Publié le 29 Mars 2010



J'avais utilisé cet été un baume qui avait enchanté mes pieds, à tel point que je l'avais baptisé le baume rouge pour pieds aîlés!  J'ai cherché à fignoler la formule. J'ai  aussi changé de couleur. C'est le printemps, le nouveau baume est vert, j'ai tout fait pour.

J'ai gardé les éléments qui me semblaient les plus forts dans la recette initiale: huile de calophylle, teinture d'encens réduite, solution de sang de dragon (un cadeau de Malégria), une résine recommandée notamment pour la cicatrisation (voir ici) et vétiver.

Puis j'ai gambergé… et peaufiné.

*J'ai décidé d'incorporer un macérat de thé vert-consoude (anti inflammatoire, cicatrisant) fait dans de l'huile d'olive, très concentré, d'un vert émeraude somptueux

*J'ai ajouté du beurre karité/chanvre vert recommandé pour améliorer la circulation veineuse

*J'ai utilisé l'une de mes armes favorites pour obtenir des baumes très confortables: le mélange huile de coco/GMS, (j'en fabrique d'avance), que j'ai déjà évoqué ici en donnant des recettes. Pour la formule de Michèle qui m'a inspirée, c'est ici.

La texture finale met une bonne semaine à prendre, mais c'est un pur délice.

*Pour corser le ton, j'ai aussi choisi d'ajouter un peu d'HE de ruh khus, une spécialité indienne, un vétiver (khus) sauvage distillé théoriquement à basse température et en chaudron de cuivre, d'un vert profond (Voir ici quelques explications par exemple). Je trouve le vétiver à la fois intéressant pour "enraciner" (pour les pieds, ça tombe bien!) et pour apaiser les douleurs articulaires (en tout cas, sur moi, ça marche très bien).


DSCN8686.jpgJ'ai essayé de restituer sur la photo l'onctuosité de la texture



Baume vert anti inflammatoire encens, thé vert, consoude, sang de dragon


10 g de macérat thé vert/consoude dans olive

15g huile de calophylle

15g huile de sésame

15g huile de noyau d'abricot

5g beurre karité/chanvre

vit E

6g cire de soja

6g coco/GMS

15 gtes EPP (en raison d'une mini phase aqueuse avec la teinture réduite et les gouttes de sang de dragon)

1g de double teinture d'encens réduite par chauffage en partant de 20g

40gtes solution de sang de dragon

15gtes HE vétiver (Bio Mada, parfum magnifique)

15gtes He ruh khus indien


*Réduire la teinture dans un récipient pas trop petit (soit au bain marie soit même directement)


*Faire fondre beurre et huiles au bain marie avec une bonne dose de vitamine E puis verser le tout sur la teinture réduite


*Touiller vivement


*Attendre un peu le refoidissement puis incorporer les HE, le sang de dragon et l'EPP.


*Bien remuer, y compris quand on verse dans les pots car le sang de dragon est une solution aqueuse.  D'ailleurs, comme on le voit sur la photo, elle aurait tendance à migrer au fond du pot (léger reflet rouge) malgré un touillage des plus énergiques.

 

Ce baume est d'abord destiné aux pieds, surtout l'été quand on peut avoir des petits bobos en marchant en sandales et/ou  qu'on souffre de la chaleur mais on peut en appliquer ailleurs, bien sûr.




Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 22 Mars 2010


Après des mois de démaquillage avec des huiles végétales dopées aux tensio actifs (voir ici par exemple), j'ai eu une over dose de gras. J'ai d'abord profité d'un lait délicieux offert par Lolitarose à base de simulgel dont je n'ai pas vu la recette sur son blog. De mon côté, j'en avais déjà fait aussi, voir ici, c'est très agréable, Mais je voulais du nouveau. En fait, on veut toujours du nouveau…


http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini37.gif En revenant de vacances, j'ai découvert au fond d'un placard deux mini échantillons de kymyl, et j'ai essayé le soir sur peau humide : impeccable.


