Publié le 30 Mai 2007



Le livre de la cuisine thaie
de David Thomson a été publié en 2004 aux éditions du Rouergue (première édition en langue anglaise en 2002). C'est un merveilleux travail, à la fois d'érudition, de connaissances et de précision… à tel point que j'ai pris l'habitude de le lire juste pour le plaisir, sans même chercher à faire les recettes. Un bémol: quand il est sorti, il valait 57 euros.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini40.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.  Or je viens d'apprendre que les éditions du Rouergue le ressortent cette année pour la modique somme de 25€ (688 pages. C'est le cadeau à offrir à un ou une gourmande). Je dis modique, au regard du boulot réalisé par son auteur, David Thomson, à l'origine chef australien… devenu consultant pour la préservation du patrimoine culinaire thaï.
 




Dans ce livre à la couverture rose flashy, Thomson passe d'abord en revue l'histoire de la cuisine de cour siamoise (après avoir recueilli des informations auprès d'anciennes cuisinières du palais), les particularismes régionaux, les traditions populaires des cantines de rues puis présente un extraordinaire répertoire des ingrédients utilisés: épices, herbes, huiles,… y compris, pour certains, l'art et la manière de les apprivoiser. Viennent ensuite 400 recettes.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini40.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. C'est une bible qui se lit comme un roman gourmand, d'autant que la cuisine thaie est l'une des plus savoureuse d'Asie. Elle a recours à de nombreuses plantes fraîches, mélange les épices avec grâce et audace, et se fait souvent à main levée au dernier moment, préservant au mieux le goût des ingrédients. Si on aime s'agiter devant les fourneaux, c'est une source d'inspiration inépuisable.
J'y avais trouvé des informations sur le pandanus quand j'avais découvert dans les épiceries indiennes l'eau de kewra (le nom indien du pandanus), que j'ai détournée pour fabriquer des brumes de maison.

Les recettes nécessitent souvent pas mal d'ingrédients, parfois rares. En gambergeant un peu, on peut les simplifier. J'ai choisi deux préparations simplissimes, mais qui m'enchantent.





1. Œufs cuits à la vapeur


Rien de plus simple: au lieu de les faire bouillir pendant 10mn pour les avoir durs, on les cuit à la vapeur pendant le même laps de temps. Résultat: leur goût en sort renforcé, tout en conservant un moëlleux délectable.


                                  Après dix minutes à la vapeur


2. Eau parfumée aux fleurs

David Thomson préconise de faire bouillir de l'eau puis de la laisser refroidir  (ce qui faciliterait la capture des parfums). Ensuite seulement, on y jette des pétales de fleurs avant de laisser reposer 12 heures, pas plus. J'ai bien sûr testé avec des pétales de roses rouges… Absolument délicieux, au bout de six heures à peine. J'ai coupé cette eau de rose avec de l'eau plate: un vrai bonheur. C'est encore plus délicat qu'un hydrolat et la couleur est d'un rose un peu fané évanescent. 



                                Macération de pétales à ses débuts, l'eau n'est pas encore teintée

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini40.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. A propos des eaux parfumées, Thomson explique l'engouement des dames de la cour pour les senteurs (p. 55) : "elles créèrent d'enivrantes eaux de Cologne, servant, à la base, à embaumer les vêtements, mais bientôt on les utilisa en cuisine. Les ingrédients comprenaient des herbes, fleurs et écorces odorantes, tels le pandanus, les feuilles de citron vert de Cafre, le jasmin, l'ylang ylang, l'hibiscus, le calambac, le santal et le camphre des forêts du Nord».

Le calambac est un bois précieux (c'est le bois d'agar ou le oud des pays arabes), en voie d'extinction, et dont on tire une résine parfumée.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini40.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je me promets d'essayer bientôt la soupe aux crevettes avec des tranches de citon vert, le poisson croustillant sauté avec du basilic sacré et des piments ou l'une des innombrables recettes à base de coco.


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #petits plats

Repost 0

Publié le 24 Mai 2007



 
En Grèce, il existe une friandise qui se consomme encore dans les vieux cafés traditionnels et que l'on appelle sous-marin (ipovrichio), un nom que me ravit. Elle est constituée d'une pâte sucrée à base de mastic, la résine du lentisque pistachier (Pistacia lentiscus), produite surtout sur l'île de Chios. C'est un arbre de la famille des anacardiacées, comme le pistachier vrai (Pistacia vera), omniprésent, lui, sur l'île d'Egine. On présente l'ipovrichio en le plongeant au bout d'une cuillère dans de l'eau froide, d'ou son surnom. On sert le verre avec son sous-marin sucré immergé dans de l'eau fraîche ou posé à côté et les gourmands lèchent la cuillère.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_64_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Le site de l'Ambassade de Grèce en France en parle par exemple ici.

Comme je suis tombée par hasard sur le défi de Bergamote qui demande sur son blog d'inventer des desserts à la pistache, je me suis amusée à imaginer deux sous-marins verts (et non pas jaunes comme dans la chanson des Beatles).


