Publié le 31 Mai 2009



Fin mai, c'est encore la saison de la récolte des roses centifolia autour de Grasse.

On en tire de l'absolue plutôt que de l'huile essentielle, dont le rendement est trop faible (il faut 5tonnes de centifolia pour obtenir un kilo d'huile essentielle, alors que pour un kilo de concrète, -dont on tirera un demi litre d'absolue-, 400kg de fleurs suffisent); j'ai appris que pour fabriquer de l'hydrolat de roses centifolia, les producteurs préféraient distiller les variétés doubles; pour l'absolue, le choix se porte sur les simples (qui ne comptent qu'une cinquantaine de pétales, malgré leur nom… ).

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gifL'absolue est surtout utilisée dans la composition des parfums.




Plantées en longues rangées, les centifolia sont d'un rose très rose, qui pâlit quand les dernières fleurs s'épanouissent sur les pieds.

Le pistil très jaune se dévoile lorsque s'ouvre le cœur d'abord resserré en forme de bouton.


C'est une variété mellifère, que l'on va récolter pendant 20 à 25 ans; les arbustes taillés pour avoir une croissance de 7 à 8cm par an ne sont pas des remontants (ils n'ont qu'une seule floraison par an).

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gifLes cueilleuses (il y a surtout des femmes) ramassent 6kg à l'heure en moyenne (on compte 400 roses environ par kilo… ); elles saisissent les fleurs d'un mouvement tournant pour détacher la tête; j'ai été surprise de découvrir qu'on n'effeuillait pas les pétales avant la transformation…
-"et puis quoi encore", m'a dit l'un des propriétaires de ces champs fleuris.


(J'ai photographié… une photo du Musée international de la parfumerie montrant l'enfleurage)

Grasse a longtemps pratiqué l'enfleurage (étalage des pétales sur de la graisse animale, avec renouvellement des couches de fleurs pour obtenir une imprégnation soutenue) pour produire des gras parfumés qui servaient à adoucir les peausseries fabriquées dans la région depuis le XVII° siècle. Quand l'extraction des matières premières odorantes s'est modernisée, il y a eu un essor de l'exploitation des plantes à parfum, alors très diversifiées (mimosa qui existe toujours, basilic, réséda, jasmin, rose centifolia), dans la région. Le choix s'est peu à peu restreint sous la forte pression immobilière des années soixante dix et la concurrence de pays tropicaux à la main d 'œuvre bon marché.

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gifDepuis quand les roses centifolia sont elles cultivées à Grasse? Je n'ai pas obtenu de réponse précise; probablement fin XIX°-début XX°siècle; les centifolia (une espèce hybride) auraient fait leur apparition en Hollande au XVII° siècle. On trouve aussi 1650 comme date d'arrivée des roses dans la région grassoise, sans précision de la variété.


Une fois cueillies et mises en sacs de jute, elles sont immédiatement  transformées pour éviter les fermentations.


On  verse les têtes fleuries par couches de 50kg sur de grands disques, emboités dans de grosses cuves d'acier (d'une capacité de 5 disques) que l'on recouvre de 2000l de solvant (l'hexane, toxique, inflammable, très volatil mais très efficace pour extraire pigments, molécules odorantes, etc ). L'hexane recyclé va repasser trois fois sur les fleurs avant d'être éliminé (l'élimination finale se faisant sous basse pression pour éviter de trop chauffer, l'hexane bout alors à 30°)

Les gros "gâteaux de roses" passées à l'hexane


4000kg de roses dans cette boite…


Le liquide obtenu fige en refroidissant. C'est la concrète, composée de cire et d'absolue. Pour éviter l'oxydation, la boite de concrète est gardée au frais; elle peut être stockée plusieurs années. On l'utilisera à la demande quand on voudra procèder à l'extraction de l'absolue (la partie soluble dans l'alcool).

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gifOdeurs
Dans les champs par vent de face, le parfum des centifolia est fin et léger, pimpant je dirais, presque savonnette à la rose.

Lorsqu'on ouvre les cuves, une odeur de caramel de rose s'échappe et colle au nez.

Quant à la concrète, elle a des notes herbacées (proches de celles que l'on obtient avec les macérations huileuses). Je n'ai pas eu l'opportunité de sniffer de l'absolue de centifolia.

