Publié le 2 Août 2016

 

Publié le 2 Août 2016

Je renoue avec ce blog dans la gourmandise.

 

Le houmous, c'est quoi? Juste une purée de pois chiches mêlée à de la purée de sésame, plus divers ajouts selon les pays méditerranéens, il sont plusieurs à se disputer son certificat de baptème; (Il y a même eu un film là dessus: http://www.makehummusnotwar.com/index.html pour les infos)

C'est délicieux et rassasiant, on peut en préparer à l'avance, mais si on démarre la recette avec des pois chiches non cuisinés, il faut aussi apprendre la patience…

Après pas mal d'essais, j'ai fini par fignoler une recette -peu grasse- qui me ravit, en partant tout simplement de flocons de pois chiches, ce qui réduit drastiquement le temps de la préparation.

Voici donc la formule magique pour 3 à 4 personnes

50g de flocons de pois chiches (j'aime beaucoup ceux de la Vie Claire)

-2 à 3 feuilles de laurier séché

-1/2 bouillon cube de légumes bio (Rapunzel en particulier)

-2 grosses cuillerées à soupe de purée de sésame

-une cuillerée à café d'ail bio en poudre (ça aussi, ça aide!)

-de l'eau

et c'est tout.

Verser les flocons de pois chiche en pluie dans deux fois leur volume d'eau bouillante.

Ajouter les feuilles de laurier.

Après la reprise de l'ébullition, baisser le feu.

Au bout de 10mn, c'est cuit, ajouter alors le demi bouillon cube, touiller pour le dissoudre. Le mettre en fin de cuisson évite de trop saler le mélange. Il ne doit rester que peu de liquide. Les flocons ont les pieds dans l'eau sans être noyés.

Verser le tout dans un mixer.

Ajouter la purée de sésame

Saupoudrer d'ail en poudre. Si on veut utiliser de l'ail entier, le mettre à cuire avec les pois chiches, mais je trouve que la poudre d'ail apporte une bonne homogénéité de goût.

Touiller un peu avant de mixer fin après avoir ôté les feuilles de lauirer. 

C'est fini. Le laurier apporte une note verte intéressante, le bouillon de légumes donne ce qu'il faut de sel et de parfum végétal qui allège le mélange pois-chiches-sésame.

On peut si on aime -mais je ne trouve pas cela vraiment nécessaire- ajouter en remuant bien

-un demi jus de citron

- et/ou une cuillerée à café d'huile de sésame non torréfiée.

Placer au frais avant de servir.

 

 

​C'est un excellent en-cas ou meme déjeuner si on prépare des petites "barquettes": il suffit de placer une cuillerée à café de houmous dans une feuille de salade…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #petits plats

Publié le 17 Décembre 2014

 

Mlk nous avait fait découvrir cet été le stabnatural, émulsifiant que je qualifierais de presque miraculeux, voir son article ici. Il m'a beaucoup inspiré.

 

Je ne pensais pas poster cette formule, mais comme je ne cesse de refaire cette crème pour une copine, que j'en utilise tous les soirs (j'en mets un mini-pot sur ma table de nuit), je m'y colle. 


 Je suis souvent en train de bricoler ou de cuisiner et j'ai la fâcheuse habitude de me couper (lames très affutées à la maison), ou de me brûler. Pas des gros bobos mais en détournant Gainsbourg : des petites coupures, des petites blessures…

 

Le baume cicatrisant express au ciste (que je fais et refais, voir ici) fonctionne très bien, mais c'est un baume et par définition, il est grassouillet, ce qui n'est pas très pratique quand on souhaite continuer à bricoler.

 

J'ai donc repris pas mal de ses éléments, en ai ajouté d'autres, et j'ai utilisé comme émulsifiant le stabnatural (INCI: bentonite et xanthane, trouvé chez Huiles et Sens ici ). Il permet de faire des crèmes à froid et donc d'incorporer hydrolats et jus d'aloes sans chauffer, ce qui m'intéressait pour ma formule à visée cicatrisante.

Je suis restée proche de la formule de Mlk, j'ai légèrement augmenté la phase huileuse. Comme elle, j'ai introduit le stabnatural en phase huileuse (alors que H et S préconise de l'introduire en phase aqueuse, je tenterai une prochaine fois), n'ai pas utilisé de glycérine (ici j'ai ajouté du bisabolol apaisant, parfois j'ajoute aussi du hyalomuco, mais je suis en rupture de stock), et boosté la phase aqueuse avec de l'aloes et des teintures. 

 

P1090782.jpg

 

Crème cicatrisante pour les mains à la lavande, sur 100g ou en %

 

Phase aqueuse


30 jus d'aloes (soit deux ampoules)

19 hydrolat de ciste (merci Sylvie, ma pourvoyeuse de ce merveilleux hydrolat)

20 hydrolat de lavande

1 teinture de ciste maison

1 teinture de labdanum maison

0,5 lysolecithine (ça marche aussi avec de la lécithine liquide)

0,6 géogard


5 gtes d'elixir floral pour la touche énergétique (0,15)


J'ai déjà testé:

-le chêvrefeuille conseillé pour un manque d'intérèt au présent; ce qui se passe quand on n'est pas assez vigilant et qu'on se coupe ou qu'on se brûle.

