Bien ramasser et faire sécher les plantes

Publié le 19 Juillet 2011

 

 

Au fil des années et des expériences, j'ai peaufiné les techniques.

 


 

Cette année à Fourni, j'ai ramassé du thym, du ciste, de l'origan, de la sauge, du jasmin, du myrte, des fleurs d'hibiscus, de la bruyère, des feuilles d'eucalyptus, des graines de belles de nuit … et des citrons.

 

Les hibiscus, la bruyère, l'eucalyptus, le myrte (et un peu de sauge) m'ont servi dans les expériences de teinture végétale, j'en reparlerai. 

 

P1220434.jpgle thym éxubérant

 

 Fleurs de thym

 

Enormes cette année, elles ressemblaient à des pompons violets.`


Je repère les buissons qui attirent le plus les abeilles, signe de maturité, et je ne prélève que les fleurs, d'un coup d'ongle. J'essaie de ne pas tout prendre sur un seul pied, pas trop difficile, Fourni croûle sous le thym. Nous ne récoltons que ce dont nous avons besoin pour l'année et pour en offrir aux amateurs.

Je glisse aussi des fleurs fraiches directement dans des petites bouteilles pour préparer ensuite  teinture et  macérat huileux.


 

Ça bourdonne sec, mais je ne me fais pas piquer, -sauf une fois cette année car j'ai fait la bétise de me parfumer les cheveux!- en général, je ne porte aucun parfum à cette occasion, et m'habille en clair.

Pour éviter toute fermentation, nous glissons au fur et à mesure la récolte dans des poches en papier kraft recyclées d'achats de fruits et légumes bio, je les apporte de France car sur l'ile, tout est vendu dans des sacs plastique! Sauf les œufs de ferme (que j'achetais par quatre seulement pour récupérer plus de sachets !) et les tiropitas, feuilletés au fromage,  mais ils graissent très vite l'emballage.

 

De retour à la chambre, j'étale la cueillette sur du papier; cette année, j'ai utilisé des petites serviettes de papier blanc. Je sépare au maximum les fleurs pour qu'elles sèchent plus vite; compter trois à quatre jours pour le thym environ. Ensuite, je range dans des sacs en papier ou mieux, des enveloppes en papier kraft en indiquant les lieux de cueillette car les parfums diffèrent.

 

Les fleurs séchées (conservées à l'abri de la lumière dans des boites en métal style boite à thé) s'utilisent émiettées sur des salades et sinon, elles s'ajoutent en fin de cuisson. Pour un usage thérapeutique, je préfère l'huile ou la teinture de thym, très costauds.  


Il s'agit du thymus capitatus, présent partout en Grèce (voir ici une description faite par des distillateurs en Crète).

 

Origan

 

Pour qu'il soit odorant, il faut le ramasser encore fleuri; c'est la première chose que j'essaie de faire en arrivant, car je débarque toujours sur l'ile en fin de floraison. Je connais deux ou trois coins. Je ne prélève que les ombelles fleuries, quand elles ont encore au moins un léger reflet bleu. En cuisine, je  trouve le parfum plus fin, moins virulent que celui du thym. On en met sur la feta par exemple, dans les court bouillons, sur une ratatouille.

Comme le thym, il faut l'ajouter en toute fin de cuisson. 


 

P1220463.jpgOpération séchage. En haut le thym, en bas de g à d; les fagots de ciste, de sauge, à droite les fleurs de jasmin étalées soigneusement

 

Sauge

 

Son odeur âcre incarne la beauté sauvage des îles grecques. Je la ramasse sur les buissons où les feuilles sont encore bien vertes, je coupe les branches que je peux sectionner facilement à la main. Ensuite, je les réunis par cinq ou six, puis je commence à peine à faire sécher (un jour suffit), avant de ficeler chaque fagot et de les ranger dans un tiroir regroupés et roulés dans du papier. La sauge sèche très bien ainsi en blanchissant et en se veloutant; les rameaux réunis au préalable sont plus faciles à transporter… et à offrir.


C'et une salvia triloba (sous-espèce de la salvia fruticosa). Voir ici, en anglais, un bel article sur cette sauge, rédigé par des distillateurs installés à Amorgos, île cycladique magnifique (où je rève de retourner après avoir découvert l'existence de ces producteurs!).

 

P1220612.jpg

Buisson de ciste avec toutes les cupules fanées à ôter après la cueillette…

 

Ciste

 

Ma technique: je tâte les buissons, et m'arrète aux plus collants, signe de présence de résine. En général, leur feuillage est d'un vert assez prononcé, et il reste les pédoncules secs et fanés des fleurs disparues. J'essaie de faire ça en plein soleil (disons même en plein cagnard… ) au moment  de la plus forte  exsudation.