Le kymyl est un produit mis au point dans les années cinquante par un biologiste français, René Jacquelain. Je l'avais utilisé il y a bien longtemps avant que la boutique Anthyllide, il y a quelques années, n'en propose à nouveau (il était quasiment devenu introuvable). C'est une lotion excessivement fluide, à la consistance d'un lait coupé d'eau je dirais, avec une petite odeur végétale et surtout une très agréable sensation de fraîcheur lors de l'application. Quand j'avais découvert le kymyl, il était alors présenté comme un produit rafraîchissant plus que réellement démaquillant, une sorte de lotion revitalisante un peu polyvalente.


http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini37.gifLa formule: un mix d'extraits végétaux, d'huiles essentielles, de glycérine et d'huiles végétales:


aqua, rosa damacena*, menthyl salicylate, sesamun indicum*, ricinus oil, calendula*, glycerin*, centella asiatica*, symphytum*, malva*, equisetum*, ormenie mixta*, juniperus virginiana*, cymbopogon nardus*, pelargonium*, eucalyptus.*, hysopus*, cymbopogon citratus*, rosmarinus*, melaleuca quinquenervia*, laurus nobilis*, lavandula ang.*, myristica fragans*, origanum comp.*, salvia lavandulifolia*, pogostemon cablin*, thymus satureioïdes*, citrus aurantium*, natural tocophero**l, benzyl alcohol**, dehydroacetic acid**.
(*) substances bio issus de l’agriculture biologique, (**) substances de stabilisation biologique agréés en certification bio (EU, US, Brésil, Japon).

 

Si on la lit telle qu'elle s'affiche sur le site qui le commercialise, il y a une question immédiate: ben il est où, l'émulsifiant?


Je tournais les ingrédients dans tous les sens. Le kymyl est présenté comme une solution ultra-colloidale (en fait une pseudo-solution, mais stable). Il s'agit également  d'une formule déclarée non modifiée depuis sa création, donc peu suspectée d'intégrer des ingrédients high tech. J'en ai parlé à Michèle; elle m'a dit: "si c'est une formule ancienne, peut être ont-ils gardé la liste déposée à l'origine même si elle est un peu vague".

 

Ça a fait tilt. Après le kymyl original, un  kymyl pour bébé a été lancé plus récemment; j'ai donc imaginé que la formule du kymyl bébé pouvait m'aider. Bingo! J'ai découvert le chaînon manquant.

http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini37.gifL'huile de ricin du kymyl est en fait du ricinion (indiqué dans la formule bébé), une huile de ricin hydrogénée utilisée souvent dans les préparations à l'ancienne comme émulsifiant; on fait par ailleurs des émulsions avec de l'huile de ricin sulfatée qui joue à peu près le même rôle mais cette dernière semble souvent moins bien tolérée sur le visage.


J'ai trouvé facilement ce fameux ricinion dans une pharmacie qui fait des préparations.


Yavaitpluka.


Je voulais m'inspirer du kymyl, mais pas forcemment le refaire à l'identique; il affiche 17 huiles essentielles: j'ai décortiquée la liste. Beaucoup me semblaient très puissantes, plutôt destinées à des peaux grasses, j'ai préféré une sélection plus douce. Mais je voulais garder ce principe d'un panachage savant et élevé d'huiles essentielles…  Pour faire mieux, je me suis amusée à en choisir dix huit, -une de plus-, d'où le nom de la lotion. J'ai fait une sélection parmi celles  recommandées en dermatologie et en regardant aussi bien sûr, la liste du kymyl original. (Ci dessous, je souligne celles qui sont  présentes dans le kymyl). Pour fixer et diluer, j'ai utilisé de la teinture de benjoin et j'ai préparé le mélange un peu à l'avance.