-le lis martagon, conseillé pour calmer l'agressivité ou l'esprit de compétition. Mieux vaut être simplement dans le faire et non dans le mieux-faire quand on bricole.


 

Phase huileuse


15 macérat de lavande dans olive (maison)

4 beurre de lavande maison (avec acide stéarique et alcool cétylique)

3,5 stabnatural

2 huile de rose musquée, cicatrisant hors pair

2 gélules de toco 500 (vitamine E)

0,5 bisabolol, cicatrisant efficace

2% d'HE: lavande 30gtes, bois de ho 15 gouttes, géranium rosat 15gtes

 

soit 99,25%, mais comme il y a toujours un ingrédient qui déborde un soupçon, je garde ces proportions.

 

Pour la couleur


-en phase aqueuse: une pointe de spiruline vert

ou

-en phase huileuse un soupçon de poudre de pastel liposoluble (trouvé chez Latitude Nature ici, qui propose aussi une excellente cire de soja pour bougies). Bien dosée, elle donne un beau bleu, sinon du vert avec le jaune des huiles.

ou,

-en fin d'émulsion une goutte de rouge baiser d'AZ pour un beau rose

 

Stériliser deux béchers dix minutes à l'eau bouillante vinaigrée. Profiter de la chaleur du bécher pour préparer d'abord la phase huileuse, le beurre va quasiment fondre quand on touille. Puis préparer la phase aqueuse et mixer longuement le mélange, je verse la phase aqueuse sur la phase huileuse.

 

P1090783.jpg

 

Cette crème parfumée à la lavande gante légèrement les mains avant d'être très vite absorbée. Elle facilite vraiment la cicatrisation de tous les petits bobos. J'ai aussi remarqué, en l'appliquant tous les soirs, qu'elle fortifiait les ongles.

 

 

Pourquoi ce choix de la lavande?


Pour son parfum rassurant comme pour la polyvalence de ses usages tant elle se révèle  régénérante, cicatrisante et surtout harmonisante.


"Si un buisson de Romarin rayonne quelque chose de fort et de fougueux, il émane de la touffe de lavande une paix douce et noble", écrit Wilhem Pelikan dans L'homme et les plantes médicinales, où il propose un décryptage anthroposophique du monde végétal

 



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Crèmes et laits mains et-ou pieds

Publié le 6 Octobre 2014

Ce gel est l'interprétation personnelle d'un produit réalisé par une marque spécialiste en HE (Puressentiel ) et que l'on trouve en pharmacie. Il marche très bien, n'est pas ruineux, est proposé en deux tailles, dont un tube mini de 5ml. J'en ai déjà souvent offert. Mais ça m'amusait de le refaire à ma sauce. J'ai testé récemment ma version sur le terrain (chute avec peau du tibia bien entamée), il fonctionne parfaitement, alors que je n'ai mis du produit que deux fois par jour. 

 

La formule initiale, dosée à 10% de HE (avec 33 HE):

 

Aqua, Alcohol Denat, Tannic Acid, Hydroxypropyl Guar, Coco Glycerides, Allantoin, Mentha Piperita (Peppermint) Oil, Pimpinella Anisum (Anise) Fruit Oil, Foeniculum Vulgare (Fennel) Oil, Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Oil, Thymus Vulgaris (Thyme) Oil, Gaultheria Procumbens (Wintergreen) Leaf Oil, Juniperus Communis Fruit Oil, Lavendula Hybrida Oil, Citrus Medica Limonum (Lemon) Peel Oil, Melaleuca Leucadendron Cajaput Oil, Eucalyptus Globulus Leaf Oil, Cymbopogon Nardus (Citronella) Oil, Salvia Officinalis (Sage) Oil, Aniba Rosaeodora (Rosewood) Wood Oil, Lavendula Angustifolia (Lavender) Oil, Melaleuca Viridiflora Leaf Oil, Satureia Hortensis Oil, Thymus Serpillum Oil, Pelargonium Graveolens Flower Oil, Origanum Heracleoticum Flower Oil, Cupressus Sempervirens Oil, Ocinum Basilicum (Basil) Oil, Santalum Album (Sandalwood) Oil, Anthemis Nobilis Flower Oil, Cymbopogon Martini Oil, Pogostemon Cablin Oil, Boswellia Carterii Oil, Ravensara Aromatica Leaf Oil, Melaleuca Alternifolia (Tea Tree) Leaf Oil, Laurus Nobilis Oil, Myrtus Communis Oil, Helichrysum Italicum Oil, Cistus Ladaniferus Oil, Benzyl Benzoate, Citral, Citronellol, Limonene, Eugenol, Geraniol, Linalool.

 

Il y a  donc de l'alcool qui sert à diluer les HE, de la gomme guar pour la gélification, de l'allantoine apaisante, de l'acide tannique, astringente, qui dans l'explication donnée pour les produits Hauschka peut calmer les démangeaisons (voir ici) et des cocoglycérides, une huile de coco modifée très émolliente. Plus les 33 huiles essentielles.