                          Pistaches et cardamomes légèrement torréfiées

Sous-marin vert à la grecque et infusion de mélisse à la rose


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_64_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Je me suis souvenue que je possédais un pot de glyko amygdalou chypriote, qui dormait paisiblement dans mon placard. Il s'agit de l'une des variantes du fameux sous-marin, composée de sucre, d'amandes, d'eau de rose et de mastic. J'en ai pesé 40g.



J'ai légèrement torréfié à la poële 20g de pistaches émondées pour rehausser leur goût, puis je les ai réduites en poudre au moulin à café. J'ai ensuite mixé la poudre avec la pâte à sous-marin coupée en morceaux, j'ai rajouté l'équivalent d'une cuillérée à café d'eau de rose et j'ai mixé. J'ai obtenu une pâte d'un vert magnifique que j'ai moulée dans une petite cuillère. On peut aussi la rouler en boulettes, c'est délicieux.



L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_64_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Pour jouer au sous marin, j'ai préparé une infusion de mélisse fraîche (avec deux belles branches pour un litre d'eau).
Placer les feuilles rincées dans l'eau à ébullition, laisser frémir 30 secondes, éteindre, et laisser reposer au moins dix minutes avant de filtrer. Tenir au frais. Ajouter une cuillèrée à soupe d'eau (hydrolat) de rose. Présenter la cuillère posée sur un verre bien frais d'infusion de mélisse à la rose. Les parfums se marient merveilleusement ensemble. On peut alterner les plaisirs: grignoter un bout de sous-marin puis boire une gorgée d'infusion. On peut aussi tremper délicatement le sous-marin dans le verre, ce qui rend la pâte encore plus suave… mais trouble un peu l'infusion.



Comme j'ai un peu triché en partant d'un produit déjà préparé (en raison de ma nostalgie hellène personnelle… ), j'ai préparé un deuxième sous-marin



Sous -marin vert pour framboises rouges (amaretti moelleux  pistaches-cardamome et coulis de framboises à la rose)

Ayant dû très récemment improviser un dessert avec ce que j'avais sous la main, j'avais eu l'idée de préparer un coulis très serré de framboises, de le parfumer à la rose et de le servir en immergeant dedans de gros morceaux de meringue: contraste délicieux des textures.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_64_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Je suis donc partie de cet assemblage pour mon deuxième sous-marin. J'ai cherché une texture proche de la meringue, et j'ai pensé aux amaretti que j'ai  adaptés … en version verte. Comme je ne voulais pas détruire le parfum très délicat de la pistache avec de l'extrait d'amande, je l'ai remplacé par de la cardamome que j'ai réduite en poudre avec les pistaches, après avoir torréfié les deux très légèrement.



Pour 16 petits amaretti

50g sucre glace
100g pistaches
5 cardamomes vertes
1 pincée de sel
1 blanc d'œuf.

Préchauffer le four à 180°
Tamiser le sucre glace au dessus d'un saladier.
Torréfier légèrement et ensemble à la poële les cardamomes et les pistaches. Moudre le tout au moulin à café. Tamiser au dessus d'une jatte.

Dans un autre récipient, battre au fouet le blanc d'œuf (sortir l'œuf du frigo un peu à l'avance pour qu'il ne soit pas trop froid), ajouter une pincée de sel, incorporer peu à peu le sucre tamisé.
Quand tout est incorporé et que le blanc d'œuf est devenu brillant, ajouter peu à peu à la spatule la poudre pistache-cardamome tamisée.

Poser sur une feuille de silicone (ou à défaut sur du papier sulfurisé) des petits tas de pâte. Pour les façonner plus facilement, s'humecter très régulièrement les doigts (garder un bol empli d'eau à côté). Tracer un dessin sur les boules avec les dents d'une fourchette.

Laisser 11 mn au four (vérifier selon son four). Quand on les sort, les amaretti doivent être encore très souples sous le doigt. Attendre un peu avant de les décoller. Laisser refroidir sur grille.

L'extérieur est croquant, le cœur reste très moelleux: un régal absolu. 



Coulis de framboises à la rose

Pour une coupe (proportions à multiplier selon le nombre de convives)

4 cuillères à soupe de framboises brisées surgelées (Picard)
1 cuillère à soupe de sucre blond
1 cuillère à soupe d'hydrolat de rose
3 ou 4 cuillères à soupe d'eau (au minimum)

Passer le tout au blender. Le résultat doit se présenter comme une grosse purée épaisse. Servir dans des coupes avec, au choix, les amaretti à côté, ou posés sur le coulis.



L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_64_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.On peut aussi faire la totale sous-marin vert avec le premier sous-marin pistache-mastic posé sur la cuillère et le petit amaretti trônant au milieu de la coupe.

C'est très très bon.
 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #notes sucrées

Repost 0

Publié le 21 Mai 2007



Petit récapitulatif de mes sources d'approvisionnement parisiennes pour la cosmétique maison. Il y a d'autres adresses bien sûr… celles-ci proposent des produits que j'ai testés et dont j'apprécie la qualité.


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Huiles

-Huile de coco (non bio), marque VDD Gold: parfum divin de coco.
Velan
VS.CO Cash and Carry

-Huiles de jojoba, macadamia, nigelle, onagre, rose musquée, etc… bio (Huiloreine, excellente marque)
Anthyllide

-Huile d'olive bio peu chère (mais forte odeur d'olive) et huile de tournesol bio peu chère (sans odeur)
Leader Price

-Huiles d'olive bio
Boutiques d'alimentation bio (Biocoop, Naturalia, etc.)

