Publié le 30 Août 2012

P1000913.jpg

 

 

 

Copenhague vit en vert: près de 40% des gens vont bosser en vélo, il y a 400km de vrais couloirs. C'est la ville au monde qui se nourrit le plus en bio (la moitié des cantines et restau d'entreprise sont bio, on en est loin ici… ) et  parcs et jardins sont omniprésents.

 

 

Ce qui m'a tapé dans l'œil après un week-end sur place:

 

*Des coiffeurs bio à profusion. Je n'ai pas eu le temps de tester…

 

 

 

*La folie des jeunes pousses


la taille au dessus des graines germées; on en trouve sur tous les plats des restaurants un peu branchés.


 

P1000904.jpg 

Au nouveau marché couvert de Torvehallerne (à Israel Plads) ouvert en septembre dernier, un stand proposait avec succès de nombreuses variétés  de plants et de pousses.


 J'ai donc pu identifier celles que j'avais croquées ailleurs: des jeunes pousses de pois au goût très végétal, et d'un esthétisme spectaculaire avec leurs vrilles; ça m'a tant intriguée que j'ai cherché à quelle variété elles pouvaient correspondre; peut-être à des pois nains mangetout. 


 

P1000915.jpg

 

J'ai par ailleurs "brouté" -c'est vraiment le mot- un incroyable bouquet d'herbes aromatiques (chez Relæ, une brasserie sensationnelle pour son innovation qui n'oublie pas la gourmandise). J'explique. En apéritif, il s'agit d'avaler une bonne dizaine de pousses aromatiques liées en bouquet et de tout croquer. On hésite avant de s'attaquer aux feuilles. Surprise, elles sont légèrement salées et assaisonnées, et cachent entre leurs brins un délicieux hachis de pistaches. Je pense que je vais copier sans vergogne. 

 

* Une très jolie boutique de savons maisons d'origine suédoise:

 

La scandinavian soap factory avec présentation en cup cakes ou en pains décorés.

 

  P1000906.jpg

 

P1000910.jpg

P1000909.jpg

 

lien ici

 

* D øp, un stand de hot dogs bio (pain, cornichons, saucisse, tout est bio et plutôt savoureux)

 

 

P1000912.jpg

 



 

* Des supermarchés bio à foison, (mais je n'ai pas eu le temps de vraiment explorer les rayons… ). Chez Irma, très ancienne chaine de magasins où presque tout est bio, j'ai quand même déniché des bonbons réglisse sans sucre. 


Copenhague est en effet le paradis de la réglisse sous toutes ses formes (salée, pimentée, en poudre… déclinée notamment par Lakrids). 

 

Et je n'oublie pas que Copenhague est la patrie d'Andersen, l'auteur de La princesse au petit pois (vert bien sûr… )

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Repost 0

Publié le 26 Août 2012

J'en pousserai presque des youppie… ayant plusieurs fois follement valdingué avec des chaussures à semelle de cuir, surtout quand elles sont neuves. 

 

 

On lit parfois qu'il suffit de rayer des semelles neuves avec un couteau ou de les passer au papier émeri. Pour l'avoir pratiqué et avoir néanmoins réalisé des vols planés, j'en avais renoncé à acheter des chaussures tout cuir. Il m'est déjà arrivé de faire ressemeler des Repetto toutes neuves (elles sont redoutables) pour éviter le grand écart.

Comme les patins posés sur des souliers fins abîment leur ligne à moins d'aller chez un bon cordonnier et de payer le prix qu'il faut, je rongeais mon frein.

 

Or cet été, j'ai craqué en soldes pour de délicates sandales tout cuir. Je les contemplais l'œil méchant sans oser les porter: elles glissaient.

Je me suis lancée dans une recherche internet pour trouver une parade. Au détour d'une suggestion, j'ai lu le conseil de quelqu'un évoquant sa voisine qui passait le cuir de ses semelles à la gomme arabique. Pas d'autre idée en vue. Je me suis lancée. 

