Publié le 1 Janvier 2007

                      



                                            Très bonne année 2007



                             
                     
      
                                    La plage du Dossen, à Santec, sur la côte du Finistère nord


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #divers

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2006



 
Quand je me lance dans une préparation cosmétique ou santé, je respecte  certaines règles de base qui facilitent l'aventure.



                   
 
                   Mouvette en silicone, fouet plat, récipient au bec verseur pointu pour transvaser les huiles dans des petits flacons passent à la machine à laver la vaisselle et se stérilisent facilement.


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je calcule les proportions tranquillement avant, je les écris sur un bout de papier que je garde sous le nez, crayon en main (et non stylo qui a tendance à m'abandonner au mauvais moment). En versant les produits liquides dans le récipient posé sur la balance, je dépasse parfois -de peu… - ce que j'avais calculé … je note donc les doses réellement employées au fur et à mesure.
 
L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je réunis tous les ingrédients mais aussi tous les futurs contenants -déjà propres- avant de commencer.
Je pose sur le plan de travail une feuille de papier sulfurisé, ce qui délimite l'espace de jeu et absorbe pas mal le gras.
Je me lave très soigneusement  les mains avant de commencer puis je les passe au gel désinfectant maison.
Je tiens toujours prête une casserole d'eau bouillante sur le feu pour y laisser  les instruments entre deux manip.
J'ai toujours aussi à portée de main de l'alcool et du sopalin pour tout nettoyer  à chaque nouvelle étape.



                   

                          Trois armes de choc: le bol en inox, le filtre à café en maille de nylon et les baguettes en porcelaine

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'utilise des ustensiles qui se nettoient facilement. Mini saladiers en inox achetés dans les boutiques indiennes, bols en pyrex, baguettes en porcelaine blanche, fouets en inox, mouvette en silicone qui supporte 300°, filtre à café en maille de nylon pour décanter les macérats et les brumes, casserole en acier émaillé bien lourde. Avec une casserole au fond trop fin, la chaleur se répartit mal, ce qui nuit à un bain marie correct.
 
L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je fabrique en assez grande quantité (minimum 100g), ce qui facilite les dosages et permet l'emploi d'un fouet électrique plus puissant (pour les baumes meringue notamment)… Comme je ne consomme pas tout, loin de là, j'ai ainsi sous la main des cadeaux à offrir.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'essaie de ne pas oublier l'anti-oxydant (AOX-COS) avant de faire chauffer les beurres solides ou avant de démarrer un macérat huileux au bain marie.
Je fais chauffer au mimimum les beurres solides en éteignant le bain marie dès qu'ils ont commencé à fondre. Ils finissent de se liquéfier lentement. Plus on chauffe fort, plus l'oxydation s'accélère.
Je pense aussi à mettre de l'extrait de pépins de pamplemousse. Même si ce n'est pas le conservateur idéal, je persiste à penser qu'il conserve un peu, puisque chaque fois que j'en mets dans l'eau de mes vases, j'évite les odeurs de fermentation.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je recopie systématiquement les recettes après avoir fini une préparation, avec les dates et les remarques qui me viennent (ce qui évite de refaire les mêmes bétises)
J'étiquette tout, vraiment tout, même les plus petits échantillons. Je me suis rendue compte qu'au bout d'un mois, je ne savais plus trop le contenu exact de mes flacons. Dans le doute, je jette.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je nettoie tout dès que j'ai fini de touiller, en ôtant le plus gros avec un sopalin (je n'ai pas trouvé mieux) avant de mettre à la machine à laver la vaisselle une fois, voire deux.
Je stérilise régulièrement les ustensiles à la cocotte minute, dans le panier, avec de l'eau vinaigrée dessous, pendant 20mn.
S'ils ont plus de quatre mois de fabrication, je recycle les macérats huileux  dans les produits que je confectionne.


L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/SmiliesKaos/mini15.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Je m'exerce à sentir, à observer, à gamberger… Fabriquer des produits est un excellent moyen d'aiguiser son sens de l'observation.

Bonnes expériences et surtout, très bonne année à tous les lecteurs et lectrices de ce modeste blog…
 Que 2007 déborde de découvertes ensoleillées et de sourires lumineux.


source de la mini-gif touilleuse
source des arbres en ligne
L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/barres/animees/nature/saisons.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


                   Le blog prend des vacances jusqu'au 1° janvier.







Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 25 Décembre 2006




Pour cette fin de l'année, petit bilan de mes préparations cosmétiques diverses… 


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Mais d'abord, comme au théâtre, je voudrai lancer quelques remerciements à l'adresse de ceux et de celles qui nourrissent mon inspiration par la grâce de leurs mots ou de leurs inventions.

Merci à la bande du fil vert qui m'a accueillie dans son équipe. Je suis ravie d'aller régulièrement vous lire et de découvrir vos engagements ou vos  trouvailles… Un  merci tout particulier à Bluetansy et à Hooly, pour leur inventivité qu'elles savent si bien faire partager. J'en profite pour les encourager à poursuivre leur blog un peu en suspens en ce moment. Je sais que la vie occupe parfois le terrain à temps plein, mais je piaffe en attendant la suite de vos aventures, comme je me régale en découvrant le jardin ensoleillé de Pescalune qui fait même pousser des balais de sorcière…
Merci à ma chère Lunemalo, pour ses expériences racontées d'une plume si alerte, à Michèle pour son savoir-faire qu'elle partage avec générosité. Merci à Copaiba et aux autres forumeurs d'aro-mat, pour leurs compétences partagées, à celles et ceux du Forum des plaisirs  et de celui de Mary et Nadyne, nos cousines canadiennes…
Merci également à celui qui signe J.P. pour son merveilleux blog réalisé depuis un jardin d'Eden niché dans l'Algarve et dont les images et le texte me transportent chaque fois sur un tapis volant.
Merci également: à Tallulah qui m'enchante par le graphisme pétillant de son blog, à Malégria, qui me donne des nouvelles du Pérou, à Caroline dont les culino-tests, trop rares, me font glousser de rire, à Valérie Cupillard pour ses expériences novatrices…

