Publié le 18 Mai 2014

Lors d'une récente virée bretonne, j'ai découvert un distillateur installé près de  Guiclan, dans le Finistère (nord).

 

Le panneau était si discret que nous avons failli le rater. D'abord, j'ai cru avoir la berlue car le lieu-dit s'appelait Kermorvan, nom qui m'a immédiatement évoqué Clément Pallier, lequel distille aussi dans un endroit appelé Kermorvan, mais dans le Finistère sud. Pescalune propose quelques uns de ses excellents produits sur son nouveau site de vente ici.  


 

depuis-aout-2012-0082.jpg                                               Ardoise et granit: aux couleurs de la Bretagne…

 

Intriguée, je suis entrée dans le jardin. J'ai été accueillie avec un grand sourire par Sonia, la compagne de Jean-Patrick Didier, le distillateur, créateur de Naturacelt. Tous deux sont biologistes, ont vécu six ans aux Etats-Unis avant de s'installer en Bretagne. Hasard des noms de lieux: deux producteurs, deux Kermorvan! 


Jean-Patrick Didier était absent, Sonia (qui, de son côté, travaille dans un laboratoire de recherche) m'a très gentiment fait la visite; j'ai pu sentir les hydrolats, au parfum très net, et très concentrés car très riches en huiles essentielles.

 

 

depuis-aout-2012-0081.jpg

                                               l'alambic en acier

 

 

Les plantes distillées sont cultivées en bio depuis 2010 par Jean-Patrick Didier et Sonia. Naturacelt propose aussi une bonne douzaine d'huiles essentielles dont la menthe bergamote chère à Mlk et un assez rare cryptomère du Japon. Je n'ai hélàs pas pu les sniffer car j'ai débarqué à l'improviste; les flacons étaient en cours de rangement. On peut aussi trouver des produits à base de chanvre.

 

C'est une très belle adresse à découvrir sur place, et, bonne nouvelle, Naturacelt a une e-boutique ici.

 

 

Un article du Télégramme de Brest évoque l'itinéraire du distillateur.

  ici

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 13 Mai 2014

 

 

 

L'idée est née d'un ratage.

 

Mlk m'a montré de très jolis savons dont la base s'agrémente d'un motif en relief, réalisé grâce à un tampon rond pour henné (enfoncé sur la pate grâce à un rouleau à pâtisserie, m'a t elle précisé). Quand j'ai testé de mon côté, ratage absolu: mes savons étaient trop durs et aucun motif n'est apparu. Ce pochoir rond inutile me narguait, j'ai cherché à l'utiliser autrement.

 

C'est d'une simplicité confondante.

 

J'avais à offrir quelques savons au ciste (dont j'ai égaré la formule) d'un beau marron que je trouvais néanmoins trop minimaliste. 

 

P1080749.jpgle savon déjà emballé sous du film étirable

 

Je me suis  contentée de disposer le pochoir rond sur le savon et de tapoter la surface avec un pinceau trémpé dans du mica doré. J'ai recommencé en déplaçant le pochoir jusqu'à ce que tout le dessus soit décoré.

Comme le résultat est fragile, j'ai aussitôt emballé le savon dans du film étirable.

 

C'est joli et c'est tout.

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #laits - beurres - crèmes corporels

Repost 0