 

mon interpétation sur 50 g

 

2,5g teinture d'achillée

2,5g HE

1g simulgel

1 g ricinion 

0,5g gomme guar

0,3g conservateur

31g hydrolat de menthe poivrée

10g hydrolat lavande

5gtes elixir rescue+5gtes  environmental yarrow solution

 

Préparer:


1. hydrolats+gomme guar+elixirs: laisser légèrement reposer pour bien diluer la gomme guar


2 HE+ ricinion: diluer les He dans le ricinion

 

3 teinture d'achillée+conservateur

 

4 simulgel

 

Diluer 2 avec 1, puis ajouter 3, puis 4 Bien remuer

 

Pour les HE:  75 gouttes,  environ 2,5g d'HE, 5%, soit moitié moins que la VO.


6 tea tree, 6 lavandin super, 6 lavande fine, 5 niaouli, 5 eucalyptus citriodora

4 romarin à verbenone, 4 thym géraniol; 4 bois de ho, 4 géranium, 4

encens-myrrhe, 3 camo romaine, 3 palmarosa, 3 menthe poivrée, 3 gaulthérie

odorante, 2 épinette rouge, 2 citronnelle, 1 patchouli, 1 santal,  1 helichryse

1 marjolaine à coquilles, 1 citron, 1 génévrier, 1 laurier; 1 ciste, 1 myrte

rouge, 1 girofle clous, 1 carotte sauvage

 

Mes choix


La teinture d'achillée


bon cicatrisant et hémostatique efficace. Elle agit aussi sur les hématomes.

voir par exemple ce qu'en dit l'excellent blog altheaprovence ici


Les hydrolats


-je commande celui de menthe poivrée par litre tant j'en fais usage (à la ferme de Saussac)

c'est un excellent antalgique, et a des propriétés anti bactériennes

 

-lavande: cicatrisant et régénérant

 

Les elixirs

 

-rescue: j'en mets dans toutes mes formules de soins d'urgence.

- environmental yarrow:solution:  un élixir particulier puisqu'il contient à la fois des teintures d'achillée et d'échinacée  (yarrow en anglais), de l'elixir d'arnica et d'echinacée. l est préconisé en interne otamment comme protecteur des radiations et pour soutenir l'immunité et comme anti stress. Je l'utilise en externe pour compléter l'effet protecteur d'urgence du rescue.

 

Les HE

 

J'ai modulé la liste originelle en tenant compte de ma pratique, on pourrait bien sûr faire d'autres choix.


J'ai gardé:

 

Mentha Piperita (Peppermint) Oil,  Rosmarinus Officinalis (Rosemary) Leaf Oil (romarin à verbenone pour moi), Thymus Vulgaris (Thyme) Oil, (thym à géraniol pour moi) Gaultheria Procumbens (Wintergreen) Leaf Oil (gaulthérie odorante pour moi), Juniperus Communis Fruit Oil, Lavendula Hybrida Oil (lavandin super pour moi), Citrus Medica Limonum (Lemon) Peel Oil,  Cymbopogon Nardus (Citronella) Oil,  Lavendula Angustifolia (Lavender) Oil, Melaleuca Viridiflora Leaf Oil,Pelargonium Graveolens Flower Oil, Santalum Album (Sandalwood) Oil, Anthemis Nobilis Flower Oil, Cymbopogon Martini Oil, Pogostemon Cablin Oil, Boswellia Carterii , Melaleuca Alternifolia (Tea Tree) Leaf Oil, Laurus Nobilis Oil, Myrtus Communis Oil (myrte rouge pour moi), Helichrysum Italicum Oil, Cistus Ladaniferus Oil,

 

 

J'ai ôté:


 HE d'anis et de fenouil (d'abord indiquées pour la digestion), cajeput et deucalyptus globulus (plutot pour le système respiratoire en premier choix),  sauge officinale (antiseptique, mais je n'en n'avais pas), bois de rose (remplacé par du bois de ho dont je préfère l'odeur), sarriette, thym serpillum et origan heracleoticum,tous trois très anti bactériens mais j'ai mis du girofle à la place, et il y a par ailleurs beaucoup de molécules anti bactériennes dans les hE déjà présentes, cyprès (circulatoire mais il y a déjà du myrte et du citron), basilic saint et ravensara aromatique que je trouve moins directement liés à la réparation cutanée.

 

J'ai ajouté:


eucalyptus citriodra, excellent anti inflammatoire (à la place du globulus)

bois de ho en place du bois de rose

myrrhe (asociée au santal), très cicatrisante

épinette rouge, excellent anti iflammatoire

marjolaine à coquilles, anti bactérienne et fongicide

girofle clou, antiseptique

carotte sauvage, régénérante cutanée.

 

Au total, mon gel semble moins costaud surtout avec l'élimination des HE de thym, d'origan et la quantité moindre d'HE mais j'ai contrebalancé avec d'autres ingrédients: teinture, hydrolats, elixirs pour jouer sur d'autres registres plus subtils et il s'est révélé très efficace.