-Huile d'argousier (déméter, marque Tautropfen)
Anthyllide


-Macérat huileux de centella asiatica (marque Bio Mada)
Anthyllide

-Macérat huileux de lys
Herboristerie de Montparnasse
Herboristerie Pigault Aublanc

-Macérat huileux de millepertuis (marque Tautropfen)
Anthyllide


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Beurres

-Beurre de karité
brut, en boulettes, présenté en barquette
Velan

-Beurre de cacao (non bio)
G.Detout

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Plantes séchées bio

Marque Altair (bio dynamie)
Anthyllide
Aux nouveaux Robinson
Akineo

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Epices bio

Marque Cook
Boutiques bio
Marque: Les Jardins d'Hildegarde
Bio Saint Germain
Marque: Altair (voir rubrique plantes séchées bio)

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Vanille

(non bio, mais parfumée et prix intéressant)
G.Detout
(Aussi bonne que ruineuse, plusieurs provenances)
Le carré des Simples

Feve tonka

(non bio)
G.Detout

Autres plantes


(non bio, mais très bonne qualité: buchu, patchouli, fleurs d'oranger… )
Herboristerie de Montparnasse
Herboristerie Pigault Aublanc

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Hydrolats

-Quelques hydrolats corses (non bio)
Herbeus

-Quelques hydrolats bio
Florame

-Quelques hydrolats bio de Biotope des montagnes
Nouveaux Robinson

-Quelques hydrolats de Bio Mada
Anthyllide

-Eau de rose (Tautropfen)
Anthyllide

-Quelques hydrolats bio du Gattilier
La nature à paris

-Quelques hydrolats corses bio de L'Astratella
De Marseille et d'ailleurs

-Hydrolats bio  d'Herbes et Traditions
Infinis Parallèles

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Huiles essentielles bio

-Marque: Primavera life
Anthyllide
 
-Marque Bio Mada
Anthyllide

-Marque: Le Gattilier
La nature à Paris

-Marque la Drôme Provençale
La nature à Paris

Marque: Herbes et traditions
Generation bio
Infinis parallèles

-Marque: Sevessence
Sevessence

-Marque: Pranarom
Akineo

-Marque: Florame
Florame

-Marque: le carré des Simples
Le carré des Simples

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Argiles

Akineo (toutes les couleurs)
Boutiques La vie Claire (argile verte concassée)


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Autres produits

-Cire d'abeille en pain (non bio) 
La maison du miel

-
Propolis
La maison du miel
Anthyllide (en ampoules)
 
-Amidon de riz au kilo (sur commande)
 Pharmacie Trousseau

-Teintures mères (quasiment ce qu'on veut, sur commande)
Pharmacie Delpech
Pharmacie homéopathique de l'Europe

-Gomme arabique:
G Detout
VS CO Cash and Carry

-Acide citrique
VS CO Cash and Carry

-Poudre de rose (marque indienne Hesh)
VS CO Cash and Carry
Velan

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-054.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Coordonnées des boutiques citées


Un conseil: téléphoner avant de se déplacer quand on cherche un ingrédient précis. Les ruptures de stock, ça existe. Attention aussi aux heures d'ouverture. Certaines boutiques sont fermées le lundi, d'autres bouclent leur porte à l'heure du déjeuner.

Akineo, 9 place du Colonel Fabien 75019 tel. 01 4203 30 00

Anthyllide, 28 rue du Pont-Louis Philippe 75004 tel. 01 40 29 91 26
Bio génération, 34 rue d'Aligre 75012  tel. 01 43 42 53 23
Bio St Germain, 30 bvd St Germain  75 006 tel. 01 44 07 34 84
De Marseille et d'ailleurs, 1 passage du Grand Cerf 75002 tel. 01 45084687
Florame, 8 rue Dupuytren 75006  tel. 01 44 07 34 53
G Detout, 58 rue Tiquetonne 75002 tel. 0142365467
Herbeus, 58 rue du Temple 75004 tel. 01 40 27 90 12  
autre adresse: 27 rue Vignon 75008 tel. 0142661882
Herboristerie de Montparnasse, 38 rue du Montparnasse 75006 tel. 01 45483481
Herboristerie Pigault Aublanc, 30 rue Pasquier, 75008 tel. 01 42 65 36 21
Infinis Parallèles, 28 rue des trois Bornes 75011, tel. 01 47 00 86 90
La maison du miel, 24 rue Vignon 75009 tel. 01247422670 www.lamaisondumiel.com
La nature à Paris, 45 bvd St germain 5° tel. 01 43 54 19 16
Le Carré des Simples, 22 rue Tronchet, 75008 tel. 0144 56 05 34 www.lecarredessimples.com
Les nouveaux Robinson 61 rue Barbes, Montreuil sous bois 93100 tel. 01248702614
Pharmacie Delpech, 5 rue Danton, 75006 tel. 01 43 25 93 93.
Pharmacie Homéopathique de l'Europe, 31 rue d'Amsterdam, 75008 tel. 01 48747491
Pharmacie Trousseau, 22 rue Trousseau, 75011 tel. 01 47 00 26 51
Sevessence, 28 rue de la Fontaine au roi (sur rendez-vous) 75011 tel. 01 47 00 3229 www.sevessence.com
Velan, 83-87 passage Brady, 75010 tel. 01 42460606 www.e-velan.com
VS.CO Cash and Carry, 197 rue du faubourg St Denis 75010 tel. 0140347165