… et à toutes celles dont les remarques laissées en commentaires m'aident à progresser…
     
                            

                                         Les images de cet article sont made in … Venezia

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Ce que j'ai trouvé intéressant -et utile- à fabriquer cette année

 * Les macérats huileux
très efficaces et que j'utilise aussi comme bases pour fabriquer des crèmes ou des baumes. (J'ai dans mon entourage quelques testeurs et testeuses favoris… )

Déjà consommés: pétales de rose et baton de vanille dans huile de tournesol ou dans huile d'olive (l'huile d'olive est trop forte au nez pour la rose)
-matricaire dans huile d'olive, excellent anti-inflammatoire
-paquerette dans huile d'olive, pour faire rebiquer la poitrine (vers le haut, bien sûr)
-marjolaine dans huile d'olive, merveilleux antispasmodique
-fleurs de thym dans huile d'olive, en massage contre les crèves naissantes
-laurier dans huile d'olive, particulièrement efficace comme anti-inflammatoire

Nouvelle série:
-laurier et rose dans tournesol et sésame
-laurier et matricaire dans olive et sésame

* Les brumes d'oreiller ou de maison
avec des plantes infusées dans un mélange d'alcool, d'hydrolat et d'eau distillée, sans huiles essentielles.
Les parfums sont incroyablement capiteux

* Les baumes meringue
ma nouvelle passion, car ils satinent vraiment la peau.

* Les mélanges anti-inflammatoires divers`
-soit dans des macérats huileux
-soit dans du gel d'aloes, mais à utilisation très rapide.

* Les baumes à lèvres sans karité
très onctueux et parfumés grace au beurre de cacao et  à l'huile de coco

* Les vinaigres à tout faire
avec des plantes macérées, surtout en été, en pchitts rafraichissants ou en frictions revigorantes

* Les mélanges d'hydrolats
en été également, à conserver au frais, en pschitt pour un effet frais immédiat

* Les mélanges de poudres
pour le corps et les aisselles, au parfum exquis.

De façon générale, la recherche de textures agréables, et les essais avec la rose..

                    
 
                                                 

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Ce que j'aimerai bien réaliser
 
* une crème pour le visage à la fois très douce et très hydratante qui me satisfasse. Avec le recul, je pense que je mets probablement trop d'ingrédients actifs par rapport aux crèmes du commerce, même bio. Mes réalisations sont toujours trop fortes au bout de quelques jours, même si j'ai supprimé depuis longtemps les huiles essentielles. J'ai d'ailleurs regardé de près de très nombreux sites sans trouver de sources m'inspiration convaincantes. Au cœur du problème: la conservation. Pour que l'émulsion soit très fine, il faut une phase aqueuse très importante. Un conservateur est donc indispensable. Lequel  employer? Je vais entamer des tests avec la propolis.

*un joli gel pour le corps. J'ai testé lors d'un swap, celui de Candy, particulièrement agréable  sur base d'agar agar, à consommer vite pour des raisons de conservation. Je compte tester d'autres gommes (cellulose, xanthane… etc.)

*un mélange d'hydrolats assez doux pour être utilisé sur le visage.

*poursuivre mes expériences sur les parfums et autour de certaines plantes comme la matricaire.


                     


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Simplifier la vie

* démaquillant: quand je suis à la maison, je fais avec ce que j'ai sous la main: yaourt au lait entier, crème fraiche, mélange de poudre de rose, d'argile rouge et de miel… Je fabrique au dernier moment. J'ai une micro tasse et des petites cuillères en nacre ou en plastique que je garde pour ces mélanges très vite faits. Dans la salle de bain, je conserve dans des mini pots, tout prèts: du miel, de l'argile rougé mélangée à de la poudre de rose, parfois un peu d'amande en poudre.

*crème de nuit: sauf pendant les grands froids, je n'en mets pas tous les soirs mais deux à trois fois par semaine.

*après avoir lu, sans trop le croire, que ce sont les savons qui pouvaient nourrir les bactéries des aisselles, j'ai fait l'expérience de me frictionner tous les matins sous la douche les dessous de bras avec un gant kessa… j'ai été vraiment surprise de découvrir que, dans mon cas en tout cas, ça s'est révélé si efficace que je ne mets plus de déodorant, quel qu'il soit, chaque jour.

*la mort dans l'âme, je me suis résolue a supprimer toute application d'huile pure sur le visage, quelle que soit l'huile (y compris jojoba), ce qui a très sérieusement limité les problèmes de sécheresse. Je ne mets plus que des émulsions, y compris pour me démaquiller (la crême et le yaourt sont des émulsions, … mais je peux aussi utiliser des poudres pour me nettoyer).
 
*je me mets très souvent un peu d'huile essentielle avant de me coucher
sur les poignets: encens, l'hiver, lavande en automne par exemple.
ou sous la plante des pieds: genevrier.

* et enfin, quand rien ne va plus, je supprime tout et fais ce masque doudou (y compris pour le corps):  banane (bio) écrasée à la fourchette +crème fraîche+ miel, que je ne laisse pas pauser.