Au musée de la parfumerie de Grasse autour des roses



 

























http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rose/boutonan5.gifLiens

Sur l'évolution des matières premières à parfum à Grasse ici

Sur l'arrivée des centifolia à Grasse en 1895 (?)  ici




Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 29 Mai 2009


Au musée international de la parfumerie de Grasse (il a ré-ouvert en octobre dernier et ses installations sont en train d'être finalisées), on découvre des mini-serres avec des plantes aromatiques européennes mais aussi tropicales; j'y ai donc rencontré deux de mes grands copains…

Monsieur patchouli dont les feuilles ressemblent un peu à celles du shizo


et  Monsieur vétiver en touffe (j'ai d'abord cru à un plant de citronnelle… )


Le musée recèle d'autres merveilles, dont une magnifique collection de flacons. En voici deux d'inspiration animalière:


A la Reine des abeilles
Violet (fin XIX- début XX° s.) en cristal


La maison Violet, 12 boulevard des Capucines fournissait l'impératrice Eugénie.

Sur les parfums de cette époque (dont Violet) voir ici: clic



Bel oiseau Bleu
les sœurs Callot
design: Lucien Gaillard
1923 verre.

  Premier parfum lancé par les sœurs Callot, quatre couturières chics et parisiennes des années folles.



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 19 Mai 2009



jusqu'au 25 mai

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/poissons/divers/pieuvre09.gif

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 17 Mai 2009


Quand la peau boude vraiment, un seul recours: le médecin. Quand le (bon) médecin vous envoie faire des prélèvements en labo pour analyse et que le chef dudit labo dit avec gourmandise en découvrant les plaques :
-oh, mais c'est intéressant,…
 Ravie de lui faire plaisir, mais soupirs… et trois semaines d'attente pour des résultats… au final négatifs, -avec la recommandation de ne rien faire entre temps-.

Mais ça grattait terriblement…

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/jaune/dflow.gifJ'ai donc malgré tout tenté quelques essais prudents, d'abord infructueux ou même empirant la situation. Deux formules ont passé le cap, j'indique celle qui a quasiment réglé l'histoire. C'est une crème très fondante et doucement parfumée avec différentes camomilles.

Dans ces situations où la peau ne veut plus rien, je recommande vraiment la plus grande prudence, avec un nombre raisionnable d'ingrédients déjà testés. Ce qui marche sur une personne ne conviendra pas à une autre. En règle générale, éviter l'application d'huiles végétales pures.
 
Personnellement, j'ai sélectionné des ingrédients que j'utilise sans dommage depuis longtemps, j'ai éliminé les émulsifiants et cherché la synergie des camomilles, car leurs propriétés anti inflammatoires et cicatrisantes me conviennent très bien.

Pour la réaliser, je suis partie d'une crème déjà donnée sur ce blog ici, que j'ai souvent refaite et j'ai essayé de la peaufiner. Il ne s'agit donc pas d'une nouveauté-nouveauté, mais je trouve cette recette si efficacement douce et d'une texture si agréable que je la donne.

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/jaune/dflow.gifIl faut un coup de main pour la réussir. Je n'ai pas suivi la procédure que j'avais précemment indiquée par prudence (car j'incorpore de l'eau, absente de la formule de base). J'ai choisi la façon de faire traditionnelle d'une émusion. Dans un premier temps, ma phase aqueuse était trop courte, et je n'avais qu'une mayonnaise ratée. J'ai pensé à augmenter la quantité d'eau, et le mélange a magnifiquement pris. Il faut vraiment attendre un peu que la température des deux phases baisse pour faire l'émulsion. J'ai alterné bamix et fouet "magique" à main.
Je fais mes crèmes à l'aloes avec du gel à boire. Si on utilise du gel d'aloes cosmétique, la prise est bien plus facile. Le fucogel participe à la réussite de l'émulsion. Sinon, je pense qu'une pointe de gomme xanthane dispersée dans la phase aqueuse devrait faciliter les choses si on utilise un aloes très liquide. 


Crème corporelle fondante ylang-camomilles


Phase aqueuse

130g gel d'aloes à boire
50g eau de source (Rosée de la reine): 30g + 20g ajoutés lors de la formation de l'émulsion
10g glycérine
1,5g d'allantoine diluée au préalable dans un peu d’eau


Phase huileuse

52g huile de coco vierge
4g substitut végétal de lanoline
10g acide stéarique
4g cire d’abeille fine
20gtes aox
34g huile de sésame
12g huile d'argan
7g huile de calophylle
9g macérat maison matricaire-rose
9g huile Moya ( huile d'une marque cosmétique sud africaine renfermant de l'huile d'amande douce, de l' HE camomille du cap, de l'HE de  lavande, de l'HE d' ylang)

