Spécial parfum: fabriquer du thiouraye ou du wusulan

Publié le 20 Avril 2011

J'ai voulu tester la fabrication d'un parfum utilisé en Afrique noire, il s'appelle thiouraye au Sénégal, wusulan au Mali. il s'agit d'un produit que l'on consume comme un encens sur des braises pour parfumer les vêtements… et ensorceler son amoureux.

 

 

Mystic a incorporé du wusulan dans une plaquette de cire parfumée : c'est ce qui a réveillé le souvenir des premières recherches que j'avais faites.  

 

J'ai donc fait l'acquisition d'un petit livre: Parfums du Mali, dans le sillage du wusulan (ed. Cauris) d'Adame Ba Konare (ex première dame du Mali). Il m'a ouvert les portes car elle a mené une véritable enquête.

 

 

Le principe de base est très simple:

 

*On pile des herbes et des résines que l'on recouvre de parfum (donc on les imprègne d'une base alcoolique)

 

*On fait évaporer

 

*On recouvre cette matière parfumée de lotions huileuses odorantes (on fait une macération  huileuse)

 

On laisse -ou pas- macérer à nouveau.

 

Dans certaines recettes, on ajoute encore du parfum, le plus précieux.

 

Puis on utilise la matière (pas très ragoutante visuellement) sur des braises.

 

Cette technique m'a immédiatement évoqué celle présentée par Greg sur le forum des Céphées. Il décrit la fabrication d'un "or liquide" à partir de résines, et dont le parfum est très persistant.

 

Les ingrédients les plus souvent cités dans les formules données par Adame Ba Konare

 

- les résines, encens notamment

 

P1210945.jpgGwe sénégalais

 

-Des racines de plantes. J'ai réussi quasi-miraculeusement à en trouver une, à l'état brut: c'est le gwe (cyperus rotondus)  de la même famille que les papyrus. Magnifique parfum dans le registre du vetiver, sans que cela y ressemble.


 -L'autre racine très souvent citée est le sarakatane (nom bambara)  ou saghine (nom français) corrigiola telephiifolia en latin. Je n'en ai pas acheté car celles que j'ai dénichées non sans mal étaient déjà  préparées… et parfumées, mais pas à mon goût. 

 

-Parmi les autres ingrédients bruts:  clou de girofle,  écorce de citron,  bois etc.

 

-Parfums et huiles parfumées: dans son livre, Adame Ba Konare explique qu'aujourd'hui, les créatrices de wusulan qui lui ont livré leurs secrets emploient des parfums et des huiles toutes prèts (dont Opium… ).  Elle donne les noms de certains parfums ajoutés couramment. J'ai réussi à en trouver quelques uns à Paris, j'ai acheté des mini  formats peu onéreux… mais, pour l'instant, je n'ai pas trop réussi à les apprivoiser; leur point commun: des notes rétro. Ce qui n'est pas étonnant car il s'agit de créations assez anciennes.


Celui que je parviendrais le mieux à mater serait peut être Rêve d'or de Piver, qui possède quelques notes plus fraîches que les trois autres testés (Héliotrope blanc de Piver, Cuir de Russie, trouvé en lotion, de Piver et, sur base huileuse, Bint el Sudan)


 

P1210947.jpgOn trouve du thiouraye tout prêt à Paris.

 


P1210949.jpgCelui que j'ai acheté pour tester a la texture d'un tabac à priser très humide.

 

 

Pour le wusulan, pour l'instant, j'ai fait chou blanc. 

 

 

A partir de ces données, je me suis lancée.

 

J'ai toujours des résines qui macèrent dans mes placards pour des teintures.

 

J'ai choisi un bocal renfermant du benjoin et de l'encens trempant dans un mélange d'alcool, d'hydrolats d'encens et de rose et j'ai ajouté des pétales de rose rouge, -ceux de Baldwins sont parmi les plus parfumés que je connaisse-, un peu de vanille et du gwe que j'ai difficilement concassé.


J'ai tendu une gaze ficelée autour de l'ouverture du bocal que j'ai exposé au soleil. Tout le liquide s'est évaporé en deux jours.

