Publié le 10 Septembre 2013

Une fois encore, révant de convoitise devant les savons de Sukisu, j'ai cherché à m'en inspirer…

 

il s'agit de ses savons fleurs marbrés dans un tube en plexi grâce à la base d'une bouteille plastique trouée. C'est ici


Je n'avais pas de tube plexi, j'ai cherché un substitut. J'ai donc arpenté le rayon boissons d'un supermarché en caressant les flancs de bouteilles en plastique PET pour élire la plus lisse de toutes… sous l'œil intrigué d'un client qui a dû me prendre pour une folle furieuse.


La chanceuse : une bouteille de limonade artisanale. D'abord, je l'ai bue (bien glacée et corsée d'un jus de citron) avant de lui faire subir quelques outrages. 

Je l'ai sectionnée à la base pour récupérer le culot que j'ai percé de 5 trous -comme l'a fait Sukisu-. J'ai pratiqué des ouvertures irrégulières pour casser la symétrie du résultat.

 

P1020715.jpg

J'ai ensuite versé du sable dans la bouteille sectionnée (goulot fermé dirigé vers le bas) jusqu’à l'épaulement. Puis j'ai posé une feuille d’alu sur le sable, superposé en double épaisseur du papier sulfurisé avant de couler de la cire d'abeille sur le tout pour bien isoler le fond.

J'aurais dû poser la bouteille bricolée dans un récipient haut pour avoir les deux mains libres (ce que je n’ai pas fait… )

 

La formule


400g huiles


25% coco 100

10% blanc de bœuf 40 (merci ma chère Ed)

30% olive bio 120 (macérée au genevier, à la rose et au laurier)

10% beurre de cacao Sol Semilla (un cadeau magnifique de Mlk) 40

10% karité brut de Côte d’Ivoire, trouvé dans mon quartier 40

5% ricin bio 20

10% tournesol oléique bio macéré à la rose 40 (je suis en train de vider mes placards… )

vit E

1 grosse cuil à café de crème fraiche bio à 40% de matière grasse (Yes! j'en ai trouvé aux Nouveaux Robinsons, au lait cru en prime)


lessive de soude pour un surgraissage à 8

soie tussah


Parfum

fragrance à la violette 8g (pour finir le flacon)

4 un mélange d'attar de jasmin indien et de coco fract(pour casser la violette)

dans ricin


Couleurs

 

P1020577.jpgLa Giudecca depuis le vaporetto

 

P1020609.jpgA Murano

 

je ne suis pas partie sur les roses vénitiens, mais sur les bleus car je voulais tester un indigo que je viens de recevoir.


4 récipients.

-naturel

-indigo+oxyde bleu +mica bleu profond

-mica bleu (secrets cosmétiques) +un peu de rose néon

-mica bleu+un peu d'argile blanche

Couleurs diluées dans un peu d'eau déminéralisée au préalable.

 

Verser les pates l'une après l'autre jusqu'à extinction. je n'ai pas pu racler les fonds de pot à la spatule car je n'avais qu'une main si je puis dire, l'autre tenant la bouteille. (j'ai trouvé après-coup le récipient haut adéquat pour faire tenir la bouteille au séchage!) J'ai donc fait un mini savon de plus dans un moule pour ne pas perdre ces fonds. 

 

P1020716.jpg

  Mettre au congelo une heure avant de démouler.


Oter le bouchon, vider le sable, pousser légèrement le bouchon, ça descend tout seul.

 

 

P1020727.jpg

le cylindre de savon coiffé de son chapeau de cire

 


Patienter avant de trancher, ce que je n'ai pas fait… mais le résultat m'enchante quand même.

 

P1020728.jpgLes cinq tranches, délicieusement réversibles

 

 

Les savons sentent la violette un peu trop violette, mais le beurre de cacao exceptionnel -plus que le jasmin- casse sa trop grande candeur.

 

P1020730.jpgPlutôt Monet que vénitien… et on voit les traces du couteau car j'ai été impatiente de trancher.


Je réitère mes remerciements admiratifs à Sukisu

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 4 Septembre 2013

Il y a deux ans, c'était le mandarine qui m'avait surtout tapé dans l'œil. Cette année, la palette s'est élargie. Des suggestions de tons pour une future série savonnesque?

 

Tout se joue dans la nuance… et dans les reflets.

 

 

P1020571.jpg

Pendant la Biennale, de nombreux palais abritent des expositions et deviennent alors accessibles au public. Variation sur les ocres.


 

P1020578.jpgL'île de la Giudecca vue d'un vaporetto. Rose buvard soutenu. Là, c'est pas gagné couleur savon…


 

P1020610.jpgMurano, poisson de verre, l'exposition (Glasstress) a été installée dans une ancienne usine. Un rose très corail.


