Un savon grand écart: blanc de bœuf et cire de tubéreuse

Publié le 7 Avril 2010

 

 

Un vrai choc culturel…

Je voulais marier deux ingrédients qui semblent à priori relever de deux univers différents:

-du blanc de  bœuf, autrement dit un gras animal, mais très fin et déjà purifié,  made in Belgium, (merci à Moune et à Michèle)

-une cire florale sophistiquée

 

 

Je ne suis pas du tout fan de l'utilisation des graisses animales, mais j'ai promis à quelqu'un de faire des essais pour des savons  à réaliser en majorité avec des produit issus du règne animal.  (Dans un but tout à fait louable mais que je ne peux expliquer ici). J'ai donc pensé à lait, cire d'abeille, gras…  


*En cherchant des informations sur les graisses animales, j'ai découvert notamment qu'il y a pas mal de différences d'un gras à l'autre. Ainsi le mouton aurait un pouvoir moussant et nettoyant supérieur (14 pour chaque caractéristique) )  à celui du bœuf (8), si l'on en croit soap calc.

Pour être sûre d'avoir de la mousse ( j'en ai, des petits bulles très fines)  j'ai triché et ajouté de l'huile de coco.

 

   Comme je prévois peut être d'incorporer de la cire d'abeille en petite quantité dans mes futurs essais, j'ai choisi -pour le plaisir du parfum-  une cire florale non comptée dans les gras. 

J'ai également ajouté du lait de jument (comptabilisé dans le liquide de dissoluton de la soude et versé dans les huiles)

C'est donc un savon grand écart,  à la fois simple par le petit nombre d'ingrédients mais affiné par ses apports olfactifs.

Pour diluer les HE, j'ai en effet utilisé des macérats odorants dans des huiles végétales car je n'ai pas encore eu le temps de fabriquer des macérats dans du gras de bœuf. Donc deuxième "tricherie" avec cet autre apport végétal, choisi également pour ne pas avoir un résultat trop dur.

Redoutant un rancissement rapide, j'ai mis à la fois de la vitamine E et de l'extrait de romarin, anti oxydants. 


 DSCN8690.jpg

Couleur soutenue de la cire de tubéreuse maintenue au chaud

 

Huiles


*350g gras de bœuf mis à fondre avec

 

*140g huile coco

 

*et 6 gelules de toco 500 (vitamine E) 

 

*10g cire de tubéreuse fondue au bain marie, incorporée petit à petit quand les huiles ont fondu, en conservant la cire sur son bain marie éteint pour éviter qu'elle ne fige. 

 

Liquide de dissolution de la soude


*75g lait de de jument frais, incorporé tiédi aux huiles (pour eviter que ça ne fige trop vite)

 

*100g eau de mer de Roscoff


Soude 


Surgraissage à 7-8 , calculé sans compter la cire

 

Parfum


 *7g d'une création de Mlk (merci ma belle), un macérat menthe girofle melisse dans olive et coco fractionné

*2g huile à la girofle maison (dans olive) 

*3,5g HE ylang

*5,5g HE girofle (clous)

*extrait de romarin

 DSCN8692.jpgle savon photographié humide

 

 

Couleur


*1 cuillérée à café de rhubarbe en poudre (merci Moune) mélangée avec la pâte à la trace très fine, puis filtrée au dessus du saladier.


*Comme je ne trouvais pas le résultat ssez soutenu, j'ai dilué  une  demi culillérée à café d'ocre rose (AZ)  dans un soupçon d‘eau avant de le délayer avec un peu de pate.


Le résultat (au bout de quelques jours): un rose rouge un peu moucheté assez joli.


Quant au parfum, il tient vraiment bien pour l'instant et on sent les deux notes ylang et girofle. Je pense que les macérats huileux parfumés ne sont pas étrangers à ce résultat olfactif.



Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Loulou 15/04/2010 15:42



Vénézia, ton savon a une belle couleur. Ton article est très intéressant et j'ai bien aux prochaines expériences ...



venezia 16/04/2010 20:40



Je prévois d'autres tentatives encore plus drastiques, Loulou



FD 12/04/2010 18:14



Bonjour,


je commente rarement ici (voire jamais ?!) mais je suis avec bcp d'intérêt depusi des lustres ... d'autant que ce même quelqu'un m'a suggéré des tests au gras de mouton que j'avais l'intention de
coupler à du lait de chèvre pour adoucir (la texture, certainement pas l'odeur !) et rester dans le "local" (à défaut de trouver du lait de yak dans les Alpes). Je suis donc de très près tes
superbes experimentations savonnesques (et les autres également)



venezia 19/04/2010 08:23



Oups, je viens de constater que ma réponse n'est jamais passée! je recommence


 


Je n'ai pas de gras de mouton sous la main, d'après mes recherches, il mousserait plus que celui de bœuf. Il faut vraiment mettre pas mal d'anti oxydants pour eviter lun rancissement trop rapide.