 

Je l'ai conditionné en mini-tubes noirs très chics, à emplir impérativement aux deux tiers seulement avant de fermer, sinon, gare aux débordements.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié le 5 Août 2014

 

 

En regardant l'article sur mon blog, je viens de découvrir les premières publicités à l'affiche. Les gestionnaires d'OB n'ont même pas prévenu du moment où elles allaient démarrer! Je vais donc aviser. Cet article étant déjà écrit et publié, je le laisse. Pour la suite, je vous tiens au courant;

 

A la suite de péripéties estivales, j'ai eu récemment pas mal d'hématomes. Je n'étais pas chez moi; un proche m'a fait tester un vieux remède qu'il avait sous la main, au nom fort poétique: le contre-coup de l'abbé Perdrigeon, contre-coup qui a eu le mérite d'apaiser un mal au crâne lié à ces bleus (je m'étais aussi cogné la tête…)

Je m'en suis donc inspirée.

 

J'ai essayé le contre-coup en gel. La formule est d'une simplicité biblique. L'adjectif biblique n'est pas usurpé puisque la formule recèle deux ingrédients existant déjà dans l'Antiquité, et qui me sont chers: la myrrhe et l'encens. Le troisième principe actif est l'aloes ferox., Quasiment introuvable, j'ai dû le zapper. En revanche, j'ai ajouté d'autres éléments dans mon baume qui a vraiment accéléré la disparition des bleus et calmé le mal à la tête.

 

Mon interpétation reste ramassée. La voici:

 

Baume anti inflammatoire

 

11 beurre de reine des prés (un cadeau de Mlk)

10 cire d'abeille en feuilles

2 cetyl esters

1 VE

CO2 romarin, EPP

 

30g macérat hélichryse-matricaire dans olive  (maison)

33 huile de massage à la lavande Weleda

 

10 teinture d'encens (maison)

5gtes elixir œil de tigre

5 gtes elixir cleansing aura cactus

 

2% HE

30gtes HE encens-myrrhe

15gtes HE helichryse

15gtes HE lavande

 

Les pourquoi et les subtitutions possibles


* Le beurre de reine des près

 

Mlk l'a réalisé avec du lipidthix, poudre d'huiles hydrogénées qui permet de solidifier huiles et macérats huileux.

Sa formule: 70% macérat dans olive de reine des près, plante très riche en acide salicylique anti-inflammatoire+ 20% lipidthix+10% acool cétylique.

La techique: chauffer le mélange à 70-80° pendant un bon quart d'heure au bain marie puis refroidir rapidement au congélo.

 

Généralement, je fais mes beurres maison avec l'impeccable formule de Moune: voir ici

Je rappelle la formule pour les flemmardes qui ne cliqueraient pas sur le lien:

58g acide stéarique

25g alcool cétylique

166g huile 

  vit E

On peut remplacer la reine des près par d'autres plantes anti-inflammatoires et/ouantalgiques, comme le laurier, très courant au marché ou dans les jardins par exemple ou le gingembre, facile aussi à trouver. On peut bien sûr employer de l'arnica, la plante anti-hématomes, mais il ne s'applique que s'il n'y a pas de plaie ouverte. 

On peut également convertir en beurre l'un de mes mélanges favoris présent ici en macérat huileux= hélichryse+matricaire.

 

*1O% Cire d'abeille+ 2% cetyl esters+1% VE


Ma formule favorite depuis quelques mois tant le baume obtenu reste souple. J'utilise de la cire en feuilles, fine et facile à nettoyer après emploi. Le soupçon de VE donne de la stabilité quand on introduit des teintures dans un baume. On peut utiliser un autre émulsifiant à la place du VE bien sûr.

 

Macérats huileux


J'apprécie beaucoup l'huile de massage à la lavande de Weleda, toute prète, et très relaxante.

 

Lavande: traditionnellement utilisée comme antalgique et contre les bosses

matricaire:anti inflammatoire, cicatrisante

hélichryse: très anti-hématomes, cicatrisant.


Ce sont des plantes faciles à trouver, voire à ramasser, et dont l'efficacité est éprouvée. Mais on peut remplacer par d'autres, comme le gingembre ou le laurier, déjà nommés.

Personnellement, j'aime beaucoup l'association olfactive de ces trois là.

 

Teinture d'encens

 

Un merveilleux anti-inflammatoire.

Je la prépare à l'ancienne avec des dilutions alcooliques successives -de moins en moins fortes en démarrant à 85°-  assemblées à la fin.

Je n'avais plus de teinture de myrrhe sous la main, mais je vais mettre en route une teinture combinée des deux résines pour refaire ce baume.

 

 

Elixirs

 

On n'est pas obligé d'en mettre, mais je trouve intéressant de ne pas négliger la composante énergétique. un bleu est dû à un choc, à prendre en compte à tous les niveaux. 


œil de tigre : pour ses effets protecteurs

cleasing aura cactus : pour renforcer le champ énergétique

 

HE

 

Encens-myrrhe: j'avais trouvé ce mélange tout prêt chez Floracopeia, il y a longtemps. Ce fut une révélation car la présence d'encens empèche la myrrhe de se solidifier dans les flacons. (Mes flacons d'He de myrrhe sont trop souvent devenus inutilisables! ) Donc j'en prépare à l'avance ( 50-50). C'est là que l'on retrouve l'ingrédient phare du contre-coup. La myrrhe est anti-inflammatoire et antalgique (elle a bien d'autres vertus) et l'encens, cicatrisant, et un grand pacificateur des esprits agités. 