 

P1020635.jpgFaçades à Murano. Rose-rouge éteint.

 

P1020691.jpgLe spritz du soir au café Orange, sur le campo Santa Margarita (avec grosse olive et tranche d'orange. Pour une bonne explication de la recette voir ici). Il est servi plus corsé (avec juste une goutte de soda… ) à la Cantine del Vino “Gia Schiavi”, toujours dans le quartier de Dorsoduro, mais il faut le siroter debout!

Le fameux  rouge orangé Apérol


 

P1020697.jpgUn beau poulpe sur un étal du marché aux poissons de Chioggia (ville très vivante, popu et affairée avec pleins de canaux. On peut la joindre depuis Venise par la route ou par la lagune). C'est la nuance ocre rose d'Italie, diluée… 

 

P1020700.jpgLa bache de la halle aux poissons de Chioggia, avec les mouettes qui scandent le décor. Rouge et rose associés. A tenter…


 

P1020705.jpgLe pavement très chic de l'eglise des Gesuati. Ocre rouge à associer avec  du beige chiné et du bleu pétrole.

 

Tout ça signé bien sûr… Venise.

 

P1020545.jpgElement d'un rideau en lettres de verres (exposition Glasstress au palazzo Cavalli Franchetti sur le campo  San Stefano)

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Venise

Repost 0

Publié le 29 Août 2013

Grâce au forum Couleur savon, j'ai découvert Soap insomniac le blog très inventif de Sukisu (soap insomniac, ça veut déjà tout dire… ) et dans la foulée, une technique aussi simple qu'efficace pour marbrer avec panache.

 

Sukisu l'a baptisée "funnel one pot", je préfère parler d'assiette creuse car c'est ce qui a fait tiltquand j'ai découvert son essai très réussi, inspiré d'une savonnière de Taiwan. 

 

Il s'agit tout simplement de verser l'une après l'autre des pates colorées au centre d'un récipient rond et plutôt plat, puis de reverser le tout dans un moule: marbrage sophistiqué garanti.

Quand j'ai découvert ça, je suis sortie toutes affaires cessantes acheter une écuelle en plastique pour tester la méthode. Trois fois d'affilée.

 

Pour la première, il y a eu un léger bug. Emportée dans mon élan, j'ai tout simplement oublié de chemiser le fond du moule en plexi. La pate a débordé entre le fond et les parois, bien sûr, mais surtout, elle a bien collé les plexi ensemble… j'ai dégainé le couteau, évitant la hachette de justesse. 

 

 Ce premier essai très cochonnant a provoqué deuxième tilt: puisqu'il s'agit de verser une pate déjà préparée, on peut marbrer avec virtuosité en moules individuels.  Ce qui fut fait.

 

 

J'ai volontairement choisi des marbrages… aux couleurs du marbre. 


 

P1020706.jpgColonne de l'église des Gesuati à Venise

 

 

Les trois essais.


 

1. Calament lemongrass (rouge beige et vert)

 

600g huiles

27% coco

35% sesame bio

10% beurre de cacao

10% son de riz

10% karité

8% ricin

4 toco 500 (vitamine E)


soie tussah dans la lessive de soude à 38°


1 grosse cuil à café de crème fraiche bio dans les huiles

 

Surgraissage à  8-9

 saponifié à 38°


Parfum dilué dans un peu de ricin


3,8g HE  calament

3,4g HE lemongrass rhodinol

 

P1020713.jpgC'est celui qui a souffert du coulage sans chemisage

 

Couleurs


Je dilue les micas dans un soupcon d’eau déminéralisée


-mica rouge rubis (secrets cosmétiques)

-mica golden green (G. Manske, merci Ed)

-mica magic red (G. Manske, merci Ed))

4 récipients (dont 1 avec de la pate laissée nature)

 

 

2.  African blue grass (ocre rosé et marron)


400g huiles

8,5% cacao

7,5 ricin

10 beurre de macadamia

25% coco

15% palme

34% sésame  

soie tussah dans lessive de soude à 38°

crème fraiche dans les huiles

 

saponifié à 38° surgraissage : 8 environ.

 

P1020709.jpg


 Couleurs

 

4 nuances:

-mica rose (G. Manske, merci encore Ed)+argile rose

-copper fire (TKB) +oxyde marron

-terre noire des Indes+oxyde jaune+oxyde marron

-pate laissée naturelle

 

P1020711.jpg

 

Parfums


deux restes de mélanges d'He anti rides (3g en tout)

African blue grass 8g

 

3. Consoude fraiche (verts)

 

 400g huiles

10% cacao

25% coco

7,5% palme

10% karité

10% beurre macadamia

8% ricin

29,5 olive


crème fraiche dans les huiles

 

P1020532.jpgLessive de soude à la consoude fraiche: les "points" de consoude disparaissent au final dans la pate…

 

lessive de soude à 38°

j'ai mixé 3 feuilles de consoude fraiches mises à sécher une nuit (merci mes deux cueilleuses pirates… ) avec de  la soude à 38°, j'ai filtré, pesé à nouveau pou reajuster la quantité de lessive de soude.

