Publié le 13 Mars 2014

 

 

Pour réaliser ce sérum, je me suis inspirée d'une recette précédente qui avait bien fonctionné:

  le sérum contour des lèvres La reine des abeilles (ici).

 

 

 A la différence de cette formule, je n'ai mis ni extrait CO2 ni HE pour voir si teintures, huiles, hydrolats et peu d'actifs en réalité, suffisaient à en faire un produit efficace.Je réponds, -avec une certaine fierté je dois l'avouer-:  oui.

J'ai privilégié les ingrédients réparateurs, cicatrisants-régénérants et anti-inflammatoires.

 

Comme ce sérum est réalisé avec du simulgel, j'ai adopté le one pot… réalisé dans un vrai pot (de confiture) stérilisé au préalable (10mn à l'eau bouillante en démarrant à froid, -on compte 10mn à l'apparition de l'ébullition- suivi d'un rinçage, sans essuyage, à l'alcool).

 

En effet, depuis le temps que j'utilise le simulgel comme émulsifiant, j'ai constaté que la meilleure manière de procéder à l'homogénéisation était de secouer le mélange avec la plus grande énergie. Le recours au bocal marche donc bien mieux que la cuillère magique ou le mixer.  

 

P1020896.jpg                                                     Je trouve ce conditionnement très pratique pour les sérums

 

Sérum gélifié figues de barbarie/ciste  sur 100g (ou en %)

 

 

Eau 55,9

Amigel 0,5

Chauffer légèrement  pour faciliter la  dissolution, touiller

 

jus d’aloes 5

plasma de Quinton 5

hydrolat de ciste 5

hydrolat d'encens 5

germanium (Catalyons) 5

Soothex 1

 

teinture de ciste 2

elixir de rose au miel dans cognac 2

hyalomuco 1

teinture de centella asiatica (Elixalp) 0,5

géogard 0,6

 

monoi 2

huile de ricin 1

huile de figue de barbarie  portugaise 3

huile de sésame macérée avec urucum/tomates 1

huile de jojoba 2

vit E 0,5

1 goutte de carmin (rouge baiser AZ)

 simulgel 2

 

Incorporer dans l'ordre les ingrédients. Secouer fortement le pot fermé jusqu'à formation du gel. Je trouve que l'association simulgel+amigel donne un résultat plus souple qu'avec la xanthane.

 

Le parfum, très doux, est apporté par le monoi et par l'élixir de rose au cognac.

 

*Elixiir de rose au miel dans cognac


L'herboriste américaine Kiva Rose en parle sur son blog ici, et Irène, qui s'en est inspiré, en a fabriqué un aussi. Le mien sent le (très bon) cognac.

 

P1020496.jpg                                                                Les vieux rosiers de Roscoff

 

Je l'ai réalisé l'été dernier à Roscoff, avec des roses fraiches du jardin que j'ai effeuillées dans un bocal stérilisé. J'ai ajouté un miel local ( 1/4) et complété les 3/4 restants avec un vieux cognac. J'ai laissé un peu au soleil, secoué, puis  filtré au bout de quelques jours (et non des six semaines recommandées). C'est un élixir réputé pour être très apaisant et cicatrisant. 

 

* Teinture de centella asiatica (Elixalp)


 J'utilise de cette marque quelques teintures dites "alchimiques" car toutes les parties de la plante sont utilisées y compris ses restes calcinés, ce qui offre un apport en sels minéraux. Je commande surtout chez eux de la rose (parfum exquis), de la centella, de l'harpagophytum anti-douleur articulaires. Les principes actifs, très cicatrisants, de la centella sont hydrosolubles, mieux vaut l'utiliser en teinture alcoolique ou en hydro glycériné.

 

Un autre laboratoire, Lavandes et compagnie, prépare également de merveilleux produits "alchimiques" avec cette méthode du totum de la plante.

 

*Germanium (Catalyons)

 

Le germanium est un métalloide rare, que l'on trouve aussi à l'état de traces dans l'ail, le ginseng, certains champignons, etc. Quant aux catalyons, ce sont des dissolutions de métaux sous forme ionisée et à une concentration non toxique dans de l'eau dynamisée. Une sorte de super oligo-éléments.