Dans la 18, il y a donc des huiles essentielles:


de fleurs

Geranium 5gtes

Rose otto 4gtes (dans la formule elle est présente en hydrolat, mais je le trouve dessechant)

Camo romaine 5 gtes (une autre camomille est utilisée dans le kymyl:ormenis mixta, je n'en avais pas et par ailleurs, je connais bien celle que j'ai utilisée)

Lavande 5gtes

 

de bois

Santal (pour les peaux sèches) 4gtes 

Bois de rose (anti ride) 4gtes

 

de feuilles

Ciste (cicatrisant) 2gtes 

Eucalyptus globulus 1gte 

Gaultherie (en raison de la présence de menthyl salicilate dans le kymyl, c'est la molécule principale de la gaultherie) 1gte 

Hélichryse (anti inflammatoire) 2gtes

Patchouli 3gtes

Thym thujanol (je n'avais pas de thym saturoide, présent dans le kymyl)1gte

 

d'herbes

Citronnelle 2gtes

Jamarosa  (je voulais en fait du palmarosa, un classique en dermato, mais je me suis trompée de flacon! Le jamarosa  ou Cymbopogon khasans est de la même famille), je l'ai classé dans les herbes, car c'en est une, meme si parfois, c'est la racine qui est distillée.  3gtes


de graines

Carotte (excellent rénénérant) 5gtes


d'une résine

Encens (cicatrisant) 4gtes


d'écorces de fruits

Mandarine (plutôt que le bigaradier de la formule, destiné aux peaux grasses, la mandarine est dermo caustique, -AZ indique néanmoins la mandarine jaune  pour les peaux sèches?-  je l'ai choisie pour son parfum apaisant) 3gtes

 

d'une racine

Nard (anti allegrgique) 3gtes 


+60gtes de teinture de benjoin


Comme je n'ai pas réussi à élucider la teneur exacte des extraits aqueux, j'ai décidé de m'en tenir à l'hydrolat de menthe poivrée, au PH assez élevé, que je tolère très bien, et à l'eau d'or pour son efficacité calmante. J'ai adjoint du D Panthenol très apaisant.


Comme tout se fait à froid, j'avais un bon éventail de possibilités pour les huiles, j'en ai choisi trois particulièrement intéressantes pour les peaux les plus fragiles:

*concombre ( adoucissante et nourrissante, odeur exquise, merci Kat)

*sésame (pour les peaux sèches),

*périlla (pour sa richesse en oméga 3 anti inflammatoires).


J'ai  tatonné, consulté les indications sur le ricinion dans La préparation mode d'emploi de Catherine Mautrait et Robert Raoult (ed. Porphyre, je m'endors souvent dessus le soir…)  fait un premier essai sur 100g, en comptant 7% de ricinion, et seulement 0,5% du mélange HE+teinture de benjoin. Il s'est néanmoins avéré trop concentré.

J'ai restérilisé le bécher, refait un nouvel essai en diluant davantage (et en ajoutant un peu plus de conservateur). Ça n'a pas suffi, j'ai dû rajouter au total 50g d'eau … 


DSCN8684.jpgIl en faut vraiment très peu. Un flacon de 5ml dure une bonne semaine, c'est très pratique pour voyager

 

http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini37.gifFormule non corrigée sur 100g ou sur 100%


65% eau de source

5 eau d’or

5 hydrolat de menthe poivrée

7 ricinion

5 glycérine

4 huile de sesame 

3 huile de concombre 

3 huile de perilla 

0,5 ecogard

2 D panthenol

0,5 mix d'HE

 

J'ai donc rajouté 50g d'eau de source + écogard.


Je ne vais pas tout recalculer, mais sur 150g, le ricinion descend à un peu moins de 5% et les HE à 0,33%, Ce qui suffit largement, car le parfum, très frais, reste bien présent. Je teste déjà depuis une bonne dizaine de jours, en appliquant toujours sur peau humide (ce qui est recommandé pour le kymyl en cas de peau sèche), et j'en suis vraiment contente. Ce genre de texture est un délice pour les pays chauds.


DSCN8685.jpgOn voit bien la texture légère de la 18



http://pagesperso-orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini37.gifMaking of


Dans un becher stérilisé, j'ai d'abord introduit le mix d'huiles essentielles, j'ai versé le ricinion dessus et touillé; puis j'ai ajouté les huiles et touillé longuement, ensuite versé la glycérine, puis les phases aqueuses. On passe d'une consistance un peu gélifiée à un liquide particulièrement fluide avec ce toucher lactescent caractéristique dyu kymyl. j'ai obtenu le même toucher.