 

P1210941.jpgtexture confiture après macération solaire

 

J'ai alors ajouté des huiles parfumées:


-une huile maison macérée aux épices


-une huile de bain ylang-géranium-cédre. Curieusement, elle a donné une note "cocotte". J'ai baissé ces jupons trop affriolants avec 4 gtes d'HE de poivre noir, 2gtes d'HE de girofle dilués dans de l'huile de coco fractionnée et j'ai laissé macérer en sentant régulièrement.

 

J'ai laissé plus de liquide que dans un thiouraye ou un wusulan car c'est l''huile, très odorante, que je désire utiliser pour l'incorporer dans des produits.


J'ai préparé un autre essai plus minimaliste sur un mélange plus complexe de résines avec ajout de vanille, de roses et de gwe.

 

Affaire à suivre avec les tests, mais déjà, je peux dire que cette technique est particuièrement inspirante et donne des résultats très tenaces.

 


 

Résumé de la technique inspirée de la fabrication du thiouraye ou du wusulan

 

-Piler des résines (encens, benjoin, opoponax, etc), des bois ou racines (vetiver, gingembre, ginseng, etc) très odorants. On peut aussi ajouter des morceaux de vanille à ce moment (on peut aussi en mettre à la fin) 

 

 -Recouvrir d'alcool (au moins 60°)

On peut couper de l'alcool à 90  avec des hydrolats pour booster la note parfumée

 

-Laisser macérer à l'ombre (assez longtemps, ça va de quinze jours à plusieurs mois, on juge au nez).

 

Ajouter éventuellement des pétales parfumés de fleurs et de la vanille


Dans ce cas, laisser encore macérer deux ou trois jours

 

Exposer au soleil le bocal sans couvercle et recouvert d'une gaze protectrice jusqu'à évaporation totale du liquide. On obtient une sorte de confiture très odorante. Touiller. Rincer tout de suite à l'alcool  l'instrument de touillage car les résines collent

 

Recouvrir d'huile. En choisir une qui résiste bien à l'oxydation: coco fractionnée, jojoba ou moringa qui a la réputation de bien fixer les odeurs. On peut bien sûr parfumer l'huile lors d'une macération  préalable.

 

Si on veut obtenir un parfum huileux, recouvrir largement d'huile; si on veut tester sur des charbons, on se contentera de diluer à peine la matière première.

 

Si on veut se rapprocher d'un vrai thiouraye, on peut bien sûr utiliser des parfums et des huiles de bain de grande marque… mais c'est à manier avec doigté… Dans ce cas, pour limiter les risques de cacophonie olfactive, penser à regarder la pyramide de ce parfum  (sur le site ozmoz par exemple) pour renforcer certaines de ses notes avec des matériaux bruts (hydrolats, plantes) qui leur correspondent.

 


 


Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

anne aymone 12/03/2014 14:50


Un grand merci ! :)

venezia 13/03/2014 19:40



De rien, je suis allée vérifier l'adresse, c'est le 88 bis pour être précise.



anne aymone 10/03/2014 14:01


bonjour,


 


J'aimerais savoir ou trouver du THIOURAYE dans paris ?


Merci pour votre article très intéressant !

11/03/2014 14:46



le sachet photographié avait été trouvé dans une boutique qui vend des encens et des produits "ésotériques" 88 rue du faubourg du temple à Paris. Il faut demander.


Sinon, il faut chercher dans le quartier de la Goutte d'or, en demandant systématiquement.


bonnes trouvailles



Myrma 15/10/2011 22:02



bonsoir,


merci de ta reponse!


je fabrique mais j'achete aussi, chancune a ses particularité propre comme mettre sa touche personnelle pour les senteurs. les nouveaux senteurs sont hyper fabuleux! je te cite kelk uns traduits
en francais : anti-maitresse, tout à moi,meurtrière, llune de miel ,chute libre, yen a beaucoup etc....bisous



venezia 17/10/2011 21:27



quels noms évocateurs… lune de miel me semble quand meme le plus inoffensif!