Je cueille des petits rameaux que je nettoie tout de suite aux ciseaux en ôtant le bois mort, tout ce qui est desséché et je lie  six ou sept branchettes à la fois.Je laisse sécher quelques jours avant de ranger dans du papier.


J'ai vérifié l'incroyable puissance hémostatique du ciste cette année après avoir confondu le gras d'un de mes doigts avec une branchette, je me suis vraiment entaillé avec les ciseaux. Je râlais sec car j'imaginais devoir interrompre le nettoyage du ciste. Mais comme je manipulais les plantes, j'ai vu quasiment la plaie se refermer sous mes yeux et le sang arréter de couler; j'ai pu continuer sans souci.

 

Edit ajouté après la lecture d'un commentaire

 

Le ciste que je ramasse n'est pas celui (cistus ladaniferus) utilisé pour l'extraction de l'HE ou la récolte de sa résine, le labdanum. Le ciste de Fourni (probablement un cistus parviflorus) aux feuilles arrondies produit des petites fleurs roses. Celles du ladanifère sont blanches et les feuilles plus lancéolées. Néanmoins le ciste de Fourni dégage ce parfum résineux si caractéristique, secrète lui aussi de la résine.… et il est puissamment hémostatique.   

 

 

P1220457.jpgMes deux jasmins préférés…

 

Jasmin

 

Une école de patience. J'ai fait le tour des jasmins du village, en sentant les fleurs pour repérer les plus odorantes et pas trop exposées aux regards (même si je ne cueille que ce qui dépasse dans la rue). Je ramasse juste ce qu'il faut pour une macération et  cette année, un surplus à faire sécher. Pour la teinture, j'ai changé six fois les fleurs, j'ai arrété quand j'ai trouvé que ça "saturait". J'ai fait sécher le reste des fleurs en les étalant soigneusement pour qu'elles ne se touchent pas (ce qui signifie peu à la fois en raison de l'exiguité de la surface de séchage que j'avais à disposition) et j'ai été ravie de découvrir qu'elles conservaient quasiment leur couleur et beaucoup de parfum. alors  que celles que j'ai pu trouver à acheter n'ont jamais eu cette qualité.

 

Néanmoins, j'ai récolté une variété aux pétales assez fermes (j'en avais déjà parlé ici l'an dernier).  Ayant fait sécher une ou deux fleurs d'une autre variété plus molle juste pour voir (de toutes façons, c'était un jasmin impossible, placé sous le regard quasi permanent d'une rangée de commères papotant sur leurs chaises à l'heure de mes cueillettes), il m'a semblé que plus fragiles, elles s'oxydaient plus.

 

La moitié du sac de voyage sera occupée par ces moissons, même si elles restent modestes pour ne pas gaspiller des végétaux pour rien.

 


Rédigé par venezia

Publié dans #En Grèce

Repost 0
Commenter cet article

Val 12/10/2016 19:06

Tres tres interessant, j'ai vraiment beaucoup apprecier et en plus avec les photos merveilleux , franchement continue j'adoreee . biz

venezia 14/10/2016 20:00

Merci Val, pour ton enthousiasme. Je continue :)

venezia 07/05/2015 01:38

bonsoir Pamplemousse,

je ne suis hélàs pas juriste et je ne connais pas le droit de propriété pour ce qui est de la cueillette de fleurs hors les murs!
Le lilas fleurit au printemps, et pas en été. Donc si vous en ueillez, c'est quand il est en fleurs (c'est à dire maintenant). Si le lilas est très parfumé, son parfum hélas ne tient pas en macérat ou en teinture.

Le jasmin fleurit lui plutôt en été, mais cela dépend des variétés néanmoins. Pour ce qui est du jasmin, il suffit de cueillir délicatement des fleurs et non de couper les branches qui les portent! donc l'arbre est mieux respecté… et les prélèvements moins visibles .

Pamplemousse 06/05/2015 18:57

Bonjour,
Je n'ai pas la chance d'habiter dans le sud de la France, ni de pouvoir me rendre dans n'importe quel coin du monde un peu ensoleillé; hélas, moi je suis en région parisienne.
Et en ce moment; je vois par dessus les murailles des jardins de certains pavillons : des branches de jasmin blanc et aussi du lilas mauves et blancs qui dépassent largement sur l'extérieur, ils sont très accessibles à porter de main.
J'aimerais savoir si j'ai légalement le droit d'en cueillir?
Si oui, alors à quel période? ( mai, juin, juillet, août ?)
Par la suite j'envisage de les faire sécher comme dans ce documentaire qui m'a beaucoup plus.
Merci d'avance pour vos réponses.
Bonne journée à tous (tes)

Loulou 29/07/2011 01:33



J'ai fait la lecture de ces feuillets de voyage par la fin et j'adore!