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 20 Mai 2007


Je regarde peu la télévision, et encore moins TF1, mais le dimanche 13 mai, je suis restée littéralement fascinée par un reportage tourné en Afghanistan, (diffusé dans l'émission Sept à huit*) intitulé Le parfumeur de Jalalabad. C'est  l'histoire de Gulestan,(le jardin des roses) une entreprise créée par Mathieu Beley, un Français de 31 ans installé depuis 2004 à l'est du pays, où il s'est lancé dans la production d'huiles essentielles de qualité, sans brader le prix de la main d'œuvre, en privilégiant le bio et les espèces végétales endémiques.
 



                                      Photo provenant d'un site planant: des rêves plein le monde
L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Le parcours du créateur de Gulestan est atypique. HEC en poche, il fait du marketing dans la Silicon Valley, en Californie. Après le 11 septembre 2001, il  quitte l'Amérique pour le Népal où il travaille pour une ONG. Devenu consultant pour l'ONU qui prospecte avec l'idée d'implanter la rose comme culture de subtitution dans les zones de production de pavot à opium, Mathieu Beley a le coup de foudre pour les parfums des mille et une nuits. Fin 2004, il crée Gulestan à Jalalabad avec des amis américains et afghans.

Le Moyen orient et l'Asie centrale sont le berceau originel de nombreuses espèces végétales. L'orange pourrait être née dans cette zone géographique, où des vallées très protégées permettent l'épanouissement des agrumes. En Afghanistan, elle y est appelée de son nom persan naranj (le mot a voyagé: en espagnol, orange se dit naranja… ) et c'est une orange amère (ou bigarade). De la variété qui donne, après distillation de ses fleurs, le merveilleux néroli. Dans le reportage diffusé dimanche dernier, on voyait les paysans (des hommes seulement… ) cueillir à la main des milliers de boutons, avant de les porter dans d'énormes baluchons jusqu'à la distillerie.
 



L'Asie est aussi la patrie de la rose. En Afghanistan, il s'agit d'une variété de damascena, appelée gulab (également le nom de la rose en hindi) avec des arbustes poussant à la sauvage jusqu'à six mêtres de haut. Mathieu Beley distille donc aussi de la rose… ainsi qu'un choix de plantes médicinales locales comme la camomille matricaire, l'armoise, l'achillée, la sauge d'Afghanistan …
Il a ouvert un site que je vous conseille de visiter. Il prévoit d'y diffuser certains de ses produits. S'inscrire si on veut obtenir des informations ultérieures.

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Raconté comme ça, on nage en plein conte de fée. Mais Mathieu Beley ne peut travailler et résider à Jalalabad que parce qu'il est sous la protection d'un chef de clan. Il parle persan et se déplace sans trop de protection dans un pays où les Talibans dégainent plus vite que leur ombre. Son entreprise est aussi précieuse que fragile. Plus elle sera connue, moins elle sera vulnérable.

L'Afghanistan est la terre de la culture du pavot, qui donne des revenus aux paysans pauvres. Je ne défends pas l'opium mais quand on voit, comme le montre le reportage, la police éradiquer à coup de canne les fleurs de pavot pour donner l'exemple (alors que le trafic continue de prospérer), on devine bien que cette destruction n'est que dérisoire. L'essor de la rose et de l'oranger amer qui donnent tous deux des huiles essentielles aussi recherchées que coûteuses semble une alternative prometteuse.

* En faisant des recherches, j'ai découvert qu'il y avait déjà eu un reportage de 52 minutes sur Gulestan diffusé en mars dernier par RF3 Lorraine.

www.gulestan.com

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Golestan, le jardin des roses, est le titre d'un recueil de contes du poète persan Saadi, qui a vécu au XIII° siècle.

"Emporte une rose du jardin
Elle durera quelques jours,
Emporte un pétale de mon jardin de Roses
Il durera l'Eternité."


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 15 Mai 2007


Quand j'ai envie de me lancer dans de nouveaux essais gourmands, je prévois une visite sur le blog savoureux de Bergamote la surdouée. J'y ai ainsi repéré des pancakes dodus à souhait incorporant du babeurre. Certains commentaires suggérant qu'on pouvait remplacer le babeurre par du lait fermenté, je me suis lancée en version salée, pour des blinis.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Ikaos/boules407.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.J'ai donc tenté une première variante (aussitôt avalée avec délices) en changeant à peine la recette de Bergamote. Mes modifications: j'ai préparé la levure de boulanger un quart d'heure à l'avance et je n'ai mis que du lait fermenté. 

Comme je trouvais le résultat très très légèrement acide (à cause du lait fermenté employé seul probablement) j'ai recommencé en variant les farines. J'ai compté environ moitié blé-moitié petit épeautre qui arrondit le goût et j'ai salé un peu plus. Un vrai délice.