Helichryse et lavande ont déjà été évoquées. J'ajoute très souvent de la lavande dans mes mélanges tant elle a une force unificatrice.

On peut faire d'autres choix, mais celui-ci me semble équilibré. 

 

P1090356.jpg Le pot entamé. J'en ai passé matin et soir.

 

J'ai vu mes bleus disparaitre vraiment rapidement et l'action sur le mal au crâne s'est révélée efficace (sauf que ça péguait les cheveux …



Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Publié le 31 Juillet 2014

Quelques lignes qui n'ont rien à voir avec les sujets traités ici.

 

Depuis avril 2006, date d'ouverture de ce blog, j'ai pu écrire et publier ici sans intervention intempestive de la pub. Je refuse toujours (gentiment, enfin je l'espère) toutes les sollicitations que je reçois pour faire des échanges de pub, parler de ceci ou cela, etc.


C'est un choix personnel, je ne juge pas ceux ou celles qui font un autre choix, bien sûr.

Je ne me sentais pas trop mal sur over-blog, en tout cas, je faisais avec.

 

Le nouveau marché proposé par les administrateurs d'Over-Blog (sans avoir demandé l'avis des blogueurs)  est le suivant: soit vous restez comme vous êtes et on vous colle de la pub  dans vos pages soit… vous payez pour ne pas avoir de pub.


 Payer un peu pour pouvoir tenir un blog, pourquoi pas… mais payer pour ne pas avoir de pub, c'est le monde à l'envers.

 

… qui va m'inciter à changer de plate-forme si je n'ai pas d'autre choix. Un vrai boulot de titan si je décide de rapatrier les 626 articles déjà publiés afin de pouvoir fermer ici.

 

C'est pas gagné…

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Publié le 30 Juillet 2014

 

P1090169.jpgUn des bouddhas de Borobudur, au lever du soleil

 

 

 

Je souhaitais tester des feuilles de teck rapportées d'un voyage très récent à Java. J'ai donc suspendu provisoirement l'utilisation de la poudre de lemongrass. Mais pour ne pas l'abandonner tout à fait, le lemongrass est quand même présent en HE.   

 

Je réalise souvent des infusions de ciste quand je prépare des savons foncés, car elles colorent vraiment les savons. Je conserve donc au congelo des glaçons d'infusion de ciste.

 

 

Par ailleurs, lors de mon bref séjour à Java, j'ai appris que les feuilles de teck pouvaient servir:


-à colorer des tissus lors de la réalisation de batik (tons gris pâle ou nuances rosées). Voici un lien très précieux qui évoque un certain nombre de plantes utilisées pour réaliser des batiks avec des couleurs naturelles, ce qui ouvre de nouvelles perspectives en savonnerie puisqu'on trouve dans la liste des fruits vendus en France! ici


Comme les liens parfois disparaissent au fil du temps, j'énumère ce qui est cité: le mangoustan, le fruit du jacquier, la mangue, les feuilles de teck, l'urucum, la goyave… La partie utilisée n'est pas toujours spécifiée.


 

P1090093.jpgUn gudeg teinté en brun roux par le teck

 

-à teinter certains plats en brun marron, comme lors de la réalisation des œufs marbrés (voir ici) ou du gudeg (voir ici) , une spécialité de Yogyakarta, un mélange sophistiqué d'épices et de fruit, encore vert du jacquier. 

 

Dans ma tête: ingrédient comestible et qui colore= ingrédient à tester en savonnerie!


Je me suis empressée d'apprendre à identifier l'arbre et les feuilles (enfantin) et j'ai gardé les yeux grand ouverts.


 

P1090176.jpgL'arbre à droite est un teck


Lors d'une visite à Borobudur, j'ai repéré un petit bosquet de tecks et j'ai ramassé quelques feuilles (elles sont très grandes) avant de les glisser dans mes bagages.


 

P1090174.jpgUn teck un peu plus gros que celui de la photo précédente


De retour à Paris, j'ai réalisé une infusion concentrée que j'ai mise en glaçons, encore plus foncés que ceux du ciste.

 

P1090309.jpgL'infusion est presque noire


Pour réaliser l'infusion destinée à dissoudre la soude j'ai mélangé glaçons de ciste et de teck.

 

P1090335.jpgMélange teck+ciste+soude. A côté, le pack que j'utilise désormais à la place des glaçons pour refroidir l'infusion . Il a l'avantage… de ne pas fondre et de dégager plus longtemps du froid. J'en conserve touours au moins un au congelo

 

 

Savons marbrés lemongrass-tonka

 

 

400g huiles

   

25% coco 100

20% arachide 80

20% palme 80

15% blanc de bœuf 60

5% ricin 20

15% sésame 60

 extrait CO2 de romarin


infusion ciste-teck 132

soude pour un surgraissage à 9-10


1 cuil à café de yaourt de brebis bio dans les huiles

 

 

Parfum

 

P1090306.jpgA Bali, un thé au citron glacé servi avec une tige de lemongrass pour remuer. J'adore

 

9g HE lemongrass var. rhodinol dilué dans 5g ricin 

4,5g fragrance tonka (Aromat'easy, merci Gingembre)

Je préfère le simple lemongrass à cette variété au rhodinol que je trouve moins ronde.