Merci Vénézia de nous faire partager une partie de tes vacances et de nous donner tous tes pettis secrets de cueillette.



venezia 29/07/2011 11:42



Loulou,


c'est vrai que bien ramassées, les plantes séchées ont une très belle durée de vie



michele 24/07/2011 21:34



Les invités épatés par les glaçons bleus sont également épatés par ce séchage en chambre!


C'est très instructif de donner ta façon de tirer le meilleur parti de ces ramassages car quelle déception cela doit être de perdre sa récolte.


 


Je confirme leur qualité pour les fleurs de sauge et d'origan que je mange tant elles sont magnifiques.


Quant à la ciste ... rien à dire!


 


 



venezia 26/07/2011 15:40



C'est vrai que je dis le ciste plutôt que la en référence au latin (cistus) mais on peut écrire les deux. Et  le buisson de ciste est un tel petit gaillard !


 


 



Cosme Jane 24/07/2011 12:13



Pour répondre à ta question oui j'ai un olivier dans mon jardin (maison de maman) il est chargé au mois d'aôut mais la récolte se fait fin septembre début octobre, c'est pourquoi j'ai
pensé prendre quelques feuilles d'olivier, avant de repartir en france fin août.



venezia 26/07/2011 15:37



Ça y est, j'ai compris,



Cosme Jane 23/07/2011 10:47



Merci pour le rajout d'info pour la ciste, je pars en Andalousie, et une semaine aux Canaries dis moi j'ai pensé
prendre les feuilles de mon olivier, un tige de mon aloe vera + marjolaine et thym,et jasmin, à ton avis qu'est-ce que je peux prendre d'autres à cette époque ? merci d'avance pour ta réponse



venezia 24/07/2011 09:47



hum, cosmejane, je ne comprends pas bien tu azs un olivier dans ton jardin ou tu penses en ramasser sur place?


l'andalousie n'est pas lea Grece mais tu devrais trouver des plantes méditerranéennes. je te conseille de regarder sur internet avant de partir pour voir ce qui est cité (si tu trouves par chance
des producteurs par ex).Tu seras plus tard dans la aison,  les récoltes peuvent changer.


 


Piur les canaries, je n'y suis jamais allée.



Colchique 21/07/2011 16:31



Venezia, un régal ton article et en plus avec de superbes photos.


L'odeur la nuit dans ta chambre devait être très agréable.



venezia 24/07/2011 09:39



Effectivement, Colchique, la chambre sentait bon…



nathalie 21/07/2011 14:53



Coucou Venezia,


Eh bien je t'attends pour la cueillette tropicale...je m'y exerce un peu a Champasak, mais aurais besoin d'aide. Je confirme les jasmins 'mous' (ils vont pas etre
contents !) qui sentent merveilleusement bon frais, et dont on fait des guirlandes de fleurs pour les offrandes ou les cheveux, ne sèchent pas bien du tout, et ne rendent rien au niveau
odeur. Mais je ne désespère pas....Les pétales de roses ici sont par contre fantastiques une fois sechees (toutes petites roses fuschias).


J'essaie de suivre les calendriers des jardiniers pour cueillir en fonction de la lune. Il parait aussi que certaines plantes medicinales doivent etre prelevees soit
le matin soit le soir pour  garder toutes leurs propriétés. Et par temps sec ! ce qui n'est pas du tout du tout le cas en ce moment...ce
serait plutôt boutures 


PS ; j'ai plante deux pieds de Blue Butterfly Peas, si vous souhaitez des fleurs séchées pour confection de shampoings...je partage volontiers...ce n'est
pas lourd...



venezia 24/07/2011 09:39



Coucou Nathalie,


 


tu me tentes, je viendrais bien ramasser à Champasak! En général, les plantes e ramassent plutot t$ot le matin ou le soir, le ciste fait exception en raison de la sortie de la résine en plein
soleil.


Tes petites roses doivent être merveilleuses et d'une variété interessante, pour resister aisi à la chaleur


 


pour les butterfly peas je m'en sers  régulièrement pour obtenir des glaçons bleus qui épatent les invités. je n'ai pas encore tenté en shampoing je compte essayer  aussi un macérat
glycériné. J'en ai offert pour  le Portugal où elles ont parait-il prospéré. j'en ai planté mais je ne les ai pas vu sortir!



Kat 21/07/2011 10:07



Tout y est : voyage odorant, visuel,.. (presque) tactile !  Et quel professionnalisme !


On sent que tu les aimes, ces plantes qui nous font rêver.



venezia 24/07/2011 09:34



 quand je ramassse des plantes, j'essaie que ce ne soit pa pour rien! Mais c'est vraiment au fil des années que j'ai peaufiné la technique