Blinis au petit épeautre et au lait fermenté

Diluer un sachet de levure de boulanger (8g) avec deux cuillérées à soupe d'eau tiède et une cuillérée à café de sucre. Au bout d'un quart d'heure, le mélange a commencé à fermenter, c'est bon.
 
Dans un saladier, mélanger, dans l'ordre:
80g farine blanche T60
90g farine petit épeautre
80g de maizena
1 cuillérée à soupe de sucre roux
1 cuillérée à moka de sel
la levure fermentée
1 œuf
30cl de lait fermenté.

Incorporer les ingrédients les uns après les autres, d'abord à la spatule, puis au fouet sans travailler le mélange.

Laisser reposer à température ambiante en couvrant le salaider d'un torchon propre pour éviter les courants d'air. Plus il fait chaud, plus la fermentation démarre vite. En ce moment, compter au moins une heure et demi. Des bulles doivent apparaître à la surface de la pâte.




                                   Avec la levure et le lait fermenté, la pâte (sur la photo, après cuisson) est bien aérée

Cuisson des blinis

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Ikaos/boules407.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Faire bien chauffer une poële à blinis (la mienne est anti adhésive).
Je ne mets du beurre clarifié que pour le premier blini (pour préparer la poële).
Verser l'équivalent d'une petite louche de päte dans la poële. Quand des trous commencent à se former à la surface, retourner le blini avec une petite spatule (j'utilise un couteau à lame un peu large). Laisser dorer la deuxième face puis déposer dans un plat.


                                   Blinis prets à etre réchauffés… et dévorés… (Ils se sont donc un peu "dégonflés" en refroidissant).

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Ikaos/boules407.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Je conserve les blinis empilés hors du frigo, en les emballant tous ensemble dans du papier aluminium et je les réchauffe le matin au grille pain. C'est absolument exquis avec du miel.

J'emploie le mot blinis plutôt que pancakes en raison de leur goût trés légèrement salé.

Lait fermenté, lait ribot, babeurre

*Le lait fermenté est du lait ensemencé de ferments lactiques. (Le yaourt appartient donc à la famille des laits fermentés)
*Le lait ribot est un lait fermenté maigre.
*Le babeurre (petit lait de beurre) est le résidu liquide obtenu en barattant la crème pour obtenir du beurre. Si on a ajouté des ferments-pour donner du goût au beurre-, on obtiendra un babeurre acidifié, qui pourra donner du lait fermenté. S'il est fabriqué sans ferments (comme l'a fait Bergamote), on obtient du babeurre doux.
Sur le babeurre: Académie de Nancy-Metz
Texte de la FAO sur les laits fermentés



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #petits plats

Repost 0

Publié le 12 Mai 2007


Ayant eu, ces derniers mois, quelque allergies spectaculaires aux yeux, j'ai bien sûr consulté et, parallèlement, me suis lancée dans divers essais pour apaiser l'irritation.


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini71.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je collectionne les hydrolats et veille à leur qualité quand j'en achète, mais, en la circonstance, j'ai été déçue par leur manque d'efficacité. Certains ont même parfois empiré la situation… Je me demandais pourquoi quand je suis tombée un peu par hasard sur un livre publié aux éditions Delville (dont certains ouvrages me laissent parfois sceptique) Protéger ses yeux avec les médecines naturelles d'une ophtalmo-homéopathe, Frédérique Bisch. Elle passe en revue les thérapies alternatives et commente (par ordre alphabétique) les différentes affections oculaires. Je ne conseillerai certainement pas de faire de l'auto médication dans un domaine où un diagnostic sûr est fondamental. Mais ce livre peut aider à comprendre ce qu'on a et il donne des conseils plutôt utiles. En m'y plongeant, j'ai fait cette découverte que je n'ai pas lue ailleurs.
 Dans le chapitre consacré à la phytothérapie, Frédérique Bisch déconseille formellement le bleuet, l'euphraise et le plantain si on a les yeux secs… ce qui est souvent le cas quand on oublie de cligner des paupières devant son écran d'ordinateur. Pourquoi? A cause de leur astringence. Pourtant, généralement, ce sont des plantes libéralement recommandées en cas de problèmes oculaires…

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini71.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai rayé ces trois là de mes préparations, et j'en ai cherché d'autres…
Le livre fait des propositions…  j'ai tilté… sur la rose de Provins (pourtant astringente elle aussi… )
J'avais déja essayé en vain l'hydrolat de rose en compresses sur les yeux… J'ai donc fait une très légère infusion dans de l'eau de source de pétales de roses rouges bio (mais pas de Provins), au parfum exquis. … Et ça marche formidablement…

Je me suis alors rappelé ce conseil donné par une ophtalmo: elle me suggérait  de faire tous les soirs des compresses d'eau bouillante (disons la plus chaude possible) sur les paupières pour apaiser le jeu. Je n'ai pas tenté de chauffer des hydrolats, car ils perdent beaucoup de leurs propriétés thérapeutiques avec chaleur mais je me suis dit que mes compresses n'étaient peut être efficaces qu'à cause de leur température.
 
