Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des plantes au parfum, des voyages, des inspirations culinaires ou botaniques

Teintures végétales: essais sur du coton

Jouer avec les couleurs des végétaux pour teinter les savons, on essaie sans cesse, souvent avec des résultats surprise. Ne pouvant savonner en Grèce, je me suis amusée à tester sur un beau coton blanc que j'ai eu la chance de pouvoir trouver sur place.

 

 

 Pour mes essais, j'ai taillé une série de bandes. Par la suite j'en ai transformé certaines en pochettes avec les moyens du bord; j'en ai gardé d'autres pour de futurs oreillers de rêves, car les teintes obtenues sont très douces et me semblent bien convenir à cet usage.

 

Il s'agit vraiment de tentatives expérimentales, je souhaite juste montrer qu'il suffit de peu pour s'amuser et ouvrir de nouvelles portes.  

 

Je sais bien que mieux vaut "mordancer" un tissu (le préparer en le faisant tremper dans un liquide qui décape, on utilise souvent l'alun) pour mieux fixer les couleurs, mais je voulais voir ce que ça pouvait donner sans.

 

Bien rincer le tissu à l'eau bouillante. Mieux vaut même le faire tremper une nuit, ce que j'ai découvert à mon retour quand j'ai eu accès plus facilement à internet…

 

Préparer son bain de teinture en faisant bouillir les plantes sélectionnées. Si elles renferment du tanin, la couleur a des chances de mieux prendre.Il faut obtenir un liquide aux couleurs très concentrées. Filtrer. J'ai systématiquement ajouté un peu de sel dans ce liquide. Tremper le tissu dedans et laisser bouilloter jusqu'à atteindre la teinte désirée. 

 

J'ai décidé de pratiquer du tie and dye par la même occasion. J'ai utilisé du fil dentaire, très solide, qui permet de ficeler solidement le tissu (j'en emporte toujours en voyage, je m'en sers pour tout ou presque: réparer un sac, comme alternative à un cadenas pour fermer une valise, pour lier les fagots de plantes etc… ).


J'ai vu réaliser du tie and dye  en Inde. Il suffit de ficeler le tissu en le plissant au préalable par exemple. Si la ligature est bien  serrée, la teinture de pénètre pas. Ensuite, on défait et on admire.

 

P1220480.jpgessai hibiscus

 

J'ai fait bouillir le tisssu ligoté de un quart d'heure à une heure, en arrétant après avoir jugé de la couleur obtenue.

 

Rincer et faire sécher la pièce de tissu.

 

 

Mes essais

 

P1220667.jpg

La pochette du dessus est teinte avec le mélange thé-sauge. Celle juste en dessous avec de l'hibiscus. 

 

thé noir (riche en tanin)+feuilles de sauge : vieux rose. C'est l'essai le plus concluant.


 

P1220622.jpgL'eucalyptus de Fourni (je ne sais pas s'il y en a d'autres, c'est le seul que j'avais repéré). Peut être un camaldulensis comme en Crète, voir ici


P1220669.jpgteinture thé +eucalyptus

 

feuilles d'eucalyptus+ thé noir: rose- vert avec des nuances marrons

 

P1220624.jpgMyrte

 

P1220672.jpgPliage géométrique

 

P1220666.jpg

Quand on serre très fortement, le tracé du fil de ligature apparait bien, d'où l'intéret d' un fil solide

 

myrte ou bruyère, puis les deux à la fois: jaune si pâle que j'ai rajouté du thé, j'ai obtenu… du rose thé


fleurs d'hibiscus: rose très pâle

 

P1220665.jpgL'hibiscus est la troisième pochette en partant de la gauche. J'ai ajouté un petit coquillage ou un morceau de corail blanc (1°pochette) ramassé à Fourni. Le lien gris est découpé… dans un vieux tee shirt que j'avais emporté pour dormir (biais d'encolure). Cousu main sur place… et repassé à Paris.

 

 

 

Liens

 

ici pour des explications simples et utiles en anglais


Ici , (le lien est déjà dans mes  blogs chouchous) pour de merveilleuses réalisations avec une série de plantes listée sur la page d'accueil

 

Ici, un autre blog encore (découvert grâce au blog précédent) et avec des créations sur soie notamment.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
venezia


Voir le profil de venezia sur le portail Overblog

Commenter cet article
N

J'aime beaucoup tes essais de teinture aux couleurs délicates ! Je teignais la laine, quand je prenais le temps de la filer, et j'adorer m'amuser avec les couleurs et les techniques !