Source des fleurettes bleues

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-072.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0

Publié le 24 Décembre 2006


Il ne s'agit pas de plaisir SM …  d'ailleurs, on peut appeler ça beurre  crémeux, baume meringue,… et tout cas, c'est un pur bonheur. Depuis que j'ai testé le baume offert par Michèle qui avait eu la gentillesse de publier sa recette sur le forum des Plaisirs, je n'ai cessé d'en refaire. C'est quasiment une formule magique pour toutes les princesses au petit pois.




                      
                            
                                    La merveilleuse illustration d'Edmond Dulac pour le conte de la princesse au petit pois, trouvée sur ce site enchanté


L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/anges/ange2.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La recette vient d'un site américain, Snowdrift farm, qui donne plusieurs variantes dont les règles de base sont les suivantes:

* On mélange des huiles liquides et des beurres solides que l'on réfrigère et que l'on bat au fouet électrique après chaque début de congélation.
*L'amidon ajouté ôte le toucher gras et un soupçon de glycérine donne du crèmeux au mélange.
*Le site conseille aussi d'utiliser des cires florales qui aident le baume à tenir. Je n'en emploie pas pour l'instant, faute d'avoir pris le temps de dénicher un bon fournisseur, car elles sont extraites sur solvants.
 
La peau boit incroyablement vite ces baumes que ne sont composés pourtant que de gras. Elle reste vraiment très satinée toute la journée. Depuis que j'en fabrique, j'en fais une consommation frénétique, puisque je m'en tartine bras et jambes matin et soir.

Les différentes proportions proposées par Snowdrift Farm dans ses formules:

-moitié beurre solide, moitié huile liquide, celle que j'ai retenue pour l'instant
-2 parts de solide pour une de liquide
-3 parts de solide pour 2 de liquide.
-5 parts de beurre solide pour 3 de liquide.

Snowdrift utilise de l'huile de coco fractionnée, classée dans les huiles liquides, car elle est traitée pour ne pas être solide à température ambiante. En revanche, j'utilise de l'huile de coco ordinaire, classée dans les beurres.

L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/anges/ange2.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Michèle a eu l'idée de remplacer une petite partie des beurres solides par du gel d'aloes. Je l'ai suivie sur ce chemin. J'ai aussi essayé sans, en ajoutant, comme elle, de l'extrait concentré d'aloe vera, un merveilleux ingrédient qui donne du moelleux même à doses mini.

Quelques unes de mes variantes:

 beurre à la crème ylang patchouli

4g aloes gel
20g huile de coco
33g karité brut
15g macérat de calendula dans huile de tournesol
13g huile de moringa
28g macérat de rose -vanille dans huile de tournesol
10 gouttes aox cos (anti oxydant)
1/4 cuillérée à café de glycérine
10 g amidon de riz

15gouttes EPP
10gouttes extrait CO2 calendula
40gouttes huile essentielle (HE) ylang ylang
40gouttes HE patchouli


        

                Baume meringue ylang poivre. La teinte jaune provient de l'extrait CO2 de carotte.

Baume meringue ylang poivre

28g beurre de mangue,
28g huile de coco
56g karité brut
20 gouttes AOX COS
2g aloe vera concentré
65g macérat rose et vanille dans huile de tournesol
26g huile de moringa
21g huile de graines de fruits de la passion,
1 cuillérée à café de glycérine
20g amidon,
1cuillérée à café de pigments dorés

30 gouttes extrait CO2 calendula
30 gouttes extrait  CO2 carotte,
80 gouttes HE  ylang ylang
20 gouttes HE poivre noir
20g EPP


Sur le même principe, j'ai également fait un baume anti inflammatoire et circulatoire pour les jambes avec des huiles exotiques: moringa, chaulmoogra tamanu, des extraits CO2 de cassis, de camomille, de carotte, de calendula, et des HE de cyprés et de poivre noir.


L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/anges/ange2.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La fabrication suit de près celle indiquée par Michèle (sauf peut être pour les temps de prise au congélateur, le mien refroidit très vite).

* Faire fondre doucement les beurres solides avec un anti oxydant (j'utilise de l'AOX-cos) au bain marie. Pour l'huile de coco, la réchauffer auparavant au bain marie pour la liquéfier. Eventuellement, ajouter le gel d'aloé vera en fouettant vivement.
Incorporer les autres huiles.

* Placer le récipient au congélateur. J'utilise un bol en inox acheté dans une boutique indienne. Quand le liquide commence à prendre sur les bords du bol (compter au moins un quart d'heure), sortir et fouetter longtemps. J'utilise le fouet electrique qui me sert à monter les blancs en neige. Michèle dit de fouetter 10mn, je la suis. Le mélange reste liquide à ce stade.

* Ajouter éventuellement l'aloé vera concentré et remettre le bol au congélateur. Surveiller. Il ne faut pas que ce soit entièrement pris. (Je compte  10mn minimum, je me sers d'un minuteur). Ressortir le bol et fouetter à nouveau. Le mélange épaissit. 
 
On peut remettre encore au congélateur puis fouetter à nouveau. C'est bien quand le baume prend la consistance d'une mayonnaise très aérée ou d'une préparation pour glaçage de gateau ou meringue (blanc d'œuf-sucre glace).

* Ajouter la glycérine quand ça parait assez mousseux. Fouetter encore.
Tamiser l'amidon petit à petit au dessus du mélange, éventuellement ajouter la poudre dorée, fouetter à nouveau.