L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini71.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai poursuivi dans la voie des infusions avec divers essais pour savoir ce qui comptait le plus: le chaud ou les pétales de rose…
Je dirai: les deux. L'eau très chaude seule fonctionne moins bien, et l'infusion de roses trop tiédie n'est pas très efficace. J'ai aussi essayé la camomille romaine, qui ne m'a pas réussi.




Je fais donc cette préparation pour Poucette:
Quelques pétales de rose dans un godet de verre que je remplis d'eau de source bouillante. Je laisse infuser très peu, et je tamponne les yeux avec un kleenex (ou du coton) imbibé du liquide le plus chaud que je peux supporter…


… Petits moyens… mais résultat très efficace.

A moins d'utiliser à chaque fois un gant de toilette archi propre, mieux vaut s'en tenir aux mouchoirs en papier jetables ou au coton pour des raisons  d'hygiène.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #aux petits soins

Repost 0

Publié le 4 Mai 2007


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-003.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Nous n'avons qu'une seule terre.
Autant voter dimanche en connaissance de cause…


«Agir pour la Planète ne suffit pas.
Il faut aujourd’hui des actions précises.
Cette réalité a amené les principales ONG françaises à franchir un cap: celui de leur implication dans le paysage politique. Si elles restent indépendantes des partis politiques, elles jugeront dorénavant chacun d’entre eux en fonction d’actes précis.
L’alliance pour la planète a défini 24 mesures essentielles, 24 mesures dont l’application par le prochain gouvernement permettra de commencer à renverser le cours de la réalité».
 

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-003.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Parmi ces 24 propositions déjà très médiatisées, je le sais, et dont le texte complet figure sur le site http://www.lalliance-2007.org/, j'en ai sorti quelques unes qui me tiennent particulièrement à cœur.


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.7. Arrêter les financements publics aux énergies non renouvelables au profit des énergies propres et des économies d’énergie.
{…)
«Les projets énergétiques des pays du Sud financés par les pays riches et les institutions internationales sont en grande partie des projets d’exportation (82 % d’exportation dans le cas du pétrole), aggravant la dépendance des consommateurs du Nord sans résoudre les problèmes d’accès à l’énergie au Sud.»


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.10. Stopper l’artificialisation et la dégradation des milieux naturels et ruraux.
(…)
« Selon l’institut français de l’environnement (IFEN), 60 000 hectares sont directement artificialisés chaque année. Les conséquences des politiques conduites au cours des cinq décennies passées sont multiples et préoccupantes:
- fragilisation, appauvrissement et perte de biodiversité
- imperméabilisation des sols et aggravation des inondations
- contribution aux changements climatiques du fait de l’augmentation et de l’allongement des déplacements.
Deux exemples parmi d’autres :
- 12% des logements neufs construits en France entre 1990 à 2003 le sont dans les communes littorales qui représentent seulement 4 % du territoire (Sitadel).
- Les surfaces artificielles (routes, bâtiments, parkings, etc.) augmentent trois fois plus vite que la population (en France, 8 % d’augmentation de la population de 1982 à 1999, 42 % d’augmentation des surfaces artificielles.»


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.15. Interdire dans l’agriculture et dans l’industrie toute substance chimique reconnue dangereuse pour la santé et l’environnement.
(…)
« Pas moins de 100 000 molécules chimiques ont été synthétisées et introduites dans les circuits de production. 5 000 seulement ont été vraiment étudiées et la mise sur marché est libre dans tous les pays du monde.»


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.16. Lancer un programme national ambitieux de recherche épidémiologique sur l’exposition aux risques environnementaux.
(…)
«En confirmant, par exemple, le coût sanitaire de l’incinération, avec trois fois plus de cancers par rapport à la moyenne pour les populations exposées, la recherche permettrait d’argumenter la décision de fermer les incinérateurs à partir de preuves reconnues».

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.18. Mettre en place un moratoire sur la culture des organismes génétiquement modifiés (OGM) en milieu ouvert.
(…)
 «La dissémination des OGM dans l’environnement occasionne une pollution génétique irréversible, incontrôlable et non maîtrisable. La contamination génétique met en péril la biodiversité et la pérennité des systèmes agraires.»

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.19. Coopérer avec les pays du Sud pour faire face aux changements climatiques et appuyer une utilisation sobre et efficace de l’énergie ainsi que le recours aux énergies renouvelables.
(.…)
«Une étude publiée par les Nations Unies en octobre 2005 prévoit que 50 millions de personnes pourraient devenir des réfugiés climatiques d’ici à 2010 ; selon le Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC), ils pourraient être 150 millions d’ici à 2050.»