 

J'ai préparé un mélange gomme-eau. Je l'ai appliqué sur les semelles plusieurs fois d"affilée.J'ai contemplé le résultat d'un regard méfiant, car le cuir brillait légèrement.

Puis sandales aux pieds, j'ai esquissé des pas de danse sur le carrelage: surprise et ravissement, l'adhérence était  au rendez-vous.

 

J'ai donc testé en extérieur, suis partie en voyage avec les souliers gommés, j'ai même arpenté sans broncher des pavés mouillés, le summum du glissant. 

 

http://mamidoo.free.fr/html/gifs/toons/cendrillon/cendrillon_10.gifhttp://mamidoo.free.fr/html/gifs/toons/cendrillon/cendrillon_10.gif

 

 

La recette


Chauffer pour diluer 2g de gomme arabique (gomme acacia ou de Sénégal, on en trouve chez AZ) dans 10ml d'eau, touiller. On obtient un liquide transparent très fluide. L'appliquer finement au pinceau à deux ou trois reprises en essuyant éventuellement légèrement après chaque application et en laissant sécher, semelles vers le haut bien sûr. C'est très rapide, quelques minutes suffisent après chaque passage. 

 

J'ai volontairement laissé le récipient à l'air jusqu'au lendemain. L'évaporation de la préparation a été quasi totale (il faisait chaud). Il en est resté un fond de résidu gommeux que j'ai également appliqué pour plus de précautions, mais ce ne doit pas être nécessaire.

 

Pour que le liquide puisse mieux adhérer sur un cuir tout neuf très lisse, passer au préalable la semelle au papier émeri fin. Une lime à gros grains peut aussi faire l'affaire.

 

 

Lien sur la gomme arabique


(document de la FAO) avec son origine, les variétés et ses multiples usages comme adhesif, liant, émulsifiant, agent d'enrobage, ingrédient médicinal, etc : c'est ici

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 19 Août 2012

 

 

 

 

J'avais décidé de varier les plaisirs.


 

C'est un savon où j'ai voulu combiner plusieurs techniques.

Je cherchais un rendu  géométrique dans des tons plutôt "naturels". 

 

1. J'ai d'abord tapissé les parois et le fond d'un moule en plexi de lamelles de savon d'un tiers à un demi centimètre de large environ, en essayant de bien les caler. J'ai choisi une seule couleur pour le fond, dans les bleu-vert, et une autre pour les parois plutot marron-beige.

 

2. J'ai versé à la trace très fine une pâte claire en allant jusqu'en haut des lamelles (elles arrivaient aux trois-quarts du moule environ). A mi-versement, j'ai dispersé des mini carrés taillés dans des bouts de savons plutôt sombres

 

3. J'ai tamisé une fine couche de poudre de cacao pour faire une démarcation

 

4.J'ai versé le reste de pâte dans un récipient contenant de l'oxyde vert dilué  dans très peu d'hydrolat et j'ai vaillamment touillé

 

5. J'ai disposé ce vert délicatement à la cuillère sur le cacao pour éviter le mélange des couleurs

 

6. Puis avec la cuillère, j'ai fait des "rebiquettes" sur le dessus, et je les ai acentuées avec une baguette en acier pour avoir des ondulations serrées. Le motif n'est pas trop mal, mais le vert a hélàs beaucoup blanchi en surface

 

7. J'ai démoulé 24h plus tard, après avoir laissé deux ou trois heures au froid.

 

8. Et j'ai coupé… avec mon manque de talent habituel pour la coupe. Depuis, le savon a un peu foncé et s'est unifié au séchage.

 

 

P1000878.jpgLe savon posé tête en bas avant la coupe, on voit bien les lamelles.