Ajouts en troisième phase

4g fucogel
60gtes extrait CO2 camomille matricaire
20gtes HE camomille du Cap déjà diluée (à 10% dans jojoba, marque Molo)
20gtes HE camomille romaine déjà diluée (à 50% dans jojoba)
8gtes HE  girofle
20gtes HE ylang
20gtes HE lavande d'altitude
10 elixir calling all angels`
40 gtes natragard




http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/jaune/dflow.gifProcédé

*Plonger dans un bain marie bouillant le récipient (en pyrex ou en acier) contenant la phase huileuse. Pendant ce temps, préparer la phase aqueuse. Quand la phase huileuse s'est liquéfiée, la sortir et la remplacer dans le bain marie par le récipient contenant la phase aqueuse (avec 30g d'eau seulement). Quand le mélange commence à être chaud- tater les parois -, sortir du bain marie. Attendre un peu.
*Incorporer en fouettant d'abord au fouet magique la phase huileuse dans la phase aqueuse (on peut faire l'inverse) puis faire prendre au bamix (mixer plongeant qui tourne très vite). *Rajouter à ce moment le reste de l'eau tiédie. Si le mélange a du mal à prendre, le poser dans un bain marie froid; touiller régulièrement à la pause avec le fouet magique.
Laisser refroidir un peu (les parois du récipient doivent être tièdes) avant d'incorporer le reste des ingrédients les uns après les autres, en terminant par l'extrait CO2 de camomille, le plus coloré, ce qui permet de vérifier l'homogénéité du mélange: quand la couleur de la crème est devenue parfaitement unie, c'est fini.

Attention, la crème continue légèrement à prendre pendant 24h. Si on la met en flacon pompe, ce dernier doit vraiment bien fonctionner.

.
http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/jaune/dflow.gifQuelques remarques

*Huiles "cosmétiques"
c'est à dire des mélanges d'huiles et d'He déjà réalisés. On m'en donne parfois, je les utilise rarement directement en raison du dessèchement qu'elles provoquent assez vite. En revanche, je les incorpore souvent comme ingrédient dans des formules. Les huiles de Weleda sont très pratiques pour ce détournement.

* Huiles essentielles déjà diluées
Sur plusieurs sites, on trouve des HE diluées (penser à vérifier le degré de dilution avant la commande) qui permettent de tester des HE chères (HE de rose diluée chez Akamuti, un délice olfactif) ou des HE que leurs vendeurs refusent d'envoyer sauf avec des tarifs postaux exorbitants au prétexte qu'elles sont très inflammables (chez neoils par exemple).


* Macérats mélangés
Deux de mes macérats préférés pour la facilité de leur réalisation et leur bonne tenue sont à base de camomille matricaire (que je rapporte de Grèce) et de laurier (d'un jardin du sud ouest). J'ajoute la plupart du temps des pétales ou des boutons -décortiqués- de rose pour la touche parfumée et l'impact énergétique.

* Composition parfumée

Les HE  de camomille romaine et de camomille du Cap ont un parfum particulièrement doux; l'ylang va dans le même sens, en version capiteuse. La girofle apporte donc un peu de pointu et la lavande un soupçon de tonicité. Par ailleurs, ce sont des He que j'emploie vraiment souvent, et je sais que je les tolère.


http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/jaune/dflow.gifhttp://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/jaune/dflow.gif



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #laits - beurres - crèmes corporels

Repost 0

Publié le 7 Mai 2009


Du beurre de cacao, des poudres, du karité… et pas mal de tâtonnements.

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/temps/soleil/soleil_09.gifPour annoncer l'été, Chabou a lancé un défi sur le blog collectif Potions et Chaudron: la mise au point d'une barre de massage parfumée avec seulement deux beurres, des poudres, des He et une huile…

Voici le résultat de trois essais en couleur…


Le parfum sera une deuxième étape.

Si c'est joli, je ne suis pas entièrement satisfaite du résultat car le toucher reste un peu râpeux… il faut néanmoins avoir de la patience car il évolue au fil des jours.

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/temps/soleil/soleil_09.gifChabou, on va y arriver…


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 1 Mai 2009



http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rouge/rose03.gifJe suggère souvent de préparer des teintures alcooliques car elles permettent  d'obtenir des liquides très odorants. Oui, mais qu'en faire après? Voici un exemple d'eau de parfum réalisée avec des teintures maison. Le résultat olfactif, du style "rose sortie du bois", donne du baume au cœur en douceur et tient assez bien, dans la mesure où les teintures sont concentrées. Les ingrédients ont également été choisis en fonction de leur force énergétique.
 

La rose sortie du bois: teinture énergétique parfumée

40ml teinture de ginseng
10ml teinture de rose
2ml teinture de fleurs de pêcher
10gtes teinture du ficus de Bouddha
2gtes HE rose bulgare



Les ingrédients


Racines de ginseng coréen

Teinture de ginseng


J'ai réalisé une première teinture qui a macéré une quinzaine de jours avec:

-20g de racine de ginseng concassée en morceaux … au marteau (le ginseng a été placé dans un torchon propre; c'est la technique la plus efficace que j'ai pu tester).
-63g alcool 96° bio
-32g eau de rose égyptienne

Après filtration, j'ai prélevé un peu du liquide que j'ai versé dans un bocal où j'ai remis les morceaux de ginseng. J'ai ajouté 200g d'alcool de fruits à 40°. J'ai filtré au bout de deux mois. On obtient une teinture délicieusement odorante.