Je pense à des variations, en augmentant éventuellement le pourcentage des huiles , réduit à moins de 10% après la dilution.

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #lotion visage

Repost 0

Publié le 16 Mars 2010





Graines





DSCN8489.jpgNon comestible : Au Laos, les graines de ricin sauvage (très toxiques)  sont récoltées en forèt par les minorités ethniques, puis depiautées et vendues à la Chine. 

DSCN8490Graines de ricin vues de près


DSCN8515Comestible: J'avais goûté de ces graines, délicieuses, sans d'abord savoir leur nom (ici, on voit surtout leur coque). Elles sont récoltées en forêt tropicale, au sud du Laos, une fois que les fruits ont pourri. Il faut ensuite casser les coques pour les extraire. J'en avais acheté, légèrement torréfiées; elles ont un excellent goût d'amandes. Ce sont des mak bok (mak signifie fruit, l'arbre est l'irvingia malayana).

Un lien gourmand   ici sur elles


Fruits




DSCN8188Non comestible: ces fruits aussi spectaculaires que vénéneux sont ceux du solanum mamosum. Lors d'un voyage au Sarawak, il y a quelques années, on m'en avais offert un que j'avais réussi à démarrer en France. Il a des tiges très épineuses. Un coup de gel lui fut fatal.



DSCN8200Comestible: une variété de groseilles à maquereaux géantes (je n'ai pas eu le loisir d'en goûter)  photographiées dans un village thai.




Protéines



DSCN8346Comestible?  … je n'ai pas tenté l'expérience: larves d'abeilles proposées sur le marché de Luang Prabang (à côté des rayons de miel vendus en l'état). Elles se dégusteraient notamment frites au miel et présentées sur feuilles de bananier. voir ici



DSCN8190Comestible?  Yes:  saucisses à la citronnelle grillées, un spécialité du nord de la Thailande, un vrai régal. Je n'arrive plus à trouver à Paris des saucisses à la citronnelle qui ne soient pas bourrées d'exhausteurs de goût et autres additifs, hélàs… je finirais bien un jour à en faire moi-même!



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 14 Mars 2010

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/anges/fee030.gif

Je constate depuis quelques temps que lorsque je publie des articles, ils ne sont pas toujours notifiés aux abonnés de ce blog; il faut parfois que j'envoie l'article cinq ou six fois!

J'ai bien coché la case: avertir les abonnés, mais le résultat est des plus capricieux. donc toutes mes excuses et … venez peut être voir de temps en temps directement sur le blog ce qui s'y passe…

Je suis allée visiter le forum d'entraide d'over blog :  manifestement, je ne suis pas la seule dans ce cas… j' y ai également découvert que les notifications sont parfois classées comme spams …

J'aurais parfois besoin d'un bon coup de baguette magique informatique…
http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/anges/fee030.gif

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 14 Mars 2010


 Michèle m'avait offert une crème pour les mains dont j'ai beaucoup apprécié l'efficacité: la crème au citron pour mains parisiennes (je ne suis pas la seule parisienne à en avoir eu la chance d'en profiter, il y a eu quelques mains parfumées aux agrumes dans la capitale… ) Je me suis dit que je pourrais réutiliser cette recette avec quelques menus changements pour l'offrir à quelqu'un dont les coudes sont très abimés par les frottements.

Le mieux étant l'ennemi du bien, je n'ai rien modifié à sa structure; ce qui m'a permis une fois de plus de vérifier  l'importance du choix des huiles, car je n'ai pas tout à fait obtenu la même résultat que l'original, légèrement mousseux. La crème pour les coudes est plus fluide.
 