 

 

P1000881.jpgCoupé de très frais…

 

Les huiles

 

28% Coco 168 (+7g en plus par erreur, comme c'était la dernière huile versée, je n'ai rien osé enlever)

5% beurre de tucuma 30

15% Cacao 90

8,5% Macadamia 51

22% arachide raffinée 132

21,5% tournesol oléique 129

 

INS 159


Lessive de soude à 30 pour un surgraissage à  8-9

Saponifié à 35-36°C

Une 1/2 cuillérée à soupe de crème fraîche dans les huiles

3  gelules de vitamine E (toco 500)

15gtes CO2 romarin

 

Parfum

11g huile de girofle indienne

5g  bergamote

9 lavandin super

dans 2g huile de ricin

Pour l'instant, le lavandin est plus présent que les autres.

 

Le beurre de tucuma, riche en acide laurique comme l'huile de coco, renferme de l'acide myristique (ainsi que palmitique et stéarique) qui donne aussi dureté et bulles.

 

 

P1000884.jpgAprès quelques jours de séchage. Il y a de minuscules points plus clairs dans la pâte. je me demande si je n'aurais pas dû ajouter la crème à la trace, comme je le fais le plus souvent. Tous n'ont pas un mini carré noir

 

Je réalise que je n'ai pas de photos du dessus. Je le ferai de jour.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 16 Août 2012

J'avais déjà évoqué la caroube ici, en donnant une recette de savon plaque de chocolat. Je poursuis mes essais, en savonnerie comme dans l'assiette.

 

* En savonnerie

 

Après divers tests, j'ai constaté que la poudre de caroube présente un avantage non négligeable: elle donne un magnifique marron, soutenu et très stable qui fonce au séchage. L'expérience la plus récente: un savon exfoliant à la poudre de café.

 

J'ai repris la formule du savon plaque de chocolat, en mélangeant poudre de caroube et poudre de cacao dans les huiles, et en ajoutant du café moulu  à la trace.

 

J'ai parfumé avec de l'huile de girofle trouvée dans une boutique indienne au rayon patisserie, et à prix d'ami, en vérifiant bien sur l'étiquette (et sur internet) qu'il s'agissait d'HE et non d'arôme.

 

J'ai souhaité faire cet essai après avoir testé avec bonheur un savon "spécial cuisine" fabriqué il y a … bien longtemps par Catherine. Il n'a pas bougé d'un grain.

 

Savon Mains propres au café

 

 240g coco

30g beurre de cacao

30g arachide raffinée


Dans les huiles: poudre de cacao et poudre de caroube crue, une demi-cuillérée à café de chaque

2gelules de vitamine E, (toco 500)

8gtes extrait CO2 romarin

 

  Lessive de soude pour un surgraissage à 20

Saponifié à 27-28° (j'avais la flemme d'attendre la remontée du thermomètre… )

 6g huile de girofle

 

1 grosse cuillérée à café de poudre de café à la trace.

 

 

P1000882.jpg

C'est un savon vite et bien fait que j'ai démoulé moins de 24 heures après sa fabrication, car la pâte a vite durci. Je l'ai tamponnée puis j'ai passé chaque motif au mica '"diamond cluster" de TKB. 

 

* A table

 

Pour le cocktail anti-oyxdant du matin, je suis tombée en panne de cacao cru pendant l'été (la boutique où je l'achète est en vacances). Je l'ai remplacé par la poudre de caroube, au goût vraiment proche, avec une note plus sombre et plus sucrée, surtout en compagnie de la cannelle et du yuzu.

 

J'utilise le mélange non seulement au petit déjeuner, mais aussi sur des tranches de fruits frais, pèches ou poires. Un vrai délice de dessert sans sucre ajouté,  très doux.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 10 Août 2012

 

Cette formule incarne pour moi le plaisir des échanges avec certaines de mes plus chères tambouilleuses …


Michèle a publié récemment sur Potions un baume au gélisucre qu'elle m'a incité à tester en  démaquillant. Epatant d'efficacité. Mais plus de gelisucre en stock dans mes tiroirs;  impossible de refaire sa formule dans l'immédiat à moins d'aller chez AZ, or j'avais la flemme. De son côté,  Mlk m'avait offert du natpur. Je l'ai ressorti du placard avec les yeux qui brillent quand j'ai lu sa composition. Ce n'est pas celle du gélisucre, mais ils ont de sérieux points communs.