Je les avais découverts en utilisant de l'eau d'or qui existait alors en solution pour les yeux (elle n'est plus au catalogue), un merveilleux anti allergique. J'ai poursuivi en employant de l'eau d'or dans mes produits pour le visage puis j'ai testé le germanium ( ici en l'associant à l'eau d'or) tenu pour oxygénant et très régénérant (voir ici par exemple). Les laboratoires Catalyons proposent d'ailleurs depuis quelques temps une brume pour le visage (peaux matures) magnésium-germanium.

 

Ciste et encens

 

Je ne les présente plus, tant ils font partie de mon répertoire favori. Le ciste est présent ici en synergie,  -teinture et  hydrolat-, tut comme l'encens -incorporé en extrait (soothex) et en hydrolat-.

 

Je ne détaille pas le reste, également choisi pour les effets anti-décrépitude, selon l'expression chère à Michèle :


-hyalomuco, à base d'acide hyaluronique, mais aussi de D panthenol, de chitosan, de facteur NMF. Je trouve ce produit (Utiles de zinette) particulièrement pratique, et simple à doser.


-huile de figue de barbarie dont j'ai parlé dans l'article précédent; ici, il s'agit de la vraie!


-plasma de Quinton, une eau de mer que j'utilise en général à hauteur de 5%

 

-jus d'aloes en ampoule, donc peu traficoté. 

 

P1020895.jpg                                   un soupçon de sérum dans une assiette de dinette…

 

A l'application, ce sérum est d'une grande légèreté, tout en étant  hydratant et régénérant. J'en ajoute parfois dans la journée.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #cremes - serums - etc…pour le visage

Repost 0

Publié le 6 Mars 2014

Tu soulignes le tour des lèvres avant de passer du rouge?


-Ben non, pourquoi?


-On dirait…  


Après cette remarque qui m'a intriguée de la part d'une gentille, de retour à la maison, je me suis postée (face et profil) devant un miroir: il y avait bien un petit effet "bombé du contour". Est-ce nouveau, je ne sais pas, disons que la zone m'a semblée densifiée.


C'est ce qui m'incite à poster cette recette de baume à lèvres réalisé à Noël pour offrir. J'en avais conservé un tube pour tester, et je me tartine consciencieusement matin et soir en débordant bien.

 

Ce n'est pas une première sur ce blog! loin de là. Par exemple, pour ne citer que les recettes utilisant des ingrédients repris dans ce nouveau baume repulpant: 


ici , un gloss au chocolat blanc,

ici une barre pour les lèvres avec cires d'abeille, de carnauba, de rose

ici   un baume vanille, monoi, cacao  avec du ricin et de la cire d'abeille

ici encore, un baume réalisé en 2008, baptisé rosissime et que j'avais beaucoup aimé avec du beurre de cacao, des cire de rose, d'abeille et du ricin … 

 

J'arrète, pour éviter de paraître trop obsessionnelle.

 

J'ai donc scruté avec attention ma nouvelle formule qui reprenait pas mal d'ingrédients déjà employés pour voir où pouvait se nicher la différence… 

 

D'abord la recette (sur 60g), assez ferme pour couler en tubes

 

4g cire d’olive

3g cire d’abeille en feuilles

3g céralan

2g cire de carnauba

1g cire de rose


4.8g huile macérat huileux de figue de barbarie bio

9.2g huile de sésame bio macérée à l'urucum et aux tomates séchées (avec vitamine E)

10g huile de jojoba bio

6g huile de ricin bio


4g monoi

8g chocolat bio blanc à la vanille

4g karité


1g alcool de lanoline


1 gte de rouge baiser AZ (carmin sur support huileux)

 

soit en % (arrondis)


cires: 21,7%

huiles fluides: 50% 

beurres et graisses saturées (c'est à dire solides à température ambiante en pays tempéré): 26,7 %

alcool de lanoline: 1,6%

 

 

P1020883.jpgLe rouge du carmin est tempéré par le macérat urucum-tomate très orangé

 

  Quatre nouveaux ingrédients ont pu jouer, ou plus probablement, la synergie a bien fonctionné:

 

* La cire d'olive, ('ici). Proche pour le rendu de la cire d'abeille, elle apporte un plus de douceur.


* L'huile de figue de barbarie bio :  très efficace contre le dessèchement; elle est très riche en antioxydants (vitamine E, acides gras poly insaturés : oméga 6 surtout) et en stérols (anti inflammatoires). Voir la fiche d'AZ, bien faite comme d'habitude.