 

HE  parfum


2,8 menthe poivrée

1,3 lavande diluée dans coco fract

4,6 mélange relax Pranarom (lavande lavandin orange saro)

 

P1020534.jpgL'assiette creuse aux 3 couleurs. Je les ai versées au centre dans la même succession de tons plusieurs fois d'affilée jusqu'à épuisement des pates.

 

P1020708.jpgMélangé, le jaune néon reste évanescent.


Couleurs


3 récipients

-1 jaune néon(TKB) + mica golden green de G Manske

-1oxyde vert

-pâte au naturel

 

 

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 19 Août 2013

 

 

Quelques jours de vacances annoncés… avec beaucoup de marche à pied à la clé.

J'ai cherché à fabriquer une crème relaxante pour les petons, en m'inspirant de divers essais récents.

 

D'habitude, je prépare un baume très reposant pour les pieds (c'est ici, le baume revitalisant) mais j'étais presque à court de l'ingrédient de base de la recette: l'huile de massage de Foucaud.

 

 J'ai donc réfléchi à une formule qui me permettrait de me contenter de ce qui restait.

Par ailleurs, j'ai remarqué que les crèmes au P3R hydrataient très bien la peau des pieds qui sèche beaucoup en été (surtout quand on est abonnée aux pieds nus…) Donc va pour une crème (très beurrée quand même) plutôt qu'un baume. 

 

Je suis partie de la recette des beurres au P3R (clic ici), merveilleuse pour hydrater, et je l'ai aménagée. J'ai voulu en effet combiner le P3R avec de la lécithine, car suite à de récents essais, j'ai constaté que le couple fonctionnait à la perfection.

 

Pour 50g de crème (les % entre parenthèses)

 

15g karité (30%)

5g chocolat blanc (10%) -on peut remplacer par du beurre de cacao-

9,5g huile de Foucaud  (19%) -on peut remplacer par un macérat huileux maison-

0,5g vit E (1%)

1 P3R (2%)

1 argile jaune (2%) -on peut choisir une autre variété d'argile bien sûr-

 

10 g hydrolat menthe poivrée (20%) -rafraichissant et antalgique-

7g hydrolat cyprés (14%)- pour faciliter la circulation sanguine et lymphatique-

0,2 lécithine (0,4%) -j'ai utilisé de la lécithine de soja en granules de Gayelord Hauser-

0,2 amigel (0,4%)

 

0,3g  geogard (0,6%)


0,5 % HE (1%) soit:


3gtes HE katrafay -antalgique, anti inflammatoire-

3gtes  HE sauge sclarée -anti-fatigue, circulatoire-

1 gte HE camphre -antalgique, tonique-


3gtes elixir ailes d’abeilles (Ballot-Flurin)- on peut zapper ou remplacer par du Rescue-

 

On est légèrement au-delà de 100% mais c'est un choix:  iI y a toujours une très faible perte d'huile imbibée d'argile.

 

Mieux vaut respecter le mode d'emploi pour obtenir un bon résultat. 

 

Préparation de la phase huileuse dans un bol ou un bécher en acier (bien plus conducteur de chaleur que le verre)


 -Faire fondre karité +chocolat blanc au bain marie


-Mélanger huile de Foucaud et argile dans un bécher de verre et laisser macérer, puis mélanger vivement tout en versant dans le karité-chocolat fondu (on perd toujours un peu d'huile argileuse au fond)


-Ajouter le P3R au mélange

 

Préparation de la phase aqueuse


-Verser les granulés de lécithine dans les hydrolats et saupoudrer d'amigel


-Tiédir au bain marie puis mixer au fouet à cappuccino pour dissoudre entièrement les granules. 

 

Assemblage


-Incorporer la phase aqueuse dans la phase huileuse en touillant  à la spatule de silicone


-Laisser reposer 5 bonnes minutes au congelo


-Sortir

 

-Ajouter geogard, HE et elixir dans le mélange encore fluide

 

-Remuer à la spatule

 

Ça prend et épaissit très vite,

 

Détendre s'il le faut en poursuivant le touillage à la spatule.

 

Mettre en pots.