Myrma 14/10/2011 19:12



Boujour,


je suis une passinnée de la mode et adepte de la beauté au naturel.


je suis surprise de te voir s'intéressé au thiouraye, je suis sénégalaise et adepte du thiouraye jen ai a gogo de toutes sorte. mais toi là tu es une toubab diongué déé!!( grande coquine).
contacte moi je pourrai te faire sentir les nouveuaté pour ensorceler ton homme!!!! bisous chauds de dakar!



venezia 14/10/2011 21:07



Bonsoir Myrma,et merci pour ton commentaire.


 


ainsi je serais une toubab diongué déé… je prends ça pour un compliment! Fabriques-tu toi même tes thiourayes?



Irène 17/06/2011 18:04



Ayant enfin un peu de temps, je viens te remercier pour ce délicat parfum que tu as bien voulu me faire parvenir.


Il est très délicat, je t'assure que les dames parfumées en Côte d'Ivoire, y allient beaucoup plus fort.


 


J'aime beaucoup, merci !



venezia 23/06/2011 22:50



irène,


je pense aussi qu'on a pas les memes gouts parfumés selon la température ambiante.



Lalla 18/05/2011 20:02



Je comprends mieux les recettes d'Adam Bâ.


Je suis un peu devenue une pro des trucs de flemmardes . J'aime beaucoup utiliser le souchet odorant, on peut aussi
s'en servir comme de la vanille, en tout cas celui que j'ai, qui ne ressemble pas vraiment au tien, il est moins hirsute.


Pour en revenir aux encens, le souchet sublime les mélanges simples et a une odeur suffisamment complexe pour densifier les parfums.


Bonne soirée,


 



venezia 20/05/2011 22:47



J'ai découvert dans le livre d'Adam Ba, qu'il y avait plusieurs variétés de souchets., dont, effectivment, un moins hirsute!



Lalla 15/05/2011 13:34



C'est une belle interprétation du wusulan. Je m'étonne qu'Adam Ba donne des recettes puisqu'il n'y en a pas. ;)


Le wusulan en version flemmarde c'est du cyperus arrosé de parfum  que l'on laisse mûrir longtemps- au moins un mois.


J'ai aussi vu des versions avec des résines, des racines, des tubercules et des parfums mais aucune avec des huiles parfumées. Plein de possibles donc.


 



venezia 15/05/2011 20:59



En fait adam Ba a recueilli les recettes de femmes qui préparent des wusulans (et qu'elle a testés, elle les remercie en les citant d'ailleurs)


j'aime beaucoup l'idée du wusulan en "version flemmarde"!



lolitarose 04/05/2011 22:25



Ce wusulan (et celui que tu m'as offert) est fascinant, j'aime lire tes explications sur la confection des parfums. Et le résultat est à la hauteur du récit. Tu deviens un peu sorcière, Princesse
!


J'adore ta déclinaison de produits cosmétiques à partir du wusulan, chaque support modifiant le parfum d'origine.


Nul doute que ton Prince charmant... ne soit totalement charmé...


Il faudrait que je me concocte également un petit élixir charmeur car je te suis de près pour le jour J.  



venezia 06/05/2011 12:32



Lolitarose, Celui que vous avez eu est celui qui est sur le blog. dans les savons, je devrai revoir ma copie.



Kat 23/04/2011 15:00



Passionnant ! Je découvre car je ne connaissais pas du tout  ! Et je suis toujours aussi ébahie devant tes recherches qui aboutissent toujours à quelque chose de particulier et enchanteur.
Merci encore !



venezia 25/04/2011 21:15



Kat, la quête des parfums est sans fin



mlk 22/04/2011 10:27



Je me dévoue avec plaisir pour flâner dans le 18ème à défaut de plantes ensorcelleuses, au moins du bon manger


Trèves de, je lis et relis et reste ébaubie! cela ressemble tout de même beaucoup aux méthodes de Grenouille, avant la folie



venezia 22/04/2011 14:02



Quand tu veux ma belle, car il y a d'autres matières premières que j'aimerais bien dénicher…


 


Pour la techique elle meme, ça me rappelle aussi l'alchimie