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/00005837.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.20. Réserver une part de l’aide publique au développement (APD) pour appuyer directement les populations dans leur mise en oeuvre des programmes de conservation et de gestion écologiquement responsables des ressources naturelles.
(…)
«Celle-ci, trop souvent, a tendance à desservir les intérêts des populations des pays du Sud, notamment dans des projets d’exportation des ressources naturelles vers les pays riches. Par exemple, en Afrique, avec l’exploitation minière très polluante (mines d’or, de cobalt, de nickel, de cuivre), surtout pour l’exportation ; avec l’extraction et l’exportation du pétrole et du gaz (oléoduc Tchad Cameroun, gazoduc WAGP entre Nigéria et Ghana); avec l’exploitation des forêts pour l’exportation du bois, en Afrique comme en Amazonie ou en Asie du Sud-Est, avec des impacts irréversibles sur les forêts primaires au mépris des usages locaux de la forêt.»
(…)
«Selon la FAO, 75% des stocks mondiaux d’espèces de poisons pêchés commercialement sont déjà soit exploités à leur seuil maximal, soit sur-exploités soit déjà éteints. Bien que les flottes industrielles ne représentent que 1 % des flottes de navires de pêche à l’échelle de la planète en termes de nombre d’unités, elles pêchent néanmoins plus de la moitié des 90 millions de tonnes de poissons capturés annuellement dans le monde. »

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-003.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Notes et propositions des candidats

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-048.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Ségolène Royal, PS: 16/20

«Concernant la fin de l'artificialisation et de la dégradation des milieux naturels et ruraux (10), les objectifs sont repris et certains moyens sont proposés. La candidate s'attachera à renégocier la PAC vers la réinstauration de la biodiversité, tout en réformant le code des marchés publics en insérant une clause préférentielle de performance environnementale.

Favorable à un moratoire sur les OGM et à l'interdiction de l'usage des CMR, les moyens qu'elle propose pour interdire toute substance chimique reconnue dangereuse pour la santé et l'environnement, dans une application rigoureuse du règlement REACH, vont dans le sens des mesures proposées par l'Alliance (15 et 18).

Le lancement d'un programme national de recherche épidémiologique est retenu mais les moyens à engager ne sont pas précisés (16).

Dans l'ensemble, les objectifs de coopération et de co-développement plus favorables aux pays du Sud (19) et de meilleure distribution de l'Aide Publique au Développement (20) sont repris et des moyens mis en œuvre».


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-039.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.
Nicolas Sarkozy, UMP: 8,5/20

«Il s’oppose à tout moratoire sur l’arrêt du financement public des énergies non renouvelables (7)

S’il existe dans sa position une volonté affichée de développer la collecte sélective et de limiter l’artificialisation des milieux naturels et ruraux, celle-ci ne s’accompagne d’aucun moyen (8 et 10) et les engagements sur la question des réseaux écologiques sont sans rapport avec la demande de l’Alliance (11).

Rien n’est avancé sur la question des pesticides (15),  alors qu’un début de réponse est donné en termes de recherche sur la santé environnementale (mais pas épidémiologique, 16).

Concernant les cultures biologiques, un effort très minime a été annoncé (17), et surtout aucun moratoire n’est demandé sur la culture d’OGM (18).

Concernant les relations avec les pays du sud, quelques propositions sont faites, mais demeurent insuffisantes sur la question des transferts de technologies (19),  même si les mesures en terme d'annulation de la dette sont un peu plus poussées(20).»

 




L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-003.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L’Alliance pour la planète
28 rue de la Folie-Régnault - 75011 Paris
01 44 64 40 48
www.lalliance.fr

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 3 Mai 2007

Depuis peu, j'ai en ma possession le tout récent Manuel pratique d'aromathérapie au quotidien de Patrice de Bonneval et Franck Dubus, avec des illustrations de Gentiane Magnan (éditions Le Sureau).


    
L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_37_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Patrice de Bonneval a fondé L'école lyonnaise des plantes médicinales en 1983. Il est pharmacien et depuis une trentaine d'année poursuit sa route sur le chemin de l'herboristerie (l'herboristerie Croix Rousse à Lyon, c'est lui, elle vient de changer de nom, semble-t-il). Franck Dubus, également pharmacien, enseigne à l'école lyonnaise.
J'étais donc impatiente de découvrir ce livre.

Il compte 367 pages et renferme:

-le mode d'emploi des HE, très concis mais très réussi
-un formulaire de recettes pour les pathologies et bobos les plus courants, dont une petite section consacrée aux bébés et aux enfants. 
-un choix de 52 (environ) huiles essentielles (HE) . Je dis "environ" car pour certaines variétés, il étudie ou se contente de passer vite sur certains chémotypes
-huit huiles végétales
-un chapitre sur les molécules végétales, fort intéressant même s'il est bref
-un chapitre consacré à la beauté au naturel avec des recettes
-une section brève mais intéressante pour l'olfactothérapie et les parfums
-une classification des plantes
-l'évocation de quelques produits finis singuliers (Baume de Sainte Rita, baume des Moines et autres curiosités)

 Les rubriques (pas forcement longues… ) pour chaque huile essentielle:
-origine, historique, usage
-description
-obtention
-caractéristiques
-composition
-propriétés
-indications
-mode d'emploi (pas toujours présent, mais avec des conseils particulièrement judicieux pour les diverses précautions à prendre)
-observations
-attention (précautions)
-parfum et olfacthothérapie
-pour l'essentiel (bref résumé)
C'est clair et carré.