Je l'achète en petits berlingots de 10ml pour éviter son oxydation car elle est un peu fragile.


Edit: suite à un commentaire de Lolapit, je suis allée voir sur le site d'AZ: eh bien, ce que je prenais pour de l'huile de figue de barbarie en berlingot, n'est en fait qu'un macérat huileux (le berlingot est quasi-illisible, à ma décharge…)  En revanche, l'huile portugaise dont je parle ensuite est bien extraite des pépins.

AZ entretient un peu le flou car le macérat huileux est exposé en compagnie des huiles dans la boutique, et je ne sais fichtre pas où ils peuvent bien ranger les mini-flacons d'huile véritable de figue de barbarie!


 

P1020189.jpgFigues de barbarie en fleurs à Fourni, en Grèce  (juin 2013)


Lors d'un voyage dans l'Alentejo au Portugal, on m'a offert un flacon d'une huile de figue de barbarie produite localement; je suis en train de la tester avec bonheur dans un sérum gélifié pour le visage.  Voir ici (en anglais) pas mal de détails sur cette production


*Le macérat à l'huile de sésame: l'urucum et la tomate  (que j'avais séchée au four) sont anti oxydants. Quant à l'huile de sésame, -encore une huile très riche en vitamine E- c'est l'une de mes armes favorites anti-sécheresse pour nourrir la peau.


*l'alcool de lanoline (j'ai beaucoup utilisé auparavant le substitut de lanoline): très émollient est lui aussi anti-dessèchement.

 

J'utilise d'ordinaire un chocolat blanc, non bio mais si délicieux que je passe outre, celui de la petite fabrique (boutique rue Saint Sabin, 75011). J'ai acheté du chocolat blanc bio notamment car il était parfumé à la vanille, mais on la sent si peu : je préfère le goût de l'autre…

 

P1020887.jpg

Le chocolat blanc se conserve à température ambiante (pas trop chaude quand même) mieux qu'au frigo

 


Le chocolat blanc est à base de beurre de cacao, de sucre, et parfois de poudre de lait. Je pense que celui de la petite fabrique, particulièrement onctueux est très riche en beurre de cacao. Je trouve le résultat final plus souple qu'avec un simple beurre de cacao. 

 

La réalisation de la recette est simplissime:

 

Mettre à fondre au bain-marie tous les ingrédients (sauf l'huile de figue de barbarie et le colorant) disposés dans un petit récipient propre et désinfecté; touiller lors de la fonte. Sortir le récipient quand tout est fondu, laisser un peu tiédir, ajouter l'huile de figue de barbarie, la goutte de colorant (très puissant) et bien remuer pour homogéneiser. Verser dans des tubes, ficelés avec un élastique pour les tenir à peu près droit, à défaut de support pour les poser. Moune, on attend ton tuto magique! Laisser refroidir avant de les boucher. 


J'aime beaucoup les tubes blancs de Bilby coiffés d'un bouchon de couleur, ce n'est pas celui photographé ici, les autres ont déjà été distribués.

 

 *Voir aussi la très jolie formule de baume à lèvres de Michèle publiée très récemment sur Potions et Chaudron.

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 28 Février 2014

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCN3838 cimetière

                                      Cimetière du Céramique à Athènes avec vue sur l'Acropole (2007)

 

 


C'est une vue dont je ne me lasse pas, une vision apaisée de l'impermanence,

 

… avant de reprendre les publications sur ce blog.


 

  EDIT: Un grand merci pour tous vos messages. Exceptionnellement, je ne répondrai pas individuellement mais le cœur y est…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #En Grèce

Repost 0

Publié le 13 Décembre 2013

Je suis obligée de publier au moins quelques mots pour ôter la pub de ce blog…

 

C'est la dure loi d'over-blog, même si une pause m'est en ce moment précieuse et nécessaire

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 25 Octobre 2013

Ce n'est pas mon premier savon à la poudre d'encens… mais j'ai voulu tester une nouvelle manière plus commode d'obtenir cette poudre.

 

J'ai déjà publié des savons à l'encens ici, ici ou ici (pilé et infusé dans du lait) qui renferment aussi des HE.

 

Pour tester dans cette série la puissance olfactive de la poudre d'encens, j'ai fait l'impasse sur d'autres ajouts odorants.