 

P1020523.jpg

 

C'est une crème très "beurrée", très hydratante, qui détend vraiment les pieds échauffés et fatigués. La peau boit tout très vite…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Crèmes et laits mains et-ou pieds

Repost 0

Publié le 14 Août 2013

 

 

Possédant encore un soupçon de café civette, je récupère le marc chaque fois que mon amateur de café s'en prépare une tasse.

 


 

J'ai cette fois tenté deux variations savonnesques autour du marc de café civette (un marc déjà utilisé) en corsant avec une infusion de café (avec du café civette fraichement moulu) pour le liquide de dissolution de la soude.

Rien de révolutionnaire en soi… Il y a longtemps déjà, j'avais reçu de Catherine un excellent savon pour la cuisine au café, préparé avec une infusion de café. De mon côté, j'en ai réalisé un en l'associant avec de la caroube et du chocolat pour booster la couleur. C'est ici. Comme j'avais offert toute la série, je n'avais pas pu tester.

 

Je viens raconter car le premier des deux essais n'a pas été accouché sans mal… dans la mesure où il a d'abord déphasé. Une première dans ma carrière de savonnière. Il était déjà coulé en moules et je désespérais en regardant ces malheureux au physique si ingrat. Ouf, l'opérationsauvetage a fonctionné. L'origine du déphasage? La coupable est peut être la teinture de ciste d'un degré alcoolique très élevé introduite à la trace… et la chaleur de bête qui régnait ce jour là sur Paris.

 

P1020518.jpgUn petit rescapé à côté du marc

 

Infusion pour la soude


Marc de café civette+ feuilles séchées de ciste dans de l'eau déminéralisée. Pourquoi le ciste? Pour ses propriétés cicatrisantes puissantes. Commme j'ignore encore si la soude les préserve, j'ai donc décidé d'ajouter de la teinture de ciste.

 

Parfum

 

J'ai choisi deux huiles essentielles très corsées en eugénol antiseptique, avec des parfums familiers en cuisine. Il n'en n'est absolument rien resté, olfactivement parlant, -et donc probablement en termes d'efficacité thérapeutique… - après la catastrophe.

 

Savon de cuisine café-ciste 1° série

 

Eau pour la soude: décoction café civette + ciste dans eau déminéralisée

140g d'infusion

soude : surgraissage à 20

 

400g d'huiles

320 coco

40 beurre de cacao

40 arachide raffinée 

vit E


1 grosse cuillérée marc de café civette à la trace

10g teinture de ciste à la trace

 

HE:

3,1g girofe

3,4g cannelle

dans 2,8g ricin

 

P1020514.jpgGros plan sur l'un des petits rescapés. Le dessus n'étant pas très joli, j'ai inséré un grain de café pour lui sauver la mise

 

Peu après l'ajout de la teinture, la pâte à savon a commencé à grumeler, mais pas de façon spectaculaire; j'ai touillé et décidé de verser en moules. Grosse erreur. De minute en minute, j'ai vu se développer un magma de moins en moins appétissant. J'ai d'abord pensé tout jeter, puis je me suis accordé une session de rattrapage. J'ai reversé la patmoche dans le saladier et j'ai touillé à la main comme une malade, en alternant spatule et cuillère magique… et ça a repris un aspect plus normal en épaississant pas mal; j'ai coulé et versé dans un moule de plexi en tassant le plus possible. Résultat:  l'odeur n'est pas terrible,  mais l'apparence est sauve… 

 

Du coup, ne voulant pas rester sur ce demi-échec, j'ai utilisé le reste de mon infusion ciste-café mise en glaçons dans une deuxième série sans teinture.

 

 

Savon de cuisine café-ciste 2

 

100g infusion ciste-café

soude pour surgraissage à 20


241,2g coco

30g karité du Bénin

28,8g sésame bio (ce qui me restait dans la bouteille, d'où ce chiffre)

vit E

 

1 cuil à café marc de café civette  à la trace  

 

6g HE de gingembre dans un soupçon d'huile de ricin 

 

J'ai également fait le choix d'un parfum un peu culinaire qui s'associe bien, je trouve, à un savon pour la cuisine.

 

P1020512.jpgPourquoi j'utilise si souvent ces moules dalhia? Parce que je n'ai jamais eu de cendre de soude avec eux et que le démoulage se fait très facilement. Il y a de très nombreuses qualités de silicone…

 

Tout s'est très bien passé.


Ces deux séries ont une jolie teinte café au lait due à l'association du ciste et du café dans l'infusion. Je pense réellement que le ciste peut teinter un savon. Cette fois ci,  j'ai utilisé une infusion de ciste moins corsée que dans la série précédente purement ciste.

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 30 Juillet 2013

  L'idée d'un savon au ciste me trottait depuis longtemps dans la tête.