 

J'ai utilisé la techique du marbrage à l'assiette, comme ici, en cherchant des nuances proches, pour retrouver un vrai effet marbré.


J'ai  divisé la pâte en trois: 


-Une partie est restée nature


-La deuxième a reçu un mélange: oxyde marron+ mica sparkling bronze


- La troisième, un ajout de vermillon Espagne (fleurs de carthame) +oxyde jaune+ neon jaune 


 

P1090350.jpgJe suis contente, on dirait vraiment du marbre

 

 

Puis quand les savons ont bien séché, j'ai appliqué un tampon papillon que j'ai passé ensuite au mica mordoré.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Publié le 29 Juillet 2014

La couleur vert pétant de la poudre de lemongrass rapportée du Cambodge est une vraie provocation… Comme la capturer? Pas simple si on s'obstine à vouloir ajouter des substances diverses et variées dans les savons…

 

 

Après les savons à la banane, j'ai poursuivi mon exploration du lemongrass.

 

P1090336.jpgMacérat concentré de lemongrass dans huile d'olive

 

D'abord quelques précisions sur cette herbe tropicale de la famille des poacées (ex graminées) car c'est une vraie salade quand on recherche des informations précises. Ayant été souvent déçue par le parfum des HE achetées, j'ai décidé un jour de regarder de plus près. `

 

Il faut savoir qu'il existe deux variétés de lemongrass:


-le citratus, appelé aussi West indian lemongrass. Son berceau serait l'Inde du sud, on en trouve beaucoup à Madagascar.


-et le flexuosus ou East indian lemongrass, natif de Malaisie.


-Il y a  même une troisième variation:  le cymbopogon citratus à rhodinol c'est à dire riche en géraniol/citronellol. J'en avais trouvé chez white lotus aromatics à l'époque bénie où ils expédiaient en France.


Comme le c. citratus est parfois appelé verveine des indes mais aussi citronnelle de Madagascar, la confusion règne, notamment avec la famille citronnelle. D'autant qu'il n'y en pas qu'une seule. Il y a la citronnelle de Java  ou cymbopogon winterianus et celle de Ceylan, c. naardus, la seule qui serait un répulsif efficace anti-moustiques.


Dans la famille des cymbopogon, on trouve également le palmarosa  ou cymbopogon martinii var. motia cher à Michèle, le jamarosa, c. nardus X jwarancusa, et le gingergrass, c. martinii var. sofia. Curieusement, pendant des années, je n'ai rien senti quand je respirais l'odeur du palmarosa, pas plus que celle du bois de rose, d'ailleurs. Ils étaient en quelque sorte muets pour moi. Puis peu à peu, au fil du temps, j'ai réussi à capter leurs parfums. Je n'ai jamais élucidé ce mystère.

 

J'ai testé le jamarosa et le gingergrass aux senteurs pas évidentes à apprivoiser. Le premier a une note légèrement animale un peu bizarre, le second qui a perdu l'insolence solaire et pointue du lemongrass reste un peu âpre et sombre.

Ma quête autour de ces variétés est en effet liée à leurs parfums. La puissance des citronnelles est souvent d'une agressivité terrassante, et certains lemongrass dégagent parfois une note désagréable. En revanche, quand la stridence citronnée du lemongrass est enrobée d''une certaine rondeur qui la civilise, c'est un vrai bonheur. Il me semble -sans en être tout à fait sûre- que cela concerne plus le citratus que le flexuosus. Deux acquisitions remplissent ce cahier des charges: L'HE de Sevessence, un poil plus citronnée que celle de Néroliane.

 

L'article le plus utile trouvé sur le lemongrass  est ici 

  .

Les lemongrass sont riches en citral, aux propriétés anti microbiennes, anti virales et aux effets sédatifs. Mais le citral est dermocaustique: on n'utilise pas de l'HE pure de lemongrass sur la peau.

 

Le lemongrass se consomme en infusion -pour la partie verte des feuilles aux vertus digestives- mais aussi dans la cuisine asiatique- pour le bulbe tronçonné en rondelles-. L'infusion dégage un parfum exquis que l'on retrouve dans l'hydrolat (chez l'Astérale, sous le nom de citronnelle, mais c'est bien du lemongrass, c. citratus). Ce sont les feuilles que l'on distille pour obtenir l'HE.

 

P1090353.jpgLes bulbes de lemongrass, appelé citronnelle quand on en achète dans les épiceries asiatiques

 

 Ma plus récente recette estivale avec des bulbes de lemongrass (ne me demandez pas de photos, ce fut dévoré en moins de deux ):

 

Une salade de crabe au pomelo, lointain souvenir d'un plat dégusté au Kérala. 