 

Le truc tout simple, découvert ici sur le blog Apothecary garden, celui d'un passionné de résines (on y trouve aussi des considérations très intéressantes sur les teintures d'encens) : placer les résines au froid avant de les piler. C'est aussi bête que ça. 

 

J'ai donc testé, et bien sûr, cela rend la réduction au mortier (en acier) bien plus aisée, car les résines ne collent pas tant qu'elles restent très froides.Dan Riegler, l'auteur du blog (qui a aussi une petite boutique car il distille), pile même ses résines au moulin électrique.

 

Ensuite, je tamise pour conserver une mouture très fine. Sans peser, j'ai ajouté une petite cuillérée à café de poudre d'encens pour 300g d'huiles.

 

P1020749.jpg

 

La recette

 

300g huiles

 

30g blanc de bœuf 10%

15g ricin 5%

30g karité 10%

75g coco 25%

33,5 avocat bio 11,2%

86,5 olive bio 28,8%

30 palmiste 10%

3 toco 500

 

La mousse obtenue est très fine.

1 cuil à café crème fraiche crue dans les huiles

 

 Lessive de soude à 30%  pour un surgraissage à 8-9

 

1 cuillérée à café de poudre d'encens à la trace

 

Couleur


indigo très dilué+ emincés de savons bleu et vert


Avec les huiles d'avocat et d'olive, j'avais un mélange d'un jaune  soutenu. Je voulais des nuances pastel. J'ai donc testé un peu d'indigo (trouvé ici) dilué dans de l'eau déminéralisée et comme je m'y attendais… j'ai obtenu un beau vert pâle, qui monte peu à peu. (Les savons ont 15 jours).

J'ai ajouté des copeaux de savons à la pâte.

 


 

 P1020751 

C'est un savon tout simple aux couleurs douces, j'espère que le parfum citronné de l'encens sortira.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 15 Octobre 2013

C'est une technique minimaliste que je pratique depuis un mois et qui a des effets hydratants profonds.

 

Depuis des années, j'utilise de loin en loin le miel en masque sur le visage pour donner un coup de fouet. (Ici un article datant de… 2006). Je ne sais pas trop comment l'idée m'est venue, en tout cas, un soir, en appliquant le miel sur peau très mouillée, j'ai constaté qu'il se liquéfiait littéralement et donc qu'on pouvait le masser facilement. J'ai donc décidé  de détourner le masque en démaquillant. Je me maquille très peu, rouge à lèvres et un  soupçon de blush, les couleurs partent bien avec.

 

Au fil des jours, j'ai constaté une unification du teint et surtout un effet très hydratant en profondeur, puisque je peux désormais utiliser des crèmes légères le matin, ce qui était impossible avant l'usage quotidien du miel.

 

Le miel semble aussi faire remonter plus vite à la surface de la peau des impuretés enkystées, sans que ce ne soit néanmoins le bénéfice premier qui reste l'hydratation.


L'apicultrice Catherine Ballot-Flurin dans un petit livre épatant "Les bienfaits de l'apithérapie" (editions Eyrolles) conseille l'eau miellée comme démaquillant.

L'eau miellée est une eau "dynamisée" au prélable dans laquelle on dilue un peu de miel, (à conserver quelques jours seulement au froid).


Irène avait mis au point une crème miellée qui incorpore de l'eau miellée. C'est ici

 

 

P1020748.jpgJ'ai transféré le miel dans un pot cosmétique

 

Le procédé pour le démaquillage est simplissime.

 

-Mouiller abondamment la peau (je vaporise de l'eau d'Uriage).

 

- Prélever du bout d'un doigt (propre!) l'équivalent d'un gros pois de miel et l'appliquer sur le visage. J'utilise un miel bio de fleurs de carottes (Famille Mary)  offert par Michèle.

 

-Au contact de l'eau, le miel se liquéfie, ce qui permet un massage doux

 

-Oter avec un kleenex ou un tissu microfibre

 

-On peut éventuellement rincer encore, si on souhaite. La peau est devenue très douce.