Je suis donc partie de sa formule, ci-dessous, j'ai rayé les quelques ingrédients que j'ai modifiés

Phase A

- 5% Beurre d'amande
- 3% Cétyl esters
- 3% Acide stéarique
- 2% Alcool cétylique
- 1% Cire d'amande cire de riz
- 0.5% Antiox Cos Cosmévert
vitamine E


J'ai tout fait fondre au bain marie, mais je pense qu'il aurait dû être vraiment bouillant à cause de la cire de riz qui fond à plus de 80°, je l'ai constaté à cette occasion…

Phase B


- 33.5% Eau de source
- 5% Urée
- 0.5% Gomme xanthane

J'ai suivi le making of de la chef: faire tiédir l'eau, y diluer l'urée puis former le gel avec la gomme xanthane.

Ajouter les ingrédients suivants en mélangeant vivement:

- 20% Hydrolat de Petit Grain citronnier  hydrolat de géranium
- 8% Huile d'amandes douces bio  huile de son de riz
- 6% Emulsifiant à froid (Cold emulsifier, sucramulse ou gélisucre bios)
- 5% Huile de coco fractionné
- 5% Huile de jojoba macérée aux fleurs de lavande bio macérat de thé vert et consoude dans olive

Verser le tout dans la phase huileuse en touillant longuement à la cuillère magique, puis ajouter la phase C, continuer à remuer. J'ai fait ça devant la télé (une occasion de la regarder!)…  l'effet initial un peu glu glu a peu à peu disparu.


Phase C

- 2% Mélange d'huiles essentielles citronnées (soit 60 gouttes pour 100g de crème)
- 0.5% Conservateur Géogard 221.

+/- Acide lactique pour ajuster le pH.


J'ai ajouté un peu de chlorophylle liquide pour corser la couleur donnée déjà par le macérat de consoude thé vert très puissant. Le vert reste évanescent néanmoins.

 

DSCN8627.jpgL'échantillon conservé pour le test



Le pourquoi des changements


-la cire de riz, pour son effet filmogène


-l'hydrolat de géranium, dont j'apprécie aussi le parfum, -même s'il se fait très discret dans la crème-, parce que Suzanne Catty ( son livre sur les hydrolats est l'une de mes bibles) le conseille en traitement de fond sur plusieurs semaines et en compresses sur les coudes et les genoux secs ou même sur les callosités des pieds et des mains


-l'huile de son de riz, (merci Michèle), très fine, car elle très recommandée pour les peaux sèches


-le macérat de thé vert/consoude dans de l'huile d'olive, anti inflammatoire, anti oxydant, régénérant que je trouve très efficace comme cicatrisant


-la vitamine E: ça m'a semblé suffisant (à la place de l'anti ox) car je n'ai pas employé d'huiles fragiles comme celle d'amandes douces présente dans la formule originale

-le cocktail d'huiles essentielles: j'ai ciblé l'effet anti corne et régénérant


Le choix des huiles essentielles


graine de carotte 10gtes

camomille matricaire 8gts

géranium bourbon 16gtes

lavande 10gtes

patchouli CO2 8gtes

vétiver 4gtes


ça me paraissait intéressant d'avoir tout l'éventail végétal au plan énergétique:

 

 *fleurs ou sommités fleuries: lavande, géranium, camomille matricaire

*feuilles: patchouli; j'ai choisi leCO2 car je voulais aussi une puissance thérapeutique, notamment l'effet anti callosités; je fais la supposition que le CO2 est plus "pur" que l'He, j'ai peut être tort, je ne sais pas vraiment, dans le fond…

*graines: carotte  

*racines: vetiver


C'est un mélange très inspiré de l'une des propositions du site Rainbow Meadow, le mélange Médée voir ici.  J'ai néanmoins substitué le vétiver au santal, car je voulais justement une vraie note racine.

Et puis appeler une crème Médée, je trouve ça un peu dérangeant. Certes Médée a eu, dans la mythologie antique, une grande réputation de magicienne, mais aussi quelques morts sur la conscience…

 

Sinon:


graines de carotte: cicatrisation
camomille romaine: anti infammatoire
géranium bourbon: l'une de mes préférées pour, la peau régénérante, cicatrisante
lavande: la bonne fée
patchouli: anti corne
vetiver: anti gratouillis

Je pense ne pas avoir fait fondre complètement la cire de riz, il y a donc quelques menues granulations. Sinon, cette crème  sent discrètement le mélange carotte-patchouli que j'aime beaucoup (chacun ses faiblesses) et surtout me semble d'une grande efficacité. Je l'ai testée -avec le mini echantillon que j'ai conservé- sur mes mains qui ont souffert d'un week end récent en plein air, au froid et sans gants.Tout est réparé.


