Publié le 29 Mars 2014

J'avais déjà réalisé des plaquettes de cire parfumée à suspendre.Sur le même principe, j'ai imaginé plus petit… et plus gri-gri.  

 

 

La formule reste à peu près la même, la composition parfumée, quasiment à l'identique, donne un résultat différent en raison de la présence de cire de feuille de violettes (Dans ma nature) particulièrement odorante et fixative. Je conseille vraiment de ne pas dépasser les 3%, sinon, gare à la saturation… 

 

Grigris de maison

 

89g cire d'abeille blanche

3g cire de feuilles de violette

 

Etant en manque de cire d'abeille blanche, j'ai également fait une série  avec:

22g cire d'abeille blanche

3g  cire de feuilles de violette

5g acide stéarique

62g cire d’olive

 

8% d'HE (ça ne correspond pas tout à fait au nombre de gouttes quand on compte 30 gtes pour 1g; ici, j'ai pesé)


15gtes absolue de rose

40 gtes HE lime

60gtes HE orange

60gtes HE pamplemousse

40gtes HE mandarine

 

1 à 2 gtes de "rouge baiser" d'AZ pour la couleur.


 

P1020891.jpgIl y en avait d'autres, avec des motifs et des breloques différents. Un soir (d'où la couleur écrasée de la photo), j'avais pensé à en  photographier quelques uns. 

 

J'ai choisi des petits moules en silicone que j'ai remplis au tiers environ.

 

La réalisation est simplissime.

 

Faire fondre la phase huileuse au bain-marie, ajouter les HE dès que la température a un peu diminué (il faut parfois remettre au bain-marie éteint quand le mélange se solidifie). Pour aménager les trous, j'ai utilisé des pailles en plastique que j'ai tronçonnées et tenues au moment de verser le liquide.

Laisser bien refroidir.  Démouler.


Passer des rubans (assez longs pour que l'on puisse accrocher les gris-gris) éventuellement les orner de breloques, et emballer dans du papier de soie pour offrir.

 

C'est tout.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 13 Mars 2014

 

 

Pour réaliser ce sérum, je me suis inspirée d'une recette précédente qui avait bien fonctionné:

  le sérum contour des lèvres La reine des abeilles (ici).

 

 

 A la différence de cette formule, je n'ai mis ni extrait CO2 ni HE pour voir si teintures, huiles, hydrolats et peu d'actifs en réalité, suffisaient à en faire un produit efficace.Je réponds, -avec une certaine fierté je dois l'avouer-:  oui.

J'ai privilégié les ingrédients réparateurs, cicatrisants-régénérants et anti-inflammatoires.

 

Comme ce sérum est réalisé avec du simulgel, j'ai adopté le one pot… réalisé dans un vrai pot (de confiture) stérilisé au préalable (10mn à l'eau bouillante en démarrant à froid, -on compte 10mn à l'apparition de l'ébullition- suivi d'un rinçage, sans essuyage, à l'alcool).

 

En effet, depuis le temps que j'utilise le simulgel comme émulsifiant, j'ai constaté que la meilleure manière de procéder à l'homogénéisation était de secouer le mélange avec la plus grande énergie. Le recours au bocal marche donc bien mieux que la cuillère magique ou le mixer.  

 

P1020896.jpg                                                     Je trouve ce conditionnement très pratique pour les sérums

 

Sérum gélifié figues de barbarie/ciste  sur 100g (ou en %)

 

 

Eau 55,9

Amigel 0,5

Chauffer légèrement  pour faciliter la  dissolution, touiller

 

jus d’aloes 5

plasma de Quinton 5

hydrolat de ciste 5

hydrolat d'encens 5

germanium (Catalyons) 5

Soothex 1

 

teinture de ciste 2

elixir de rose au miel dans cognac 2

hyalomuco 1

teinture de centella asiatica (Elixalp) 0,5

géogard 0,6

 

monoi 2

huile de ricin 1

huile de figue de barbarie  portugaise 3

huile de sésame macérée avec urucum/tomates 1

huile de jojoba 2

vit E 0,5

1 goutte de carmin (rouge baiser AZ)

 simulgel 2

 

Incorporer dans l'ordre les ingrédients. Secouer fortement le pot fermé jusqu'à formation du gel. Je trouve que l'association simulgel+amigel donne un résultat plus souple qu'avec la xanthane.

 

Le parfum, très doux, est apporté par le monoi et par l'élixir de rose au cognac.

 

*Elixiir de rose au miel dans cognac


L'herboriste américaine Kiva Rose en parle sur son blog ici, et Irène, qui s'en est inspiré, en a fabriqué un aussi. Le mien sent le (très bon) cognac.