Pour l'instant, je n'utilise plus de crème de nuit.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #démaquillants

Repost 0

Publié le 10 Octobre 2013

La mémoire joue de drôles de tours! Dans mon souvenir, les bonbons Batna dont je raffolais, gamine, étaient réglisse-menthe. J'ai donc fait des savons nostalgie avec ce parfum… Mais en vérifiant sur le net, j'ai découvert qu'en réalité, ils associaient la réglisse à l'anis… Trop tard, mes savons étaient déjà démoulés et ils sentent vraiment réglisse-menthe.

 

J'ai profité de cette série pour poursuivre le grand nettoyage de mon frigo et par la même occasion je me suis amusée à  calculer une formule comprenant les 8 acides gras retenus par Soap calc.

Soit :

*quatre acides gras saturés: acides laurique, myristique, palmitique, stéarique

*deux monoinsaturés: ricinoléique, oléique

*deux polyinsaturés: linoléique, linolénique

chacun apportant une qualité particulière au savon.

 

500g huiles


11,08% huile de chanvre bio  55,4g

24% macérat d'huile d'olive bio au laurier 120 (de fabrication très récente)

25% coco odorant 125

15,52%  Blanc de bœuf 77,6

18,4% Beurre de macadamia 92

5% Ricin 25

1% Cacao  5

1 cuil à café de crème fraiche crue dans les huiles

 

lessive de soude pour un surgraissage à 8 environ

+1% (5g) lactate de sodium pour durcir

 

Parfum


*HE de menthe poivrée 6,7g (Puressentiel)


*Fragrance (premium sans allergène) réglisse (Utiles de Zinette) 3,7g très efficace à cette dose inférieure à 1% et au parfum très net


Malgré un % d'HE et de fragrance modéré, les deux parfums sont vraiment présents. Le réglisse apaise la sensation un peu brutale donnée par la menthe poivrée quand elle est utilisée seule.


 

P1020744corrige.jpg

 

J'ai utilisé la technique de l'assiette imaginée par Sukizu, qui me ravit toujours autant.

 

 

Couleurs

 

Ayant choisi du chanvre et une macération de laurier pour l'idée vert menthe, j'ai complètement changé en cours de route… et suis allée plutôt sur des tons pouvant évoquer la réglisse.


1. mica or GM+gleaming gold (TKB)

2. blackest black matte tone (TKB)

3. néon rose+oxyde rose+peach blow (GM)

4. Naturel

 



 

P1020745.jpg

Pour faire briller les savons, j'ai testé le chiffon microfibre (destiné aux lunettes) passé sur la pate bien sèche, et qui donne une jolie patine. 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 28 Septembre 2013

Les boites d'œufs de caille (dont je raffole, les œufs, pas les boites… ) me faisaient de l'œil depuis très longtemps. Mais qu'en faire?

 

Une fois de plus, c'est en rêvant devant la folle ingéniosité des installations savonnesques de Sukisu que l'idée a germé. Elle avait réalisé une série de savons "multifunnel", marbrés, en trouant à intervalles réguliers un emballage de jus de fruits disposé en longueur c'est ici, (image du début de l'article), technique qu'elle a raffinée par la suite, comme elle le montre en images à la fin du même article.

 

Mon idée n'est donc pas révolutionnaire, c'est juste une déclinaison liée à une inclinaison gourmande.

Il se trouve que mes œufs de caille préférés sont conditionnés en boite de 18, en trois rangées de six alvéoles, et que la longueur de leur boite en plastique transparent coincide à peu près avec celle du moule en plexi.

 

P1020732.jpgLes deux rangées du fond sont trouées


J'ai donc simplement fait un trou au fond de chaque alvéole… hélàs, pas assez grand, car ma pate a figé plus vite que prévu (je voulais vider des fonds de flacons de fragrance, ce qui a dû accélérer la trace) et  les trous … se sont vite obstrués. J'ai commencé par les déboucher au fur et à mesure que je versais, mais j'ai fini par abandonner car le figeage gagnait dangereusement du terrain. J'ai donc fini le marbrage à la cuillère!


Résultat: en jouant avec les coupes, j'ai obtenu des savons très différents d'une face à l'autre.



P1020738.jpg

P1020735.jpgDeux morceaux, recto et verso

 

J'ai repris exactement la même composition que pour le savon précédent car après tests, la mousse me plait beaucoup:

 

500g huiles et gras

25% coco125g

10% blanc de bœuf  50g

10% beurre cacao 50g

10% karité 50g

5% ricin 25g

10% tournesol oléique 50g

30% olive 150g

vitamine E

 

lessive de soude pour un sugraissage à 8

 

Parfum

 

fragrance labdanum 3,2g

HE African bluegrass 4,3g

Fragrance violette 0,2g

 

Pour l'instant, on ne sent que l'HE, au parfum très végétal particulièrement puissant, j'espère que le labdanum finira par sortir un peu.