-Si on a du courage, dépiauter la chair d'un tourteau -acheté vivant, cuit un quart d'heure dans un court-bouillon très relevé, puis on laisse reposer la bête dans la marmite. Ou acheter de la chair déjà épluchée mais fraiche, pour les Parisiens, Marks & Spencer en propose.

-débiter en lanières quelques feuilles de laitue

-peler deux pomelos roses à vif (c'est à dire sans les peaux blanches)

-débiter un avocat en lamelles de la taille des morceaux de pomelo

-hacher fin une échalote

-débiter en rondelles fines le bulbe de quatre citronnelles (donc en réalité de lemongrass… )

-hacher un demi-bouquet de menthe fraiche

-si les pomelos crachent trop de jus, en ôter un peu.

-Mélanger délicatement le tout.

-Assaisonner avec sel, poivre, éventuellement piment d'Espelette et huile d'olive.


-Servir frais, dans des grandes coupes transparentes, c'est très joli.

 

 

Après toutes ces digressions, revenons en à nos moutons, c'est à dire à mes essais savonnesques à la poudre de lemongrass.

 

Pour ces deux formules, je me suis inspirée d'un savon offert par Sylvie, que j'avais trouvé particulièrement doux. J'ai un peu modifié la composition, mais l'esprit y est. Je l'incite à publier sur Potions cette belle réussite. 

 

Savons au lemongrass et à la poudre de myrrhe

 

 

300g huiles

150 huile d'olive macérée au lemongrass

84 coco

21 ricin

30 blanc de bœuf

15 karité


1gte extrait CO2 romarin

1 toco 500


1 cuil à café de clotted cream*


lessive de soude à 30% pour un surgraissage à 9

 

Parfum

9,6g HE lemongrass (Neroliane) versée sur 0,6g de poudre de myrrhe comme fixatif

 

Pour l'instant, ces savons fraichement démoulés sont… ocre jaune! 

 

* La clotted cream est une crème caillée fabriquée en Cornouaille- avec une AOP- ou dans le Devon (que l'on trouve chez M&S) dont je raffole. Avec un taux de matières grasses qui fait exploser les compteurs (55%?), elle a tout du beurre mais c'est de la crème quand même, à déguster sans honte à la petite cuillère avec des fruits rouges. Hélàs, sa durée de vie est brève; elle termine donc parfois son existence dans les savons, ce qui les enrichit bien. On trouve une recette de clotted cream à faire chez soi ici.

 

P1090338.jpgLe duo, d'une simplicité voulue: au fond au lemongrass, au premier plan au gingergrass,  deux savons réalisés avec un macérat très sombre de poudres de feuilles de lemongrass (que l'on voit au début de l'article)

 

Savons au gingergrass et à la tonka.

 

Ne parvenant pas à retrouver mon flacon d'HE de lemongrass, je lui ai substitué du gingergrass, au nez bien plus sombre. J'ai ajouté de la fragrance tonka comme fixatif, un cadeau très odorant qui apporte beaucoup de rondeur aux notes aigues. Hèlas, cette fragrance fonce terriblement la pate et cette série est maintenant d'un beau… brun translucide.

 

 

400g huiles

Olive 50%  200 (dont 175 macérés au lemongrass)

Coco 28% 112

Ricin 7% 28

Blanc de bœuf 10% 40

Karité 5% 20


1 cuillérée à café de fromage blanc de brebis

1 gte extrait CO2 romarin

Lessive de soude à 30% pour un surgraissage à 8-9

 

Parfum

9g HE gingergrass

4,7g  fragrance tonka. (Aromat'easy, merci Gingembre). 

 

Je vais publier très prochainement encore un savon au lemongrass… intégré sous forme d'HE seulement.

 

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Publié le 11 Juillet 2014

P1080764.jpg

 

 

 

 

Lors d'un récent voyage au Cambodge, j'ai découvert une marque de savons à froid plutôt inspirante. 


 

P1080791.jpgCherchez la déesse…


 Installé à Siem Reap, à côté d'Angkor, l'atelier de Senteurs d'Angkor, -c'est son nom-, se visite. On y fabrique bougies, mélange d'épices, thés parfumés, encens, baumes divers, etc. en respectant un cahier de charges éthique.


 

P1080753.jpg

Un échantillonnage des savons Senteurs d'Angkor


Ce qui m'a surtout intéressée, ce sont les savons bien sûr, et surtout ceux parfumés avec des ingrédients naturels. Notamment, cannelle et lemongrass. Il existe aussi des savons au lotus et au thé, avec un peu de fleurs de lotus ou de feuilles de thé en inclusion. D'autres sont à la mangue, à l'orchidée, voire au jasmin ou au frangipanier; je pense qu'il s'agit de fragrances.


Celui au lemongrass sentant vraiment le lemongrass, j'ai décidé d'acheter de la poudre au marché de Siem Reap et de tester dès mon retour. Je ne suis pas sûre d'avoir fait le bon choix; fascinée par le vert flamboyant de certains sachets de lemongrass (probablement obtenus à partir des longues feuilles odorantes et non du bulbe), j'ai choisi la poudre la plus phosphorescente … mais peu parfumée au final. J'aurais peut être dû tenter avec de la poudre plus foncée comme celle photographiée en démonstration à la boutique de Senteurs d'Angkor.