INCI gelisucre: Glycerin, Prunus Amygdalus Dulcis oil, Sucrose laurate, Citrus Aurantium Dulcis fruit water

 

INCI natpur: Glycerin (and) Sucrose laurate (and) Sucrose dilaurate (and) Sucrose trilaurate (and) Sorbitol

 Plus de variétés d'esters de sucre et pas d'eau de zeste d'orange douce ni d'huile amandes douces, ingrédients dont on peut ajouter des équivalents par la suite… 


 

J'ai donc tenté l'expérience pour voir si j'arrivais à faire un démaquilant aussi efficace. 


La formule:

 

Sur 50g 

 

*Natpur 10g (environ 20%, les % d'origine sont faussés car j'ai dû rajouter un soupçon d'eau) Biowell d'où provient l'ingrédient précise que l'on peut monter jusqu'à 80%.

 

*Eau d’uriage: 4 g. J'avais calculé 3g à l'origine, mais c'était trop peu

 *37g macérat maison lys/rose dans olive bio avec vitamine E


*6gtes HE lavande fine

*12gtes extrait CO2 camomille matricaire

 

J'ai choisi la lavande car le baume de Michèle, à la lavande, sent merveilleusement bon. Comme il pique un peu les yeux (il contient 1% d'HE), j'ai préféré compléter avec de l'extrait de camomille, l'un de mes ingrédients préférés tant il est apaisant et bien toléré. 

 

P1000877.jpgLe baume n'est pas transparent comme celui au gelisucre.

 

Le natpur doit se diluer d'abord en phase aqueuse avant d'être intégré à une phase huileuse.

J'ai choisi un % d'eau à minima pour garder l'idée d'un gel huileux et me rapprocher du gélisucre. Lequel, avec une phase aqueuse intégrée si je puis dire, peut directement être incorporé à un corps gras. 

 

Quand j'ai dilué la phase huileuse à peu dans la phase aqueuse, à ma grande surprise, ça a déphasé, même en mixant au fouet à cappucino (le bamix était trop gros pour la quantité réalisée). J'ai estimé qu'il y avait peut-être trop de gras. 

 

J'ai donc décidé de stériliser un nouveau récipient pour préparer une petite phase aqueuse supplémentaire, ce qui prend au moins un quart d'heure.

 

Juste avant de rajouter ce supplément (j'avais prévu 20g d'eau), à tout hasard, j'ai quand même remixé le mélange déphasé, et là, belle surprise, j'ai obtenu le gel tant convoité. J'en suis donc restée là. 

 

J'ai surveillé férocement le baume du coin de l'œil, il n'a pas bronché.


Je viens de me souvenir que dans mes tous premiers essais avec les sucro-esters (qui remontent à 2007! Voir ici), Copaiba m'avait à l'époque, devant mes échecs, conseillé de laisser gonfler le sucro-ester dans une phase aqueuse avant emploi. C'est donc peut être l'attente qui a changé le fiasco en réussite.

 


J'ai testé ce baume sur peau humide. Il est un peu plus gras que celui au gelisucre; (j'ai utilisé de l'olive et Michèle du coco fractionné) mais une fois transformé en liquide lacté au contact de l'eau, il laisse le visage parfaitement net après rinçage.

 

Je trouve ce produit très pratique: il en faut peu; il se conditionne facilement en mini-boite pour les voyages. Et, avec cette phase huileuse majoritaire, il me semble résistant.


Merci les copines!

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #démaquillants

Repost 0