*Ajouter en dernier l'EPP et les huiles essentielles. Mettre en pots à l'aide d'une mouvette (la mienne est en silicone).


L'image “http://mamidoo.free.fr/html/gifs/personnages/anges/ange2.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'odeur de l'huile de coco indienne que j'ai employée dans mes formules me ravit. C'est elle qui ressort au bout d'un moment après application sur la peau.

Les huiles essentielles sont à éviter quand on est enceinte ou alors prendre un avis médical éclairé.

source de la mini fée

 






Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 17 Décembre 2006

Ça doit être Noël, j'ai vécu un petit miracle …

L'image ?http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat16.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs. A partir d'une recette gourmande de Hooly, je pratique souvent des variantes de ses moelleux végétaliens aux amandes.
J'aime beaucoup leur making of car il y a juste un minimum de liant pour retenir ensemble beaucoup de poudre d'amande ou de coco, ce qui fait que les biscuits ont vraiment du goût. Par ailleurs, saisis quasiment à sec à four vif, ils  raidissent sans broncher. Lors de la préparation, comme la pâte est relativement collante, il faut s'humecter les doigts pour la manipuler. C'est à partir de ce détail que la recette a muté.

L'image ?http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat16.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Désirant raffiner cette étape… et surtout voir si ça servait à quelque chose, j'ai eu l'idée de remplacer l'eau -aqua simplex-, par de l'hydrolat de fleur d'oranger. Point 1 du changement.
 
Point 2, dans ma lancée, j'ai glissé un peu de pâte d'amande (à 50% d'amande, achetée pour tester une nième version de pain de Gênes, que je n'arrive pas à mettre au point. Les versions successives sont savoureuses mais n'ont pas le goût que je recherche).

Point 3, -décisif- j'ai décidé, toujours dans la même lancée, d'humecter légèrement la surface des biscuits avec le reste d'eau de fleur d'oranger avant de les glisser au four, ce qui modifie le principe de base de ces moelleux, faits quasiment à sec.
 
… et point 4, je me suis trompée en réglant la température, j'ai fait cuire à 180° (comme les cookies que je confectionne très souvent) au lieu de 220°.

L'image ?http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat16.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Résultat ébouriffant: j'ai enfourné de futurs moelleux…  et ressorti des macarons. Des faux (les vrais renferment du blanc d'œuf et beaucoup plus de sucre)… mais
…  avec le goût et la consistance des fameux macarons de Saint Jean de Luz, un pur délice crapuleux.
Je résume donc les opérations:

 
Vrais-faux macarons (végétaliens)

190g de poudre d'amande (confectionnée à partir d'amandes entières bio, passées au moulin à café en laissant la peau)
40g de pâte d'amande à 50% (chez G. Detout)
120g de sucre roux
20g de farine de sarrasin
2 belles cuillérées à soupe de crème d'avoine (Oatly)

2 cuillérèes à soupe d'eau de fleur d'oranger.


*Allumer le four à 180°

*Mélanger poudre d'amande, sucre et farine dans un saladier. Emietter la pâte d'amande sur ce mélange.
Ajouter la crème d'avoine et incorporer le tout en tournant à la cuillère jusqu'à obtenir une pâte collante.

*Poser un emporte pièce sur la plaque du four revêtue de papier sulfurisé et tasser de la pâte dedans avec les doigts humectés d'eau de fleur d'oranger. Recommencer jusqu'à épuisement de la pâte.

*Humecter légèrement la surface de chaque biscuit -sans détremper quand même- avec un peu d'eau de fleur d'oranger. On doit voir à peine un peu de liquide en surface.

*Enfourner 13mn. Ressortir quand les biscuits sont dorés, et encore mous. Ils ont légèrement gonflé et leur surface est craquelée comme celle d'un macaron.
Attendre leur refroidissement avant de les décoller du papier. Laisser reposer sur grille.


                  


L'image ?http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat16.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Ces biscuits sont excessivement moëlleux (attendre au moins six heures avant de les ranger dans une boite pour éviter qu'ils ne sèchent trop vite). Le goût de l'amande est très présent, pas celui de fleur d'oranger, mais on s'en fiche un peu.


Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #notes sucrées

Repost 0

Publié le 12 Décembre 2006

En Inde, on a l'habitude de croquer des grains d'anis ou de fenouil après les repas pour faciliter la digestion. Ils sont souvent enrobés de sucre… c'est délicieux, mais redoutable pour les dents. Si on supprime le sucre, il reste les graines, leur parfum, et leurs propriétés…


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Ikaos/boules266.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Dans «Ce qui marche, ce qui ne marche pas en phytothérapie» (ed. Josette Lyon) Jean Charles Schnebelen et ses co-auteurs proposent le mélange de semences suivant, à parts égales: anis, fenouil, cumin, carvi, coriandre. 2 c à soupe du mélange par litre d'eau froide, porter à ébullition pendant 2mn, laisser infuser 15mn. 1 tasse avant et après chaque repas 3 fois par jour, contre les désordres digestifs non infectieux.

J'ai découvert qu'en fait, c'était l'adaptation d'une vieille tisane, dite des «quatre semences chaudes», encore inscrite au Codex de 1884 (selon le dictionnaire Larousse des plantes qui guérissent), laquelle était composée à parts égales de graines d'anis, de fenouil, de coriandre, de carvi (ou cumin). En infusion à raison de 10g par litre, c'est une boisson carminative,
prescrite contre les ballonnements. Est carminatif «ce qui libère les gaz de l'intestin»… Ma question est: comment? Par disparition pure et simple ou par expulsion?  Voir l'irrésistible chronique de Caroline des culino-tests sur le «fenouil anti-pet». Avec ce mystère à la clef: une plante peut-elle être à la fois  carminative et anti-pet?