 

P1020132.jpgCistus creticus en fleurs à Fourni (juin 2013) sur le vieux chemin qui mène à l'église de la Panagia

 

J'ai cherché le "total look" en déclinant le ciste en infusion, en teinture et en huile essentielle.Le savon conservera-t-il les propriétés incroyablement cicatrisantes de la plante?  Ce sera la surprise finale, pour le moment, il est en train de sécher.

 

J'ai d'abord réalisé une infusion très concentrée de ciste. J'avoue, je n'ai pas utilisé celui que je ramasse patiemment à Fourni. Ce n'est pas la cueillette qui est longue mais l'épluchage des petits rameaux, à dépouiller de leur bois et des boutons floraux fanés. 

Après de longues heures passées sur le net cette année -j'avais achevé ma provision 2012 et j'étais en manque- j'avais fini par trouver un site qui propose du ciste -cistus incanus bio- séché, moins résineux que le mien, mais néanmoins très correct. (Lien ici). J'ai fait mon infusion pour la soude avec ce  ciste bio.

 

P1020495.jpgAprès ajout de la soude dans l'infusion de ciste: on dirait de la réglisse…


La grande surprise, c'est que lors d'ajout de la soude dans l'infusion très refroidie, elle est devenue brun-sombre, de la couleur du labdanum (la résine extraite de cette variété de ciste). Couleur qui a tenu- en pâlissant quand même- puisque sans ajout de colorant, les savons sont d'un marron soutenu.

 

Parfums

 

-J'ai incorporé à la trace 1g ( soit un peu moins de 0,5%) de teinture de labdanum et 1% de teinture de ciste

 

-J'ai également ajouté environ 1,5% d'HE de ciste (d'un flacon ayant dépassé sa date de péremption). 

Je suis étonnée de la puissance du résultat olfactif : avec ces proportions modestes, un odeur forte flotte dans la chambre où sèchent les savons. Celle, puissante, de l'huile essentielle et non le parfum plus rond et surtout plus chaud de la plante séchée ou de sa teinture. 

 

 

Les huiles


Si les indications de poids paraissent très bizarres, c'est à cause de ma nouvelle balance. Récemment, après divers déboires, j'ai fini par en trouver une, correcte et  destinée au pesage de substances précieuses (plantes qui font rire mais aussi pierres précieuses). Il y a donc, entre autres, un calibrage en grains, unité de compte pour la joaillerie. C'est indiqué gr, pas très éloigné de g…  Sans lunettes, j'ai gaillardement tout pesé en gr. Mais j'ai tant l'habitude d'utiliser certaines quantités, que je ne comprenais pas pourquoi le volume ne me semblait pas tout à fait le même que d'habitude. J'ai alors réalisé mon erreur… avant l'ajout de soude, heureusement.

J'ai fait des règles de trois et tout reconverti en grammes… d'où ces poids.


huile de ricin 12,9

Coco indienne 78,8

Beurre de cacao 25,8

huile de son de riz 51,7

huile d'arachide raffinée 55,3

beurre d'avocat bio 36,2


Total 260,7 g

 

Soude pour surgraissage à 8-9

90g d'infusion de ciste dans eau déminéralisée


A la trace

4 g HE ciste (environ 1,5%)

+ 30gtes teinture labdanum (un peu moins de 0,5%)

+1% teinture de ciste

 

P1020510.jpgA retenir pour obtenir un beau marron chaud: l'infusion concentrée de ciste…

 

J'ai coulé dans des petits moules en silicone et tamponné les papillons une quinzaine de jours plus tard avant de les colorer à l'aide d'un pinceau imprégné de mica copper fire (TKB).

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 14 Juillet 2013

Dès mon retour de vacances,  j'ai voulu retrouver des parfums grecs dans un savon.

 

J'ai donc misé sur la sauge (en infusion) et sur le mastic, résine produite uniquement sur l'île de Chio.

 

Sauge

 


 

P1020486.jpgSauge grecque séchée en petit fagot et sa poudre de feuilles, toute duvetée

 

Quand on la mixe, elle devient fine comme un duvet d'oiseau. J'ai d'abord réalisé une infusion très corsée de sauge dans de l'eau déminéralisée que j'ai mise au froid (pour moitié en glaçons) et juste après avoir effectué le mélange, j'ai ajouté un peu de sauge en poudre, puis j'ai filtré le liquide au-dessus des huiles.

 

Mastic

 

Il s'agit de la résine du lentisque pistachier, utilisée depuis l'Antiquité en médecine, en cosmétique, etc. J'en ai déjà parlé à plusieurs reprises sur ce blog car je raffole de son parfum. (Ici par exemple ou ici dans les desserts grecs)

Comme beaucoup de résines, celle de mastic a des propriétés anti-inflammatoires, en huile essentielle elle est aussi très cicatrisante (et très bonne pour l'hygiène buccale).