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #aux petits soins

Repost 0

Publié le 11 Mars 2010




Une des surprises de ce voyage: la découverte d'algues péchées dans le Mékong et consommées (curieusement, je n'en n'ai pas goûté, je ne crois pas les avoir vues au menu) et les champignons que j'ai dégustés sans modération, dans les soupes, en accompagnement ou en plat principal.

Algues

DSCN8284Algues d'eau douce (cladophora, si mes recherches sont exactes) en train de sécher dans un village laotien du bord du Mekong. Elles sont récoltées à la saison sèche.


DSCN8307Au marché de Luang Prabang, le début du travail sur les algues

DSCN8306 Séchées en galettes, elles seront parsemées de graines de sésame (parfois de piment) et vendues comme de grandes feuilles vertes translucides, friables comme des chips, pour être grignotées en apéro. On les appelle alors khay phen. Non, je n'en ai pas goûté et je le regrette encore aujourd'hui!


Champignons



DSCN8211Champignons sylvestres sur un marché du nord de la Thailande

DSCN8304Marché de Luang Prabang (j'y suis allée tous les jours… ) shitakés, inokis en arrière plan à gauche,  et champignons de paille devant à droite


DSCN8305Champignons noirs frais (en général, on les connait secs, sous une forme un peu rabourgrie)


En Thailande, j'ai fait ami ami avec un champignon, l'eryngii, appelé en français pleurote du Panicaut. Il a le pied aussi ferme que la tête, un goût de cêpe, en moins fin quand même… et peut se cultiver. Il a la côte en Asie car il aurait le pouvoir de renforcer les défenses immunitaires. Je l'ai gouté préparé en sauce au curry.

J'ai eu la chance d'en découvrir des specimens frais et en pleine forme lors d'une incursion récente dans le 13° arronidssement. J'ai testé :  délicieux.

DSCN8597Les pleurotes du panicaut trouvées chez Tang au rayon frais (elles sont étiquetées erynjii)

DSCN8600La méthode de cuisson: les faire légèrement sauter à sec puis achever la cuisson avec un peu d'huile d'olive (cette façon de faire évite l'overdose de gras avec les champignons). On agrémente d'une persillade.




Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 8 Mars 2010



Pour faire une pause dans le voyage botanique en Asie du Sud Est, voici une recette liée à une urgence à résoudre: des savons à offrir mais presque plus de stock. La solution: faire une refonte.
J'ai donc pesé ce que j'avais accumulé en chutes de savon, soit 180g environ. Pas de quoi pavoiser, mais avec les ajouts, jai pu confectionner 3 exemplaires présentables…

Je voulais aussi tester dans la refonte l'ajout d'un peu de baume, comme je l'ai déjà fait avec des savons réalisés à froid. J'ai utilisé un baume au jasmin très parfumé, qui appartient à la série de ceux qui n'ont jamais voulu prendre.

Et pour continuer dans la tentative expérimentale, j'ai fait une inclusion en posant une petite fleur (de cette série) au fond du moule avant de verser la pate. Sur deux essais, l'un s'est décentré!


DSCN8603



Savon de refonte au baume au jasmin


*180g environ de chutes de savon coupées fin au couteau cannelé (une acquisition récente et thailandaise)

*50g eau déminéralisée.


Mettre les deux, ensemble, au bain marie; touiller assez longtemps à la baguette et à la spatule. Au début, j'évite fouet ou cuillère magique car la pâte colle trop.