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Ikaos/boules266.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.La différence entre les deux formules se joue à 5 ingrédients -avec carvi et cumin- contre 4  -carvi ou cumin- . Les deux sont cousins, de la famille des ombellifères.
-Le carvi est le cousin de l'Est (il parfume par exemple le munster, il est délicieux sur une salade de betteraves), le cumin celui du Sud. Comment les distinguer (
visuellement)? Les graines de carvi ont 5 faces, celles du cumin 9. A mon goût, le parfum du carvi, plus rond et doux que celui du cumin, est moins saturant. J'ai le souvenir d'un très ancien voyage d'hiver au Maroc où toute la nourriture (beaucoup de couscous aux légumes) était si imprégnée de cumin que je n'avais rien avalé pendant dix jours, à part des oranges… sans cumin. Pourtant, je l'aime bien avec des fèves à la vapeur ou sur une salade de carottes cuites coupées en fines lamelles et servie tiède. Mais je trouve que son parfum varie vraiment selon sa qualité. Il peut être parfois âcre. 

Pour en revenir à la tisane, j'en fais plusieurs interprétations:

*Pour une jeune angoissée dont les tripes se nouent régulièrement, je prépare moitié anis moitié fenouil, j'ajoute un peu d'anis étoilé (badiane) concassé et plein de petits morceaux de vanille en baton, ouverts en deux. Le résultat est aussi délicieux qu'efficace… quand on apprécie les saveurs anisées, bien sûr.


*Personnellement, comme je suis accro au fenouil (Hildegarde de Bingen ne tarit pas d'éloges sur lui, et j'apprécie énormément son parfum) je module la première formule en remplaçant le carvi (quand je n'en n'ai pas dans mes placards) par une ration supplémentaire de fenouil, ce qui donne:


                        


anis: une part, cumin: une part, coriandre: une part, fenouil : deux parts.

* Quand j'ai du carvi (et que je réalise le mélange avec les 5 semences), comme il tempère le parfum du cumin et équilibre l'ensemble, je trouve moins nécessaire de surdoser le fenouil.
 
Secouer le bocal d'épices pour bien mélanger les graines avant d'en prélever une cuillérée à café par tasse. Démarrer à l'eau froide, amener à ébullition, laisser bouilloter 2 ou 3mn, éteindre, couvrir et filtrer après un quart d'heure de patience.
 
De temps en temps, je rajoute au moment où je prépare l'infusion une rondelle pelée de gingembre frais.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Ikaos/boules266.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Ces tisanes simplettes et aromatiques sont d'une efficacité surprenante contre les crises de colite et les spasmes digestifs de tous ordres.

On pourrait bien sûr se contenter d'une tisane de graines d'anis, mais le mélange des saveurs est quand même très agréable et il me semble plus efficace.  
 

source des mini-gifs

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #boissons

Repost 0

Publié le 11 Décembre 2006


J'ai déjà fabriqué de nombreux baumes à lévres sur base de karité. S'ils sont efficaces, leur consistance un peu raide ne me satisfait pas entièrement. J'ai donc cherché des recettes qui n'en contiennent pas. J'ai trouvé deux sources d'inspiration, sur base d'huile de coco.

 *L'une (sans proportions) est celle de Spiezia, ces chers Anglais si doués pour la consistance de leurs baumes.
 *L'autre vient d'un site américain de vente d'ingrédients, Snowdrift farm. Leur recette de crème soufflée pour le corps, réalisée par Michèle (rencontrée grâce au  forum des plaisirs) et que j'ai pu tester grâce à sa gentillesse, m'avait emballée.

L'image ?http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs. A partir des proportions indiquées par Snowdrift farm, soit:
huiles solides: 3 ,5 parts
huiles liquides: 3 parts
cire:1 part

… j'ai imaginé la recette suivante


Baume à lèvres coco-cacao

30 g huile de coco
5 g beurre de cacao
20g macérat de pétales de rose et de vanille dans huile de tournesol
10g macérat de pétales de rose et de vanille  dans huile de jojoba
10g cire d’abeille
4 gouttes HE ciste ladanifère, cicatrisant,
3 gouttes  d'extrait CO2 calendula, régénérant
20 gouttes d'extrait de propolis, antibactérien, réparateur




L'image ?http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Dans un bol, préparer les mélanges d'huiles liquides.
Faire fondre la cire au bain marie dans un autre bol. Quand elle est liquide, éteindre, ajouter le beurre de cacao et touiller jusqu'à dissolution. Sortir du bain marie. Ajouter en tournant sans cesse les huiles. Si ça ne s'amalgame pas bien, remettre le saladier au bain marie (éteint).
Quand tout est bien mélangé, laisser un peu refroidir. Vers 45°, ajouter la propolis, tourner vivement car les gouttes refroidissent le liquide et ont tendance à précipiter sa prise. Ajouter le calendula, tourner, puis le ciste. Tourner encore.
A l'aide d'une petite cuillère, remplir les pots. Racler régulièrement les bords du récipient où la cire a déjà pris pour l'incorporer au reste.
 

                     

L'image ?http://mamidoo.free.fr/html/gifs/animaux/insectes/abeille_04.gif? ne peut être affichée car elle contient des erreurs.  Le baume, crèmeux à souhait est d'une belle couleur jaune. La surprise: il a un effet gloss brillant. Le ciste est très cicatrisant, mais son odeur est  particulière. On peut ne pas en mettre si on veut conserver le parfum coco-cacao, délicieux.

  source des petites abeilles

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #Tout baume

Repost 0

Publié le 8 Décembre 2006


J'ai réussi a dénicher à Paris du patchouli…  en feuilles coupées fin, au parfum capiteux à souhait.