 

P1020483.jpgRésine de mastic (entière en grains puis pilée dans un mortier en acier et tamisée) et un -délicieux… - bonbon au mastic

 

 

J'avais acheté l'an dernier (à prix d'or) à Athènes  une HE de mastic que je n'avais pas pu sentir… sinon je ne l'aurais pas achetée… car en réalité, elle ne sentait pas le mastic mais la plante (comme les HE corses de lentisque). Déçue, j'avais donc rajouté dans le flacon des graines de résine de mastic selon la technique géniale de Kayacaramel( voir ici), ce qui a amendé son parfum.

Pour une excellente huile essentielle de mastic, je ne connais que celle de la coopérative des producteurs de Chio (leur site en Français ici) proposée par Mastiha shop, que l'on trouve à Athènes (mais plus, hélàs à l'aéroport, ou en France). J'indique le lien vers le site anglais qui propose de nombreuses idées de recettes culinaires ou cosméto à télécharger (voir ici).

 

j'ai donc vidé ce flacon d'HE, j'ai pesé le liquide pour calculer et faire un savon qui en contiendrait au moins 2%.  

j'ai aussi patiemment pilé puis tamisé un peu de résine de mastic que j'ai ajoutée à la trace.

 

Mastic-sauge

j'ai associé cette He de mastic avec de l'HE de sauge sclarée réputée  agir comme fixatif de parfum.

 

j'ai tenté d'ajouter un demi-bonbon au mastic dans les huiles, mais il a peu fondu…

 


 

Savon mastic-sauge

 

Sauge en poudre dans le liquide de soude+ infusion sauge dans eau déminéralisée 100g

soude pour un surgraissage à 8


 

Huile coco 90

Olive 150

Pistache 12,3

Karité 17,7

Cacao 30


Un demi bonbon au mastic (mais fond mal)

Résine de mastic pilé ajoutée à  la trace

 

HE

0,9 sauge sclarée

6,5 HE de mastic macérée au mastic.

J'ai rincé chaque fond de bouteille (sauge et mastic)  avec un peu de ricin que j'ai ajouté au reste.

 

 

oxyde vert dilué dans eau déminéralisée puis avec huiles

 

P1020489.jpggamme de verts

 

je suis contente: les savons sont vraiment parfumés au mastic…

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 10 Juillet 2013

 

Ce sont ceux, à la fois âpres et chauds, de la guarrigue et du maquis méditerranéens. Comment tenter d'en capter un peu ?

 

Je ramasse chaque année à peu près les mêmes plantes: origan, thym, sauge, ciste, jasmin. J'en parle régulièrement depuis l'ouverture de ce blog …


 

P1020314.jpgChèvre dans les sauges, près de Vitsilia. Curieusement… et heureusement, elles ne semblent pas brouter les plantes aromatiques… 


 

J'effectue quelques aussi quelques préparations sur place.


Pour la saison 2013, je suis restée sage. J'ai réalisé:


-un peu d'huile d'olive au thym (au parfum très puissant) en prévision des baumes de l'hiver prochain


-du natrasorb au jasmin comme l'an dernier (peu, car j'avais emporté peu de natrasorb)


-j'ai tenté un alcoolo-glycériné de jasmin qui me semble mieux restituer le parfum de la fleur que la teinture ou l'hydro-glycériné(avec quatre macération successives)


 

P1020122.jpgCiste en fleurs, sur le monopati (sentier) grimpant à l'église de la Panagia

 

P1020155.jpgune vue du monopati pour la Panagia, encore bien tracé. Malheureusement sur les îles, beaucoup d'anciens chemins, trop peu empruntés, se couvrent de phrygana (broussailles  épineuses)- et deviennent impraticables ou introuvables.

 

P1020136.jpgÇa y est… nous sommes arrivés à la Panagia

 

-de la teinture de ciste qui a mis très longtemps à se faire cette année. Je pense qu'il y avait presque trop de ciste dans le bocal.

 

La nouveauté 2013, ce sont les petits pochons (8 à 10cmX14cm environ) à glisser dans le linge pour le parfumer; ils abritent des mini-bouquets secs de quatre plantes aromatiques emblématiques de l'île et qui forgent son parfum sauvage.

 

P1020487.jpgLes tissus de gauche et de droite sont récupérés sur des chemises dont j'avais coupé les manches.

 

-lavande papillion ou stoechas (lavandula stoechas). Les fleurs sont déjà passées quand nous arrivons, mais toute la plante, tiges comprises, dégage une odeur de lavande un peu rapeuse et amère.