*puis  j'ai rajouté 5g de miel indien

j'ai touillé à nouveau


puis

* j'ai délayé dans 15g hydrolat de rose 1 cuillérée à café d’ocre rose (AZ); on obtient une teinte très rose chewing gum

 

j'ai ensuite mélangé au mixer plongeant


*rajouté encore 5g d'hydrolat de rose pour une meilleure fluidité de la pâte

remixé


ajouté enfin 1 petit pot (15g environ) de baume récalcitrant au jasmin et remué à nouveau



J'ai bien repéré la métamorphose de la pâte à savon: elle est prète à être coulée dans les moules quand elle a la consistance d'une crème anglaise épaisse, avec au dessus, comme une peau de lait au bord de se figer. il faut alors couler très vite en tassant bien, puis mettre au congélateur.

Résultat très satisfaisant pour un cadeau de dernière minute: mission accomplie.


Le parfum reste très discret quand même malgré un baume très concentré


Baume récalcitrant au jasmin


15g cire d'abeille en feuilles

5g cire de fleurs d’oranger

2g lecithine

10g huile de coco 

6g macérat de chevrefeuille d'Irene

12g beurre de jojoba maison

40 huile Moya (huile d'amande douce, HE camomille du Cap, lavande et ylang)

10 gtes CO2 rose musquée

20gtes jasmin biodynamie

14gtes HE néroli

8gtes HE rhus khus

4gtes HE girofle

4 gtes HE nard

4 gtes HE poivre noir


J'avais déjà donné des recettes de savons de refonte ici, à partir de conseils de Michèle prodigués ici.

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 4 Mars 2010


Je continue l'exporation botanique; j'ai été fascinée par tout le travail de transformation du bambou.



DSCN8209
Thailande: cuisson de riz gluant avec du coco à l'étouffée dans des bambous. Une fois noirci, le bambou est légèrement écorcé avant d'être vendu. Le riz est plus ou moins sucré. Un vrai délice. On en trouve aussi au Laos, où  ce dessert de rue s'appelle khao lam.


DSCN8212
Pousses de bambou sur un marché (Nord de la Thailande)


DSCN8343
Marché de Luang Prabang, Laos: les pousses de bambou sont taillées et nettoyées. Ici, une recette de soupe laotienne aux pousses de bambou (mais je n'en ai pas goûté…)



DSCN8512
Sud du Laos: de gros bambous sont débités à la main en fines lanières pour faires clotures et pailissades;

DSCN8513
Fignolage du bambou à la hachette


DSCN8496
Confection d'une toiture (ou d 'une palissade?)



DSCN8539
Ce n'est pas du bambou, mais j'ai trouvé très inspirant cet entrelac de racines sur le site archéologique de Champassak, au sud du Laos.





Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 2 Mars 2010


Publier ces photos me fait voyager une deuxième fois…



DSCN8444
Agaves en fleurs dans le jardin de la plantation (de café) Sinouk, près de Pakxong. On trouve du café bio Sinouk à Paris (biocoop Lemo, boulevard Voltaire)



Au bord du Mékong


DSCN8251
Lors de la descente du Mékong en bateau de la frontière thai jusqu'à Luang Prabang, on croise peu de villages mais une nature sauvage, souvent touffue, avec de belles plages de sable…



DSCN8272
Pendant la saison sèche, des cacahuettes sont plantées tout le long des berges du fleuve sur les rives alors découvertes. Ce sont les petites touffes vertes que l'on aperçoit derrière le troupeau de buffles.


Balais


DSCN8220
Tiges et branches (de sorgho à balai? )  sèchant au soleil ( Thailande,  village hmong)

DSCN8495
La confection des balais dans un village lao (en position de demi-lotus!)


Fibres d'écorces de bananier


DSCN8499
La JICA (agence internationale de coopération japonaise) a monté des intiatives pour aider les minorités lao à mieux tirer partie des ressources locales. Une petite équipe japonaise   en train d'initier des jeunes laotiennes à préparer des fibres pour le tissage à partir d'écorces s de bananier. Le coton utilisé pour les pagnes est souvent importé du Vetnam alors que les  bananiers ne sont pas exploités, sauf pour leurs fruits. c'est un travail de patience car il faut longuement gratter les fibres. Au sud du Japon, dans la région d'Okinawa, on fabrique des kimonos (vendus très cher) dans ce typê de fibres. Voir ici pour les explications


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0