 

P1020496.jpg                                                                Les vieux rosiers de Roscoff

 

Je l'ai réalisé l'été dernier à Roscoff, avec des roses fraiches du jardin que j'ai effeuillées dans un bocal stérilisé. J'ai ajouté un miel local ( 1/4) et complété les 3/4 restants avec un vieux cognac. J'ai laissé un peu au soleil, secoué, puis  filtré au bout de quelques jours (et non des six semaines recommandées). C'est un élixir réputé pour être très apaisant et cicatrisant. 

 

* Teinture de centella asiatica (Elixalp)


 J'utilise de cette marque quelques teintures dites "alchimiques" car toutes les parties de la plante sont utilisées y compris ses restes calcinés, ce qui offre un apport en sels minéraux. Je commande surtout chez eux de la rose (parfum exquis), de la centella, de l'harpagophytum anti-douleur articulaires. Les principes actifs, très cicatrisants, de la centella sont hydrosolubles, mieux vaut l'utiliser en teinture alcoolique ou en hydro glycériné.

 

Un autre laboratoire, Lavandes et compagnie, prépare également de merveilleux produits "alchimiques" avec cette méthode du totum de la plante.

 

*Germanium (Catalyons)

 

Le germanium est un métalloide rare, que l'on trouve aussi à l'état de traces dans l'ail, le ginseng, certains champignons, etc. Quant aux catalyons, ce sont des dissolutions de métaux sous forme ionisée et à une concentration non toxique dans de l'eau dynamisée. Une sorte de super oligo-éléments.

Je les avais découverts en utilisant de l'eau d'or qui existait alors en solution pour les yeux (elle n'est plus au catalogue), un merveilleux anti allergique. J'ai poursuivi en employant de l'eau d'or dans mes produits pour le visage puis j'ai testé le germanium ( ici en l'associant à l'eau d'or) tenu pour oxygénant et très régénérant (voir ici par exemple). Les laboratoires Catalyons proposent d'ailleurs depuis quelques temps une brume pour le visage (peaux matures) magnésium-germanium.

 

Ciste et encens

 

Je ne les présente plus, tant ils font partie de mon répertoire favori. Le ciste est présent ici en synergie,  -teinture et  hydrolat-, tut comme l'encens -incorporé en extrait (soothex) et en hydrolat-.

 

Je ne détaille pas le reste, également choisi pour les effets anti-décrépitude, selon l'expression chère à Michèle :


-hyalomuco, à base d'acide hyaluronique, mais aussi de D panthenol, de chitosan, de facteur NMF. Je trouve ce produit (Utiles de zinette) particulièrement pratique, et simple à doser.


-huile de figue de barbarie dont j'ai parlé dans l'article précédent; ici, il s'agit de la vraie!


-plasma de Quinton, une eau de mer que j'utilise en général à hauteur de 5%

 

-jus d'aloes en ampoule, donc peu traficoté. 

 

P1020895.jpg                                   un soupçon de sérum dans une assiette de dinette…

 

A l'application, ce sérum est d'une grande légèreté, tout en étant  hydratant et régénérant. J'en ajoute parfois dans la journée.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #cremes - serums - etc…pour le visage

Repost 0

Publié le 6 Mars 2014

Tu soulignes le tour des lèvres avant de passer du rouge?


-Ben non, pourquoi?


-On dirait…  


Après cette remarque qui m'a intriguée de la part d'une gentille, de retour à la maison, je me suis postée (face et profil) devant un miroir: il y avait bien un petit effet "bombé du contour". Est-ce nouveau, je ne sais pas, disons que la zone m'a semblée densifiée.


C'est ce qui m'incite à poster cette recette de baume à lèvres réalisé à Noël pour offrir. J'en avais conservé un tube pour tester, et je me tartine consciencieusement matin et soir en débordant bien.

 

Ce n'est pas une première sur ce blog! loin de là. Par exemple, pour ne citer que les recettes utilisant des ingrédients repris dans ce nouveau baume repulpant: 


ici , un gloss au chocolat blanc,

ici une barre pour les lèvres avec cires d'abeille, de carnauba, de rose

ici   un baume vanille, monoi, cacao  avec du ricin et de la cire d'abeille

ici encore, un baume réalisé en 2008, baptisé rosissime et que j'avais beaucoup aimé avec du beurre de cacao, des cire de rose, d'abeille et du ricin … 

 

J'arrète, pour éviter de paraître trop obsessionnelle.