Répondre
V


Nansou, tu m'épates: tu as meme déjà filé de la laine!!



I


Quel bel article, plein d'incitations. Et imagine si cela me parle !


Quelle insatiable curiosité et amour de toutes les matières ... Plus la délicatesse dans les détails soulignée par toutes avec ces coquillages.


 


Merci pour tout.



Répondre
V


Irène,


être sur une île et essayer de faire avec les moyens du bord, c'était vraiment un grand bonheur



L


Je suis très impressionnée par tes magnifiques pochettes, moi qui utilises mon "moulin" pratiquement tous les jours.


Tes coussins de rêves seront superbes ds ces tissus. Le mien sent encore. Je suis surprise comme ton mélange tient longtemps.


Merci pour les liens très intéressants. Le premier est en français et en anglais ^-^. Bises.



Répondre
V


Je pense que les parfums du coussin tiennent car il y a quelques épices fixatives et que l'odeur de la matricaire est particulièremùent tenace.


 


Tex œuvres de couture font quand même plus pro que les miennes!



M


L'eucalyptus pleureur est somptueux et puis c'est tout



Répondre
V






M


Oui, c'est d'une rare joliesse et délicatesse


Un revival années 70, en douceur, peace and love et romantique et aux herbes, aux bonnes herbes


Le rosé de l'hibiscus est particulièrement tendre et je t'en remercie


cela accompagne très tendrement l'oreiller des rêves qui ne s'est pas trop fané


Je trouve qu'à l'instar de tes baumes, tout cela est d'une grande "suavité"


Merci ic iPrincesse, car de chez moi par mail, je n'y suis pas encore allé



Répondre
V


Il me semble que la tienne était thé+sauge, l'hibiscus est encore plus evanescent!



C


Venezia, très intéressants ces essais de teinture.


 


J'adore la fermeture des sachets avec le coquillage.



Répondre
V


Il n'y a quasiment pas de coquillages à Fourni et j'ai galéré pour trouver ceux là, très modestes d'ailleurs.



K


Que c'est joli et précieux ! Jusqu'aux détails : de jolis coquillages en guise de boutons, du biais recyclé, et des plantes, des plantes, des plantes.... Que c'est rafraichissant tout ce naturel
!


(Je suis curieuse de savoir si, sans fixatif, la teinture tiendra bien.)



Répondre
V


J'ai lavé à l'eau les tissus après la teinture, ça a peu bougé… je ne tente pas pour l'instant le savon!



W


très intérressant ton article  je te mets un lien dont je me sers souvent lorsque je veux teindre un textile lis
le en large en travers, je pense qu'il complètera tes précédents liens http://lesfilsdutemps.free.fr/tincto.htm



Répondre
V


Merci beaucoup wistiti, c'est un lien très interessant.; j'avoue ne pas l'avoir indiqué, peut être à tort d'ailleurs, car il sort presque en premier quand on fait des recherches sur le sujet et
je voulais indiquer des sites moins connus. Mais tu as tout à fai raison d'en parler



M


Très sensible aux créations textiles qui en disent tant sur leurs origines, je suis touchée par le fait que tu aies pu les réaliser en vacances avec ce que tu avais sous la main.


 


Cela dénote un sens du voyage inné permettant de se sentir chez soi là où l'on va.


Le plus délicat dans ces pochettes sont les coquilages qui servent de boutons et le procédé de fermeture original.


Merci!



Répondre
V


J'adore inventer avec les moyens du bord



J


Bonjour Vénézia, quelle merveille ce nouvel article ! une source d'inspiration supplémentaire. 


Merci infiniment pour ce partage, je me délecte sur votre blog depuis un moment déjà et si je ne poste pas souvent, je suis néanmoins une fidèle lectrice. 


Hier en faisant ma chantilly de karité, j'ai pensé à vous ! (surtout en nettoyant les murs de ma cuisine post fabrication !!!)


Bien à vous


Julie



Répondre
V


Merci pour ce très gentil message qui me fait très plaisir car mon but est vraiment d'inciter à se lancer;


 


Pour lz chantilly de karité, il faut vraiment prévoir un saladier surdimensionné!