encore de la soude, je pense qu'il faut faire attention.


Je suis contente que tu l'écrives ici pour montrer qu'on peut avoir des surprises dans ce joli monde de cosmétiques fait main toujours heureux.


 


Merci pour cette leçon de vie qui te donne tout de même de bien jolis savons. Les moules en acrylique passent très souvent par des phases de gel donc méfiance avec les formules, le lait, les
températures de saponification...


 


Tout de même je me dis que Mlk, Irène et toi osez tout en matière de savons!





 


 


 



venezia 14/06/2010 22:49



Michèle,


 


j'ai efectivement raconté cette histoire car je serais la première à faire des savons en sifflotant quand j'ai fait plusieurs séries d'affilée sans problème particulier… même si j'essaie de tout
prévoir au départ,   cette expérience a été une vraie piqûre de rappel…


Et encore,  j'ai été à bonne école à mes débuts



Luciefer 13/06/2010 13:18



Très beaux ces savons bi-couches :)



venezia 14/06/2010 22:41



merci Luciefer