 

J'ai donc scruté avec attention ma nouvelle formule qui reprenait pas mal d'ingrédients déjà employés pour voir où pouvait se nicher la différence… 

 

D'abord la recette (sur 60g), assez ferme pour couler en tubes

 

4g cire d’olive

3g cire d’abeille en feuilles

3g céralan

2g cire de carnauba

1g cire de rose


4.8g huile macérat huileux de figue de barbarie bio

9.2g huile de sésame bio macérée à l'urucum et aux tomates séchées (avec vitamine E)

10g huile de jojoba bio

6g huile de ricin bio


4g monoi

8g chocolat bio blanc à la vanille

4g karité


1g alcool de lanoline


1 gte de rouge baiser AZ (carmin sur support huileux)

 

soit en % (arrondis)


cires: 21,7%

huiles fluides: 50% 

beurres et graisses saturées (c'est à dire solides à température ambiante en pays tempéré): 26,7 %

alcool de lanoline: 1,6%

 

 

P1020883.jpgLe rouge du carmin est tempéré par le macérat urucum-tomate très orangé

 

  Quatre nouveaux ingrédients ont pu jouer, ou plus probablement, la synergie a bien fonctionné:

 

* La cire d'olive, ('ici). Proche pour le rendu de la cire d'abeille, elle apporte un plus de douceur.


* L'huile de figue de barbarie bio :  très efficace contre le dessèchement; elle est très riche en antioxydants (vitamine E, acides gras poly insaturés : oméga 6 surtout) et en stérols (anti inflammatoires). Voir la fiche d'AZ, bien faite comme d'habitude.

Je l'achète en petits berlingots de 10ml pour éviter son oxydation car elle est un peu fragile.


Edit: suite à un commentaire de Lolapit, je suis allée voir sur le site d'AZ: eh bien, ce que je prenais pour de l'huile de figue de barbarie en berlingot, n'est en fait qu'un macérat huileux (le berlingot est quasi-illisible, à ma décharge…)  En revanche, l'huile portugaise dont je parle ensuite est bien extraite des pépins.

AZ entretient un peu le flou car le macérat huileux est exposé en compagnie des huiles dans la boutique, et je ne sais fichtre pas où ils peuvent bien ranger les mini-flacons d'huile véritable de figue de barbarie!


 

P1020189.jpgFigues de barbarie en fleurs à Fourni, en Grèce  (juin 2013)


Lors d'un voyage dans l'Alentejo au Portugal, on m'a offert un flacon d'une huile de figue de barbarie produite localement; je suis en train de la tester avec bonheur dans un sérum gélifié pour le visage.  Voir ici (en anglais) pas mal de détails sur cette production


*Le macérat à l'huile de sésame: l'urucum et la tomate  (que j'avais séchée au four) sont anti oxydants. Quant à l'huile de sésame, -encore une huile très riche en vitamine E- c'est l'une de mes armes favorites anti-sécheresse pour nourrir la peau.


*l'alcool de lanoline (j'ai beaucoup utilisé auparavant le substitut de lanoline): très émollient est lui aussi anti-dessèchement.

 

J'utilise d'ordinaire un chocolat blanc, non bio mais si délicieux que je passe outre, celui de la petite fabrique (boutique rue Saint Sabin, 75011). J'ai acheté du chocolat blanc bio notamment car il était parfumé à la vanille, mais on la sent si peu : je préfère le goût de l'autre…

 

P1020887.jpg

Le chocolat blanc se conserve à température ambiante (pas trop chaude quand même) mieux qu'au frigo

 


Le chocolat blanc est à base de beurre de cacao, de sucre, et parfois de poudre de lait. Je pense que celui de la petite fabrique, particulièrement onctueux est très riche en beurre de cacao. Je trouve le résultat final plus souple qu'avec un simple beurre de cacao. 

 

La réalisation de la recette est simplissime:

 

Mettre à fondre au bain-marie tous les ingrédients (sauf l'huile de figue de barbarie et le colorant) disposés dans un petit récipient propre et désinfecté; touiller lors de la fonte. Sortir le récipient quand tout est fondu, laisser un peu tiédir, ajouter l'huile de figue de barbarie, la goutte de colorant (très puissant) et bien remuer pour homogéneiser. Verser dans des tubes, ficelés avec un élastique pour les tenir à peu près droit, à défaut de support pour les poser. Moune, on attend ton tuto magique! Laisser refroidir avant de les boucher. 


J'aime beaucoup les tubes blancs de Bilby coiffés d'un bouchon de couleur, ce n'est pas celui photographé ici, les autres ont déjà été distribués.

 

 *Voir aussi la très jolie formule de baume à lèvres de Michèle publiée très récemment sur Potions et Chaudron.

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0