Le choix des huiles est classique (absence de la rose, du vetyver, du patchouli, des citronnelles, de l'épinette noire, par exemple), mais pas mal de chémotypes étudiés pour la lavande, le romarin ou les menthes.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_37_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Le formulaire est intéressant en ce sens qu'il ne reprend pas les mêmes formules- souvent citées- de Dominique Baudoux, ce qui ouvre de nouvelles possibilités, qu'il cite parfois les hydrosols, que les formules sont simples (cinq HE maxi, souvent deux ou trois) et parfois brutes de brut, ce qui n'est pas un défaut à mes yeux… mais les auteurs n'y vont pas toujours avec légèreté. Pour les diffusions atmosphériques, par exemple, c'est 30 mn d'affilée, ce qui me semble beaucoup quand même, surtout quand on ne vit pas dans un chateau de cent pièces…   Les recettes comportent de temps en temps des HE qui ne sont pas recensées dans les 52, ou des préparations non détaillées par ailleurs (macérat de camomille par exemple)…  ce qui me ferait dire qu'il faut avoir déjà un peu pratiqué pour en tirer le meilleur usage.

C'est un bon bouquin, d'autant plus si on le "croise" avec ceux qu'on possède déjà.

La surprise, c'est que dans la partie cosmétique, comportant quelques recettes assez simples pour les cheveux, le corps, le visage, etc. le livre ne donne que deux bases:
-le cérat de Galien, avec un bug puisque le borax est oublié dans les ingrédients de la formule alors qu'il apparaît dans la préparation (ce n'est pas ma formule préférée car ce n'est pas la plus stable et je n'utilise pas de borax)
-et une trituration de karité pour élaborer des baumes, celle qui m'a intéressée.
Le livre avance, ce qui m'a étonnée, que le karité "est émulsifiant et donne à froid, des cremes et des laits faciles à réaliser". C'est le terme émulsifiant qui m'intrigue car je l'ai vu très rarement associé au karité.

Trituration au karité, la formule de base de Bonneval et Dubus

2 cuillérées à soupe de karité
1 cuillérée à soupe d'huile végétale au miminum
1 cuillérée à soupe d'hydrolat au minimum
éventuellement: conservateur, huiles essentielles, etc
 
L'art consistant à intégrer petit à petit l'huile, puis l'hydrolat, au karité réduit en pommade. En rajoutant plus d'eau et d'huile, on devrait, parait-il, obtenir un lait… Je n'ai pas essayé.

 Le texte  évoque l'utilisation d'un mortier. J'en ai donc acheté un en porcelaine blanche (avec un fond "râpeux") et  me suis lancée. Il n'a pas fallu me pousser: je rêvais depuis longtemps de travailler au mortier, tant, dans mon imaginaire, il est associé aux fabrications un peu sorcières.

L'incorporation de l'huile au karité n'a pas posé problème. Celle de l'hydrolat m'a parue plus hasardeuse car il a eu tendance à gicler hors du bol. J'ai commencé à travailler au pilon, mais le bruit de son frottement contre le fond du mortier m'a tant frisé les nerfs que j'ai fini à la spatule en silicone, ce qui donne, au final, une belle texture crémeuse (consistance crème au beurre). Pour tester, j'ai préparé un baume anti mycose pour les ongles, avec les HE suggérées dans le formulaire (je ne désirais pas les utiliser pures, je crains la cannelle, très dermocaustique).




Baume pour les ongles anti mycose

30g karité
1 cuillérée à soupe d'huile de baobab (je l'ai choisie pour son pouvoir hydratant et sa légèreté)
1 cuillérée à soupe d'hydrolat sauge sclarée (anti-inflammatoire. L'He est anti- mycosique. On peut choisir d'autres hydrolats)

En gouttes, trois HE aux propriétés antifongiques:

20 g HE lavande vraie
2Og HE origan compact
10g HE cannelle feuilles

Edit: ces doses d'He sont très importantes car il s'agit de traiter une mycose et que le baume est appliqué sur les ongles. En version pour le corps à pappliquer sur la peau, je compte au maximum 1 goutte d'HE (plutôt douce, jamais de cannelle donc) par ml de produit.

Edit 2: suite à une remarque judicieuse de Bluetansy disant qu'on ne peut appeler baume un mélange qui possède une phase aqueuse, je devrais donc nommer cette mixture "trituration" comme le fait Bonneval, mais je trouve le mot très vilain. Mea culpa donc.
Néanmoins j'ai utilisé cette technique à froid pour des mélanges karité+huile (donc, un vrai baume) qui restent très souples.

Je fabrique en très petites quantités, transvase tout dans des mini-pots et conserve le reste au frais. Si on prévoit en grand (et avec pas mal d'hydrolat ou d'eau), rajouter de l'extrait de pépins de pamplemousse (à raison de 10 gouttes pour 100g de produit) pour prolonger la conservation et utiliser une spatule propre pour prélever du produit.


Je n'ai pas mis de conservateur en raison des doses d'HE. Origan et cannelle étant tous deux dermocaustiques, intégrer les HE très doucement pour éviter les projections. En manipulant ces HE, avoir toujours à proximité une huile végétale pour "rincer" la peau si besoin est.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif7/gif_37_06.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Cette préparation à froid est respectueuse du karité. Enfantine à réaliser, elle peut donner un résultat très onctueux. Le baume est moins lisse qu'avec les formulations à base d'huile de coco, mais il reste très souple.



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0