 

Couleurs


4 récipients

-mica rouge rubis+oxyde rouge

-copper fire (TKB) +neon jaune

magic red+oxyde rose+peach blow

-naturel

j'ai choisi de décliner des rouges dans des nuances proches, peut être trop …

 

 Ce n'est pas exactement ce que je voulais, mais au final, je les trouve assez jolis… malgré le commentaire du gourmand de la maison qui m'a foudroyée:


 

P1020737.jpg


-miam, on dirait du pâté de tête!!

 

(pour cette face texturée)


 

Notes culinaires à l'intention de Michèle qui veut soutenir son boys' band

 

Je consomme les œufs de caille au petit déjeuner (sur une tartine beurrée), au goûter (avec un petit anchois à l'huile en plus) et en propose souvent à l'apéro après les avoir écalés (pour éviter les brisures de coquilles sur les canapés!) 

 

Ils sont également excellents, coupés en deux, dans une salade verte (notamment roquette, pissenlits ou mâche) -avec ou sans anchois-.   

L'hiver, je prépare une salade de mâche+tronçons de harengs doux fumés+œufs de caille+ huile d'olive (ni vinaigre ni sel) +éventuellement une pointe de curry. On peut faire de même avec une salade de lentilles; dans ce cas, ajouter du vinaigre balsamique et un trait de sauce soja.

 

Cuisson des œufs de caille: démarrer à l'eau froide, compter 4mn à partir de l'ébullition. refroidir tout de suite. Préférer les œufs de caille provenant d'élevages français (c'est écrit sur la boite). Outre des raisons ethiques, le goût est bien meilleur. 

 

En médecine chinoise, ils sont classés dans les aliments de nature neutre, -on peut en déguster en toute saison- et de saveur douce, ce qui contribue à relâcher les tensions et à combattre l’insomnie.    

 

edit: suite au commentaire d'Elefteria, les œufs de caille sont effet réputés pour avoir une action anti histaminique. Il existe une cures d'œufs de caille à cru tous les matins selon des protocoles à respecter. Comme je n'ai jamais testé et que j'étais plutôt sur la gourmandise pure j'avais omis d'évoquer cette thérapie. Un lien pdf  ici

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 10 Septembre 2013

Une fois encore, révant de convoitise devant les savons de Sukisu, j'ai cherché à m'en inspirer…

 

il s'agit de ses savons fleurs marbrés dans un tube en plexi grâce à la base d'une bouteille plastique trouée. C'est ici


Je n'avais pas de tube plexi, j'ai cherché un substitut. J'ai donc arpenté le rayon boissons d'un supermarché en caressant les flancs de bouteilles en plastique PET pour élire la plus lisse de toutes… sous l'œil intrigué d'un client qui a dû me prendre pour une folle furieuse.


La chanceuse : une bouteille de limonade artisanale. D'abord, je l'ai bue (bien glacée et corsée d'un jus de citron) avant de lui faire subir quelques outrages. 

Je l'ai sectionnée à la base pour récupérer le culot que j'ai percé de 5 trous -comme l'a fait Sukisu-. J'ai pratiqué des ouvertures irrégulières pour casser la symétrie du résultat.

 

P1020715.jpg

J'ai ensuite versé du sable dans la bouteille sectionnée (goulot fermé dirigé vers le bas) jusqu’à l'épaulement. Puis j'ai posé une feuille d’alu sur le sable, superposé en double épaisseur du papier sulfurisé avant de couler de la cire d'abeille sur le tout pour bien isoler le fond.