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-051.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Où?
Dans une herboristerie que je connaissais déjà (pour y avoir trouvé un excellent macérat huileux de lys) Pigault Aublanc 30 rue Pasquier, 75008, (tel. 0142 65 36 21). Comme chez Bilby à Puteaux ou Baldwin à Londres, tous deux précieux fournisseurs d'ingrédients, la visite de la boutique ne rend pas compte des trésors qu'elle recèle.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-051.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Comment ai-je atterri là?
Je cherchais obstinément sur internet un site français qui pourrait vendre du patchouli séché… quand j'ai découvert une herboristerie en gros installée en Anjou, Cailleau, qui semble  soucieuse de qualité. Alléchée par les centaines de plantes qu'elle affiche (dont une gamme bio avec de la matricaire, de la racine d'angélique, etc…  plus le fameux patchouli, non bio et quelques autres merveilles que je me promets d'essayer un jour), je l'ai contactée. J'ai appris à la fois que si, hélàs, elle ne vendait pas aux particuliers, elle avait comme client …  Pigault-Aublanc, auprès de qui on peut passer commande.
Donc avis aux amateurs de plantes, même rares…

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-051.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Pourquoi du patchouli en feuilles?
Parce que je suis en train de tester les macérations alcooliques parfumées, et que les plantes ou les épices en infusion dans de la vodka dégagent un parfum particulièrement suave, bien plus facile à moduler que les huiles essentielles.



                       


J'ai préparé le bain suivant pour lui, en compagnie de quelques camarades odoriférants.

brume d'oreiller rose-patchouli-vanille

-30cl de vodka
-une petite bouteille (soit 18 cl) d'eau de kewra (eau de pandanus, au parfum de rose, vendue dans les boutiques indiennes près de l'eau de rose) 
-30cl d'eau distillée
-2 cuillérées à café de feuilles de patchouli
-un peu plus de pétales de roses
-2 petits batons de vanille


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-051.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Pourquoi pas plus de patchouli?
Selon Jacqueline Hériteau (Potpourris and other fragrant delights, Penguin Books, -1° édition Simon & Schuster, 1973-, une vraie petite bible sur le sujet), le patchouli, classé dans les fixatifs, est à utiliser à petites doses en raison de son parfum envahissant. Elle donne comme proportions entre 25 à 50g de feuilles pour 8 à 16 tasses de pétales.Une tasse équivaut dans son livre à 30g pour des pétales de fleurs. Ce qui fait du patchouli à un peu plus de 10%. J'en ai mis nettement plus car j'aime son parfum et que c'est une macération.



              

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Fleur-051.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai aussi réalisé  un mini pot-pourri
 moitié pétales de rose centifolia, moitié patchouli, relevé d'une cuillérée à café de poudre d'iris. Les parfums sont en train de se mélanger à l'abri d'un petit pot en opaline
.

source des fleurettes

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #parfums

Repost 0

Publié le 1 Décembre 2006



En général, j'attends la Toussaint pour rentrer les plantes qui prennent le soleil tout l'été sur les rebords (assez larges heureusement) de mes fenêtres. Chaque automne, c''est la même attente impatiente… après le choc thermique qu'elles subissent à ce moment, vont-elles fleurir ou pas?

L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Ouiiii…

L'orchidée (cymbidium), menacée d'abandon (l'an dernier, elle n'avait rien donné… ) a sorti vite fait une hampe florale…





Les cactus à fleurs explosent de boutons. L'épiphyllum en porte des dizaines, pas encore éclos. Le schlumbergera en est à sa troisième fleur, énorme:





La plante dollar (ou plante jade, crassula argentea, voir ici pour un processus de bouturage que je me promets d'essayer très vite), porte bonheur dans le feng shui, s'est mise aussi à fleurir (petites fleurs blanches peu spectaculaires, donc non photographiées).


L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Et, hors sujet mais si épanouies, les roses rapportées du Sud Ouest se gonflent comme des choux…







en version écarlate…
 





 ou en rose franc

  

source des mini arbres                                                                      L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://perso.orange.fr/safran2c/Imini-nature/Arbre-010.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #botanique

Repost 0

Publié le 28 Novembre 2006



L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat150.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. J'ai entre les mains la deuxième version du livre de Rita Stiens: La vérité sur les cosmétiques naturels (Leduc .s éditions), titre dont j'avais déjà parlé en mai dernier. A l'inverse de la première, non parue, la deuxième mouture est réellement sortie (le 20 novembre) puisque je l'ai vue en librairie. Elle est toute fraîche: on peut même y lire que l'Oréal vient de racheter Sanoflore…

 Y a t il de grands changements par rapport à la première édition (non parue)? Assez peu en fait.

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Globule.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.-Le fond bleu mauve de la couverture a viré… au vert…

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Globule.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.-Les titres des paragraphes ont été revus… à la baisse
… culturelle:  «ouvrir la boite de Pandore de la chimie» devient par exemple «puiser dans la panoplie du magicien de la chimie»
-… prudente: «parabenes: un danger sous estimé» devient «parabenes, un risque sous estimé»…

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Globule.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.-Un bonus de 4 pages: p. 127 et suiv. sur «Reach et substances naturelles: la branche des cosmétiques naturels est préoccupée».