 

-ciste de Crète (cistus creticus). Nous sommes venus un peu plus tôt que d'habitude à Fourni, certains pieds étaient encore en fleurs, elles ressemblent à des églantines froissées. Pour faire sécher le ciste (j'en fait des infusions très apaisantes pour la peau), je ne garde que les feuilles avec le bout des rameaux (je dépouille patiemment ma cueillette). Ici, j'ai utilisé une branchette.La note olfactive: celle, chaude et boisée à la fois de sa résine, le labdanum. Je tate les feuilles er cueille les plus poisseuses, les plus riches en résine justement.

 

-origan sauvage (origanum onites). Il a presque fini de fleurir à notre arrivée; je me précipite aux endroits où il pousse et j'en fais un gros bouquet que je fais sécher tête en bas dans un pochon. Son parfum est plus complexe que celui du thym, il a des notes plus fleuries.

 

-sauge trilobée (salvia triloba): Je la cueille surtout près d'une petite chapelle sur la route qui mène à la plage de Vitsilia. Elle prend une odeur complètement animale dès qu'elle commence à  "vieillir" sur pied; j'essaie de trouver des buissons aux feuilles d'un vert pas trop foncé et encore jeunes. Dès qu'elle sèche, elle devient blanche et duveteuse comme des oreilles de lapin et dégage une inimitable senteur un peu amère.


 

P1020333.jpgMagnifique massif de thym (photographié à la lumière du soleil couchant)

 

Ces quatre plantes sèchent sans trop s'émietter, ce qui n'est pas le cas du thym que j'ai donc exclus, malgré son omniprésence à Fourni.

 

Le secret: confectionner le bouquet dès la cueillette faite en mettant en forme et ligoter avec du fil fin. On peut aussitôt le glisser dans le pochon. Tout séchera ensemble harmonieusement.


 

P1020488.jpgSur le bouquet de gauche, on distingue bien l'origan et la sauge. Sur celui de droite, une fleur déplumée et séchée de lavande stoechas. Le tissu blanc ajouré vient d'un drap ancien. 

 


Pour les pochons, j'ai cousu à la main, au plus simple, avec quelques morceaux de coton que j'emporte souvent au cas où j'où… 

 

J'ai juste ajouté des coquillages, mon ami Poseidon m'ayant rapporté quelques coquilles d'ormeau du fond de l'eau. J'en ai aussi ramassé (mais il y en a très peu). 


Voilà donc un souvenir parfumé (et aux vertus théoriquement anti-mite… ) qu'on pourrait bien sûr réaliser ailleurs, avec d'autres végétaux.

 

Voilà donc


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 8 Juillet 2013

C'est le slogan, très réussi, imaginé par deux agences de pub (pour plus de détails, lire ici)  pour redorer l'image écornée de la Grèce.

 

Ce n'est pas moi qui contredirait.

 

L'une des images de cette campagne:

 

greek-beauty-not-in-crisis2.jpg

(Lire également l'excellent article sur les images de la Grèce ici)

 

Modestement, je voudrais contribuer à nourrir ce slogan avec quelques souvenirs illustrés de ma saison grecque 2013 qui vient hélàs juste de s'achever…


 

coucher-soleil-fourni.jpgCoucher de soleil sur Fourni et Thymaina

 


 

P1020353.jpgLumière dans les oliviers (Fourni). Malgré son  apparence générale très pelée, l'île de Fourni recèle de nombreuses oliveraies. L'huile locale réalisée avec des olives très mures est d'une très grande douceur.

 

 

P1020356.jpgChat dans la vigne. Maigrichons mais avec des allures folles de félins egyptiens, les chats sont omniprésents à Fourni… comme c'était naguère ainsi partout en Grèce. Dès qu'une l'île ou un site devient plus touristique, ils ont tendance à disparaitre et à être remplacés par des chiens… en laisse bien sûr…

 

 

P1020407.jpgEncore une vue plongeante sur Fourni depuis la ravissante église d'Agias Marinas

 

 

P1020433.jpgLa petite plage de galets de Vitsilia, ma préférée cette année. Personne au bord de l'eau, des tamaris pour se poser à l'ombre, et des parfums de sauge et de ciste dans la route à virages qui y mène… 

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #En Grèce

Repost 0

Publié le 11 Juin 2013

Le café civette est produit (à prix d'or) aux Philippines. Il s'agit de grains prédigérés par des civettes dont les sucs digestifs riches en enzymes améliorent le parfum. 

 

 

La civette des Philippines ou civette asiatique, appelée aussi luwak (paradoxurus hermaphroditus) est un petit mammifère frugivore et carnivore de la même famille (les viverridés) que la civette-musc dont on utilisait autrefois les sécrétions comme fixatif dans les parfums. Lire ici, sur le blog Civette au bois dormant (j'adore ce nom… ) des informations  sur la  civette à musc et ici sur notre civette café.