Teinture de rose à 60°

-36 g eau de rose centifolia (Sylviane Reina)
-96g alcool 96° bio,
-boutons de rose de Damas bio "décortiqués" (j'ôte la base blanche et j'épluche les boutons, c'est du boulot mais il y a moins d'amertume)

Je laisse macérer jusqu'à décoloration des pétales et je filtre.

Teinture de fleurs et de bourgeons de pêcher

Voir l'article précédent ici

Le ficus de Sarnath

Teinture du ficus de Bouddha

C'est ma fiole magique embouteillée à Sarnath, en Inde. Voir ici


Rose de jardin (non bulgare… )

Huile essentielle de rose bulgare

Même très peu dosée, je trouve que l'huile essentielle de rose a un véritable pouvoir harmonisant.

Mélanger tous les ingrédients dans un flacon. Et c'est tout…
http://mamidoo.free.fr/html/gifs/nature/fleurs/rouge/rose03.gif



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 1 Mai 2009



Me baladant un soir sur le net, j'ai découvert le plus exquis des blogs, celui de Kiva Rose, "medecine woman" dans la tradition américaine, installée au Nouveau Mexique, et qui parle des plantes médicinales avec une fascinante précision poétique.
L'adresse:
http://bearmedicineherbals.com/  


Su son site, elle évoque les pouvoirs (anti allergiques entre autres) de la teinture de fleurs et de bourgeons de pêcher avec tant d'éloquence qu'après avoir lu ses textes, je n'avais plus qu'une envie: en fabriquer à mon tour.

Photo du site visoflora, créateur d'une photothèque composée de clichés postés par des amateurs passionnés 


N'ayant pas de pêcher bio sous la main à Paris, je désespérais… avant d'avoir l'idée d'en parler à l'une de mes mains vertes favorites qui habite dans le sud ouest. Elle en a localisé le jour même. Je lui ai demandé de mettre dans de la vodka fleurs et jeunes bourgeons. Le temps que le bocal arrive chez moi par la poste, très vite, j'ai eu la délicieuse surprise, en ouvrant le pot, de humer un exquis parfum de noyau de pêche. J'ai résisté pour ne pas filtrer sur le champ tant l'odeur était agréable, et j'ai attendu jusqu'à ce que les jeunes feuilles aient rendu leurs couleurs à l'alcool, soit une petite dizaine de jours. Ce parfum est un vrai bonheur. Deux gouttes dans un verre d'eau suffisent à la rendre odorante. Il est impératif d'en consommer à doses très mini car l'odeur de noyau tient aussi à la richesse en acide cyanhydrique (appelée aussi acide prussique), poison violent.







Selon Kiva Rose, la teinture de fleurs de pêcher serait non seulement un efficace anti allergique (ce que j'essaie de tester en ce moment) mais aussi, -ce que je compte bien vérifier cet été en vacances-, un excellent calmant contre les piqûres diverses.
Traditionnellement en Europe, l'infusion de fleurs de pêcher était utilisée pour ses propriétés légèrement laxatives (voir ci-dessous le lien en français avec des recettes publiées dans un livre édité en 1770)


Liens

en anglais:

Sur les propriétés du pêcher  ici
Les articles de Kiva Rose sur le pêcher ici,
ici
ici

en français

Sur les utilisations médicinales du pêcher, extrait du:
Dictionnaire raisonné universel de plantes, arbres et arbustes de la France: contenant la description raisonnée de tous les végétaux du royaume, considérés relativement à l'agriculture, au jardinage, aux arts & métiers, à l'economie domestique & champêtre, & à la médecine des hommes & des animaux de Pierre-Joseph Buc'hoz ( J.P. Costard, 1770)   ici

Teinture de pêcher (orthographe fantaisiste mais charmant making of) ici

Sur les propriétés laxatives, vermifuges, calmantes, et anti spasmodiques des fleurs et des feuilles de pêcher.
On en trouve référence dans les ouvrages publiés à l'origine dans les années soixante-dix, qui puisaient dans les textes plus anciens (ceux d'Henri Leclerc notamment)
Par exemple, Maurice Messegué en parle dans son Herbier de santé, Jean Palaiseul dans Nos grands mères savaient, le petit Larousse des plantes qui guérissent également. Dans les ouvrages de référence sortis récemment (par exemple chez Jacques Fleurentin), le pêcher n'est pas cité. Par ailleurs, les auteurs européens ne font pas allusion aux propriétés anti-allergiques évoquées par les Américains.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #aux petits soins

Repost 0