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif1B/Globule.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.-Une modification à propos de l'affaire du lonicera caprifolia comme conservateur: p. 189 et suiv. Dans la première édition, Rita Stiens développait les soupçons qui portent sur ce nouveau produit, un extrait de chevrefeuille …  aux qualités probablement dopées par du formaldehyde.
-dans la deuxième, comme le lonicera ne fait plus partie des conservateurs autorisés en bio, elle résume l'enquête de la première édition pour en tirer des conclusions intéressantes, notamment sur la certification de nouveaux ingrédients. Elle rajoute aussi un paragraphe important intitulé «"sans conservateur"», la formule prète à confusion», où elle met cette fois d'avantage en avant le casse tete fondamental de la cosmétique bio.

Sinon, comme je n'ai pas encore eu le temps de tout relire de la première à la dernière ligne, peut être que d'autres différences m'ont échappé…

L'image “http://perso.orange.fr/safran2b/Imini-gif5/chat150.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs. Pour éviter les va et vient avec le commentaire de la première édition non parue de ce livre (article du blog du 27 mai dernier), je le republie ici in extenso (avec une taille de caractères plus lisible).

Que penser du nouveau livre de Rita Stiens : "La vérité sur les cosmétiques naturels " (Leduc.s éditions) ?

Je passe en revue les six chapitres en indiquant ce qu'ils m'inspirent. C'est mon avis, tout subjectif, non exhaustif, et qui n'engage que moi bien sûr…

Chapitre 1: les cosmétiques bio: où est la différence?

Le plus

-Rappelle que si dans la déclaration INCI , les composants d'un produit doivent être listés par concentration décroissante, en revanche, tout ce qui est présent à moins de 1% peut être affiché allègrement  dans le désordre.
-Essaie d'expliquer tout le binz sur le calcul des pourcentages des ingrédients bio (faut s'accrocher un peu pour piger).
-Annonce la venue prochaine d'un label européen.

Le moins
 -Quand elle cite les labels bio… elle détaille trois français et un allemand (BDIH) mais fait quasiment l'impasse sur la Soil Association anglaise et l'AIAB italien, qu'elle évoque vite fait en une ligne! Rita Stiens est allemande, d'accord, mais  enfin, ce n'est pas une raison…

Chapitre 2: les laboratoires: leur profil, leurs produits

Le plus

-Fait  l'historique des labo suivants et et explicite le caractère bio ou pas de leurs produits : Avène, Borlind, Cattier, Couleur caramel, Dr Hauschka/Wala, Florame, J. Paltz (pourquoi lui, plutôt confidentiel plus qu'un autre? ), La Roche-Posay, Lavera, Lea Nature, l'Occitane, Logona, Melvita, Nuxe, Phyt's, Sanoflore, The Body Shop, Vichy (ça aurait aussi pu être Klorane par exemple) , Weleda, Yves Rocher. Démystifie donc pour celles et ceux qui ne le sauraient pas encore quelques marques à l'image plus verte que leurs produits…
-Assassine les promesses faites par les marques. (Que Choisir le fait régulièrement… )
 
Le moins
-Les absents: Résonances et Nature et Découvertes qui ont lancé recemment des gammes naturelles, avec, pour Nature et Découvertes, certaines formules pas OK. Origins, (même groupe qu'E. Lauder) poids lourd de l'apparemment correct avec d'excellents ingrédients, et d'autres, vraiments nuls, dans des produits très séduisants. Décléor, idem. Lush, idem, Natura Bresil idem, Neal's Yard Remedies idem. Or ce sont ces marques, justement, qui sont les plus délicates à juger: parfois OK, parfois non, selon leurs produits, ou tout simplement pas top du tout dans toutes leurs lignes malgré un emballage et des arguments "naturels" séduisants. (R. Stiens ignore pas mal le monde anglo-saxon… ). En France, dans les écolo-correct, elle aurait pu évoquer en passant: Forest people, Green Mama, Sultane de Saba …  en Allemagne, Tautropfen… ou des marques qui vendent des produits minimalistes, presque des ingrédients: Centifolia, Arcs en sels, par exemple…

Chapitre 3: les cosmétiques sont-ils sûrs? 

Le plus

-Fait un sort au  bactéricide triclosan, présent partout, et qui peut entrainer à la longue une résistance aux bactéries… mais ce n'est pas un scoop.
-Explique bien que l'univers de la cosmétique joue aux apprentis sorciers avec des ingrédients dont on n'a pas mesuré les effets à long terme. 97% des produits chimiques ne sont pas ou peu étudiés, dit-elle. Elle évoque donc le projet REACH, destiné à dresser  le répertoire de tous  les produits chimiques employés au quotidien.
-Donne la liste des 26 substances odoriférantes reconnues comme allergisantes et qui doivent figurer sur l'INCI des cosmétiques… -sans obligation de préciser si elles sont synthétiques ou naturelles-, ajoute-t-telle.
-Evoque les colorants azoiques, ingrédients dangereux encore autorisés en Europe (mais quasiment plus employés aux USA).

Le moins
-Rita Stiens, encore un effort! Quand on lit que le géraniol naturel est moins allergisant que le geraniol synthétique, on aimerait bien comprendre pourquoi.
-Pour les 26 substances déclarées allergisantes, on aimerait en savoir plus. L'image “http://soleilimg1.free.fr/gifs/nature/fleurs/fleur029.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Par exemple, tout simplement dans quelles huiles essentielles on les trouve sous leur forme naturelle. Sinon, ça reste des substances abstraites pour le commun des mortels.
 -Démonstration un peu courte sur les parabens, le débat est bien plus complexe  puisqu'ils existent sous forme naturelle et tolérée ( dans la vanille, le vin, le thé vert  etc) et que l'étude anglaise qui faisait le lien entre cancer du sein et parabens a été contestée (ça ne signifie pas que j'approuve les parabens, mais je prêche pour la rigueur scientifique).
-idem pour les PEG pas top, on le sait, mais il y a des graduations dans leur toxicité.