J'aurais dû poser la bouteille bricolée dans un récipient haut pour avoir les deux mains libres (ce que je n’ai pas fait… )

 

La formule


400g huiles


25% coco 100

10% blanc de bœuf 40 (merci ma chère Ed)

30% olive bio 120 (macérée au genevier, à la rose et au laurier)

10% beurre de cacao Sol Semilla (un cadeau magnifique de Mlk) 40

10% karité brut de Côte d’Ivoire, trouvé dans mon quartier 40

5% ricin bio 20

10% tournesol oléique bio macéré à la rose 40 (je suis en train de vider mes placards… )

vit E

1 grosse cuil à café de crème fraiche bio à 40% de matière grasse (Yes! j'en ai trouvé aux Nouveaux Robinsons, au lait cru en prime)


lessive de soude pour un surgraissage à 8

soie tussah


Parfum

fragrance à la violette 8g (pour finir le flacon)

4 un mélange d'attar de jasmin indien et de coco fract(pour casser la violette)

dans ricin


Couleurs

 

P1020577.jpgLa Giudecca depuis le vaporetto

 

P1020609.jpgA Murano

 

je ne suis pas partie sur les roses vénitiens, mais sur les bleus car je voulais tester un indigo que je viens de recevoir.


4 récipients.

-naturel

-indigo+oxyde bleu +mica bleu profond

-mica bleu (secrets cosmétiques) +un peu de rose néon

-mica bleu+un peu d'argile blanche

Couleurs diluées dans un peu d'eau déminéralisée au préalable.

 

Verser les pates l'une après l'autre jusqu'à extinction. je n'ai pas pu racler les fonds de pot à la spatule car je n'avais qu'une main si je puis dire, l'autre tenant la bouteille. (j'ai trouvé après-coup le récipient haut adéquat pour faire tenir la bouteille au séchage!) J'ai donc fait un mini savon de plus dans un moule pour ne pas perdre ces fonds. 

 

P1020716.jpg

  Mettre au congelo une heure avant de démouler.


Oter le bouchon, vider le sable, pousser légèrement le bouchon, ça descend tout seul.

 

 

P1020727.jpg

le cylindre de savon coiffé de son chapeau de cire

 


Patienter avant de trancher, ce que je n'ai pas fait… mais le résultat m'enchante quand même.

 

P1020728.jpgLes cinq tranches, délicieusement réversibles

 

 

Les savons sentent la violette un peu trop violette, mais le beurre de cacao exceptionnel -plus que le jasmin- casse sa trop grande candeur.

 

P1020730.jpgPlutôt Monet que vénitien… et on voit les traces du couteau car j'ai été impatiente de trancher.


Je réitère mes remerciements admiratifs à Sukisu

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Repost 0

Publié le 4 Septembre 2013

Il y a deux ans, c'était le mandarine qui m'avait surtout tapé dans l'œil. Cette année, la palette s'est élargie. Des suggestions de tons pour une future série savonnesque?

 

Tout se joue dans la nuance… et dans les reflets.

 

 

P1020571.jpg

Pendant la Biennale, de nombreux palais abritent des expositions et deviennent alors accessibles au public. Variation sur les ocres.


 

P1020578.jpgL'île de la Giudecca vue d'un vaporetto. Rose buvard soutenu. Là, c'est pas gagné couleur savon…


 

P1020610.jpgMurano, poisson de verre, l'exposition (Glasstress) a été installée dans une ancienne usine. Un rose très corail.


 

P1020635.jpgFaçades à Murano. Rose-rouge éteint.

 

P1020691.jpgLe spritz du soir au café Orange, sur le campo Santa Margarita (avec grosse olive et tranche d'orange. Pour une bonne explication de la recette voir ici). Il est servi plus corsé (avec juste une goutte de soda… ) à la Cantine del Vino “Gia Schiavi”, toujours dans le quartier de Dorsoduro, mais il faut le siroter debout!

Le fameux  rouge orangé Apérol


 

P1020697.jpgUn beau poulpe sur un étal du marché aux poissons de Chioggia (ville très vivante, popu et affairée avec pleins de canaux. On peut la joindre depuis Venise par la route ou par la lagune). C'est la nuance ocre rose d'Italie, diluée… 

 

P1020700.jpgLa bache de la halle aux poissons de Chioggia, avec les mouettes qui scandent le décor. Rouge et rose associés. A tenter…


 

P1020705.jpgLe pavement très chic de l'eglise des Gesuati. Ocre rouge à associer avec  du beige chiné et du bleu pétrole.

 

Tout ça signé bien sûr… Venise.

 

P1020545.jpgElement d'un rideau en lettres de verres (exposition Glasstress au palazzo Cavalli Franchetti sur le campo  San Stefano)

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Venise

Repost 0