Le café civette produit aux Philippines n'est pas dû à un mauvais traitement infligé aux animaux. Lire ici les précisions du producteur. En fait, les civettes sauvages adorant traquer les poulets sont pourchassées par les fermiers. Le souci: une fois les animaux capturés, ils perdent vite leur capacité à se débrouiller pour leur subsistance. La production de café civette est une manière d'assurer leur survie puisque les civettes sont alors nourries de café. Elles grignotent la pulpe rouge, avalant tout rond les grains qui transitent dans leur tube digestif, ce qui métamorphose leur parfum.   

 

P1020106.jpg

 

Bref, nous avons acheté à Manille un petit pot de grains de café civette, et j'en ai utilisé un peu pour le tester en macérat huileux et en teinture: une vraie merveille qui m'a donné l'envie de me lancer dans des essais divers.

 

P1020105.jpg


PS: le café tasse n'a pas un goût exceptionnel (un peu trop torréfié) en revanche, il a une longueur en bouche incroyable.

 

-J'ai préparé une teinture, d'abord avec de la poudre fraichement moulue. Puis, pour ne rien perdre, avec la poudre mouillée déjà utilisée pour la préparation d'un café; le parfum reste très présent, même s'il est un peu plus long à extraire.

 

-J'ai aussi préparé une macération à chaud de café civette dans de l'huile de coco fractionnée, très stable.

 

 

-Beurre de coco vierge au café civette

 

 J'ai fait macérer à chaud de la poudre de café dans de l'huile de coco vierge des Philippines additionnée de Vitamine E anti oxydante, puis j'ai filtré le plus soigneusement possible. 

 

Beurre corporel au café civette et au P3R

 

P1020101.jpg

 

J'avais un merveilleux fond de beurre de café d'Akuawoods que j'ai utilisé pour cette recette réalisée comme mes précédents beurres au P3R

 

Pour la composition parfumée, je me suis inspirée d'une eau de toilette pour homme de Jo Malone Black vetyver café, particulièrement réussie. Elle mèle épices, vanille, santal vetyver et café noir.

 

29g beurre de karité du Bénin

5g chocolat blanc (la petite fabrique)

6g beurre de café (akuawoods)

4g huile de coco vierge

15g huile au café civette (sur coco fract)

2g P3R

1g vitamine E

1g GMS (émulsifiant)

 

35g silicium Dynasil

5 gtes elixir calling all angels

 

2% HE

15gtes extrait CO2 café

20gtes HE vetyver

7gtes HE coriandre

8 gtes HE santal Ouvea (un précieux cadeau de Catherine)

10 gtes extrait CO2 vanille

 

Le beurre ne paie pas de mine, mais appliqué sur la peau en mini-quantité, son parfum un peu sombre reste présent toute une journée ou presque. C'est parfait pour voyager.

 

 

J'ai également concocté une eau de parfum sur base de teintures odorantes, dont celle de café civette.

 

Eau de parfum Secret d’expresso


 

P1020099.jpg

 

Comme j'ajuste un peu au nez, je ne donne pas de pourcentages exacts, juste des mesures en g et en gouttes…


 Le café civette et le labdanum sont réalisés sur des degrés d'alcool élevé, ce qui facilite la dissolution des HE.

 


Teintures maison

 

40g café civette 

5g labdanum 

20g yuzu

19g vanille (un cadeau odorant d'Irène)

18g lime du Portugal

2g ciste de Grèce

 

Un peu moins de 4% d'HE:

 

 Extrait CO2 café 25gtes (Fresholi)

Coriandre 10 gtes

Bois de rose 15 gtes

Davana 7gtes

Co-distillation vetyver/night queen flower 5 gtes (Lotus aromatics)

Santal blanc (Inde) 6gtes

Santal d'Ouvéa 4 gtes

Vetyver (rapporté de Calcutta) 20 gtes +6 en rectification 

Vanille extrait CO2 15 gtes (Ananda apothecary)


Benjoin (teinture) 50gtes


J'ai laissé macérer plus de deux semaines et rajouté un soupçon de vetyver à la fin. J'ai été inquiète au début car le bois de rose dominait tout, puis il s'est sagement fondu. La première note est café avec une pointe de vetyver, puis vient le bois de rose et une suavité douce, ensuite, on navigue sur fond de café dans une nébuleuse olfactive  plus complexe… C'est un parfum qui tient bien. 

 

Il faut bien sûr apprécier l'odeur du café, ce qui est mon cas, alors que j'en bois très peu.

On peut aussi tenter l'expérience avec n'importe quel café pourvu qu'il soit bien odorant.

 


 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0