Chapitre 4: Pour le bien de la peau et des cheveux

Le plus
:
-très intéressant: à partir d'une formule de crême mi-chevre mi-chou, elle démontre la difficulté de sa  reformulation. Ce qui implique que les labo ne sont pas pressés de tout rebricoler, vu la galère que ça suppose…
-Fait des remarques de bon sens sur le fait que les ingrédients indésirables ne le sont pas tous au meme degré.
-Détaille les ingrédients bienfaisants (huiles et extraits végétaux notamment).
-Raconte l'histoire du Lonicera Caprifolia, nouveau conservateur providentiel, mais déjà contesté (car probablement renfermant un dérivé du formol). Le savant chimiste Copaiba m'avait déjà expliqué  l'histoire ici.
-Explique la différence entre huile végétale et huile végétale estérifiée. Explique aussi -ce qui a  déjà été fait ailleurs, par exemple dans «Cosmétiques, mode d'emploi» de Laurence Wittner, également chez Leduc.s editions, - ce qu'est un bon shampoing, un dentifirice correct…

Le moins
-Meme si je sais que ce bouquin n'est pas une thèse, la liste des bienfaits de chaque ingrédient naturel est assénée sans l'ombre d'une référence scientifique (qu'elle aurait pu mettre en annexe). Ou elle aurait pu au moins le faire pour quelques uns. Une phrase du type: "les extraits de bambou sont tirés de la racine des jeunes pousses" ne fait pas avancer le schmilblick sur ses vertus… idem pour plein d'autres substances dont elle ne détaille même pas les effets (vrais ou supposés): helichryse italienne, gombo, fougère  arborescente…  On ne sait pas trop d'ailleurs ce qu'elle appelle extraits…
-Rien sur les HE, la question de leur concentration dans les produits, les risques de photosensiblisation, de déclenchement d'allergies.
-Pour les déodorants: donne comme exemple d'ingrédient naturel déodorant: le farnesol… sur la liste des 26 substances allergènes citées précédemment..

Chapitre 5: maquiller, colorer, teinter

Le plus

-La partie consacrée aux cheveux

Le moins
-Pour les fonds de teints, n'aborde pas la question de la finesse obtenue avec des silicones, pour l'instant, pas d'équivalent  en version bio…
-Pour les poudres, oublie… la poudre de riz.
-Dityrambique sur les couleurs magnifiques des cosmétiques naturels. Je ne le serais pas autant… 
-Dityrambique -aussi- sur la crême colorante végétale de Logona.  Mais ça ne marche pas quand on a beaucoup de cheveux blancs (j'avais téléphoné au conseiller de la marque qui me l'avait confirmé… )

Chapitre 6: protection solaire: un plaisir sans regrets

Le plus

-Explique bien la différence d'action entre filtres chimiques et minéraux.

Le moins
-Sur l'absorption de carotenoides naturels qui facilitent la protection de la peau: elle ne fait pas de différence entre les diverses variétés de carotenoides, pourtant plus ou moins efficaces et plus ou moins bien tolérés.

133 produits décortiqués.

Le plus

-Très intéressant: à chaque fois, elle sépare et commente base/agents actifs, additifs, conservateurs.

Le moins
-Pour les produits sans eau,  ne souligne pas qu'un peu d'anti-oxydant ne fait jamais de mal en prolongeant la durée de vie des produits.
-Certains mystéres, non résolus pour moi en tout cas. Un seul exemple:  la "crême nutritive nuit" de Florame. On lit pour additifs: "lessive de soude et acide citrique pour réguler le PH"… Je voudrais qu'on m'explique en quoi c'est top… (trois macarons)
-Idem: alcool à haute dose dans pas mal de produits bio. Par quelle magie ça ne désseche(rait ) pas la peau? S'il s'agit d'un secret de fabrication, qu'elle le dise…


Conclusion personnelle

-Parfait pour démystifier les marques pseudo-naturelles.
-Des informations intéressantes (souvent déjà lues ailleurs quand même).

Le moins
-Je reste sur ma faim sur la question des conservateurs qu'elle n'a pas vraiment réglée. Même si elle a fait un sort au Lonicera.
-Aborde peu la question des risques d'allergies avec les produits bio qui utilisent plus de substances actives -dont les HE sur lesquelles elle fait quasiment l'impasse.
-N'aborde pas vraiment la question cruciale de la qualité des ingrédients en cosmétique bio. Ce n'est pas parce que c'est bio que c'est toujours top.
-Rien sur les cosmétiques faits maison.
-Rien sur quelques ingrédients qui peuvent permettre une simplification de la vie sans passer par une marque: huile végétales, hydrolats utilisés tels que.

Au final, Rita Steins poursuit avec acharnement son combat contre la cosmétique traditionnelle. Bravo, elle a raison de se battre et surtout de démystifier le pseudo naturel.  Mais je n'ai pas l'impression d'avoir lu des révélations faramineuses sur les cosmétiques naturels. (Je connaissais déjà l'histoire du Lonicera).

source mini gifs.

Voir les commentaires

Rédigé par venezia

Publié dans #green cosmétique

Repost 0