 


Je vais essayer prochainement uniquement avec du gras de bœuf et es ajouts pour amender.



mlk 10/04/2010 20:41



Un choeur de remerciements à Moune pour ces gras, sa rhubarbe et sa gentillesse alors qui nous permettent de
belles expériences


Tu ne vas plus lâcher la rhubarbe car selon les dilutions et les supports de dilution on obtient toutes sortes de rose, rouge, saumoné...un terrain de jeux(un autre)


Je n'ai pas encore sauté le pas pour les gras d'animaux, mais mon dernier savon contient rhubarbe, ton eau de Roscoff et le lait d'anesse de Moune... et tu n'étais pas là ce jour là,une grande
famille de choeur et coeur nous sommes


J'aime ton moucheté et sa brillance et sa couleur


Tu cabrioles drôlement en ce moment, c'est vif, c'est gai, c'est le savon



venezia 11/04/2010 09:40



Oh oui, je sens que la rhubarbe va être ma copine d'expériences! C'est la vue de tes si belles roses rouges en savon qui m'ont décidée



michele 09/04/2010 13:33



Très joli Venezia cet effet moucheté.


Je trouve que le blanc de boeuf se marie très bien au karité alors que le saindoux se trouve extraordinaire juste avec du coco.


Mes expériences avec le blanc de boeuf me font penser que c'est une graisse plus "rustique" que les autres gras animaux et qu'il mérite une formule riche et variée.


Dans ton challenge "tout animal", le miel devrait aider à apporter un peu d'émollience ainsi que le lait.


Mais j'ai bien peur que la cire d'abeille (qui a une composition différente des cires florale) ne majore le côté un peu fruste


 


Par contre l'avantage c'est que les savons sont durables et blancs. Cette blancheur devrait permettre de jouer sur les couleurs et peut-être apporter un plus avec les HE.


 


Je dilue la poudre de rhubarbe dans l'eau de la soude pour donner un rose uni. La solution de soude est alors d'un magnifique rouge brique transparent que j'aimerais bien reproduire dans un
savon.


C'ets presque la couleur de la teinture d'iode mais en plus rouge. J'adore.


Merci Venezia pour ce savon qui décoiffe encore une fois. Irène, Mlk et toi avez une audace savonnesque qui n'a aucune limite. Vous osez tout!


Bravo!



venezia 11/04/2010 09:34



Je vais donc essayer blanc de bœuf karité très vite!


je vais aussi tester la rthubarbe directo avec la soude:merci pour tes suggestions avisées.


 


La "matière" de la brique de blanc de bœuf est très belle on aurait presque envie de la slcupter



lolitarose 08/04/2010 22:13



Je suis impatiente de me lancer à mon tour dans un savon au gras de boeuf, ainsi je pourrai comparer au saindoux, qui était ma première tentative "animalière". Cette couleur moucheté est très
sympa et le parfum, hmm j'aime beaucoup l'association ylang girofle, mais avec la tubéreuse en plus, ça doit tenir encore mieux. Je vois que uses et abuses de l'eau de Roscoff ! 



venezia 11/04/2010 09:32



Lolitarose,


 


j'arrive presque au bout de mon  litron d'eau de mer!


le parfum reste très présent, notamment le girofle, ce qui me ravit.



eau de rose 08/04/2010 21:58



Je suis tentée comme toi de faire un savon au gras de boeuf. La dernière fois, je n'ai pas osé demander au boucher. Il va falloir que je saute le pas car d'autres idées de savons de gras animal
me hantent (gras de mouton, graisse d'oie, canard et au  lait d'anesse maintenant que j'ai une source).


 


Je te laisse l'odeur de la tubéreuse que j'ai eu l'occasion de sentir.J'avais acheté de la cire de tubéreuse chez Fresholi et je n'en ai pas du tout aimé l'odeur.


 


Par contre, je garde l'idée des macérats qui ont l'air de bien conserver leur odeur dans un savon.



venezia 08/04/2010 22:07



Eau de rose,


 


la tubéreuse est vraiment à apprivoiser. la cire de fresholi (celle que j'ai) au parfum puissant est parfaite en association tout seule c'est  une sauvage parfumée.  La girofle lui
cloue un peu le bec si je puis dire, tanis que l'ylang, plus rond et simple  qu'elle, la civilise.


Pour les macérats huileux, je ne saurais trop te recommander ceux à bases d'épices, (clou de girofle, gingembre, curcuma, etc) qui résistent bien à la soude.



Hélène H 07/04/2010 20:17



Il est en tout cas superbe !



venezia 08/04/2010 21:18



merci hélène



Irene 07/04/2010 17:35



Il est joli et pour le moins original.


Cela sera intéressant de voir si l'odeur est fidèle ...


 


 



venezia 08/04/2010 21:18



pour l'instant, le parfum me ravit



Mystic 07/04/2010 13:59



J'ai aussi testé un savon au blanc de boeuf de chez moi ;-)


Ma recette est encore secrète car c'est une créa réalisée dans le cadre du swap de Nansou.


Cependant, je l'ai testée et la texture est très onctueuse et " riche ".


Je la préfère au gras de canard.


Me reste à essayer le gras de mouton ! LOL


J'aime beaucoup le look de ton savon quant à son parfum, j'ose à peine imaginer...


 



venezia 08/04/2010 21:17



J'ai de côté un bocal de graisse d'oie dont l'odeur devrait être moins puissante que celle du canard (c'est en tout cas ce qui se passe pour les foies gras!)


la graisse de mouton devrait plus mousser que le bœus si l'on en croit soap calc



Nansou 07/04/2010 13:18



Désolée, il faut lire "offert par Michèle" !



venezia 08/04/2010 21:16



je m'en étais doutée!