 

P1080757.jpgles poudres en démonstration

 

Bref, je me suis quand même lancée. Comme j'avais aussi rapporté d'exquises petites bananes, j'en ai également incorporé en purée dans mon savon.

 

Le mélange d'huiles utilisé ici m'a tant plu que depuis, j'ai fait plusieurs séries en conservant ces mêmes proportions.

 

 

Savon retour d'Angkor banane-lemongrass

 

600g huiles

5% ricin bio (30g)

25% coco ( 150g)

20% arachide (120, dont une partie macérée au lemongrass à chaud)

15% blanc de bœuf (90)

15% sésame bio (mais j’ai versé 110g au lieu de 90, j’ai dû corriger la quantité de soude)

20%  palme bio (120)


1 cuil à soupe fromage blanc de brebis mélangée à une petite banane du Cambodge, (région de Kratié) écrasée finement (et laissée un peu à l'air pour que ses amidons se transforment en sucre), le tout ajouté dans les huiles et mixé avec elles avant l'ajout de la lessive de soude


 Lessive de soude à 30% pour un surgraissage à 8-9

Poudre de lemongrass vert tamisée dans la lessive de soude

 

  à la trace

 

 P1090316.jpg

            Savon en cours d'utilisation (je ne suis pas chez moi en ce moment, je n'avais que celui-là sous la main pour la photo)

 

Je n'ai pas parfumé pour tester le parfum du lemongrass… qui ne ressort pas du tout, bien que ce savon ait une odeur de propre agréable.

 

Je recommencerai avec un macérat plus important probablement.

 

P1090333.jpgVoilà les savons non mouillés ainsi que la poudre de lemongrass vert.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #savons

Publié le 18 Mai 2014

Lors d'une récente virée bretonne, j'ai découvert un distillateur installé près de  Guiclan, dans le Finistère (nord).

 

Le panneau était si discret que nous avons failli le rater. D'abord, j'ai cru avoir la berlue car le lieu-dit s'appelait Kermorvan, nom qui m'a immédiatement évoqué Clément Pallier, lequel distille aussi dans un endroit appelé Kermorvan, mais dans le Finistère sud. Pescalune propose quelques uns de ses excellents produits sur son nouveau site de vente ici.  


 

depuis-aout-2012-0082.jpg                                               Ardoise et granit: aux couleurs de la Bretagne…

 

Intriguée, je suis entrée dans le jardin. J'ai été accueillie avec un grand sourire par Sonia, la compagne de Jean-Patrick Didier, le distillateur, créateur de Naturacelt. Tous deux sont biologistes, ont vécu six ans aux Etats-Unis avant de s'installer en Bretagne. Hasard des noms de lieux: deux producteurs, deux Kermorvan! 


Jean-Patrick Didier était absent, Sonia (qui, de son côté, travaille dans un laboratoire de recherche) m'a très gentiment fait la visite; j'ai pu sentir les hydrolats, au parfum très net, et très concentrés car très riches en huiles essentielles.

 

 

depuis-aout-2012-0081.jpg

                                               l'alambic en acier

 

 

Les plantes distillées sont cultivées en bio depuis 2010 par Jean-Patrick Didier et Sonia. Naturacelt propose aussi une bonne douzaine d'huiles essentielles dont la menthe bergamote chère à Mlk et un assez rare cryptomère du Japon. Je n'ai hélàs pas pu les sniffer car j'ai débarqué à l'improviste; les flacons étaient en cours de rangement. On peut aussi trouver des produits à base de chanvre.

 

C'est une très belle adresse à découvrir sur place, et, bonne nouvelle, Naturacelt a une e-boutique ici.

 

 

Un article du Télégramme de Brest évoque l'itinéraire du distillateur.

  ici

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #en balade… naturelle ou botanique

Publié le 13 Mai 2014

 

 

 

L'idée est née d'un ratage.

 

Mlk m'a montré de très jolis savons dont la base s'agrémente d'un motif en relief, réalisé grâce à un tampon rond pour henné (enfoncé sur la pate grâce à un rouleau à pâtisserie, m'a t elle précisé). Quand j'ai testé de mon côté, ratage absolu: mes savons étaient trop durs et aucun motif n'est apparu. Ce pochoir rond inutile me narguait, j'ai cherché à l'utiliser autrement.

 

C'est d'une simplicité confondante.

 

J'avais à offrir quelques savons au ciste (dont j'ai égaré la formule) d'un beau marron que je trouvais néanmoins trop minimaliste. 

 

P1080749.jpgle savon déjà emballé sous du film étirable

 

Je me suis  contentée de disposer le pochoir rond sur le savon et de tapoter la surface avec un pinceau trémpé dans du mica doré. J'ai recommencé en déplaçant le pochoir jusqu'à ce que tout le dessus soit décoré.

Comme le résultat est fragile, j'ai aussitôt emballé le savon dans du film étirable.

 

C'est joli et c'est tout.

 


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #laits - beurres - crèmes corporels